Mon esprit était gelé dans ton amour

354Report
Mon esprit était gelé dans ton amour

Chapitre 1:

C'était la pire chance qu'ils aient jamais eue.

Un blizzard anormal les avait bloqués dans leur dernière planque et ils avaient raté leur vol prévu hors du pays. Red avait été en contact avec Dembe pour lui faire savoir qu'ils ne pourraient pas se rendre à la piste d'atterrissage où son jet privé était en attente, attendant de les emmener à l'étranger. Le retard leur coûterait sans aucun doute quelques désagréments : Red avait espéré être réuni avec Dembe maintenant, les nerfs de Lizzie étaient à bout de nerfs, et pour couronner le tout, c'était la veille de Noël. Il avait planifié cette nuit bien différemment pour elle. Il voulait célébrer ce Noël avec elle sur une île tropicale isolée, de préférence une sans traité d'extradition américain, et lui montrer exactement à quel point il pouvait la protéger. Quelque part sous les tropiques se trouvait un refuge entièrement meublé, paré des plus beaux atours de Noël ; un arbre décoré avait été préparé, du lait de poule serait au frais dans la cuisine, même un bas accroché à son nom. Il avait voulu lui préserver un semblant de normalité pendant ses premières (et ce qu'il espérait être ses dernières) vacances en cavale. Malheureusement, Dame Nature avait d'autres projets.

Red avait choisi leur emplacement actuel et donc, bien sûr, il ne leur manquait rien. La cabine était luxueusement aménagée, avec des boiseries sombres dans chaque pièce, des meubles opulents dans des tons et des tissus riches, et un garde-manger bien approvisionné qui permettrait à Red de cuisiner plusieurs semaines de somptueux repas. Ils seraient capables de surmonter la tempête dans un confort relatif, mais l'extravagance de leur environnement n'a rien fait pour calmer l'anxiété de Lizzie.

Lizzie était agitée, la tension nerveuse vibrait de son corps tendu comme si elle était un arc bien tendu. Elle arpentait le salon avec des collants bordeaux et un pull crème surdimensionné, ses chaussettes épaisses rembourrant doucement le sol alors qu'elle marchait d'avant en arrière, vérifiant en permanence la progression de la tempête depuis la grande baie vitrée de l'autre côté de la pièce d'où Red se prélassait facilement dans un gilet noir et une chemise blanche impeccable sur le canapé, lisant un exemplaire bien usé de Guerre et Paix. Elle soufflait avec exaspération, marmonnant doucement sur la sagesse de faire confiance à un criminel connu pour sa sécurité alors que son jugement n'était manifestement pas très fiable s'il la traînait dans le Vermont au milieu de l'hiver dans le cadre de leur plan d'évasion. Finalement, ses marmonnements et son chemin saccadé et erratique ne pouvaient plus être ignorés.

« Pourquoi ne viens-tu pas t'asseoir et me laisser te lire un moment ? » demanda-t-il, son offre étant un moyen de diversion.

« Comment peux-tu rester assis là ? » s'exclama-t-elle en se retournant vers lui. « Quand le FBI pourrait être là-bas, ratisser les bois pour nous en ce moment ? À tout moment, ils pourraient défoncer notre porte ! » elle fit un geste sauvage autour d'elle. « Il gèle là-bas, nous sommes coincés ici et c'est Noël ! termina-t-elle amèrement. Red ressentit une pointe de regret à ses paroles. Bien sûr, elle préférerait être ailleurs que piégée ici avec lui.

« Lizzie, personne ne vient nous chercher, personne ne sait même que nous sommes ici », a-t-il répondu patiemment, en posant le livre sur ses genoux. « Cela faisait partie du détournement des médias sociaux, vous vous souvenez ? Toutes nos pistes mènent à la Californie.

"Je suis désolée", se dégonfla-t-elle à côté de lui sur le canapé, s'effondrant sous l'épuisement de sa tension si élevée, se penchant en avant avec ses coudes sur ses genoux, posant sa tête dans ses mains. « Je ne sais pas quoi faire de moi-même. Nous devrions courir et à la place, nous sommes coincés ici. J'ai l'impression qu'il y a quelque chose que je devrais faire. Comment es-tu si calme ?

"Des années et des années de pratique", a répondu Red d'un ton conspirateur. « Je ne peux pas vous dire combien de fois j'ai été piégé dans des cachettes par diverses circonstances, sans rien faire d'autre qu'attendre. D'habitude, cependant, j'étais seul. Je dois admettre que c'est agréable d'avoir un compagnon aussi agréable pour changer.

"Je ne pense pas avoir été de très bonne compagnie", a admis Lizzie, en s'excusant. "Mon esprit ne s'arrêtera pas de courir et je ne sais tout simplement pas à quoi penser. J'ai besoin d'une distraction. Elle réfléchit un instant. "Raconte moi une histoire?"

Red s'arrêta un instant, surpris par sa demande, un petit sourire surpris sur les lèvres. Elle semblait normalement si ennuyée par ses histoires. Peut-être cherchait-elle désespérément quelque chose pour occuper son esprit ? Quelle qu'en soit la raison, il l'apaiserait. Il n'y avait, après tout, rien qu'il puisse lui refuser s'il était en son pouvoir de donner.

"Eh bien," commença-t-il lentement, sa langue travaillant autour de sa bouche alors qu'il se battait pour trouver quelque chose qui détournerait son attention de leur situation actuelle et la mettrait également à l'aise. "Il y a eu une fois en particulier qui me vient à l'esprit..."


Chapitre 2:

Une heure plus tard, le vent s'était levé à l'extérieur, faisant craquer les vitres sous le poids de la neige soufflée, l'obscurité était tombée autour de la cabine confortable, et Lizzie était finalement allongée contre le bras opposé du canapé, ses pieds reposant sur les genoux de Red alors il a terminé de raconter une histoire amusante sur un long week-end qu'il a passé à faire naufrage avec un chanteur d'opéra italien sur une petite île des Caraïbes pendant une tempête tropicale.

"Oh mon dieu, je ne peux pas croire que tu sois coincé pendant trois jours avec rien d'autre que du chardonnay à boire!" s'exclama-t-elle en riant. « Vous avez dû être tellement bouleversé ! »

Red couvrit ses orteils avec ses mains, gardant ses pieds au chaud, et pencha la tête sur le côté, appréciant le tintement musical de son rire, lui souriant en réponse.

« Oui, eh bien, nous nous sommes débrouillés », a-t-il répondu. "Comme je l'ai déjà dit, la compagnie n'a jamais été aussi gentille qu'elle l'est avec toi", lui a-t-il dit honnêtement.

Lizzie lui rendit un sourire timide et pendant un long moment, ils se contentèrent de se regarder dans un silence agréable.

Sans avertissement, toute la cabine s'est éteinte et ils ont entendu le ronronnement du radiateur s'éteindre lentement.
"La tempête a coupé le courant", Lizzie a retiré ses pieds des genoux de Red pour se lever. "Je vais voir si je peux trouver des bougies."

Rose rouge aussi : « Il y a une pile de bois de chauffage sur le côté de la maison ; Je vais en rapporter », expliqua-t-il en enfilant son manteau et en enroulant une écharpe en cachemire fauve autour de son cou.

"Faites attention", a-t-elle averti. « Il fait plus froid qu’il n’y paraît et il ne faut pas grand-chose pour se perdre dans un blizzard. »

Red lui a simplement souri d'un air énigmatique. Sur ce, il ouvrit la porte de la cabine et sortit dans la nuit.

Lizzie roula des yeux dans son dos et retourna à sa tâche.

TBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLT

Quinze minutes plus tard, elle avait localisé et distribué suffisamment de bougies sur des étagères et des tables de bout pour traverser le salon sans trébucher sur chaque meuble et mur, et Red n'était toujours pas revenu. Elle jeta un coup d'œil par la fenêtre dans l'obscurité, s'inquiétant de son absence. Qu'est-ce qui peut lui prendre si longtemps ? Alors qu'elle allait de pièce en pièce, vérifiant que rien d'inflammable n'était placé trop près des bougies, son esprit courait d'un scénario terrifiant à l'autre. Et s'il était tombé et s'était couché dans la cour quelque part blessé ? Et s'il s'était égaré et s'était éloigné de la maison ? Bientôt, elle ne pouvait plus supporter l'angoisse de son absence inexpliquée et avait décidé de sortir le voir.

Elle venait de fermer ses bottes lorsque la porte d'entrée s'ouvrit. Rouge, couvert de blanc, les bras chargés de bois de chauffage, se débattait pour franchir la porte.

"Rouge!" elle s'écria : « Où étiez-vous ? Je commençais à m'inquiéter ! Lizzie traversa précipitamment la pièce pour prendre un peu de bois de chauffage dans ses bras et fermer la porte.

"Le tas de bois a été complètement enseveli par la tempête de neige", a-t-il proposé, en guise d'explication, en plaçant soigneusement les bûches près de la cheminée et en ôtant son manteau et son écharpe. "Il m'a fallu près de vingt minutes juste pour trouver assez de bois pour allumer un feu."

Elle l'aida à empiler le bois à côté de la cheminée, essayant d'apaiser la panique qu'elle avait ressentie de ne pas savoir s'il allait bien. Elle savait qu'elle était stupide ; il était la personne la plus compétente qu'elle connaissait, et pourtant, la pensée que quelque chose lui arrivait l'avait effrayée et elle ne savait pas trop quoi faire de cette émotion.

Red pouvait sentir son inquiétude même si elle n'avait pas dit un mot. Cela avait été gravé sur ses traits, dans le regard effrayé dans ses yeux quand il avait franchi la porte et il le lisait maintenant dans le mouvement tendu et agité de ses mains.

« Pourrais-tu nous faire du café, s'il te plaît, Lizzie ? J'ai froid jusqu'aux os », a demandé Red en s'agenouillant devant la cheminée. « Faites-moi savoir si vous avez besoin d'aide pour démarrer la cuisinière à gaz. »

"Bien sûr," Lizzie disparut dans la cuisine, reconnaissante de se sentir utile un instant. Il avait si bien pris soin d'elle et elle s'était comportée comme une gosse gâtée, se plaignant d'avoir raté Noël. Elle ressentit une pointe de regret pour son explosion précédente alors qu'elle se souvenait de ses paroles méchantes. Il n'avait été que généreux avec elle, complètement soucieux de ses besoins tout au long de ce voyage. Elle baissa la tête de honte pendant un instant alors qu'elle s'arrêtait pour considérer leur situation : il aurait pu la cacher dans une triste pension de famille, il aurait pu simplement l'abandonner ! Mais au lieu de cela, il avait risqué sa propre liberté personnelle et la sécurité de son peuple pour la voir en toute sécurité hors de D.C. et à chaque étape de leur voyage depuis lors. Il lui avait donné asile dans certaines des cachettes les plus majestueuses, veillé à son confort à grande échelle et, surtout, lui avait offert l'absolution de ses péchés. Il la comprenait, il écoutait. Il lui a permis sa douleur et sa rage face à l'injustice de la Cabale et à la perfidie de Tom Connolly qui avaient finalement brisé sa maîtrise de soi et les avaient tous deux mis en danger.

Elle ferait quelque chose pour lui montrer à quel point elle appréciait son sacrifice et son amitié, décida-t-elle en fouillant dans les armoires, souriant quand elle découvrit les fournitures de pâtisserie. Elle pouvait faire bien mieux qu'un simple café.

TBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLT

Pendant son absence, Red avait habilement construit le feu à partir de matériaux stockés dans une boîte en laiton sur le sol à côté de la cheminée, allumant d'abord l'amadou, puis disposant de minces bâtons de petit bois au-dessus, et enfin se nourrissant de quelques bûches.

"Ça a l'air bien," Red se retourna au son de sa voix pour la trouver tenant deux tasses fumantes, un bras tendu devant elle le lui offrant, un sac en papier niché sous son autre bras.

Red se leva, essuyant la saleté de ses mains sur les jambes de son pantalon parfaitement ajusté. « Ça ira, je pense », a-t-il répondu modestement. Il tendit la main pour lui prendre la tasse qu'il lui avait offerte : « Merci ; J'avais besoin de ça.

« Pouvons-nous nous asseoir un moment ? » demanda timidement Lizzie.

"Bien sûr," sa voix aimable. Ils s'assirent sur le canapé, reprenant leurs positions antérieures aux extrémités opposées du canapé. Red but une gorgée expérimentale de sa tasse, les sourcils se levant au goût familier.

"Chocolat chaud!" sa voix était excitée, enfantine. « Comment avez-vous réussi cela ? »

"Vous êtes d'excellents acheteurs", sourit-elle timidement. « Nous savons tous les deux que je ne sais pas cuisiner, mais Sam m'a appris à faire du chocolat chaud à partir de rien. On en faisait toujours pendant les vacances, hésita-t-elle timidement. "C'était… ça ressemblait à Noël pour moi," finit-elle boiteusement, embarrassée par sa révélation enfantine.

"Je n'ai pas bu de chocolat chaud depuis que je suis un garçon", a-t-il siroté avec révérence, les yeux fermés, savourant. "C'est vraiment adorable, Lizzie, merci", lui dit-il sincèrement.

Elle inspira profondément : « Merci, Red. Je ne pense pas avoir dit du tout depuis que tout a commencé à quel point je vous suis reconnaissant pour ce que vous avez fait pour moi. Je ne…..sans toi,….Je sais que je ne serais pas…. » elle vacilla. Elle s'arrêta un instant, se rappelant ce qu'il signifiait pour elle ; elle voulait bien faire les choses. Elle a recommencé. « Vous m'avez sauvée », déclara-t-elle simplement. "Personne n'a jamais fait ça pour moi avant, à part toi. On dirait que tu me sauves toujours, dit-elle doucement. « Je sais que je n'aurais pas survécu sans toi. Je n'ai pas été aimable et je suis désolé. Vous m'avez tant montré, tant fait pour moi ; Je veux que tu saches que je remarque toutes les choses que tu fais pour moi et je t'apprécie », se précipitait-elle dans son explication, incapable de le regarder mais sentant son regard perçant sur elle. « J'espère que tu sais ce que tu représentes pour moi, » finit-elle finalement en regardant dans sa tasse.

Il resta si longtemps silencieux qu'elle trouva le courage de se retourner et de le regarder. Ses yeux étaient voilés, sombres avec des pensées secrètes qu'elle était certaine qu'il ne partagerait jamais. Il la regardait si attentivement qu'elle frissonna sous son regard.

"Lizzie," commença-t-il, "Il n'y a rien, et je veux que tu m'entendes quand je dis cela, rien dans ce monde que je ne te donnerais ou ne ferais pour toi si tu me le demandais. Rien », a-t-il déclaré catégoriquement. « Vous êtes la seule raison de ma croisade contre la Cabale, contre tout le monde sur la liste noire. Je suis sorti de ma cachette pour toi, pour rendre ton monde plus sûr pour que tu y vives ta vie. Il inquiéta l'intérieur de sa joue avec ses dents, la tête penchée sur le côté. Il savait qu'il en révélait trop, mais il ne semblait pas pouvoir s'en empêcher. Elle devait savoir à quel point elle était importante pour lui. « Tout ce que j'ai fait depuis la nuit de l'incendie a été de te protéger, de te protéger. J'ai été égoïste au cours de mon plan, mais tout a été pour obtenir l'armement dont vous auriez besoin pour vivre votre vie comme vous le vouliez en toute sécurité. Tout cela, le Fulcrum, la liste noire, c'était tout pour vous.

Ils se regardèrent l'un l'autre, l'intensité du moment prenant sa propre vie, devenant un troisième participant, assis entre eux sur le canapé avec toute sa lourde intention. Le comprenant enfin, Lizzie hocha la tête. Red lui tendit la main à travers le canapé et elle la prit sans réserve. Ils restèrent assis ainsi pendant un certain temps, se regardant simplement dans les yeux, sa main dans la sienne, la chaleur et l'ampleur de leur émotion sérieuse communiquant pour eux sans un son. Peut-être, pensa-t-il, avaient-ils enfin trouvé un terrain d'entente.


Chapitre 3:

Red essaya de se convaincre qu'il tenait toujours sa main parce qu'il voulait lui offrir du réconfort, parce qu'elle était bouleversée, parce qu'ils avaient partagé quelque chose d'important et il voulait qu'elle se sente rassurée.

Mais la vérité était que la sensation de sa main délicate dans la sienne était l'une des plus grandes joies qu'il avait et l'un des rares plaisirs qu'il s'autorisait avec elle. Les rares occasions où elle s'était tournée vers lui pour trouver du réconfort et lui avait permis de la consoler de cette façon étaient parmi les moments les plus précieux qu'il chérissait. Son toucher apaisa son âme fatiguée d'une manière que rien d'autre n'avait eue et avec sa main dans la sienne, il pouvait réellement croire que le pardon existait pour lui. Et il resta donc, lui tenant doucement la main, sa chaleur se répandant en lui bien plus profondément que ce que leur contact aurait dû permettre.

Lizzie essaya de se dire qu'elle s'était attardée, lui serrant la main parce qu'ils avaient partagé un moment, une mise à nu des âmes, et que c'était l'attente. Mais la vérité était que c'était confortable. Elle était à l'aise avec lui. Elle appréciait son contact bien plus qu'elle ne voulait l'admettre et elle aimait être proche de lui. Sa présence la faisait se sentir protégée, calme, chérie. Et même si elle avait combattu cette prise de conscience pendant si longtemps, elle était prête à reconnaître que c'était aussi ce qu'elle voulait. Il n'y avait rien qu'il ne ferait pour elle, elle le savait. Plus que simplement le dire, il le lui avait prouvé à maintes reprises. Pourquoi continuer à les punir tous les deux alors que ce qu'elle voulait le plus en réalité était de le laisser la protéger ?

« Aimez-vous les s’mores ? » demanda-t-elle soudain.

"Je suis désolé?" demanda-t-il, confus par la tournure de leur conversation.

« S'mores. Tu sais, avec des guimauves et du chocolat ? elle a élaboré.

"Oh! Oh, oui, j'aime bien les s'mores », sourit Red. "Bien que je dois admettre que je n'en ai pas eu depuis plus d'années que je ne m'en souviens." il la regarda d'un air interrogateur.
Lizzie retira doucement sa main de la sienne pour se poser à côté d'elle sur le sol. "Je pensais que nous pourrions les faire", a-t-elle expliqué, haussant les épaules, tirant le sac en papier qu'il avait vu sous son bras plus tôt. « J'ai trouvé des biscuits Graham et tout dans le placard plus tôt. Je suppose que votre épicerie a pensé que nous pourrions finir par utiliser la cheminée », lui sourit-elle gentiment, l'air plus jeune et plus à l'aise qu'il ne l'avait jamais vue.

"Ça a l'air d'être une idée merveilleuse," lui dit-il sincèrement, heureux qu'elle puisse trouver quelque chose de joyeux dans leur situation.

Lizzie se dirigea vers la cheminée, choisissant deux bâtons à rôtir en fer sur le support tenant un tisonnier et une pelle. Red vint s'asseoir à côté d'elle sur le sol, jetant des coussins devant le feu. Elle a habilement transpercé deux guimauves et lui a tendu un bâton. Ils se souriaient, nourrissaient les guimauves dans les flammes, les transformaient jusqu'à ce qu'elles deviennent d'un doux brun doré. Red a pris les deux bâtons, les tenant pendant que Lizzie écrasait chaque guimauve entre un ensemble de biscuits Graham, généreusement entassés de morceaux de chocolat noir.

Les yeux de Red se fermèrent et il laissa échapper un doux gémissement de plaisir alors qu'il mordait dans le désordre gluant.

"Oh, Lizzie," dit-il d'une voix traînante, "C'est délicieux."

Même si elle savait que ses éloges étaient pour leur collation, elle ne pouvait s'empêcher de rougir en l'imaginant dire ces mêmes mots à son sujet.

Bientôt, leurs doigts étaient collants avec de la guimauve fondue et il y avait des miettes de biscuits Graham nichées dans les plis du gilet de Red. Red se sentait plus léger qu'il ne l'avait été depuis des années, un vrai rire plissant ses yeux alors qu'ils tentaient de manger délicatement et, trouvant cela un accomplissement impossible, faisant un gâchis dans le processus.

Lizzie lui sourit à côté d'elle, ses yeux descendant vers sa bouche. Le rire mourut sur son visage, remplacé par un regard attentif, plein de sens.

« Tu as… euh… tu as un peu de chocolat, » lui dit-elle, ses yeux fixés sur ses lèvres.

Le bout de sa langue s'élança pour lécher le coin de sa bouche, les yeux fixes sur son visage.

Son souffle se bloqua dans sa gorge alors que des images lui traversaient l'esprit de ce qu'il pouvait lui faire avec sa langue.

« Est-ce que j'ai compris ? » le ton lent et graveleux de sa voix la ramenait au présent.

"Hum, non, pas tout à fait," sa voix s'était presque réduite à un murmure, leur plaisanterie enjouée d'il y a quelques instants oubliée dans la nouvelle sorte de tension qui se construisait entre eux.

Sa main toucha son visage, le bout de son pouce caressant doucement le bord de sa lèvre. Elle se mordait la lèvre, nerveusement.

— Là, murmura-t-elle.

Elle retira sa main, glissant le bout de son pouce entre ses propres lèvres, suçant le chocolat.

Son aine se resserra douloureusement et il était à peu près sûr d'avoir arrêté de respirer pendant une bonne minute.

Il ne pouvait pas détacher ses yeux de ses lèvres ; elle était tellement envoûtante. Lorsqu'il découvrit qu'il pouvait à nouveau respirer, il lui tendit timidement la main, incertain de sa réponse, prenant doucement en coupe la courbe de sa joue. Ses yeux se fermèrent et, comme un aimant, elle fut attirée par lui, tournant son visage dans sa main, pressant tendrement un baiser dans sa paume.

Langoureusement, elle leva ses yeux voilés vers les siens, fixant intensément leurs profondeurs.

Un million de pensées lui trottaient dans la tête pour savoir pourquoi il ne devrait pas faire ça, mais il les ignora toutes et chercha la rédemption dans son baiser à la place.

Il baissa la tête et réclama ses lèvres avec les siennes.


Chapitre 4:

Red la respirait comme si elle était de l'oxygène, ses lèvres prenant tout ce qu'elle avait à donner. Ils retombèrent sur le sol dans une rafale de mains et de lèvres luttant pour acheter l'autre, les jambes tressées ensemble, cherchant désespérément le contact de l'autre.

Lizzie s'est retrouvée avec le dos à plat contre le sol, Red au-dessus d'elle, calée sur un coude, les mains dans les cheveux, la tirant près de lui. Il murmurait son nom comme une prière à chaque fois qu'il respirait. Elle se noyait en lui et elle ne voulait pas prendre l'air.

Tout d'un coup, ce n'était pas assez pour l'un ou l'autre. Les mains rouges commencèrent à remonter son pull, cherchant le contact avec son ventre plat, sa peau tendre, ses seins glorieux. Lizzie l'a pris en coupe à travers son pantalon, sa tige raide s'élançant vers l'avant dans sa main. Il inspira son odeur et toutes les choses qu'il avait passé les deux dernières années à se refuser lui revinrent soudainement. Il voulait l'amener au bord du gouffre et la regarder s'effondrer. Il voulait posséder tout son plaisir pour le reste de sa vie. Il voulait plonger dans ses profondeurs et l'entendre crier son nom. La sensation de sa main le caressant à travers ses vêtements lui donna envie de marquer son corps de sa marque afin que personne ne puisse réfuter son affirmation selon laquelle elle était à lui. Son besoin était incontrôlable ; il devait l'avoir maintenant. Ce qui était précisément la façon dont il savait qu'il ne devrait pas.

Immédiatement, il s'écarta d'elle, lissant son pull pour couvrir sa taille, faisant glisser ses mains sur sa tête avec frustration. Lizzie s'assit, confuse, le regardant reprendre son sang-froid alors qu'elle se sentait complètement brisée.

Red leva les mains, paumes vers l'extérieur, la calant. « Vous devez réfléchir à cela……., avant d'aller plus loin. »

La lumière du feu dansait sur sa peau, créant des ombres tentantes qui jouaient sur son visage.

"Que veux-tu dire? A quoi faut-il penser ? Je veux ceci; Je peux avoir ça avec toi », a-t-elle poussé.

« Vous ne savez pas à quoi ressemblera cette vie. Nous ne ferons que compliquer votre situation si nous le faisons…..cela. » Rouge était exaspéré ; à elle pour avoir voulu poursuivre quelque chose qui était clairement une si mauvaise idée, à lui-même pour ne pas vouloir l'arrêter.

« Je sais que je ne veux pas faire ça sans toi ! » cria-t-elle désespérément.

"Tu m'as--"

« Tu sais que ce n'est pas ce que je veux dire ! »

Il soupira : "Tu ne peux pas... annuler ça une fois que c'est fait."

"Je sais que. Je ne veux pas », était-elle sûre.

"Je veux dire pour moi!"

Lizzie regarda dans un silence stupéfait son explosion. La perplexité a déformé ses traits, "Je ne... je suis confuse."

Red frotta à nouveau ses paumes sur son visage, agacé de ne pas pouvoir s'exprimer correctement avec elle. « Je ne peux pas… J’ai déjà assez de mal avec l’idée que bientôt je vais devoir te laisser partir. Je vais laver ton nom de la mort du sénateur, Lizzie, je te le promets, mais tu ne pourras jamais retourner au FBI. Il est impossible de contourner le meurtre de Tom Connolly. Et te garder avec moi ne fera que te mettre encore plus en danger. Bientôt, je vais devoir t'abandonner. Et même si j'ai toujours su que c'était la fin du jeu, que cela faisait partie du plan, j'ai de plus en plus de mal à imaginer un jour pouvoir m'éloigner de vous.

Ils se regardèrent pendant l'espace de deux respirations avant qu'il ne continue.

"Et je dois le faire, Lizzie, pour ta sécurité et ma santé mentale, parce que je ne peux plus être aussi proche de toi et ne pas pouvoir t'avoir pour moi-même!"

Un autre battement passa. Il était reconnaissant de son silence.

« Et si nous faisons ça, si tu me laisses t'avoir, je ne pourrai jamais te laisser partir, » termina-t-il doucement.
Après ce qui sembla être une éternité, Lizzie parla, plus calmement qu'il ne l'avait prévu.

« Je n'ai pas mon mot à dire ? »

Red expira bruyamment un souffle qu'il ne réalisa même pas qu'il avait retenu. Bien sûr, elle allait être déraisonnable.

"Je veux dire", a-t-elle poursuivi, "Si c'est ma vie et que vous faites tout cela pour que je puisse avoir la vie que je choisis, alors est-ce que je n'ai pas mon mot à dire dans le choix que je fais? Parce que, vraiment, si vous allez juste prendre toutes les décisions pour moi, ce n'est vraiment pas différent que d'avoir ma vie dictée par la Cabale.

Il baissa la tête : « Vraiment, Lizzie, comment voyez-vous cela se dérouler ? Nous clarifions votre nom et abattons la Cabale et vous retournez travailler avec moi à vos côtés et dans votre lit et personne ne pense à le remettre en question ? » Il leva son visage vers le sien, les yeux flamboyants. « Ou allez-vous venir en courant avec moi, hmm ? Laisser toute ta vie derrière toi, pour quoi faire ? Un fantasme glorifié de Bonnie and Clyde que vous avez pour nous ? Allez-vous apprendre les rouages ​​secrets de mon vaste empire criminel, devenir mon complice ? Allez-vous aussi vendre votre âme ? S'assombrir et se déformer dans la grotte avec moi pour qu'aucun de nous n'ait le moindre espoir de retrouver le soleil ? Me retirerez-vous ma seule chance de rédemption ? »

Il avait l'air bouleversé, ses traits si pervertis par le chagrin que son cœur se brisa pour lui. Elle était sa lumière. Elle l'aiderait à retrouver son chemin.

Elle tendit la main pour toucher son visage. Il s'éloigna d'elle, tressaillant, mais elle ne se laissa pas décourager. Elle se pencha sur l'étendue du sol qu'il avait mis entre eux et doucement, posa sa paume contre sa joue. — Non, dit-elle simplement, en réponse à ses questions.

Lizzie se leva du sol ; il la regarda partir. Elle fit le tour de la pièce, soufflant les bougies une par une.

Les yeux de Red suivirent son chemin dans la pièce alors qu'elle soufflait chaque bougie, sauf celle qui la mènerait dans le couloir jusqu'à sa propre chambre. Elle le laisserait ici dans le noir, prenant le dernier de sa lumière de son monde, comme il le méritait. Il était terrifié. Une partie de lui était triomphante qu'il l'avait convaincue que cela ne devrait pas arriver, qu'ils ne devraient pas arriver. Mais la plupart de lui mourait intérieurement en sachant qu'elle était sur le point de partir.

Lorsque toutes les bougies, sauf la dernière, furent éteintes, Red regarda le sol. Il ne pouvait pas supporter de la voir s'éloigner de lui en tenant son dernier espoir de lumière figuratif et littéral.

Il sursauta lorsque ses pieds de chaussettes apparurent devant lui. Il leva les yeux pour la voir lui tendre la main.

"Nous ne ferons pas... ça ce soir", a-t-elle concédé. « Tu as raison, ma vie ne sera plus jamais la même. Je ne peux pas retirer ce que j'ai fait à Connolly et je ne le ferais pas, pas si cela signifiait te sauver. Nous avons besoin de parler et nous devons prendre des décisions, mais nous les prendrons ensemble. Qu'on le veuille ou non, Red, je pense que nous sommes là-dedans pour le long terme.

Il la regarda, incrédule. Elle n'allait pas partir.

— Allez, lui dit-elle simplement. « Nous allons y aller doucement. Essayons plutôt de faire des câlins.


Chapitre 5:

Lizzie mena Red par la main jusqu'au canapé et le poussa doucement, tirant une couverture du dos avant de s'installer dans le creux de son bras, repliant ses jambes sous elle. Elle posa sa tête sur son épaule, drapant la couverture sur eux.

"Maintenant quoi?" il soupira.

« Maintenant, nous parlons », a-t-elle proposé.

Et ainsi, ils l'ont fait. Pendant des heures, ils ont parlé de leurs options pour l'avenir. Red lui a donné un aperçu de son entreprise et a fait part de ses craintes qu'il ne la corrompt davantage en l'impliquant dans son mode de vie. Lizzie a admis que, même si elle ne voulait pas nécessairement devenir un criminel à part entière, il y avait un aspect de sa vie qu'elle trouvait intrigant, suggérant même qu'ils continuent à poursuivre seuls les Blacklisters tout en fournissant des informations au FBI. Ils étaient à des kilomètres d'une solution, mais ils communiquaient et Lizzie sentit que, grâce à son honnêteté sur ses sentiments à propos de leur situation, Red commençait enfin à lui faire confiance.

Au cours de leur dialogue, ils s'étaient à nouveau détendus l'un dans l'autre, Lizzie glissant de plus en plus bas sur le canapé jusqu'à ce qu'elles finissent par s'allonger sur le canapé. Red fixait les flammes de la cheminée, perdu dans ses pensées sur leur conversation. Peut-être pourraient-ils trouver un moyen de faire fonctionner cela. Il pourrait lui apprendre des choses sur la façon de survivre dans son monde, il la protégerait. Il pouvait l'instruire si bien qu'un jour, quand il serait parti, elle serait encore capable de s'épanouir dans le monde qu'elle s'était construit. Il était toujours inquiet à l'idée de la faire entrer dans son empire criminel, mais il était d'accord avec ses idées sur la chasse aux Blacklisters en dehors de l'autorité du FBI. Ce ne serait pas si différent de ce qu'ils avaient déjà fait ; leur travail les avait souvent obligés à opérer en autonomie. Maintenant, ils élimineraient simplement la paperasserie bureaucratique, réalisant des démontages avec leurs propres ressources et selon leur propre calendrier, livrant des criminels enveloppés à la main au groupe de travail du FBI.

Elle était restée silencieuse un moment, somnolant dans ses bras. Il était tard et le feu était en train de s'éteindre lorsque Red décida de la porter au lit.

Red déposa un baiser sur sa tempe et commença à se dégager de ses membres.

"Où allez-vous?" demanda-t-elle d'un air endormi.

« J'ai besoin d'apporter plus de bois de l'extérieur. Le feu va bientôt s'éteindre et l'électricité ne sera probablement pas rétablie avant le matin », a-t-il tiré la couverture le long de leurs jambes, cherchant à travers la pièce ses bottes de neige.

"Non! Ne sors plus dans la tempête », l'arrêta-t-elle avec une main sur son bras, sa panique précédente revenant.

« Lizzie, nous ne pourrons pas entretenir le feu toute la nuit. Il n'y a pas assez de bois pour chauffer toute la maison. Tu vas geler dans la chambre », a-t-il expliqué.

« S'il vous plaît, Red, pouvons-nous simplement dormir ici ? » elle l'implora.

« Oh, très bien », a-t-il concédé, sachant qu'il ne pouvait rien lui refuser.

Il l'attira près de lui, mettant son corps en cuillère avec le sien et tirant la couverture sur eux deux. Il blottit sa tête dans ses cheveux, respirant son parfum frais, et la sentit soupirer contre lui.

"Rouge?" sa voix était si douce que c'était presque un murmure contre son bras sous sa tête.

« Hmm ? » murmura-t-il en réponse.

« Joyeux Noël », souffla-t-elle, sa voix étouffée dans le silence de la nuit.

Il la rassembla plus près, "Joyeux Noël, Lizzie."

Bientôt, ils s'étaient tous les deux endormis, enlacés sur le canapé et Red, pour une fois, en paix avec elle dans ses bras.


Chapitre 6:

Le matin de Noël s'est levé lumineux et clair. La tempête s'était finalement dissipée, laissant la cabane et les bois environnants recouverts d'une nouvelle couche de neige blanche immaculée.

Red était éveillé depuis un moment, savourant la sensation de la femme qui dormait profondément dans ses bras. Appuyé sur un bras, il étudia son visage, inondé de la lumière du petit matin, ses cils noirs reposant doucement sur la pâleur de sa joue. Le feu s'était éteint depuis des heures, comme prévu, à en juger par le froid dans l'air autour d'eux, mais, enveloppé dans le cocon chaud de son étreinte, il remarqua à peine le froid.

Lizzie remua sous lui, un doux soupir s'échappant de ses lèvres rose pétale alors qu'elle se blottissait plus près de sa chaleur. Son corps a répondu de manière prévisible, le son venant directement de son aine. Le canapé était trop étroit pour s'éloigner d'elle, alors il resta où il était, son érection matinale tendue contre sa hanche. Instinctivement, elle bougea contre lui, encore à moitié endormie, le cherchant encore maintenant. Un faible sifflement s'échappa de ses dents alors qu'elle frottait son corps contre lui.

Il laissa ses doigts tracer ses lèvres, envoûtés par leur texture incroyablement lisse. Il posa ses doigts sur sa mâchoire et tourna son visage vers le sien alors qu'il baissait la bouche pour l'embrasser doucement pour la réveiller. Elle soupira contre ses lèvres, n'ouvrant toujours pas les yeux, et se rapprocha de nouveau de lui, frottant sensuellement sa hanche contre lui.

Red was certain now that she was awake and teasing him deliberately. Grinning at her game, he released her mouth and ran his palm down her arm, caressing her flesh so lightly that it caused goosebumps to form in his wake. He outlined the hollows and ridges of her collarbone gently, learning every detail of satiny skin. He pressed a kiss into the indentation at the base of her throat, his tongue darting out to taste her.

Deftly, he slipped a hand under her tank top. Finger-tips skated over the flat plane of her stomach, skirting her ribs, coming to rest on the supple mound of her breast. He taunted her then, rolling her nipple between two fingers, pulling gently, pinching even, until he heard her breath quicken. Still, she continued their game, pretending sleep.

Red smiled knowingly, and dropped his head to her chest, tonguing her nipple through the thin, ribbed fabric of her shirt. He nipped at her playfully, trying to rouse her, but she doggedly refused to give in, though her squirming had definitely increased, he noted with satisfaction. Skimming his hand back down her body, he dipped below the waistband of her pajama pants, simultaneously sweeping the edge of her panties out of his way. His mouth continued the assault at her breast even as his fingers combed through the dense curls at the juncture of her thighs.

Faintly, he began to stroke her clit, barely touching her, not wanting to rush this, wanting her to feel every sensation. He gradually increased the pressure on her delicate organ, until he was rubbing heavy, slow, languorous circles with his thumb. He gently dipped one finger into her cleft, satisfaction spreading across his expression when he found her drenched and oh-so-ready for his penetration. Still massaging her clit, he began to plunge his finger deeper and faster into her sheath.

She gasped, yet still stubbornly refused to open her eyes.

Grinning with purpose against her breast, he added a second and then a third finger to her body as well.

Lizzie was panting now, moaning soft, wordless cries into his neck, all but the last pretense of sleep gone. Still, he wanted to see her eyes. He wanted to gaze into their bright depths as he claimed her body and cleansed his soul.

He crooked his fingers on his withdrawal, brushing against the most secret place inside her. She writhed beneath his hand, clenching her eyes tightly shut against the onslaught of sensations, the game forgotten.

He knew she was close. She only needed that final push to send her into oblivion and he gave it to her, closing his teeth over her nipple at the exact moment that he anointed her G-spot with his fingers again, sending her screaming over the edge, her eyes popping open at last. He covered her mouth with his, plunging his tongue between her lips with the same frantic energy as his fingers, drinking in her screams of pleasure as he stroked her orgasm higher and higher.

Finally, he withdrew from her and gently kissed each of her eyelids.

“You sweet, impossible girl,” he spoke lovingly.

She was ready for him, her thighs parting to take him inside her, even as he shifted himself to kneel between her legs, his hands firm on her hips.

Suddenly, she gave a shriek of surprise as she found herself flipped over on the couch. He tugged her back until she was resting on all fours, her face on the armrest, her backside pressed against his erection, hands gripping her hips tightly.

“My turn,” he declared triumphantly.

“Wha-” she began, turning her head to see him, only to feel his hand come swiftly down on the back of her neck, gently, but firmly, forcing her head back down.

“Red, please, I want to see you!” she cried.

“Now, now, Lizzie, that’s hardly fair,” he stated calmly. “I very much wanted to gaze into your eyes this morning, but you refused to cooperate,” he feigned disappointment. “And now, you must accept the consequence of your impertinence,” he told her matter-of-factly. Behind her back, he smiled.

He stroked his hands over her smooth back, massaging her from shoulder to hip, his hands and eyes roving over her endlessly. She was whimpering at the caresses his expert fingers delivered, all the while aware that he intended to fuck her without letting her look at him. Her pulse quickened at the thought. Dominant Red was so hot.

When he had reduced her to nothing more than a quivering mass writhing from his touch, Red parted her legs, and nudged himself between her folds. Grasping her shoulder, he thrust deeply into her, groaning her name as he sheathed himself to the hilt inside her delicious warmth.

He heard her cry out in response, her body thrusting back into him. He was so big and, god, he felt good, filling her up, stretching her so that there was no room left inside her for anything else but Red. It was like he was everywhere, all around her, completely overwhelming her senses. She was lost in him, in his scent, in the touch of his hands on her body, in the feel of him buried deep inside her.

Lizzie lowered her head onto her arms, draping herself over the armrest and raising her hips, offering herself up to him brazenly. Withdrawing all but the very tip of his shaft from her body, he paused for a moment before he sank slowly back into her. From the other end of the couch, he heard her whimper again, pushing herself back to take more of him inside her, craving the depth that only he could provide.

Taking a deep breath, he began to move, establishing a rhythm fast and deep, rolling his hip to hit every part of her. He reached around to cup her sex, rolling her clit between his fingers and spurring her towards her release. She was panting his name over and over again in time with his thrusts, the word a breathless chant, a mantra grounding her to the earth as she felt the familiar tension begin to build deep inside her core, the sensation of his rock-hard cock rigorously stroking her G-spot coupled with his fingers that eagerly exploited her most sensitive nerve urging her toward the edge. She could feel herself about to come again for the second time, when he pinched her clit between his fingertips, and stars exploded behind her eyes.

“Sweetheart, I’m going to come!” Red warned, forcefully thrusting into her from behind.

“Yes, come for me, Raymond!” she cried out, her hands digging into the fabric of the armrest for support as he came, violently, inside her with the sound of his given name ringing in his ears.

He stayed, buried inside her, panting for breath, for what seemed like an eternity, his cock pulsing with every heartbeat as their breathing slowed and the sweat cooled on their joined bodies. Finally, with a sigh, he slipped out of her and rolled onto the floor, arm around her waist, bringing her with him. She squealed her laughter as she ended up with her upper body resting on top of him, her head on his chest and his lips in her hair.

“You’re a vixen,” he accused, but she could feel his smile.

“I know what I want and I wanted to get my way,” she teased facetiously.

“That, you did,” Red chuckled goodnaturedly.

She draped an arm over his body and a wrapped one leg around his. They lay together like that, him holding her close. Her fingertips drew lazy patterns on his chest. He was thinking something; she could tell, as their companionable silence stretched on and he grew quiet.

“What is it?” she asked into his chest.

“Are you sure…..about this? About me?” he asked, swallowing nervously, his eyes staring up at the ceiling.

“Yes,” she responded emphatically, raising up on one elbow to watch his response. “More than anything.”

“Good,” he whispered, twining his arm around her shoulder and urging her to rest against him again.

After a few moments of silence, “You said my name, my real name,” he said wonderingly and she could hear that something had changed in his tone. He sounded…..wistful.

“It’s who you are,” she explained simply. “‘Red’ is your persona, the wealthy businessman who deals in crime, the secret benefactor, the mysterious playboy-- and it’s a cute nickname,” she added, “but it isn’t who you really are.”

“And who am I?” he asked her honestly.

“That is something I think it will take a lifetime to learn.”

“Hmmm….” he acknowledged thoughtfully.

After a few moments, she spoke again. “I do know quite a lot about who you are already, though.”

"Oh?" he replied.

Lizzie took a deep breath, “I know you are cultured and sophisticated in a way that sometimes intimidates me. I know that you are a storyteller who knows how to spin a tale in a way that both distracts the listener and manages to teach a much more significant lesson at the same time. I know that you are a person who would risk his life for a child for no reason other than because not doing so would be wrong. I know you have regrets that you hold so deeply that I am afraid I’ll never be able to dig them out and help you repair your heart. I know that you would do anything in the world for me. I know that now we have time for me to learn all the other things about you that I don’t know.” When she finished, there were tears shining in her eyes as she looked down at him.

Red took a shaky breath, blinking the moisture from his own eyes that had collected there while she was speaking, and crushed her to him. “Lizzie,” he breathed. “You are my light, my only salvation,” he told her. “I will give you a lifetime if that’s what you want.”

Lizzie pressed her lips to his in a passionate kiss. He deepened the kiss, his hands coming up to cradle her face. With a fierce, possessive growl, he rolled her onto her back. Suddenly, her stomach growled back noisily. They broke apart, laughing.

“Come on,” he grinned, pulling her to her feet, “It sounds like I’d better feed you breakfast before you devour me!”


Chapter 7:

Red prepared breakfast while Lizzie showered. When they had realized that it was Christmas day and no one from the power company was likely to be out fixing whatever lines the storm had downed, Red remembered that the cabin was equipped with an emergency generator. He had managed to start it, so they had power again, and he had also restocked the woodpile next to the fireplace so they would be comfortable later when they had to turn the generator off to conserve power.

While the water heated up, she gazed at her face in the mirror. She didn’t look any different, but she felt different since last night, since this morning. A blush crept up her neck as she recalled her wanton abandon this morning. She smiled to herself, running a finger down her neck, over her breasts, remembering. She shivered. It was so much better when it was Red doing this. She shook her head. There would be time for that later; she needed to shower; she was dying to taste the baked french toast Red had promised her.

When she was dressed in dark jeans and a navy tank top, her hair tied back in a loose ponytail, she followed the intoxicating scents of cinnamon and vanilla to the kitchen to find Red clad in a untucked black button-down, sleeves rolled up the elbows and jeans that hugged his backside, a kitchen towel draped over his shoulder. He pulled a casserole dish of french toast from the oven, sprinkling more cinnamon on top and setting it on top of the stove to cool.

“That smells divine,” Lizzie complimented him, climbing onto a bar stool at the counter separating the dining room from the kitchen proper. She rested her elbows on the bar in front of her, looking at him expectantly.

“There should still be some hot water left, if you want to shower,” she suggested.

Red served up a generous helping of french toast for her, adding a dollop of homemade whipped cream on top and passed the plate to her, dropping a quick kiss on her the tip of her nose, before heading to the bathroom.

Lizzie gave a little moan of delight, eyes closing, when she bit into the decadent breakfast, flavor exploding on her tongue. She was so, so lucky to have him. She knew she had never felt so spoiled and she wondered how so much could have changed in the course of just one day. Is this what life would be like, she wondered to herself? If she did abandon the idea of exoneration and simply ran with him, truly becoming his partner, adapting to his lifestyle; it wouldn’t be all jets and gourmet meals, she knew. There would be hiding and the stress of avoiding detection, dealing with criminals and operating at times on the wrong side of the law. Although, she reminded herself, Red had managed to carve out quite the luxurious lifestyle for himself. He was always perfectly tailored, effusing effortless sophistication. He would ensure she was protected, provided for.

She shook her head at her thoughts. None of these musings really mattered, she knew. There could be no turning back for her now, whether they were to spend the rest of their lives in palaces or hovels or caves. She was completely in love with Raymond Reddington. She couldn’t leave him even if he wanted her to. The only question now was whether or not she would have to convince him of that.

She finished her breakfast and washed her plate, staring out the window over the sink into the winter wonderland stretching out before her into the forest surrounding the cabin, lost in her thoughts. She jumped when she felt a strong pair of arms slide around her middle, drawing her close, his face nuzzling her jaw.

“Where are you?” he asked, drawing her out her reverie.

“Right here,” she sighed, relaxing into his embrace. She wasn’t ready to talk about the future again yet. She didn’t want to scare him away; he was already so nervous about their tentative plan and she was clinging so tightly to it. She couldn’t lose him now.


TBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLTBLT

“There isn’t much to do, unfortunately, when in hiding. It’s important to stay busy and keep your mind active. Dembe and I usually play chess. Would you like to read for a bit?” he asked her.

“I think I’m going to paint my nails,” she told him, pulling a bottle of dark red nail polish from the pocket of her jeans. “This was in my toiletry kit,” she said by way of explanation.

“That’s a lovely color,” Red offered. “What’s it called?”

“Oh my god!” Lizzie exclaimed, turning the bottle upside down. “It’s ‘called Come to Bed Red’!” she laughed. “Did you know about this?”

“My, my, that is a coincidence. Lauren did mention that she was doing some consulting for the polish industry….I guess she’s branching out from lipsticks,” he reasoned, a wry smile on his face.

Lizzie quirked an eyebrow at him; only he would have a growing line of cosmetics named for him. “Well, that’s fitting,” she smiled.

She propped her feet up on the coffee table in front of her and unscrewed the bottle’s cap.

“Come here,” he held out his hand. “Allow me.”

She looked askance at him, “Really?” a hint of doubt in her voice.

“Don’t you trust me?” he asked in jest.

“Implicitly,” she stared into his eyes, that one word heavy with meaning.

“Well, then……” he prodded after a moment.

Lizzie swung her legs onto the couch, resting her feet in his lap. She leaned forward to hand him the bottle of crimson polish and then reclined against the armrest to watch him work.

“Did you know that nail polish originated in China?” Red began, carefully painting the toes of one foot. “It was used to denote different classes of Chinese society. The lowly could even be executed for using it.”

She relaxed into the plush cushions, tucking one arm behind her head. As if watching him paint her toes wasn’t sexy enough, she was going to get to listen to his gravelly voice rasp over her, too? Bliss.

Red continued painting, stopping occasionally to fix a mistake or wipe a smear of paint from the edge of her nail.

“Women would dip their hands into an amalgamation of beeswax, gelatin, and egg whites that had been colored with flower petals. They would sit for hours to achieve the look that you are now getting with just a few short minutes of work.” He smiled up at her, lifting her other foot and replacing the first against his leg.

She watched him through lowered lashes, his voice making things curl luxuriously deep in her lower abdomen. God, his voice! She began to lose herself in the sensation of his hands gently gripping her foot, the deep resonance of his voice.

“Now, if we were in Paris, I could pick up a bottle of Black Diamond King for you. It’s the most stunning lacquer you’ve ever seen!” he explained excitedly. “It’s infused with 267 carats worth of black diamonds and costs a staggering $250,000.”

Lizzie’s eyes grew wide at the price. “Surely you could think of better things to do with that kind of money than buy nail polish?” she teased.

He smiled coyly, as if spending a quarter of a million dollars on her toes was not entirely out of the question, and raised her foot higher to blow on the paint.

When it was dry, he tipped her foot up for her approval. “What do you think?” he asked.

“Beautiful,” she smiled. “Definitely my new favorite color.”

Red had trouble focusing when Lizzie began absentmindly stroking him through his trousers with the bottom of one foot, her toes curling to grip him as he grew beneath her touch.

He groaned, “Now, now, you’ll smear your polish,” he admonished her.

Lizzie smirked at him safely from her end of the sofa. “The storm’s lifted,” she pointed out.

“So it has,” he twisted his head around to glance out the front window. “We’ll be on our way by this time tomorrow.”

"Vraiment?" she asked hopefully. She had enjoyed their time at the cabin, but she would feel even more relaxed once they were out of the country.

“Mmm, yes, it will take that long to dig the car out,” Red rolled his tongue around inside his mouth, a nervous habit she had noticed.

“Where will we go next?” Lizzie was curious and anxious again.

“Cuba first, then Belize,” he shared.

Lizzie paused thoughtfully for a moment, “Both of those countries have extradition treaties with the U.S.” she reminded him.

“Yes, well it isn’t exactly ideal, but I have ways to move unnoticed throughout most places in the world if I choose to be unseen,” Red was letting her in, more and more, bit by bit; she was grateful for his honesty.

She worried her bottom lip between her teeth.

“Lizzie,” Red began, cupping her foot in his hand more firmly to remind her of his presence. “I would never let anything happen to you.”

“I know that…..” the worry refused to leave her eyes.

Red studied her for a moment. She said she knew, but she really didn’t. He would try to make her understand.

He took a breath, “I have lived in this world for a very long time, nearly all your life. I know where to go and how to remain unseen. I have spent years cultivating relationships with powerful people in every relevant nation in the world and a few irrelevant ones as well, just for good measure. I have spent decades building an empire that both protects me from the unsavory characters of the underworld and keeps them reliant on me for their own business ventures. I have surrounded myself with people who are both well-trained and well-paid to protect me and my interests. I have killed men who needed killing and I have sent others to prison for the rest of their lives. I have power, Lizzie, power that I have created and stolen and built. I have put plans into motion whose results will not come to fruition for years, but when they do, they will indeed come to bear righteous fruit that the unholy who have wronged us will be forced to sample. And all of that, I lay at your feet, my offering to protect you and to keep you safe. Because I love you, Lizzie, more than my own life, more than anything else in this world.” He paused, “And remember, I am insanely wealthy!” his eyes crinkled on his last comment, teasing her and pulling a smile into her eyes as well.

“Yes, well, you know how much I wanted that quarter-million-dollar bottle of nail polish,” she quipped, to show him he had succeeded in lightening the mood.

Red smiled at her teasing, lifting her foot to his mouth and pressing a tender kiss against her insep and suddenly the atmosphere in the room had changed, their gentle banter and teasing replaced by something far more primal and predatory.

The breath caught in her throat as she watched him, all sensual grace and oozing sexiness from every pore. There was something both tender and voracious in his gaze; as if he hadn’t really decided whether to worship her or devour her. Maybe both.

She had been worshipped by him, now she wanted to him to devour her.

Slowly, he traced the tip of his tongue along her arch, trailing that wet heat to the tip of her first digit. His eyes on hers, he slowly slipped her toe into his mouth, sucking gently. Lizzie’s eyes rolled back in her head and she sank down into the couch, a whimper easing out from between her lips. he continued down her foot, dipping his tongue between each of her toes delicately, sending shivers of heat racing straight to her center, spreading the flames of desire, igniting her passion for him again.

Her eyes fluttered open slightly when she felt his mouth leave her body. His eyes were dark with need, focused on her face. Red leaned over her, swiftly unbuttoning her jeans and peeling them down her legs, dragging his fingertips over her as he went.

Lizzie was mewling softly by the time he began to kiss his way up her leg, from ankle to hip, sweeping his tongue across her flesh until he was angled above her, spreading her knees with his hands for his access.

He pressed his face to her mound, covered by a delicate layer of peach lace. He breathed her in deeply, relishing her secret scent. Putting his tongue to good use, he licked her through the lace, feeling her gasp. He settled into the cradle of her legs, sliding his arms beneath her and bringing his hands to rest on the outsides of her things, dragging her body closer to his mouth.

He lathed his tongue over her clit through the fabric of her panties endlessly, wringing cry after cry from her lips. She was wet and ready for him before he even finished her. Finally, he couldn’t hold off his own need to bury his tongue inside her; he grasped the delicate lace in his hands and pulled, the fabric shredding in his grip. Flinging the impeding scrap of fabric aside, Red plunged his tongue fully into her core, stroking upwards when he reached her center, his teeth scraping over her clit and that was all it took.

She exploded around his mouth, her hips arching off the cushions, her hands wildly seeking his. She clutched at him, her fingers winding around his.

She was stunning in her abandon, all breathless and wanton release. He sank into her again and again with his tongue, riding out wave after wave of her orgasm with her on his lips. He continued to thrust into her until she begged him to stop.

He smiled against her, releasing her from the sweet torment. It pleased him that he could make her feel like this.

He slid up her body to taste her lips. She clutched him to her violently, the force of her arms around him speaking her gratitude for his attentiveness. She kissed him passionately, plunging her tongue deep into his mouth, tasting herself on his lips. She moaned for him, her fingers seeking the front of his jeans, scrambling to release him. Resting his forehead against hers, he sank into her with a groan.


He paused just long enough to allow her to adjust to his size before he began to move inside her. She moaned low in her throat, the sound sending a heady arrow straight to his loins. He shoved the fabric of her shirt up to bury his face in her breasts. She helped him, tugging her bra down so they spilled out over the top of the soft lacy confines. His mouth closed over one nipple, drawing it sharply against his teeth, forcing her head back in a gasp, her hips rocking against his.

“Sweetheart…...please,” she begged him and it was all the encouragement he needed.

He straightened his back, hips arching into hers. His hands clasped her waist, pulling her to him. Lizzie folded her legs around his waist, raising up to meet him. Red increased the pace and depth of his strokes until he felt her trembles begin to reverberate through her entire body. He thrust powerfully into her tight sheath, stretching her with abandon, losing himself as she reached her climax. He pulsed wordlessly inside her, letting her unravel around him, melting in his hands.

Red looked down the length of her body while his breathing steadied, taking all of her in, committing the look of her like this to memory; her face flushed from their exertions, limbs akimbo, one arm thrown across the back of the couch, the other above her head; a fine sheen of sweat cooling on her skin, the sight of his body joined with hers at the juncture of her sweet thighs; and buried deeply inside her still-clenching walls, his seed slipping slowly from his body and into hers. The thought moved him profoundly, the possibility of them reaching into his consciousness in a way he hadn’t truly dared to consider.

She slowly lifted her eyelids to catch him staring intently at her with the most serious expression on his face.

“What is it?” she worried, her own brow furrowing in concern.

Red shook the somber thought from his head, his sedate features replaced by a playful smile smoothing across his lips.

He inclined his head at an angle in that way she loved, his smile beginning to crinkle the edges of his eyes.

“I was just thinking that this is a much better way to pass the time than playing chess with Dembe,” he teased, leaning over her to touch his lips to hers.

Lizzie chuckled into his kiss, winding her arms around his neck and squeezing her legs around his waist.

She looked into his eyes between kisses and softly uttered, “Merry Christmas, Red.”

Articles similaires

Un été avec ma demi-soeur Mary, partie 2

Il semblait que ma belle-mère avait mis une éternité à partir, mais quand elle l'a finalement fait, nous nous sommes tous les deux regardés et Mary m'a fait le sourire le plus mignon, me demandant si j'étais prêt à finir de mettre cette lotion. Nous sommes sortis et elle a enlevé son haut lentement, timidement, comme si elle était gênée par la petite taille de ses seins. Pour moi, ils ressemblaient à la perfection, petits, pointus, avec de minuscules mamelons roses qui dépassaient. Je lui ai dit qu'elles étaient belles, ce à quoi elle a souri d'un grand sourire et s'est...

342 Des vues

Likes 0

Quatre ans après la pêche au thon

C'est maintenant l'hiver 2009 presque cinq ans depuis notre grand voyage de pêche. Vous avez peut-être lu mon histoire sur un voyage de pêche au thon où ma femme était «malade» et est restée à la maison et j'ai emmené un de nos amis pêcher. C'est au cours de ce voyage où elle m'a dit qu'elle s'était interrogée sur ma bite depuis ou à l'université il y a de nombreuses années. Nous avons fini par avoir du bon sexe tous les trois sur mon bateau dans l'océan. Aucun de nous n'a jamais parlé de ce jour pendant près de cinq ans...

381 Des vues

Likes 0

Rite de passage

Rite de passage Chapitre 1 Les jambes de la sœur de Jimmy Smith ont été jetées sur chacune de ses épaules alors qu'il s'enfonçait fort dans son tunnel étroit. En baissant les yeux, il pouvait voir la mousse blanche recouvrant son sexe et le doux brun duveteux de ses poils pubiens. L'air rempli des sons spongieux de sa bite martelant sa chatte humide juteuse. Ses petits seins volaient d'avant en arrière. Ses cheveux bruns mi-longs entouraient son visage en sueur. Ses yeux se fixèrent sur les siens, sa bouche s'ouvrit et un doux miaulement en sortit. Ses hanches pleines se soulevaient...

308 Des vues

Likes 0

Fallout Four Futanari

Fallout Four Futanari Le voilà, Jalbert Brothers Disposal, a déclaré Brand. Paige Carter, grande, mince et aux yeux gris avec des cheveux blonds courts, serrait plus fort son fusil à pipe automatique alors qu'elle regardait la colline vers les bâtiments bas délabrés et fragmentaires et les tas de ferraille. Elle regarda son équipe de pillards avec un air dubitatif. Brand se tenait avec ses jumelles fixées sur l'emplacement, son revolver .44 dans son étui à la hanche, presque caché par l'armure à pointes qu'il portait. Il était stoïque et calme, pour la plupart ; une psychodépendance l'a fait éclater de colère...

311 Des vues

Likes 0

Trop parfait pour laisser passer [Chapitre deux]

Ensuite, nous nous sommes endormis tous les deux pendant quelques heures. Je me suis réveillé et elle dormait toujours à côté de moi. Je suis resté allongé là à regarder le plafond pendant quelques minutes, me sentant comme si j'étais entré dans une réalité alternative dans laquelle tous mes fantasmes de vieil homme sale venaient de se réaliser. J'avoue que je me sentais comme un sac à merde aussi, mais elle m'a pratiquement sauté aux os. Qu'est-ce que j'étais censé faire ? Elle fumait chaud, et je ne suis qu'un homme après tout. Quelques minutes passèrent avant qu'elle ne se réveille...

274 Des vues

Likes 0

La grande aventure de Trent

Trent's Adventure Chapitre Deux De retour dans la caravane, j'ai sauté une bière pour penser à ce que je venais d'assister. En vérifiant ma montre, j'ai estimé que Jeff, Regina et Khan s'y étaient mis pendant plus de quarante minutes. Merde, sa pauvre chatte doit être douloureuse sans parler de son cul et de sa gorge. Elle venait de prendre la bite de Jeff et Khan dans tous les trous bien que la bite de chien n'ait pas pénétré son cul comme Jeff l'a fait. Quand j'étais sur la propriété, j'ai essayé de ne pas prendre mon téléphone. Nous avions un...

185 Des vues

Likes 0

Les Garçons reviennent !

Les garçons reviennent ! Il a fallu une semaine pour organiser un moment mutuellement acceptable pour que Brad et Mike reviennent pour une autre réunion avec ma femme Beth. La dernière fois que les garçons étaient là, Beth a passé un moment fantastique et avait vraiment hâte de répéter sa performance. Elle m'avait même dit qu'elle allait les emmener directement dans la chambre où ils pourraient vraiment s'y mettre. J'ai été un peu surpris quand je suis allé répondre à la porte. Il y avait Brad, Mike et deux autres beaux mecs. Brad m'a amené à Chad et Dan qui avaient...

147 Des vues

Likes 0

Betty aux gros seins

Fbailey numéro d'histoire 489 Betty aux gros seins Je n'avais rencontré Betty que récemment. Les deux premières fois ont été relativement courtes et précipitées. Cependant, la troisième fois était un charme. Nous n'étions pas seuls mais nous avons réussi à passer environ une heure dans la même pièce. Ma femme était là avec moi ainsi qu'un ami commun. Son mari et ses deux enfants étaient dans une autre pièce mais entraient parfois dans la cuisine pendant un moment ou deux, puis se retiraient vers des choses plus grandes et meilleures comme les jeux vidéo et la télévision. Betty est ce qu'Internet...

92 Des vues

Likes 0

Juin et juillet (2ème essai)

Il était 18h30 vendredi soir quand je rentrais du travail. J'ai erré dans la maison à la recherche de July, ma femme depuis 10 ans. Il y avait une grande cocotte qui cuisait lentement sur la cuisinière. C'était bon signe. Finalement, je suis sorti à l'arrière de la maison jusqu'à notre piscine. Là, sur deux fauteuils inclinables, se trouvaient July et son amie proche June, toutes deux nues. « Que se passe-t-il ? », ai-je demandé. « June a rompu avec son petit ami. Je lui ai dit qu'elle pouvait emménager ici, avec nous. Nous avons discuté de la façon dont...

417 Des vues

Likes 0

La femme veut un autre bébé (1)

Ceci est une histoire fictive impliquant ma femme et son beau-père Ma femme Nicole et moi sommes mariés depuis 7 ans et avons trois merveilleux enfants. Nous vivons dans une petite ville et la plupart des gens ici sont des amis proches et beaucoup de famille. Lorsque notre premier fils est né, on lui a diagnostiqué un syndrome et c'est à ce moment-là que nous avons découvert que nous étions tous les deux porteurs d'un gène. Après que notre deuxième fils ait été diagnostiqué avec le syndrome, il a décidé que je devrais subir une vasectomie pour empêcher que d'autres enfants...

379 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.