Belle_(3)

956Report
Belle_(3)

BELLE par JackassTales

Il y a un vieil adage à propos de ceux d'entre nous qui préfèrent pêcher que travailler. Ca fait plutot comme ca; "la pire journée de pêche est meilleure que la meilleure journée de travail" !

J'avais un de ces jours. Les travaux s'étaient bien passés. Je passais une bonne journée. Mais, je devenais "énervé". Être comme c'était vendredi; J'ai sauté le déjeuner et je suis rentré chez moi.

Peut-être que c'était un peu l'enfant en moi qui m'a donné l'impression de jouer au "hooky". Je suppose qu'à bien des égards, j'ai juste refusé de grandir. Dès que je suis rentré à la maison, j'étais hors de mes vêtements de travail et dans mes vêtements de pêche.

Maintenant, j'étais assis au bord d'un ruisseau avec une canne à pêche dans une main et une bière fraîche dans l'autre. Les poissons ne mordaient pas du tout. Merde, ça m'allait bien ! Au moins, je n'étais pas au travail ! Les choses ne pourraient tout simplement pas aller mieux que cela!

Le temps a passé vite. J'ai bu la dernière bière du pack de six. Ou était-ce un pack de douze ? Je ne m'en souviens pas. J'avais bu ces bières trop vite. J'étais peut-être un peu pompette. Ma tête devenait floue. Ce dont j'avais besoin, c'était d'une bonne baignade froide pour me réveiller.

J'étais assis sur un gros rocher plat qui dépassait un ruisseau lent. Il ne m'a fallu que quelques secondes pour me déshabiller avec mon costume d'anniversaire. Dès que ma bite a été libérée de son confinement à l'intérieur de mon jean, elle a pris vie. A 30 ans, j'étais encore dans la force de l'âge. J'étais vigoureux, viril et toujours excité. L'érection épaisse et charnue de la tige entre mes jambes a prouvé le point.

J'ai plongé dans l'eau. On m'a rappelé assez rapidement que l'eau froide du ruisseau et les bites en érection ne sont pas des amis agréables. Non monsieur, ce sont des ennemis jurés ! L'eau froide a attaqué ma viande musclée ! En légitime défense, la tige s'est ratatinée à la moitié de sa taille d'origine.

Après quelques tours, je suis retourné vers le rocher du rebord. Je pataugeais dans l'eau jusqu'aux cuisses. Une abeille bourdonnait autour de ma tête. J'ai secoué ma tête mouillée, mais l'insecte inquiétant ne m'a pas laissé tranquille. Je l'ai tapé encore et encore. Enfin, j'ai frappé le fils de pute irritant et l'ai renversé. Il a atterri sur le rocher vers lequel j'ai marché à grands pas.

Maintenant, attendez une putain de minute ! Ce n'est pas une abeille ! Est-ce? Pourquoi, c'est trop grand. C'est trop gros de loin. Et diable, ça devient encore plus gros à la seconde! Alors que mes yeux confus fixaient, "l'abeille" s'est levée sur ses pattes. Se lever? Merde, les abeilles ne tiennent pas debout !

Les abeilles ne peuvent pas parler non plus. Mais, celui-ci l'a fait. Merde, ça parlait comme le jour ! D'une voix mélodieuse et mélodieuse, il a dit: «Monsieur, vous êtes certainement rapide. C'est la première fois que quelqu'un a pu me toucher ! J'aime voler et taquiner les humains.

Je suppose que j'avais bu beaucoup plus de bières que je ne l'avais imaginé. Je dois être ivre comme une pute ! Mon imagination s'emballait. Mon esprit savait pertinemment que la fille n'avait pas vraiment parlé. Fille…? Je me demandais pourquoi ce mot me venait à l'esprit.

Mes yeux se sont à nouveau concentrés sur la créature « imaginaire ». Pourquoi diable, ça ressemblait vraiment à une fille ! J'ai vu une petite tête, un torse et des jambes féminins. Des ailes lumineuses, bleu pâle et semi-transparentes flottaient derrière le dos de la créature. Le lutin ailé parlait même d'une voix douce et féminine : « Pourquoi me regardes-tu comme ça ? Vous agissez comme si vous aviez vu un fantôme. Tu penses que je suis un fantôme ?

Eh bien, je n'étais pas sur le point d'engager une conversation avec un personnage sorti de mon imagination enivrée ! Non, je ne l'étais pas ! Mais, la curiosité a pris le contrôle et a fait parler ma voix : « Non, je ne pense pas que tu sois un fantôme. Pour autant que je sache, tu es une fée ou une autre créature mythique.

La jeune fille parut offensée. Elle parla avec irritation : « Les fées ne sont pas des créatures mythiques ! Ce ne sont pas du tout des "créatures". Et, ils sont aussi réels que vous êtes monsieur ! Pourquoi, je devrais le savoir parce que j'en suis un moi-même ! Eh bien, techniquement, je suis un "Pixie".

Pixie, mon cul ! Elle n'était pas réelle ! Pourtant, je pouvais encore entendre sa voix : « Laissez-moi me présenter. Je m'appelle Belle. "Bell" est en fait mon nom de famille. J'y ai ajouté un "e" et j'en ai fait mon premier. Quel est ton nom? Je parie que vous ne pouvez pas deviner mon vrai prénom ? »

Sans savoir pourquoi, j'ai répondu : "Mon nom de famille est 'Pan' et c'est vrai. Je n'ai rien inventé. Mon prénom est Pierre. Merde, je ne pourrais pas deviner ton nom si j'essayais ! La seule « Belle » que je connaisse est celle de La Belle et la Bête. »

La jeune fille gloussa à nouveau. Elle a parlé joyeusement: «Je ne suis pas" cette "Belle, elle est plus jolie que moi. Je l'aime bien cependant. J'ai été à des soirées avec elle. Vous avez mélangé vos histoires. Mon prénom est en fait "Tinker".

Je savais maintenant avec certitude que j'étais complètement ivre. Je parlais à un « être » nommé… Merde, je n'osais pas y penser ! Mais je l'ai fait. J'ai pensé à ce que je faisais. Je parlais à… une fée qui s'appelait "Fée Clochette".

Pendant que je réfléchissais, la fille secoua vigoureusement la tête. De la poussière dorée tomba de ses cheveux et cacha son petit corps à la vue. Lorsque le nuage de poussière s'est calmé, une forme féminine de taille normale s'est assise sur le rocher devant moi.

Putain de tout-puissant, il n'y avait plus aucun doute sur sa féminité maintenant ! Elle mesurait environ cinq pieds deux pouces avec des yeux d'un bleu étincelant. Elle ne pesait probablement pas plus de cent livres. Des boucles blondes chatoyantes couvraient sa tête d'un chignon en queue de cheval assis haut.

Quant à son âge, eh bien, si je devais utiliser les années humaines comme mesure, je dirais qu'elle était une adolescente. Elle avait l'air d'être à la fin de son adolescence. Mais, à vrai dire, je ne savais pas grand-chose sur l'âge des fées.

Mais, cette fée particulière était définitivement une femelle. Sa robe a fourni la preuve la plus révélatrice de la féminité. Il n'avait pas d'épaules, il n'avait pas de manches et il n'avait presque pas de dos ! L'ourlet était si court qu'il couvrait à peine son entrejambe et ses fesses. Le vert pâle était la couleur.

Seules deux choses ont empêché la robe de tomber de la forme féminine. Les deux avaient des seins bien formés et arrondis! Mes yeux se sont fixés sur ces monticules saillants et les ont regardés avec émerveillement. Mes yeux ne bougeaient que pour regarder ses jambes. De longues jambes fines commençaient à des pantoufles vertes et remontaient jusqu'à l'ourlet de la robe courte et courte.

Mon esprit hypnotisé se demandait si elle avait une culotte ou un soutien-gorge sous son maigre costume de conte de fées. Ma bite ratatinée se remettait de son immersion dans l'eau froide. Fée, pixie, ou quoi que ce soit d'autre qu'elle était, elle rendait ma bite dure !

La fille reprit la parole : « Monsieur, qu'est-ce que c'est que cette chose là entre vos jambes ? C'est un serpent ? Tu ferais mieux d'être prudent. Ça gonfle vite et ça s'allonge."

Inconsciemment, j'ai baissé les yeux pour voir ma virilité musclée atteindre sa longueur complètement dressée. Je n'avais pas réalisé à quel point je m'étais approché de la fille. Alors que je regardais mon sexe, une main féminine se referma autour de lui. Le bout des doigts de la petite main arrivait à peine autour de la tige engorgée.

La fille lutin a parlé avec ma bite dans sa main: «Est-ce que c'est ce que les mâles humains appellent un« pénis »? C'est bien. Je l'aime bien. Je l'aime beaucoup! Je ne sais pas pourquoi, mais j'adore ça ! Qu'est ce que tu fais avec?"

Pourquoi je l'ai dit, je ne pouvais pas le dire, mais mes mots se sont répandus: «Ça s'appelle un« coq ». Il est fait pour les bouches féminines à sucer. Nous appelons ça « sucer des bites ».

Incroyablement, la fille a jeté ses pantoufles sur le côté et s'est précipitée jusqu'au bord du rocher. Elle s'est penchée et a mis ma bite dans sa bouche ! Merde, elle avait pris mes mots au pied de la lettre ! Je me demandais si elle était vraiment si naïve ou si inexpérimentée.

Naïveté inexpérimentée ou pas, la petite lutin espiègle suçait avidement la bite dans sa bouche. Elle a laissé ses instincts naturels suivre leur cours, mais son innocence inexpérimentée est vite devenue évidente.

Après que je lui ai donné quelques mots de conseils encourageants, la fille a rapidement compris. Sa bouche et sa langue ont commencé une exploration frénétique de succion de bite. Sa langue lécha et taquina ma chair. Ses lèvres s'embrassèrent et se caressèrent. Sa bouche, sa petite bouche serrée, suçait avidement.

Avec une bouche lubrifiée par l'humidité, sa tête se balançait de haut en bas sur mon arbre. Ma viande s'enfonça de plus en plus profondément dans sa gorge. Mes mains se sont enlacées dans ses mèches blondes bouclées. Je m'accrochai et l'attirai plus près.

Merde, petite bouche ou pas, elle avait certainement la gorge profonde ! Son balancement frénétique a aspiré mon arbre jusqu'à la garde. Toute la longueur a été enterrée dans sa bouche et sa gorge de fille lutin.

Je me tenais dans l'eau pendant que la petite nymphe innocente embrassait, léchait et suçait ma virilité palpitante. J'ai gardé mon jus aussi longtemps que j'ai pu. Mais merde, elle était tout simplement trop séduisante pour s'accrocher longtemps !

Mon esprit a débattu de la question de savoir s'il fallait se retirer ou non avant de jouir. Ma décision a été prise pour moi. Je jouis maintenant! Je jouis plus fort que je n'avais jamais joui auparavant! J'ai commencé à avoir un orgasme avec un plus grand plaisir que je n'aurais cru pouvoir exister ! J'ai crié vers le ciel dans un bonheur orgasmique.

Cock-cream renversé de mon arbre. Jet après jet d'un liquide épais, chaud et laiteux remplissait la bouche de la fille. Elle avala chaque goutte. Elle lécha et lapa chaque goutte qui tentait de s'échapper de sa bouche.

La fille, je pourrais aussi bien l'appeler Belle, a finalement permis à ma bite vide de sortir de sa bouche. Pourtant, Belle lécha et embrassa le manche avant de s'asseoir sur le rocher.

Belle souriait. Elle a parlé avec étourdissement: «Ok Peter, c'était amusant! Et ton lait était si bon. Wow, c'était mieux que le miel sucré que j'aime! Puis-je encore sucer ta "bite" ? Puis-je avoir encore un peu de votre lait sucré ?

J'ai ri du jeune lutin naïf. Ma voix chantait joyeusement : « Oui, tu peux. Mais, jeune fille, vous devrez attendre un peu. Je ne sais pas pour les fées mâles, mais nous, les humains, mettons un certain temps avant que nos bites redeviennent dures. Belle, quand je banderai à nouveau, tu pourras sucer tout ce que tu veux !"

Au début, la fille fit la moue, mais ensuite ses yeux brillèrent. Elle se pencha vers moi et secoua la tête. Plusieurs dizaines de flocons de poussière dorée s'envolèrent de ses cheveux et atterrirent sur la hampe flasque de mon sexe. J'ai ressenti une sensation de chatouillement lorsqu'ils se sont posés sur ma chair.

Incroyablement, ma viande s'est encore raidie ! Putain de merde, ma bite était dure comme de la pierre et étirée sur toute sa longueur ! J'ai parlé avec étonnement: "Bon sang, Belle, qu'est-ce que c'était que ce truc qui sortait de ta tête?"

La minx espiègle a répondu joyeusement: «Oh ça? C'est juste de la "poussière de lutin". Je suis né avec ça dans les cheveux. Je suppose qu'il y a un peu de magie là-dedans. Hé, Peter, tu es encore dur ! Je vais avoir plus de bite et de lait. Tu as dit que je pouvais.

Oui, j'avais dit qu'elle pouvait me sucer quand je devenais dur. Eh bien, j'étais dur. Et elle suçait. Belle avait maintenant un peu plus d'expérience. Elle savait quoi faire. Elle a pris son temps. Avec ma bite dans sa bouche, elle a sucé, léché et embrassé avec un zèle énergique.

Une minute passa, puis dix. Le temps a passé et j'étais perdu dans une folie magique. Lordy, la fille était une étude rapide! Elle se révélait être la meilleure suceuse de bite à avoir jamais eu ma viande dans sa bouche !

Non seulement ma bite était entièrement restaurée, mais mon jus séminal l'était aussi. Enfer, si ce lutin espiègle voulait de la crème pour bite, alors c'est ce qu'elle obtiendra ! J'ai recommencé à jouir. Je jouis avec la même intensité orgasmique glorieuse qu'avant !

Mon arbre engorgé a invoqué des jus séminaux et les a vomi. La bouche de Belle se remplit à nouveau de lait épais et crémeux. La quantité était tout aussi importante que la première fois. Elle avala, lécha et lapa.

J'ai cédé à l'abandon orgasmique. De puissants orgasmes ont secoué mon monde ! Oh putain, je pensais que je n'arrêterais jamais de jouir! Mais finalement je l'ai fait. Cette fois, je savais que j'étais vidé pour de bon.

Pourtant, dès que ma tige molle s'est échappée de la bouche serrée et humide de la fille, Belle l'a saupoudré à nouveau de poussière de lutin. Et, encore une fois, ma viande a repris vie. La jeune renarde dévergondée a recommencé à sucer.

Cette fois, j'ai attrapé ses cheveux et j'ai tiré la fille de force. Je l'ai repoussée sur le rocher. J'ai parlé sérieusement, « Bon sang Belle, tu dois arrêter ça ! Il y a autre chose que j'aimerais faire avec ma bite dure. As-tu déjà été baisé ?

La fille lutin m'a regardé avec un regard interrogateur dans les yeux. Elle n'était pas trop contente de perdre la bite de sa bouche. Elle léchait toujours la crème de ses lèvres. Avec de l'irritation dans sa voix, elle a répondu: "Peut-être que j'ai et peut-être que je n'ai pas!"

Pour une fée lutin, je dirais que la fille était une poignée fougueuse de passion féminine. Pourtant, je pouvais dire qu'elle était nouvelle dans ce jeu de sexe. Ses mots suivants le prouvèrent. Avec la curiosité prenant le dessus sur elle, elle a demandé: "Qu'est-ce que 'baiser' signifie?"

J'ai ri. Mon rire était chaleureux et fort. Je ne riais pas de la fille, je riais à cause d'elle. Je n'avais jamais rencontré une femme aussi irrésistiblement séduisante. Elle était séduisante et sexy. Elle était espiègle, capricieuse, audacieuse et agressive. Pourtant, elle avait une curiosité sexuelle innocente en quête d'aventure.

Soudain, je tendis la main, l'attirai à moi et embrassai ses lèvres. Sa bouche s'ouvrit de surprise. Elle s'éloigna, mais revint tout de suite. Ses bras volèrent autour de mon cou et ses lèvres chaudes fondirent contre les miennes.

Avec quelques mots d'instruction encourageante, elle est rapidement devenue une embrasseuse habile. Nos bouches, nos lèvres et nos langues jouaient de joyeux jeux de passion ardente.

Avec un émerveillement à bout de souffle, elle me murmura à l'oreille : « Oh Peter, j'adore ça ! Tu pourrais me « baiser » toute la journée comme ça et je serais si heureux ! Je suis tellement content que tu m'aies appris à baiser !

Le rire s'est échappé du plus profond de mon cœur. J'attirai la fille plus près, la serrai plus fort dans mes bras et l'embrassai avec une adoration inexplicable. Des mots doux se sont échappés de mes lèvres : « Écoute, bébé, ce n'est pas de la merde ! C'est juste un baiser. Baiser, c'est encore mieux que ça !

Belle s'écarta et me regarda à nouveau avec des yeux perplexes. Sa voix a demandé: «C'est un« baiser »? J'aime embrasser. Alors, qu'est-ce qui est foutu ? Vas-tu me « baiser », Peter ?

Je secouai la tête d'étonnement. Oh merde, j'entrais trop profondément. Je savais maintenant pertinemment que je n'étais pas en état d'ébriété avec des spiritueux alcooliques. Mais, j'étais très certainement sous le charme d'un high enivrant qui faisait voler mon cœur et mon esprit de joie.

Mon cœur et mon esprit n'étaient pas les seules parties de mon corps à sauter de joie. La tige palpitante entre mes jambes dansait avec une anticipation affamée.

Debout là dans l'eau fraîche du ruisseau, j'ai débattu de mon prochain coup. Merde, je ne pouvais pas profiter d'une fille innocente et naïve qui n'avait aucune idée de ce qu'elle demandait ! Pourtant, putain de merde, j'avais envie de la baiser ! Et merde, elle le suppliait !

J'attrapai l'ourlet de la robe courte vert citron de Belle. D'un seul coup, je l'ai tiré au-dessus de sa tête et l'ai jeté de côté. J'ai alors découvert que les parties du corps d'une femme pixie sont à peu près les mêmes que celles des femmes humaines.

Mes yeux ont remarqué une exception. Le corps de Belle n'avait de cheveux nulle part sauf sur sa tête ! Il n'y avait pas un seul cheveu, aucune bosse, aucune cicatrice ou aucune tache pour gâcher l'exquise étendue de sa fabuleuse forme féminine.

Des seins guillerets et entièrement formés se détachaient fièrement comme ornement décoratif de la poitrine. Des mamelons et des aréoles rose pâle complétaient les décorations du haut du corps.

Là, entre ses jambes se trouvait une chatte. Et, une jolie chatte, c'était ! Son corps était peut-être petit, mais sa chatte en était une de maturité féminine. Sans poils comme couverture, la chatte dépassait dans un magnifique renflement en monticule. Oh merde, je voulais ma bite à l'intérieur du beau monticule de la féminité !

J'ai poussé Belle contre son dos sur le rocher. Je me suis déplacé entre ses jambes écartées. Je me tenais au fond de la cuisse dans le ruisseau et la chatte de la fille était à une hauteur de bite parfaite.

Merde, je savais que je devais ralentir ! C'était le moment des préliminaires. C'est comme ça que ça marche. Les préliminaires de la chatte viennent en premier, suivis de la pénétration de la chatte. Mais merde, je ne pouvais pas attendre ! La fille avait saupoudré sa poussière de lutin sur ma bite et l'avait rendue chaude, dure et excitée comme l'enfer ! Il a «exigé» que je le mette dans sa chatte!

Avec mes doigts, j'ai écarté les lèvres de ma chatte devant moi. La tête de mon sexe toucha tendrement l'entrée vaginale. L'ouverture était humide. Putain, la chatte de Belle dégoulinait d'humidité glissante ! Cette humidité lubrifiait la tête du coq qui tentait d'entrer.

J'ai poussé doucement. J'ai senti une résistance. Merde, c'était exactement ce que je pensais ! Cette pixie femelle était vierge ! Mais merde, j'aurais fait trop de chemin pour m'arrêter maintenant ! Je n'avais jamais cassé une cerise pixie auparavant, mais comme on dit; il y a une première fois à tout.

D'une poussée rapide, j'entrai dans le vide virginal et traversai l'hymen. Le cri de fée aigu de Belle pouvait probablement être entendu à des kilomètres à la ronde. J'étais reconnaissant que nous soyons au fond des bois.

J'étais également reconnaissant que la fille ne se soit pas envolée de peur. Voler? Oh oui, je viens de me souvenir. Cette femelle que je baisais pouvait voler ! Mais bon sang, elle n'essayait pas de s'envoler n'importe où ! En fait, l'instinct féminin la poussait à l'action. Ses hanches se soulevèrent pour rencontrer l'intrus qui arrivait à l'intérieur de sa chatte.

Oh gloire à moi, ma bite avait trouvé un foyer ! Des lubrifiants chauds, humides et féminins invitaient le visiteur accueilli à rester un moment et à se mettre à l'aise.

Confortable…? Oui, je suppose que c'était un mot pour décrire ce que ressentait ma bite. La joie extatique pourrait être des mots plus appropriés ! Ma tige allongée et dure glissait dans et hors de la chatte de Belle en cycles lents et rythmés. Profondément, il plongerait puis reculerait lentement. Profondément à nouveau, il est allé puis est ressorti et rentré.

Je baisais une fée fabuleuse et je passais le temps de ma vie ! Mon Dieu, la poussière de lutin était un merveilleux aphrodisiaque et durcisseur de bite ! J'ai baisé Belle si longtemps que j'ai perdu la notion du temps. Je n'étais jamais resté dur dans une chatte aussi longtemps auparavant!

Je grognais et gémissais comme une bête sauvage dans les bois. Belle l'était aussi ! Elle gémissait et haletait. Elle a crié avec un murmure passionné : « Oh Peter, est-ce que c'est « putain » ? Oh mon, oh mon, oh mon, ça fait du bien ! Ça ne va pas mieux que ça, n'est-ce pas? Ça ne pourrait pas être mieux que ça !"

Au début, j'allais rire de la fille. Mais, alors j'ai repensé. Merde, j'adorais sa curieuse innocence. J'ai adoré son éveil sexuel et le rôle que j'y jouais. Je lui ai répondu avec la voix d'une enseignante expérimentée : "Oui Belle, c'est "putain". Et oui. ça fait vraiment du bien. Mais fille, ça va mieux! Je vais juste devoir vous montrer comment.

Mes poussées rythmiques sont devenues plus puissantes. J'ai pénétré la cavité vaginale glissante avec une série effrénée de coups de marteau-piqueur. Ma viande engorgée a stimulé chaque nerf vibrant à l'intérieur de la jeune chatte serrée de la fille lutin.

Pendant que je baisais Belle, je regardais son visage. J'ai vu la transformation commencer. Mon esprit me disait qu'elle était au bord de l'orgasme. Lorsque les muscles de sa chatte sont entrés en contact et ont serré mon arbre, je savais qu'elle était prête à jouir.

Belle gémit bruyamment et gémit avec une joie effrénée lorsque son premier orgasme commença. Ses jambes s'enroulèrent autour de mes hanches et m'attirèrent plus près. Mes coups de bite ont continué. La fille gémit et gémit à nouveau alors qu'un autre orgasme la berçait. Elle jouissait d'orgasmes intenses et puissants. Son visage était illuminé de joie.

Avec ma viande à l'intérieur de sa jeune chatte serrée, je jouis aussi ! Mes orgasmes étaient aussi violemment écrasants que ceux qu'elle m'avait donnés en suçant ma bite ! Lord-a-mercy, je jouis si fort que j'étais sur le point de perdre la tête !

La poussière de lutin magique avait de nouveau rempli ma virilité d'une autre charge de liquide séminal. Le trou au bout de ma bite s'ouvrit largement et expulsa ce mélange épais et crémeux de sperme et de sperme dans l'abîme vaginal profond et chaud de Belle.

Lorsque ma crème de bite chaude a commencé à remplir sa chatte de lutin, le corps de Belle a répondu avec une autre série d'orgasmes sans entraves et sans entraves. Elle a pleuré à haute voix alors que de multiples orgasmes la faisaient frissonner et trembler d'extase.

J'étais ravie au-delà de toute croyance parce que je pouvais donner à cette fille tant de joie orgasmique. Mais j'étais un peu déçu par le fait que les hommes ne pouvaient pas avoir d'orgasmes multiples aussi. Cela ne semblait pas juste. Pourtant, dès que cette pensée m'est venue à l'esprit, une chose incroyable s'est produite. Je me suis retrouvé à jouir à nouveau! Merde, la magie des lutins ne s'était pas encore dissipée ! J'avais plus d'orgasmes !

Ma bite pompait toujours dans et hors de la chatte de la douce jeune fée. Elle était encore perdue dans les affres de la jubilation orgasmique. Mais, mon corps aussi a recommencé à se réjouir alors que l'euphorie orgasmique m'a permis de me joindre à cette célébration du bonheur lubrique.

Enfin, les orgasmes ont culminé et nous avons tous les deux commencé à nous détendre lentement. Je pouvais à peine me tenir debout. Avec ma dernière once d'énergie, j'ai bondi hors du ruisseau et je me suis allongé sur le rocher à côté de Belle. Elle vint dans mes bras et nous restâmes tous les deux haletants et à bout de souffle.

Quand le calme est enfin revenu, Belle m'a chuchoté à l'oreille : « Oh Peter, j'adore « baiser » ! Je ne savais pas que quelque chose pouvait être aussi merveilleux. J'aime chaque touche que tu me donnes. Tu vas encore me baiser ?

Je n'ai pas répondu à la gentille pixie girl. Je l'ai embrassée. Pendant la majeure partie de l'heure suivante, nous nous sommes embrassés et avons exploré les corps de chacun. J'avais maintenant le temps pour les préliminaires. Les seins de lutin perky fleurissaient avec maturité alors que je les embrassais, les léchais et les suçais. Sa chatte de lutin sans poils s'est épanouie avec une maturité féminine alors que ma bouche, mes lèvres et ma langue chatouillaient et goûtaient chaque pouce du monticule délectable et du clitoris enfermé à l'intérieur.

Une question me vint à l'esprit, mais je n'osai pas l'exprimer à haute voix. Alors que je jouais avec son cul et son dos lisses et soyeux, je me demandais; où diable étaient ses ailes de fée ?

Belle et moi avons encore baisé. Cette fois, je n'ai pas eu besoin de l'aide magique de la poussière de lutin. Ma propre excitation virile naturelle en présence d'une femme séduisante était tout ce dont ma bite avait besoin pour devenir en érection. J'ai baisé la fille et elle m'a baisé. Une fois de plus, les orgasmes ont rejoint nos cœurs et nos corps.

Nous avons lavé nos corps glissants, visqueux et recouverts de sexe dans le ruisseau, puis nous nous sommes habillés. J'ai demandé à Belle si elle voulait venir chez moi et rester un peu. Elle a accepté avec enthousiasme.

---

J'ai ouvert la portière de la vieille camionnette miteuse à quatre portes et Belle a sauté dedans. Sa robe courte et courte s'est relevée, ce qui m'a permis d'avoir une vue parfaite sur son cul et sa chatte nus. À présent, je savais que les lutins ne portaient pas de culottes ni de soutiens-gorge. Au moins celui-ci ne l'a pas fait.

Belle me regarda curieusement. Elle a tranquillement demandé: «Vous n'aimez pas beaucoup ce véhicule, n'est-ce pas? Je peux lire dans tes yeux. Je pense que je peux lire dans vos pensées. Je sais ce que vous voulez!"

La jolie jeune fée, assise sur le siège à côté de moi, desserra le ruban vert pâle qui retenait la queue de cheval au sommet de sa tête. Libérées de leur bande de confinement, les mèches de cheveux bouclés et blonds tombaient en cascade jusqu'à ses épaules. Soudain, elle secoua vigoureusement la tête d'un côté à l'autre.

Une pluie dorée de poussière de lutin vola de ses cheveux. Elle secoua la tête encore et encore. Étonnamment, toute la cabine du camion était recouverte d'une lumière dorée si brillante que ma vue était compromise. Je ne pouvais même pas voir Belle.

Aussi vite qu'elle était venue, la lumière rayonnante s'estompa. Pourtant, ma vue n'était toujours pas normale. Au moins, je n'en croyais pas mes yeux ! Le vieux camion rouillé et en lambeaux n'était pas le véhicule dans lequel j'étais assis avec la fille lutin nommée Belle. Au lieu de cela, la fille et moi étions assis dans un tout nouveau camion SUV 4X4 ! Une riche sellerie en cuir couvrait l'intérieur. Le tableau de bord était en acajou foncé incrusté d'instruments chromés brillants. Le cadran d'un système GPS s'allumait en vert.

C'était le camion de mes rêves ! Je me demandais si Belle avait vraiment lu dans mes pensées et si elle avait vraiment fait ça pour moi. Un regard sur le sourire rayonnant sur son visage m'a dit qu'elle l'avait effectivement fait. Elle l'a fait pour moi !

Au début, j'étais sans voix. Des mots de gratitude me sont finalement venus à l'esprit, mais Belle a dit à la place : « N'ose pas me remercier, Peter ! J'aime faire des choses pour toi. J'aime aussi faire des choses "pour toi" et "avec toi". J'aime particulièrement baiser. Pouvons-nous baiser chez vous ?

J'ai fait un clin d'œil narquois à la fille, j'ai démarré le camion et appuyé sur l'accélérateur. Juste avant de passer la transmission en première vitesse, j'ai dit: "Belle, tu peux parier que ton joli cul de lutin que nous pouvons baiser chez moi!"

Le camion fila le long de la route défoncée de la ferme. Ma sœur Wendy et moi avions hérité de cette ferme équestre de bluegrass de deux cents acres de notre grand-père. La ferme avait depuis longtemps vu ses heures de gloire passer. Maintenant, il y avait des clôtures en panne et des écuries délabrées qui jonchaient le paysage. La maison principale n'était que le fantôme d'un manoir "il était une fois".

Lorsque la maison est apparue, Belle a posé des questions mystiques : « Peter, crois-tu en moi ? Saviez-vous que les fées et les lutins ne peuvent pas vivre longtemps à moins que quelqu'un ne croie vraiment en eux ? »

J'ai été stupéfait par l'information. Mais, j'ai répondu honnêtement à sa question : « Au début, je n'y croyais pas. Je pensais que j'étais ivre ou fou. Pourtant maintenant, après tout ce qui s'est passé, je crois en toi Belle sans aucun doute !

Le visage de la jeune fille s'illumina d'une joie rayonnante. Elle souriait toujours lorsque je me suis arrêté devant la maison et que j'ai commencé à l'aider à sortir du camion. Alors qu'elle se précipitait jusqu'au bord du siège, sa robe se releva à nouveau. J'ai eu un autre bon aperçu de ses jolies jambes et de sa chatte nue nue.

Enfer, j'étais encore dur et excité! Mon pantalon est descendu et ma bite a jailli. La tige dure et musclée s'est dirigée directement vers la chatte de lutin nue et est entrée dans le monticule glissant et hydraté. Belle enroula ses jambes autour de mes hanches et s'allongea sur la longue banquette du camion.

Une fois de plus, je baisais la princesse lutin de conte de fées qui me faisait sentir comme si j'étais un roi enchanté. Si c'était un conte de conte, alors je ne voulais pas connaître la fin. Je voulais juste baiser la fille. Alors baise-la, je l'ai fait.

Quelque part au milieu de la joyeuse putain de gaieté, mes yeux se sont concentrés sur une vue de l'autre côté du camion. Ma sœur se tenait là, regardant par la fenêtre ouverte du côté passager. Avec une admiration bouche bée, elle regarda la bite dressée de son frère entrer et sortir de la chatte humide d'une fille.

Wendy était l'un de ces bébés «surprises» en fin de vie que certaines femmes ont «accidentellement». J'avais presque 30 ans quand notre mère a sorti cette petite fille. Le bébé était maintenant un adolescent précoce de 16 ans. Pendant que nos parents partaient en vacances à l'étranger, ma sœur restait avec moi et allait à l'école.

Je n'avais jamais remarqué auparavant si Wendy pouvait ou non avoir la moindre curiosité pour le sexe. Eh bien, j'ai remarqué maintenant! Et, elle avait très certainement de la curiosité ! Je suppose que c'est sa curiosité sexuelle qui l'a poussée à ouvrir la portière du camion, à grimper sur le siège et à s'asseoir à la tête de Belle.

Belle tendit la tête et regarda la paysanne aux pieds nus. Wendy portait une chemise et un jean surdimensionnés et trop grands. Sa tignasse de cheveux châtain clair était coupée courte et encadrait sa tête de boucles de boucles naturelles.

Wendy était un petit rejeton de fille, mesurant peut-être seulement six pouces sur quatre pieds. Elle pesait à peine quatre-vingt-dix livres. J'avais toujours pensé que le visage de ma petite sœur avait l'air d'un de ces petits chérubins innocents et angéliques. Pourtant, le regard que je voyais sur son visage était loin d'être innocent. Ses yeux regardaient attentivement la baise sur le siège du camion.

Étonnamment, la fille lutin avec ma bite battant dans sa chatte a tendu la main pour serrer la main de ma sœur. Elle a dit joyeusement: «Salut Wendy. Je suis Belle. Es-tu venu rejoindre notre fête ?

Wendy a été choquée, mais elle a récupéré rapidement. Les mots jaillirent de sa bouche : « Comment avez-vous connu mon nom ? Que voulez-vous dire par "je veux participer" ? Voulez-vous que je le fasse ? Je pense que j'aimerais. Ça a l'air amusant. Mais, je n'ai jamais... je n'ai jamais fait « quoi que ce soit » avant ! Pierre, qu'en penses-tu ?

Merde, j'étais abasourdi ! Ma viande gonflée était toujours enfouie profondément dans la chatte de Belle, mais j'avais arrêté de marteler. J'ai regardé ma petite sœur innocente et j'ai dit : « Merde Wendy, tu es sérieuse ? Es-tu vraiment vierge ? Chérie, si tu n'as jamais rien fait, pourquoi voudrais-tu commencer maintenant ? »

Les yeux de Wendy se sont éloignés de la chatte et de la bite conjointes à côté d'elle. Ses yeux plongeaient dans les miens. Elle sourit timidement et dit : « Oui, je suis vierge. Mais, une fille doit le perdre parfois! Vous vous amusez tous les deux, alors pourquoi pas moi ?

La robe étriquée de Belle était déjà relevée au-delà de son nombril. Elle attrapa l'ourlet, le fit passer par-dessus sa tête et le jeta sur le siège arrière. Son corps de lutin nu et souple était entièrement exposé.

À mon incroyable surprise, Wendy a tendu la main et a pris un sein ! Elle a parlé avec étonnement: «Wow Belle, tu as de beaux seins! Je n'ai jamais vu les seins d'une fille aussi parfaitement formés! J'aimerais que la mienne soit aussi jolie. Mes seins sont trop gros ! C'est pourquoi je porte habituellement de grands hauts.

Belle ne bougea pas de sa position sur le siège. Mais, elle a parlé de manière consolante: "Oh, c'est un non-sens, Wendy! Les seins sont beaux quelle que soit leur taille ! Laissez-moi et votre frère jeter un œil au vôtre et nous pouvons vous le dire.

Sans hésiter une seconde, Wendy a passé sa chemise surdimensionnée par-dessus sa tête. Putain tout-puissant, elle n'avait pas de soutien-gorge sous la chemise trop grande ! Les seins de l'adolescence de la fille rebondissaient librement.

Bon sang, quand ma sœur a-t-elle eu des seins ? Je suppose que les frères peuvent parfois être un peu denses lorsqu'il s'agit de remarquer les corps mûrissants de leurs petites sœurs.

Petite sœur, mon cul ! Pourquoi, il n'y avait rien de peu sur les seins de Wendy! Pour une fille de 16 ans, elle était incroyablement empilée ! Ce doit être à quoi ressemblait la chanteuse de musique country Dolly Parton à l'adolescence !

Belle regardait et parlait aussi: «Wendy, tu as de beaux seins corsés! Si mes seins étaient aussi gros, je ne pourrais pas voler. Mais je pense qu'ils te vont très bien. Tu ne crois pas, Pierre ?

J'espérais que Wendy n'avait pas compris la partie sur le vol. Mais, j'avais d'autres choses en tête. Mes yeux fixaient les seins de ma sœur. Ma voix a tremblé quand j'ai dit : « Bon sang, oui, ils sont beaux ! Je ne savais même pas qu'elle avait les magnifiques poupées sous sa chemise !

Belle et Wendy ont ri de mon innocente ignorance. Belle tendit la main et tira l'un des seins de Wendy vers sa bouche. Ses lèvres se sont accrochées à un mamelon saillant et ont sucé.

Belle a arrêté de sucer assez longtemps pour dire: «Hey Peter, pourquoi n'essaies-tu pas l'un de ceux-ci? Ils sont très savoureux ! Si vous avez aimé le mien, je sais que vous aimerez ceux-ci.

Ma tête a débattu de la question pendant environ deux secondes. Mais, ensuite, mon esprit a pensé silencieusement: "Pourquoi diable ne devrais-je pas le faire!"

Avec ma bite toujours dans la chatte de Belle, je me suis penché maladroitement. J'ai réussi à attraper un sein avec ma main et un mamelon avec ma bouche.

Belle et moi avons passé un bon moment à sucer, lécher et embrasser les gros seins de ma sœur. Je suppose que Wendy était heureuse aussi. Elle gémissait doucement. Ses deux mains jouaient avec les petits seins de Belle.

Avec ma bouche sur un mamelon et ma bite dans une chatte, j'ai entendu la voix féminine de Belle : « Oh Wendy, je parie que tes beaux gros seins contiendraient beaucoup de lait ! Je n'ai jamais goûté de lait maternel "humain" auparavant. Cela vous dérangerait-il si Peter et moi avions un peu de votre lait ? »

Un ton déroutant apparut dans la voix de Wendy. Elle répondit lentement : « Pourquoi Belle, je n'ai pas de lait ! Je ne suis pas enceinte ni allaitante. Oh, toi et Peter seriez les bienvenus dans mon lait si j'en avais. Tu pourrais sucer toute la journée si tu voulais.

Plusieurs mèches errantes des boucles blondes de Belle effleuraient les seins de Wendy. Des flocons de poussière de lutin touchaient la chair douce et soyeuse. Du lait, du lait épais, chaud et crémeux, a commencé à couler des mamelons jumeaux. Belle et moi avons sucé et bu avidement.

Étonnamment, Wendy ne s'est pas éloignée. Son jeune esprit était sûrement en état de choc. Pourquoi, les seins des adolescentes ne produisaient pas de lait à la demande ! Yet, the girl couldn’t deny the fact that there were two mouths on her nipples sucking and swallowing her free-flowing mammary milk!

Wendy’s confusion ran rampant. Bewilderment brought about questions, “Belle, what did you mean when you said you haven’t tasted ‘human’ milk? And, what was that about not being able to ‘fly’ with big tits?”

Hell, the shit had hit the fan now! Whether she would believe it or not, it was time to tell Wendy the truth! I summoned strength to my voice and said, “Sis, Belle’s name will explain it all. ‘Bell’, with no ‘e’, is actually her last name. Her first name is ‘Tinker’. Belle is a pixie fairy! It was Tinker Bell’s pixie dust on your breasts that gave them milk.”

I waited a few seconds for this stunning information to sink in. I then explained more, “I met Belle when I was swimming in the creek. In front of my eyes, she changed from a tiny flying fairy into the beautiful pixie girl you see here now. I can’t count how many times I’ve fucked her. I only know I’ve got to fuck her again right now!”

The throbbing cock between my legs demanded attention! Belle’s warm, wet pussy had my shaft drowning in slippery moisture. My lubricated meat began fucking in earnest.

Belle continued to suck Wendy’s milk, but her hips rose and fell to meet my pounding cock. I fucked her easy for several minutes. I fucked her harder for several minutes more.

I fucked Belle until both she and I surrendered to glorious orgasms. We began cumming together! I filled her pussy to the brim with semen and sperm. And then, we started cumming again! Orgasms locked out the world and we fucked as time stood still. I think maybe we both were squealing or screaming, but I heard not a sound.

The world came crashing back when Wendy’s voice rang out, “Oh god, oh god, that was wonderful to see! Oh, I didn’t know fucking was really that fantastic! I wish it could happen to me!”

My cock finally pulled out of the pussy it had been in for so long. My shaft was a slippery, sticky mess of sex fluid. Belle’s pussy was overflowing with cock cream and vaginal pixie juice cum. Her mouth was leaking breast milk.

Belle twisted to face my sister and said, “Wendy, do you believe? Do you believe I am real? Can you believe in pixie fairies?”

With no hesitation at all, Wendy answered, “Yes Belle, I believe! I’ve seen too much to have any doubts. I’m so glad to see you fuck my brother. I wish I could fuck him, too!”

Belle’s face lit with joy. Here was another human to believe in her. She could live longer with two humans believing in her. She spoke quickly, “Ok girl, you get your clothes off! If you want to fuck your brother, then you can!”

Wendy slipped off her jeans and panties. All the while, she was staring at my limp, flaccid cock. She looked at Belle and said, “I want Peter to fuck me. But Belle, I’ll have to wait until he gets hard again!”

Belle winked at Wendy and said, “Watch this girl and then switch places with me. You will have to be here on the edge of the seat to get fucked.”

While Wendy watched, Belle shook her hair and allowed pixie dust to shower my groin. Once again, the fairy magic did its job. My cock came to full erection, my testicle sack refilled, and my seminal cream was replenished.

Belle and Wendy switched places. Hell, I had another naked girl in front of me! Never in my life had it occurred to me that I might want to fuck my sweet, innocent sister. Yet, here the girl was, willing and eager for fucking! Damn, I was hard, horny, and eager for fucking, too!

Wendy reached out and removed my shirt. She whispered seductively, “Oh Peter, I love your beautiful body! I especially love your cock! You don’t know it, but I’ve sneaked looks at you when you’re in the shower! I’ve dreamed about having your cock inside my pussy for over a year. Will you fuck me now?”

With this said the girl leaned back and spread her legs. I stared at the naked girl. Wendy’s breasts may be big, but the rest of her young teen body was small and petite. Her belly was flat. Her hips and legs were slim.

My eyes came to focus on one part that was not small or petite at all! There between her legs was a fully matured pussy mound surrounded by a thick bush of pubic curls! As a matter of fact, the bush was too damn thick and concealed too much pretty pussy flesh!

I had forgotten about Belle being able to read my mind. The pixie girl ran her hands through her hair and collected pixie dust on her fingers. She reached for Wendy’s pussy and gently massaged the entire feminine mound. When she stopped playing and pulled her hands away, my sister’s pussy was completely nude!

Hell, that’s just the way I like pussies! I like them even better when my cock is inside them! So, that’s just where my swollen meat headed. I hoped Wendy’s virginal vaginal hole had enough lubrication for penile penetration.

Again, Belle read my mind. The pixie girl stuck her fingers into her own still dripping wet pussy hole and gathered out fingers-full of sticky, slippery wet cunt and cock cream. She liberally applied this lubricant inside the opening to Wendy’s pussy.

Without a bit of warning, I rammed my cock into my sister’s lubricated hole. She squealed as my shaft tore through her virginal hymen. Hell, I almost didn’t care if it hurt! If the girl didn’t want her cherry busted, then she shouldn’t have spread her legs so willingly!

Wendy’s squeals of pain were short lived. They were replaced by grunts, groans, and moans as she joined in on this sexual odyssey. Inexperienced virgin she might be, but she had an adventurous, healthy lust which demanded fulfillment.

Deep penetration was my goal. So, deep penetration was what I did! My cock head bottomed out inside Wendy’s pussy. My sex-coated shaft plunged in and out with effortless ease.

Holy shit, I was really doing it! I was fucking my sweet, innocent little sister! And, the wanton, wicked little girl was fucking me, too!

Just because this was our first time together, didn’t mean we had to be in a hurry. I slowed the pace of penetration. I began fucking her slow. Hell, I knew females needed a little time to get ‘warmed up’ before being able to have really good orgasms! I planned to warm Wendy up slow. I wanted her first orgasms with a guy to be something to remember forever.

Shit, I was building up a pretty good memory bank full of remembrances myself! My sister’s pussy was a mighty fine place for my cock to be housed! I began hoping our parents might want to travel a little more and allow Wendy to stay with me. After this, she and I might have some good times together.

I brought my mind back to the business at hand. Why, it seemed like I’d been fucking this girl forever! I think she was good and warmed up by now. I began fucking harder.

Wendy’s moans and groans grew louder. Her pussy was spraying my cock and pubic hair with vaginal cum. She was cumming! Hell, she was cumming hard! She bucked and jumped as orgasms shook her teen body!

I was cumming, too! I’d felt my cock summon forth seminal fluids. Torrents of creamy semen and sperm flowed from my shaft into my sister’s pussy. It was too goddamn late to put on a condom! I couldn’t have stopped my orgasmic fluids from filling my sister’s vaginal cavity if my life depended on it! The threat of possible impregnation would have to be ignored.

My warm seminal juices spurred Wendy into another wave of orgasms. She began cumming with unrestrained, passionate, guttural whimpering cries. She began shouting, “Oh Peter, it’s good! It’s good! Oh god, it’s good! I can’t believe it! But, I do, I do!”

Wendy wasn’t the only one cumming again. Thanks to Belle’s wondrous pixie dust, my cock was again spraying out cream. Once again, I was having gloriously amazing orgasms rocking my mind, body, and soul!

My sister and I seemed to be like the drumbeating bunny rabbit on TV. We just kept on ‘cumming and cumming’!

Finally our orgasms subsided and we came slowly down from our orgasmic high. We each heard Belle’s voice softly speaking, “Peter, I know what you’re thinking. Don’t you two worry about pregnancy! One dusting of pixie dust will keep you from ever getting your sister pregnant. You can fuck all you want from now on!”

The three of us, Belle, Wendy, and I strolled arm in arm to the house. As we stepped onto the porch of the dilapidated old mansion, my mind strayed. I thought about the contrast between the beauty of the two young girls at my side and the ramshackled look of the old house.

Once again, the pixie girl read my mind. Sweet, beautiful Belle looked at me and smiled. She pulled away and disappeared. Wendy and I stared in amazement as fluttery wings circled around and around the house. Golden dust encased the building in blinding, reflective light.

As the radiant light faded, our eyes beheld the house in its entire, majestically restored splendor. A mansion this house once was and a mansion it was now again! As the little old fella Yoda would say, “Magnificent, it was!”

Belle didn’t return right away. Wendy and I heard a barely audible whisper as tiny wings fluttered in the air. We’d heard similar words before, perhaps in a movie. The words resounded in our ears, “I’ll be back!”

Before the sound faded completely, we heard a tinkling fairy voice say, “When I come back, I’ll want us three to fuck again. Until then, you two check out the new bed in Peter’s room. It’s a good bed for brother and sister fucking. It’s good for pixie fucking, too. Have fun!”

Wendy and I entered the house. The interior was also restored to splendor. But, the downstairs décor was not what interested us two. At the top of the winding staircase, a room with a new bed awaited. We’d been told it was a bed good for brother and sister fucking.

Well hell, I was a brother and Wendy was a sister! I was hard and I knew Wendy was wet. We’d better just check out that bed. Hand in hand, we ran up the steps!

Articles similaires

Histoire de sexe de Katrina Kaif C'est l'histoire de la fille la plus chaude du cul Katrina Kaif. _(1)

C'est l'histoire de Katrina Kaif, la fille au cul la plus chaude. Une fois, Salman et Katrina Kaif sont partis en tournée aux États-Unis et dans la nuit, ils sont allés dans un pub pour jouer au billard. En entrant dans la salle de jeux, ils virent trois géants noirs jouer. Lorsqu'ils sont entrés, les trois gars ont dit wow! Quelle chienne sexy dans leur langue locale et leur bâton à 90 degrés entièrement érigé dans leur pantalon. Katrina portait une mini-jupe bleu ciel à une seule bande montrant ses épaules complètes jusqu'aux seins et aux cuisses sexy. Ils ont tous...

972 Des vues

Likes 0

Comprendre (republier)

Introduction : comment j'ai découvert le sexe Par Kim Catégorie = jeune, pré-ado, pré-ado, histoire vraie, virginité Ceci est une réécriture d'une histoire que j'ai posté il y a plusieurs années. Je le réécris dans le format Il pensait, Elle pensait que plusieurs auteurs sur ce site ont utilisé récemment. Cet événement m'est arrivé il y a presque 20 ans. J'ai pris un peu de licence littéraire avec ce que nous pensions chacun à l'époque. Comment as-tu appris le sexe ? Parfois, nous apprenons l'éducation sexuelle à l'école, parfois un parent vous fait asseoir et vous explique. C'est l'histoire de la façon...

1.6K Des vues

Likes 0

Les Témoins de Jéhovah

Fbailey histoire numéro 630 Les Témoins de Jéhovah Mary avait toujours vécu à côté de moi. Nous avions le même âge mais nous n'avions presque jamais été ensemble. Vous voyez, Mary est un témoin de Jéhovah et n'est pas autorisée à se mêler à des roturiers comme moi. Ses parents sont plus puissants que toi. Ils prêchent constamment la Bible et font toujours du porte-à-porte pour pousser leur religion aux autres. Quand j'ai eu treize ans, mon père m'a aidé à construire une cabane dans les arbres derrière notre garage. Maintenant, à quatorze ans, je passe beaucoup de temps là-bas, surtout...

856 Des vues

Likes 0

Le fantasme de Carla accompli

Je suis entré dans le magasin et j'ai vu Richard regarder vraiment vers le bas et lui ai demandé ce qui n'allait pas. Richard m'a dit qu'il venait de découvrir que sa femme le trompait et qu'il ne savait pas quoi faire. Je lui ai dit à quel point j'étais désolé et je l'ai invité à prendre un verre et un film pour que ma femme Carla et moi puissions penser à tout. Je lui ai dit que les enfants étaient chez leur tante pour qu'il n'ait pas à s'inquiéter d'être entouré d'un groupe d'enfants qui criaient. Richard a frappé à...

2.4K Des vues

Likes 1

Innocence Enslaved partie 1: Rude Awakening

Emily se réveilla lentement, les paupières lourdes. Elle avait froid et la pièce était plus éclairée que d'habitude. Elle était mal à l'aise, la surface sous elle dure et inflexible… était-elle tombée du lit ? Toujours somnolente, elle cligna des yeux plusieurs fois et essaya de lever une main pour se frotter les yeux. C'est alors qu'elle s'est rendu compte qu'elle n'était pas dans sa chambre, et soudain elle était bien éveillée. Elle se rendit compte qu'elle était face contre terre sur une sorte de table, ses gros seins écrasés douloureusement contre la surface froide et ses mains attachées sur les...

1.9K Des vues

Likes 0

Le visiteur

Le visiteur Je travaille dans un bon restaurant près de Mt. Rainer à WA. Nous recevons beaucoup de touristes en ville à cause du paysage, donc j'ai l'habitude de rencontrer des gens du monde entier. Je suis plutôt timide, mais quand je suis au travail, je dois être sociable et amical. Parfois, c'est vraiment pénible d'être amical avec certains des visiteurs de l'extérieur de la ville qui viennent ici pour manger. Mais hier, c'était différent. Un grand monsieur plus âgé est venu au restaurant pour un dîner tardif. Il était seul et était du genre calme, mais avait un beau sourire...

1.8K Des vues

Likes 0

Le Massage - 2 (corrigé)

Sarah et moi avons bavardé sur le chemin du retour après avoir vu Mike et Maria. Nous avons tous les deux convenu que nous l'avions apprécié et que nous voulions en faire plus. J'aimerais vraiment voir Mike te baiser, dit Sarah. Maria a fait du bon travail en nettoyant ma chatte après qu'il soit entré en moi - je pense que ce sera amusant qu'elle me mange. Je veux voir à quel point c'est différent d'être sucé par une femme - oui, et de la sucer aussi. Nous étions encore excités quand nous sommes rentrés à la maison. Nous étions au...

1.8K Des vues

Likes 0

Le rêve de John devient réalité

John: John s'est réveillé vers cinq heures et demie du matin avec une érection encore une fois. Il baissa les yeux, prit sa main, la glissa dans son pantalon et commença à se frotter. La raison pour laquelle il s'est réveillé était à cause d'elle. Alexandria, bien qu'il n'ait que 15 ans et qu'il soit un étudiant de première année au lycée, il savait qu'il l'aimait. Tout en elle l'excitait ; L'odeur de son shampoing à la fraise dans ses riches cheveux brun foncé qui dépassaient juste ses épaules, ses seins en bonnet C, son cul merveilleusement serré et ses longues...

1.4K Des vues

Likes 0

The Rogue's Harem Tome 3, Chapitre 14 : Promesse tenue

Le harem du voleur Tome 3 : Le harem passionné du voleur Quinzième partie : Promesse tenue Par mypenname3000 Droits d'auteur 2018 Remarque : Merci à WRC264 pour la lecture bêta de ceci. Chapitre quarante-trois : Le rappel de l'art Aingeal - Principauté de Kivoneth, Les Strifedoms de Zeutch Le corps en osier du lévrier s'est effondré autour de nos âmes. Je pouvais sentir le corps du pauvre mandataire se défaire. La suralimentation du marteau en diamant lui avait envoyé trop d'énergie. Le lévrier n'était pas un bon mandataire. La fumée s'éleva, l'osier s'enflamma. Qu'advient-il de nous quand il est détruit?...

1.3K Des vues

Likes 0

Sally se réveille - Chapitre 03

J'apprends que la bisexualité est tellement amusante. Puisse-t-il devenir encore meilleur. Le reste de la semaine a suivi le schéma des deux jours précédents. Je m'étais donné à Sid et Sue sans poser de questions. J'aimais avoir et recevoir du sexe oral et Sid était un grand amant. C'était samedi matin et Sue a dit qu'elle devait aller faire les courses et que j'aimerais venir. Quand j'ai dit oui, elle a insisté pour que je ne porte ni soutien-gorge ni culotte. J'étais un peu inquiet mais j'ai accepté de faire ce qu'elle me demandait. L'excitation que j'ai ressentie en portant juste...

1.3K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.