Le maître sait toujours : deuxième partie

85Report
Le maître sait toujours : deuxième partie

La deuxième partie de ma série Master Always Knows. Veuillez d'abord lire Master Always Knows: Part One, afin de comprendre ce qui se passe. Merci d'avoir lu.

~~~~~~~~~~~~~~~

Katy avait du mal à se réveiller. Ses paupières étaient lourdes. Elle ne pouvait tout simplement pas les soulever. Mais elle était glaciale. Où était sa couverture ? Et elle mourait d'envie d'un verre d'eau, sa gorge était si sèche. Elle essaya de bouger un bras mais il ne bougeait pas. Était-il enchaîné en place? Ses yeux s'ouvrirent. Ce n'était pas son appartement.

C'était une pièce en béton qu'elle n'avait jamais vue auparavant. Une seule ampoule brillait au milieu de la pièce, projetant de lourdes ombres. Elle était allongée sur une table de métal froide. Ses bras étaient enchaînés en un X allongé.

Elle réalisa qu'elle tremblait fort. Tout son corps tremblait. Ça devait encore être lui.

Une porte s'ouvrit et de la lumière apparut au-dessus des escaliers dans le coin de la pièce. Son ombre marchait sur eux.
Comment cela a-t-il pu arriver? La dernière chose dont elle se souvenait était... d'être rentrée à la maison. Aller dormir. Comment était-elle ici maintenant ?

Il s'avança à côté d'elle. Il portait toujours un masque de ski. C'était bien. Il avait probablement prévu de la laisser repartir

"Bonjour, salope." Il a dit : « Est-ce que tu aimes la salle de jeux que j'ai faite pour nous ? Regarde tous les jouets. Ah, tu as l'air confus. Tu ne sais probablement pas à quoi servent la plupart d'entre eux.

"S'il te plait, je veux rentrer à la maison... Comment as-tu fait ?" Sa gorge brûlait, sa tête lui faisait mal.

« Vous vous demandez comment vous êtes arrivé ici ?

Elle hocha la tête et ferma les yeux. Elle a commencé à pleurer. Elle avait été si prudente. Elle a changé les serrures. Je ne suis allé nulle part. Tout ce qu'elle mangeait et buvait avec soin. Elle pensait qu'elle était trop paranoïaque - trop prudente, qu'elle ne reverrait plus jamais ce salaud. Elle avait tort.
"Eh bien évidemment je t'ai drogué. Mais un magicien ne peut jamais révéler ses tours !"

Il a frotté sa chatte sèche.

Elle recula de dégoût.

"J'ai une bouteille d'eau pour toi. Je ne veux pas que tu sois déshydraté pour notre week-end de plaisir - bien amusant pour moi." dit-il en attrapant ses cheveux et en tirant fort dessus.
"Tu sais ce que tu as fait. Tu es allé voir la police. Je t'ai donné une putain de règle et tu ne pouvais pas la suivre."

"Je suis désolée," murmura-t-elle.

"Non, tu ne l'es pas, pas encore en tout cas. Et ça t'a fait beaucoup de bien ? Je te l'ai dit. J'ai un ami dans ce département. Il m'a dit que les flics qui t'ont interviewé plaisantaient avec tout le monde à ce sujet."
"Ils t'ont traité de fille folle à la recherche d'attention. Pas question que tu aies été violée. Aucune preuve physique dans ton appartement ou sur ton corps. Quel genre de violeur ne laisse rien derrière lui ? Tu es juste une perte de temps et de ressources. Quel chienne folle."
Elle pleurait plus fort maintenant.

« Buvez cette putain d'eau. dit-il en le portant à ses lèvres. C'était vraiment bon sur sa gorge sèche. "Maintenant, tu vas être puni - je le pense, sévèrement puni, pour m'avoir croisé comme ça. Et tu es la risée de tout un service de police."
"Tu es peut-être assez stupide pour revenir vers eux... mais c'est pourquoi je vais rendre cette punition particulièrement dure. Alors j'espère que tu ne recommenceras pas."

"C'est ça salope, bois l'eau. Toute la bouteille."
Il le souleva pour qu'il se répande plus rapidement dans sa bouche. Il s'est vidé, son estomac était plein. Il jeta la bouteille par terre.

"S'il vous plaît, je suis désolé. Je ne le ferai plus."

"Votre mot ne veut pas dire merde." Dit-il en attrapant ses deux mamelons et en les pinçant.
Elle gémit, "S'il te plait, je suis vraiment désolée, je le suis, je"

« SALOPE, tu ne m'as pas appelé Maître une seule fois. Une connasse vraiment désolée connaîtrait sa place ! Tu ne sais rien. Je vais t'apprendre putain. dit-il en pinçant encore plus fort ses mamelons.
Il ramassa un bol de terre, elle s'efforça de voir ce que c'était dans la pièce sombre.

"Des pinces à linge, juste pour commencer." Il en prit un et le referma sur son mamelon. Ses yeux s'agrandirent de douleur.
« Oh putain, s'il te plaît, ça fait mal, s'il te plaît, enlève-le ! Enlève-le ! »

"Ce n'est rien." Il a dit en mettant un sur son autre mamelon.

Elle se tortilla et gémit bruyamment.

"Attendez que nous commencions à utiliser des pinces crocodiles."
Il en a placé plusieurs autres autour de ses beaux seins de bonnet B. Il les a placés dans une conception en spirale. Elle ne pouvait pas croire la douleur. Elle tourna la tête et gémit bruyamment.

"S'il vous plaît, s'il vous plaît, arrêtez... je ne peux pas le prendre... s'il vous plaît."
Il s'est arrêté et s'est éloigné, il est revenu avec ce qui ressemblait à un petit gode épais.

"C'est en fait un bâillon. J'en ai marre d'entendre ta merde." Il attrapa sa mâchoire et la força à s'ouvrir.
Le gode était juste assez long pour remplir sa bouche et touchait à peine sa gorge, elle bâillonna. Mais elle pouvait encore respirer. Il l'a attaché autour de sa tête, il a tenu fermement en place. Sa mâchoire était grande ouverte, les muscles commençaient déjà à brûler.
"Une chatte devrait toujours avoir une bite dans la bouche."

Il passa ses doigts le long de son corps tremblant. Les pinces à linge avaient commencé à s'engourdir, mais quand il passa ses mains dessus, elles brûlèrent avec une nouvelle vigueur. Elle gémit à nouveau, s'étouffant avec la bite en plastique dans sa bouche.
Il caressa les lèvres de sa chatte et glissa un doigt à l'intérieur.

"Wow, tu es un peu mouillé. Tu ne peux pas apprécier ça?"

Elle fit non de la tête.

"Eh bien, peu importe. Je vais m'assurer que tu n'apprécies pas ça. Pas trop en tout cas, putain de salope."

Il a lentement frotté ses doigts autour de sa chatte, la taquinant. Puis il a commencé à frotter son clitoris. Elle gémit et frotta ses doigts.
« J'apprécie vraiment trop ça. Il a arreté.

Son visage était rouge vif d'humiliation. Comment a-t-elle pu perdre le contrôle comme ça ?

Il a attrapé plusieurs épingles à linge sur son sein droit et les a arrachées. Elle arqua le dos et hurla dans le bâillon. Incapable d'avaler, une bave épaisse coulait autour de lui.
"C'est plus comme ça." dit-il en remettant les pinces à linge sur son mamelon et ses seins. Elle respirait fort de douleur, ses seins étaient en feu.

Puis il amena la baguette noire vibrante devant ses yeux. "Tu te souviens de ça ?" Ses yeux s'agrandirent de peur.
"Oooo eeesee, ooo aise !" Elle s'est étouffée avec la bite en plastique et a secoué la tête.

Il l'a allumé et l'a enfoncé sur sa chatte.

"Ne t'inquiète pas, je veux juste que tu sois un peu excité. Je ne vais pas me concentrer sur ta chatte ce matin." dit-il en lui tapotant le cul.
Il a habilement sur-stimulé son clitoris pendant plusieurs minutes. Ses bras et ses jambes s'acharnaient contre ses chaînes. Incapable de bouger d'un pouce ou d'échapper aux vibrations ne serait-ce qu'un instant. Elle secoua sauvagement la tête et gémit bruyamment, la bave se répandant partout. Soudain, elle eut envie de faire pipi.

L'intensité était pire que jamais et elle avait peur de fléchir ses muscles, au cas où elle pisserait. Il la tuerait si elle pissait. Elle le savait.

"Ooooo facilité j'ai oo eee." Elle criait encore et encore à travers son bâillon. Mais il l'a ignorée.
Finalement, juste au moment où elle était sûre de ne plus pouvoir tenir, il s'arrêta.

"C'est parti, trempés. Tu es facile à mouiller." Il dézippa son jean et sortit sa trique enragée. Il l'a baisé en elle.
"Oh ouais, c'est gentil." dit-il en le faisant rouler. Toute sa chatte était gonflée de pisse. Elle avait tellement envie de faire pipi. Elle gémissait bruyamment.

Il a baisé en elle durement et profondément. Il a attrapé une épingle à linge et a tiré dessus, de sorte que la peau de sa poitrine s'est étirée. Il glissa lentement, pinçant sa peau durement à la fin. Il en a attrapé un autre et l'a arraché.
Il a baisé en elle, sa bite tremblant alors qu'il en arrachait plus.

"Dieu, j'aime te voir" dit-il, arrachant d'autres épingles à linge, "dans la douleur. C'est tellement bon." Il a dit. Il attrapa les dernières pinces à linge restantes sur ses deux seins. Il l'a baisée plusieurs fois, tirant dessus, étirant la chair.

Puis il les a tous arrachés d'un coup et a enfoncé sa bite dans la garde. Elle a crié dans le bâillon pendant qu'il jouissait. Il pressa ses seins endoloris, enfonçant ses ongles dans sa chair brûlante. Il se retira et se dirigea vers sa tête, dénouant le bâillon.

Tous ses muscles tremblaient et elle ne pouvait pas obtenir suffisamment d'oxygène. Le bâillon est sorti et elle a finalement pu le bouger. Les muscles brûlaient férocement.

"Maître, je ne peux pas... Je t'en prie, je dois faire pipi. Tant pis." dit-elle en tendant la mâchoire.
"M'en fous," dit-il, "je n'ai pas enlevé ce bâillon pour voir comment tu vas." Il a retiré le préservatif usagé de sa bite. "Mon sperme ne se perd jamais. Ouvre la bouche."

Elle ouvrit, un air dégoûté sur le visage. Il retourna le préservatif dans sa bouche, déversant la bite chaude et le sperme sur sa langue. Elle bâillonna et vomit. Mélangé avec le lubrifiant du préservatif, il avait un goût encore plus dégoûtant.
"Avaler."

Elle l'a fait, bâillonnant fort. Il rit.

"S'il te plait, j'ai vraiment envie de faire pipi."

L'ignorant, il a mis le préservatif usagé sur le bâillon de bite, qu'il a forcé à remettre dans sa bouche. Il a frappé sa langue et le lubrifiant a presque brûlé, il avait si mauvais goût. Il la remit en place, puis passa ses mains sur son corps tremblant.
« Nous vous avons fait mal la dernière fois que nous avons fait ça ? »

Elle hocha la tête oui.

"C'est drôle. Nous n'avons pas fait de bondage plus extrême. J'ai hâte de l'essayer sur toi. Tu ne pourras pas marcher droit pendant une semaine."
"Mais maintenant il est temps de passer à ta punition. Maintenant que tu es réchauffé."

Sa vessie avait l'impression qu'elle allait éclater. Elle ne pouvait pas supporter l'idée de vivre plus de ça, d'avoir encore envie de pisser.
Il détacha ses chevilles, déplaçant les menottes métalliques sur ses genoux. Il les a retirés pour que ses hanches forment un angle de 90 degrés. Il a tiré les chaînes si loin en arrière que ses genoux étaient à côté de sa tête. Puis il a fixé les chaînes à une barre de métal installée dans le mur.
« Voyons voir ton cul. dit-il en faisant courir ses mains sur ses globes musclés. "Mmmm, je t'ai choisi parce que tu avais un bon mélange de fesses et de seins... à la fois de bonne taille et musclés." Il lui a serré le cul. Il a glissé son petit doigt dans son trou du cul sec. Il la tortilla et elle gémit.

"Toutes avec un ventre plat... Vous avez un corps vraiment baisable."

Il se dirigea vers le coin de la pièce. Il y avait un lavabo là-bas, elle pouvait voir l'eau couler. Son con se contracta, elle combattit l'envie de faire pipi.
Il revint avec une énorme seringue remplie d'eau, elle avait une longue pointe fine et pointue. "Assurons-nous que vous êtes propre là-bas." Il l'a forcé dans son trou du cul. Puis son cul a commencé à se remplir d'eau glacée.
Elle gémit. L'eau froide lui causait des crampes rectales et intestinales. Son ventre était déjà rempli de pisse, mais maintenant il était aussi gonflé par l'eau froide dans son cul. Il a pompé le reste de l'eau. Le bout de ses doigts effleura sa chatte gonflée, elle gémit bruyamment.
"Dieu, tu es une salope. Maintenant, retiens l'eau, fléchis ton cul. Je peux voir que tu ne fléchis pas. Fléchis, putain de salope." Il pinça ses mamelons sensibles. "Bien. Maintenant, tiens-le."

Il a retiré le bout de la seringue et a enfoncé un plug dans son cul. Il retourna vers l'évier et elle entendit encore de l'eau couler. Il ne pouvait pas en mettre plus à l'intérieur de ses tripes déjà pleines d'éclats ?

"Le tenir." Dit-il en retirant le plug anal et en le remplaçant à nouveau par la seringue. Il a poussé plus d'eau froide dedans.
Elle gémit et tira sur les liens, qui entaillèrent davantage sa chair. Elle se sentait enceinte, son ventre était tellement bombé. Il a terminé le dernier de l'eau dans la deuxième seringue.

"Tiens bon une dernière fois. Ne gâche pas ça putain."
Il a fallu toute sa concentration pour empêcher l'eau de se précipiter. Son rectum avait des crampes horribles, comme si elle avait eu la pire diarrhée de sa vie. Il a rapidement inséré le plug anal et l'eau n'allait nulle part.
"Tu dois voir ça!" dit-il, attrapant sa tête et la poussant vers le haut pour qu'elle puisse mieux voir son corps nu. Son ventre autrefois plat avait en fait l'air enceinte. Il était tellement gonflé d'eau. Il laissa retomber sa tête et heurta la table.
Il frotta ses mains sur son ventre gonflé. Poussant dessus, elle gémit de douleur. Tout le bas de son corps était secoué de crampes.

"Je te nettoie, pour que je puisse te baiser le cul."
Elle a l'air terrifiée.

"Si vous pensiez qu'un petit doigt vous faisait mal, vous n'avez aucune idée de ce qui vous attend." Il a attrapé un petit vibromasseur à balles, qui avait des sangles. Il les enfila sur sa chatte, de sorte qu'elle était nichée contre son clitoris gonflé. Il regarda son visage alors qu'il l'allumait.
Tous ses muscles se tendirent et se contractèrent, elle cria bruyamment.

Puis il a remis des pinces à linge sur ses deux mamelons.
"Je reviendrai." dit-il en se retournant pour remonter les escaliers.
Elle s'est battue très fort contre les contraintes, elle était sur le point de faire pipi. Cela ressemblait aussi à un orgasme. Mais elle était certaine que si elle venait, elle pisserait aussi. La pression dans son ventre était incroyablement douloureuse. Les crampes se sont propagées de l'intérieur de son rectum jusqu'à sa chatte tremblante, comme un couteau. Il est parti pour une éternité. La sueur s'est accumulée sur ses jambes et ses bras. Cunt slop dégoulinait sur la table en métal. De la bave jaillit de sa bouche et dans ses cheveux noirs.
Finalement, elle vit de la lumière dans les escaliers alors qu'il ouvrait et fermait la porte, et descendait vers elle. "Je pense que nous avons desserré votre fourgon de queue, qu'en pensez-vous?"

Elle hocha la tête plusieurs fois.
"Encore une fois, peut-être que ça n'a pas été assez de temps." Il appuya sur son ventre gonflé. Elle a crié dans le bâillon.

Il a déplacé le vibromasseur autour de son clitoris et tout son corps a tremblé sauvagement. Ses orteils se recourbèrent et ses ongles s'enfoncèrent dans ses mains. Elle mordit le bâillon en plastique.
Il ne pouvait pas savoir à quel point elle était proche du bord. Pour perdre complètement le contrôle. Elle n'avait jamais eu autant envie de faire pipi de sa vie.

"D'accord, on y va." Il en sortit un seau et le posa sur le bord de la table, sous ses fesses. "Mais je veux que tu retiens tout jusqu'à ce que je te dise. Si tu merdes, je te présente les pinces crocodiles plus tôt."
Le plug anal est sorti avec un plop bruyant. Elle fléchit ses muscles durement pour empêcher tout débordement. Les crampes dans son estomac se sont multipliées cent fois. Ses muscles brûlaient.

« Facilité ooo, ooo », cria-t-elle, « Je suis vieux ittt, facilité, aster, facilité !

"Le tenir." dit-il en appuyant sur son ventre. Elle secoua la tête en avant, jetant de la bave partout.

"EASSSSSSE," cria-t-elle alors qu'il chatouillait sa chatte du bout des doigts. Les crampes étaient incroyables.
"D'accord, tu peux chier. Dis merci."
"Ank oo aster" dit-elle à travers le bâillon, libérant un torrent d'eau de merde dans le seau. La pièce s'emplit d'une odeur de merde et de pisse.

Elle termina et il prit la seringue.
"Parce que tu étais une très mauvaise garce, aller voir la police alors que je t'avais spécifiquement dit de ne pas le faire... Je vais faire quelque chose de plus méchant."

Il aspira une petite quantité d'eau de merde dans la seringue et lui montra l'eau brune.
"Un "médicament de salope" pour toi."

Elle secoua la tête et commença à mendier. "Oo, oo, calmez-vous oo ! Sur oo it. EAS ONT OO IT !!!" Elle cria plus fort alors qu'il portait la seringue à sa bouche.
"C'est juste un peu et tu le mérites putain." Il fit glisser le long bout de la seringue entre ses lèvres à côté du bâillon. Elle secoua la tête en essayant de le faire sortir, mais cela ne servit à rien. Il a giclé dans la merde.
Elle vomit et bâillonna, donnant des coups de pied dans ses liens, essayant de cracher le bâillon.

« Votre seul choix est de l'avaler.

Elle l'a fait, bâillonnant bruyamment. Tout son corps se convulsa.
"Maintenant, occupons-nous de ta vraie punition."

Elle gémit, mais ressentit aussi un grand soulagement. Se détendant un instant, elle remarqua à quel point tous ses membres tremblaient et brûlaient à cause de tant d'efforts. Le bâillon lui tuait la mâchoire.

Il a vidé le reste de l'eau de merde dans l'évier. Puis il est revenu et a frotté sa chatte.
« Tu veux jouir, n'est-ce pas ? »

Elle n'a pas répondu.

"Oui ou non?" Demanda-t-il en tirant la pince à linge sur son mamelon.

"Ess, aster..." gémit-elle.
"C'est ce que je pensais." Il a frotté sa chatte, "Eh bien, voici un spoiler. Tu ne jouis pas ce week-end, espèce de salope stupide."

Il a attrapé une pince à linge et l'a refermée sur son clitoris. Elle se convulsa et cria.
"Tu n'as aucune idée à quel point je suis énervé aujourd'hui."

Il a mis un doigt dans sa chatte, la couvrant de son lubrifiant. Puis il l'a poussé dans son trou du cul dur.

"Je suis tellement prêt à te baiser. Je n'ai aucune patience. Je ne vais pas être gentil, tu ne le mérites certainement pas."
dit-il en forçant un deuxième doigt dans son cul.

"Si tu avais été une bonne chienne, j'aurais fait ça lentement. J'aurais commencé avec de petits plugs et godes, beaucoup de lubrifiant... quelques orgasmes. Mais tu ne mérites certainement pas ça maintenant. "
Il a enfoncé un troisième doigt dans son cul et a baisé sa main dedans et dehors. Ses cris étaient constants.

"Je veux ici que tu pries sur celui-ci." dit-il en défaisant son bâillon et en le retirant.
"S'il vous plaît Maître, ça fait tellement mal... s'il vous plaît ne le faites pas." Elle a commencé à pleurer. "S'il vous plaît, enlevez la pince à linge de mon clitoris... s'il vous plaît..."

Il a souri. "Oh, tu veux l'enlever, n'est-ce pas ?" Il a tiré dessus puis l'a arraché.
« Ahié ! » Elle s'arrêta. "Merci - "

"Ne sois pas si rapide. Je n'ai pas dit que je laisserais tomber." dit-il en le remettant sur son clitoris. Son corps s'arqua en avant, sa tête dépassant ses pieds.
"Rien d'autre?"

Elle fit non de la tête.

"Ok. Aide-moi à rendre ma grosse bite bien dure pour ton cul." Il tira quelque chose sur la table sous sa tête et il se replia pour que sa tête ne pende pas du bord. Il tira sur ses cheveux et elle ouvrit la bouche. Il a enfoncé sa bite à l'intérieur.
"Votre bouche est si chaude et humide... elle a été conçue pour sucer des bites." dit-il en la baisant. Il avait un accès facile et parfait à sa chatte d'ici. Il a baisé quelques doigts dans sa chatte humide et elle a gémi. Il a retiré la pince à linge de son clitoris enflé.
Elle entendit le vibreur se mettre en marche. Elle gémit bruyamment et commença à baiser sa bouche de haut en bas sur sa queue, espérant le distraire. Cela n'a pas fonctionné. Il a poussé le vibromasseur dans sa chatte.

"Ahhhhhh," cria-t-elle, il força sa bite plus profondément dans sa gorge, jusqu'à ce qu'elle ne puisse plus respirer.

"Je veux m'assurer que tu es bien mouillé, plein de lubrifiant pour ton putain de cul."
Elle se sentait malade. Il faisait vibrer son clitoris comme un fou, adorant regarder ses muscles se tendre et se contracter tout autour. Sa bite était tellement enfoncée dans sa gorge qu'elle ne pouvait plus respirer. Au bout d'une minute, il s'est retiré. Elle toussa et crachota, respirant de l'air.
"Suce ma chienne dingue. Là comme ça, maintenant mets-en une dans ta bouche. Suce-la jusqu'au bout. Je sais qu'elles sont grosses, mais je suis sûr que tu peux le faire. Juste une. Putain, fais-le." Il a dit, poussant le vibrateur fort contre sa chatte, elle a crié fort et aspiré sa noix, sa bouche était pleine de ses poils pubiens raides et moites.
"Enfin. Maintenant, que faites-vous si vous êtes sur le point de jouir ? Eh bien allez, dites-moi ?"

Elle a craché sa noix et a dit "Demandez la permission, Maître."

"Ouais. Et si tu jouis sans permission, tu auras une punition sévère. Et je vais aussi gâcher l'orgasme."
Elle aspira la noix dans sa bouche, la massant avec sa langue. Il a poussé le vibromasseur dans sa chatte humide dur. Son cri fut étouffé par la noix dans sa bouche. Ses cuisses tremblaient à chaque mouvement du vibromasseur. Il n'a fallu que quelques secondes de ce traitement avant qu'elle ne crie.
"S'il vous plaît Maître, vous allez me faire jouir!"

"Ce n'était pas la bonne façon de dire ça." Il a déclaré, continuant à faire vibrer sa chatte.

"Je veux dire. Agghhh, puis-je jouir, Maître? Aghhh s'il vous plaît?"
"Non." dit-il en retirant le vibromasseur de sa chatte. Elle se détendit un instant. Puis il l'a remis. Elle a sucé son autre noix avec plus de vigueur. Concentrez-vous sur l'écrou. Elle le massa avec sa langue. Faites-lui du bien. Ne le rendez pas aussi fou. Oh putain, c'était trop intense.

"Ahhh," Elle recracha sa balle, "Merde, s'il te plaît, puis-je jouir Maître? Ahhhh putain, s'il te plaît, Maître, s'il te plaît?"
« Supplie-moi de te baiser dans le cul. Dit-il, retirant le vibromasseur de son clitoris, pour ne pas la forcer à l'orgasme. Il a légèrement taquiné sa chatte avec ses doigts.

"Ohhhh," gémit-elle, incapable de s'empêcher de lui taper les mains. Être nerveuse toute la journée l'énervait.

Il a tourné le vibromasseur sur son réglage le plus élevé et l'a poussé contre son clitoris.

"AGGGHHHH FUCKKKK S'IL VOUS PLAÎT, S'IL VOUS PLAÎT, S'IL VOUS PLAÎT!" cria-t-elle en roulant la tête d'un côté à l'autre. C'était trop intense pour l'orgasme. C'était juste intense comme de la merde !

"Baise-moi, dans le cul Maître ! S'il te plaît, arrête, s'il te plaît, arrête !"

« Suppliez-moi d'être rude, faites du bon travail. Allez, je peux faire ça toute la journée. dit-il en tournant le vibromasseur.

"Oh putain. S'il te plaît, baise-moi aussi fort que tu peux. Aghhh baise-moi jusqu'à ce que je pleure. Aghhh baise-moi jusqu'à ce que je saigne. Oh merde. Maître, s'il te plaît, je le mérite. Baise-moi dans le cul Maître, je le mérite ! " Elle lécha ses couilles poilues et convulsa sur la table. Enfin le vibreur s'est éteint. Elle s'est détendue.

"Si tu le dis." Il se leva et se dirigea vers son cul. D'abord, il a baisé sa bite dans sa chatte. C'était trempé. Il y avait une flaque sous son cul. Il a ramassé une tonne de bave et l'a poussée sur tout son cul. Il chatouillait sa chatte avec ses doigts et aimait qu'elle se frotte et se contracte partout sur sa bite. Il a poussé quelques doigts dans son trou du cul, poussant autant de son lubrifiant qu'il le pouvait.

"C'est le premier cul vierge sur lequel je n'ai pas besoin d'utiliser de lubrifiant. Tu es tellement mouillé, c'est génial." Il a dit en tirant de sa chatte.

"Oh oui, je sens que tu te tends le cul. Continue de faire cette salope." dit-il en frottant sa bite sur son trou du cul. "Ce sera agréable et serré pour moi, allez, ayez peur. Pensez à combien cela va faire mal." Elle serra ses fesses de peur. Il a attrapé son cul et a commencé à pousser sa tête de bite dans son trou.

Avec tout le lubrifiant, il a glissé assez facilement, ça faisait un putain de mal.

"AGGGH, s'il vous plaît Maître ! Putain de merde ! Sortez-le ! Sortez-le ! S'il vous plaît, OH FUCKKKK."

Il le poussait plus loin. Elle se tendait plus et ça faisait plus mal. C'était comme s'il enfonçait son bras dans son cul.

Il a baisé dedans et dehors un peu, avant de le pousser plus loin dans son cul.

"S'il vous plaît, je ne le dirai à personne. AGHHH. Plus jamais. Je ne parlerai pas. Je ne le ferai pas. Putain, s'il vous plaît... retirez-le !"

Il l'a poussé jusqu'au fond de ses couilles. Il la frotta légèrement.

"Oh putain, tu es tellement serré. Ma dernière chatte... J'ai tellement étiré son cul. J'ai oublié ce que ça fait. Oh, putain de bon." Il a commencé à baiser dedans et dehors.

À chaque fois qu'il entrait, son cul se resserrait autour, comme si c'était la première fois qu'elle se faisait baiser, encore une fois.

« Nous avons du sang ici. C'est bien. Parce que tu le mérites, n'est-ce pas, salope ? Dis-moi ce que tu as dit avant.

"Oh putain. Maître, je suis désolé,"

"Dis-moi combien tu mérites ça." Il a dit de sortir et d'enfoncer jusqu'au bout. »

"AGHHHH OH PUTAIN S'IL VOUS PLAÎT. Maître, je le mérite! Je le mérite parce que j'étais une mauvaise chienne."

"Exactement exact." dit-il, la percutant plusieurs fois. Elle a commencé à gémir des bruits inhumains. Il l'a baisée pendant au moins vingt minutes. Leurs corps couverts de sueur et de jus de chatte.

Il a retenu le sperme aussi longtemps qu'il le pouvait, voulant lui faire ressentir la douleur aussi longtemps que possible. Quand il s'est approché, il l'a baisée très fort et vite, elle a gémi bruyamment. Il s'est retiré. Elle se détendit enfin, tout son corps tremblant.

"Je jouis dans ta bouche. Tu connais déjà le goût de ton propre cul." Il dit en souriant, "Maintenant, ouvre, ou tu préfères que je le remette ?"

Elle se contenta d'ouvrir la bouche, trop épuisée pour parler ou se battre. Il s'avança et tira à nouveau la tête vers le bas, ainsi il avait un accès facile à sa bouche. Puis il a poussé sa bite dans sa bouche.

C'était absolument horrible. Comme la merde et la sueur. Elle bâillonna et des larmes coulèrent sur son visage. Il n'a eu qu'à la baiser pendant quelques secondes avant de jouir longuement et fort, remplissant sa gorge et sa bouche de sperme. Elle est descendue dans le mauvais tube et une partie a jailli par le nez, piquant et brûlant brutalement.

"Putain c'était bon." Il soupira en retirant et en remettant le casque en place, pour qu'elle puisse à nouveau reposer sa tête.

"Maintenant, j'ai fini, et je peux dire que tu es foutrement épuisé." dit-il en chatouillant son clitoris gonflé. "Je veux dire, tu veux jouir, mais je t'ai déjà dit que ça n'arriverait pas putain."

"Je veux que tu sois bien éveillé pour ressentir toutes les choses que je te fais à l'avenir, donc tu as besoin de te reposer. Mais ne t'inquiète pas, je serai de retour très bientôt."

Il tira ses jambes tremblantes vers le bas, de sorte qu'elle fut à nouveau enchaînée en X. Puis il lui tapota les fesses et remonta en éteignant la lumière. Elle ne pouvait pas arrêter de trembler et de vomir dans le noir.

Articles similaires

Juste pour s'en sortir II

La lumière du soleil qui passe par la fenêtre de la chambre me réveille. C'est directement sur mes yeux. En gémissant, je me retourne dans mon sac de couchage et fourre ma tête sous mon oreiller. Une main secoue brutalement mon épaule et Tyler m'enlève l'oreiller. « Lève-toi, Nathalie ! Ne m'oblige plus à te conduire à l'école ! Tyler se plaint exaspéré. Il secoue toujours mon épaule. J'ouvre les yeux et le fixe. Il me fixe et n'arrête pas de me secouer l'épaule. Laisse-moi! je claque, irrité. Il secoue la tête et disparaît dans la pièce principale. Tyler est mon...

0 Des vues

Likes 0

Eddie, la mère de son ami et Betty

June Cleaver était maman de deux jeunes hommes bien élevés, Waldo, 20 ans, et Theo, 19 ans. Elle était votre femme au foyer de banlieue américaine typique qui aimait son mari Ward et était mariée avec lui depuis plus de 32 ans maintenant. June, 53 ans, était empilée avec des seins de 40dd, un gros cul rond et elle était sinueuse. À 5 pieds 9, elle était un grand verre d'eau et c'est pourquoi le jeune Eddie Haskell, convoitait la mère de son meilleur ami. Eddie, 20 ans, avait récemment découvert l'hypnotisme, et il s'est rendu compte qu'il était vraiment bon...

47 Des vues

Likes 0

La rencontre sexy

Vous êtes assis dans un bar d'hôtel vêtu d'une belle robe bleue maquillée et portant une belle perruque brune aux cheveux longs sachant que vous portez un bas avec une culotte noire à froufrous sous votre robe, vous sentez un porte-jarretelles sexy tenant des bas résille soyeux et doux tout en lissant votre robe pendant que vous vous installez confortablement sur votre tabouret de bar haut en cuir. Vous me remarquez de l'autre côté du bar, vous souriez, je souris en retour et je demande au barman de vous envoyer un verre avec une carte-clé dans la chambre 6969 avec une...

139 Des vues

Likes 0

Rêve d'anniversaire

Bonne nuit, les enfants, et merci encore pour les super cadeaux. D'accord, maman... et nous pouvons dire que tu vieillis puisque tu vas te coucher si tôt. Je ne suis pas vieux, gamins... Je viens de passer une très longue journée et j'ai besoin de dormir. Bien sûr, maman, quoi que tu dises et vos enfants éclatent de rire alors que vous quittez le salon et retournez dans votre chambre. Vous fermez et verrouillez la porte derrière vous, puis vous vous déshabillez. Une douche rapide, pensez-vous, et vous partirez pour un sommeil bien mérité. Vous souriez à vous-même en pensant au...

397 Des vues

Likes 0

Sucer et avaler_(1)

Cela faisait longtemps que je pensais à ça, qu'est-ce que ça ferait de sucer un mec ? Qu'est-ce que ça ferait d'avoir une vraie bite qui glisse dans mon cul ? J'ai 39 ans et je suis marié et je n'ai jamais eu cette démangeaison correctement grattée. Bien sûr, ma femme a utilisé des sangles, mais cela ne s'est jamais senti tout à fait bien. Je devais le découvrir alors j'ai commencé mes recherches sur les branchements locaux pour les hommes. Finalement, j'ai trouvé un gars qui était Bi-Curieux et vivait sur place, pour sa vie privée, nous l'appellerons David. David...

377 Des vues

Likes 0

Comprendre (republier)

Introduction : comment j'ai découvert le sexe Par Kim Catégorie = jeune, pré-ado, pré-ado, histoire vraie, virginité Ceci est une réécriture d'une histoire que j'ai posté il y a plusieurs années. Je le réécris dans le format Il pensait, Elle pensait que plusieurs auteurs sur ce site ont utilisé récemment. Cet événement m'est arrivé il y a presque 20 ans. J'ai pris un peu de licence littéraire avec ce que nous pensions chacun à l'époque. Comment as-tu appris le sexe ? Parfois, nous apprenons l'éducation sexuelle à l'école, parfois un parent vous fait asseoir et vous explique. C'est l'histoire de la façon...

99 Des vues

Likes 0

Quatre ans après la pêche au thon

C'est maintenant l'hiver 2009 presque cinq ans depuis notre grand voyage de pêche. Vous avez peut-être lu mon histoire sur un voyage de pêche au thon où ma femme était «malade» et est restée à la maison et j'ai emmené un de nos amis pêcher. C'est au cours de ce voyage où elle m'a dit qu'elle s'était interrogée sur ma bite depuis ou à l'université il y a de nombreuses années. Nous avons fini par avoir du bon sexe tous les trois sur mon bateau dans l'océan. Aucun de nous n'a jamais parlé de ce jour pendant près de cinq ans...

401 Des vues

Likes 0

Rite de passage

Rite de passage Chapitre 1 Les jambes de la sœur de Jimmy Smith ont été jetées sur chacune de ses épaules alors qu'il s'enfonçait fort dans son tunnel étroit. En baissant les yeux, il pouvait voir la mousse blanche recouvrant son sexe et le doux brun duveteux de ses poils pubiens. L'air rempli des sons spongieux de sa bite martelant sa chatte humide juteuse. Ses petits seins volaient d'avant en arrière. Ses cheveux bruns mi-longs entouraient son visage en sueur. Ses yeux se fixèrent sur les siens, sa bouche s'ouvrit et un doux miaulement en sortit. Ses hanches pleines se soulevaient...

329 Des vues

Likes 0

Le Massage - 2 (corrigé)

Sarah et moi avons bavardé sur le chemin du retour après avoir vu Mike et Maria. Nous avons tous les deux convenu que nous l'avions apprécié et que nous voulions en faire plus. J'aimerais vraiment voir Mike te baiser, dit Sarah. Maria a fait du bon travail en nettoyant ma chatte après qu'il soit entré en moi - je pense que ce sera amusant qu'elle me mange. Je veux voir à quel point c'est différent d'être sucé par une femme - oui, et de la sucer aussi. Nous étions encore excités quand nous sommes rentrés à la maison. Nous étions au...

312 Des vues

Likes 0

Les invités

Nous gérions le B&B depuis quelques années - nous louions simplement le grenier qui était assez autonome. Cela a rapporté un peu d'argent supplémentaire. Avant de commencer, j'étais tout à fait contre, mais lorsque les invités ont déclaré venir, je m'y suis habitué et j'ai commencé à en profiter un peu. Un vrai mélange de personnes. Parfois, l'un d'entre eux attirait mon attention et je fantasmais souvent sur eux en train de baiser dans la pièce au-dessus de notre chambre ou dans une autre aventure sexuelle. Ce week-end, nous avons eu un couple de Hollande. La femme et les enfants étaient...

276 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.