RUTH COMPREND MON PROBLÈME

69Report
RUTH COMPREND MON PROBLÈME

« RUTH COMPREND MON PROBLÈME » par Senorlongo

Est-ce qu'elle? L'est-elle vraiment ?

>>>>>>

C'est une histoire sur les conséquences de la tricherie. Il y a des allusions au sexe, mais pas de véritables scènes de sexe descriptives. Si vous cherchez cela, je vous suggère de chercher ailleurs. Si vous cherchez une histoire divertissante avec vengeance et justice, veuillez continuer.

>>>>>>
J'avais fait une petite fortune en tant qu'ingénieur en mécanique pour une grande entreprise qui travaillait presque exclusivement avec le ministère de la Défense. J'avais commencé par le bas - apprenti soudeur - puis j'avais été invité à passer mon diplôme d'ingénieur une fois que la direction avait reconnu mes compétences. Je devais payer mes cours, mais ils me remboursaient toutes les dépenses si j'obtenais un « B » ou mieux. Parlez d'avoir une incitation! J'ai obtenu mon diplôme Cum Laude, faisant la liste du doyen chaque semestre.

J'ai eu beaucoup de formation "sur le tas", d'abord comme soudeur et plus tard comme machiniste avant de gagner un salaire relativement important en tant qu'ingénieur. Au fil des ans, j'ai gravi les échelons, prenant ma retraite l'année dernière en tant que vice-président exécutif pour le développement de projets. Malheureusement, l'entreprise a été acquise par un concurrent et de nombreux postes d'échelon supérieur ont été éliminés. Je ne me plaignais pas. Ils m'ont donné un excellent forfait pour disparaître au coucher du soleil. Ma femme Ruth et moi ne nous soucierions plus jamais de l'argent.

L'une des choses à propos de la retraite est que vous avez beaucoup de temps libre et, dans mon cas, j'avais aussi ma bite entre les mains beaucoup plus que je n'en avais eu au cours des quarante dernières années - plus sur la raison plus tard. Forcément, j'étais sûr de me faire prendre. C'était un mercredi début mai et j'étais assis sur la balançoire que j'avais achetée chez WalMart, regardant l'étang de l'autre côté du treizième trou. Ma main était sur la jambe de mon short caressant ma bite durcie. J'aurais dû faire attention, mais je ne l'ai pas été jusqu'à ce que Ruth soit presque à côté de moi.

"Martin! Je ne peux pas croire que tu sois ici en train de jouer avec toi-même. Qu'est ce qui ne vas pas chez toi?" D'accord, j'étais gêné, mais j'avais évidemment des besoins donc je suis resté calme en répondant à ma femme.

"Oui, mon cher ... je joue avec moi-même. Je prends du Cialis pour mon HBP, vous savez le problème que j'ai eu avec ma prostate. La semaine dernière, mon urologue m'a dit que j'avais le taux de testostérone d'un jeune de vingt ans grâce à l'hormonothérapie substitutive que je devais également suivre. Entre les deux ma bite est souvent dure et mes hormones font rage. Nous ne faisons l'amour que deux fois par semaine au maximum. Je ne te blâme pas. Deux fois par semaine, c'est probablement beaucoup plus que la moyenne pour des gens comme nous dans la cinquantaine, mais j'ai tout ce temps devant moi.

"Ce n'est pas tout ce que vous avez." La remarque aurait pu être mordante, mais elle l'a dit avec un sourire. Je haussai les épaules puis elle continua. « Si vous le devez, vous feriez mieux de le faire devant moi plutôt que de vous faufiler comme ça. Qui sait… peut-être que je vais même t'aider. Elle se pencha pour un rapide baiser puis m'aida à me lever. "Je vais sur l'ordinateur pour une petite recherche. Je suis sûr que ce problème doit être plus courant qu'on ne le pense. Quelqu'un doit avoir une solution. Allez dans la tanière et continuez. Je serai là dans une heure environ pour vous aider.

"Merci Ruth. Je ne peux pas croire que tu sois si compréhensif à ce sujet.

« Tu as un problème, ma chérie. Une femme est censée aider son mari. C'est comme ça que c'est censé fonctionner." Elle m'a embrassé à nouveau et est entrée dans notre bureau à domicile où nous avions notre ordinateur de bureau, une imprimante, un modem et un routeur pour notre réseau domestique. Nous avions aussi un ordinateur portable que j'utilisais souvent et deux tablettes. Je m'assis dans le confortable canapé en cuir et ouvris mon short. J'ai eu ma bite et dur en quelques secondes.

Elle est revenue environ trente minutes plus tard avec un sourire sur son visage. "Puisque vous le faites ouvertement maintenant, j'aimerais que vous gardiez une trace de la date et des heures dans ce carnet. Alors je saurai avec certitude que vous êtes complètement ouvert et honnête à ce sujet avec moi. Elle m'a tendu un petit cahier à spirale. J'étais dubitatif quant à l'idée, mais j'ai accepté une fois qu'elle a commencé à me caresser les couilles. "Vas-y, Martin, je veux te voir jaillir." J'en ai frotté un rapidement, couvrant presque mon abdomen de sperme au moment où j'ai eu fini. J'ai consciencieusement saisi les données dans le livre, ce que je regretterais à l'avenir.

Oui, j'avais un problème, mais ce n'était vraiment pas ce que Ruth pensait que c'était. J'avais toujours aimé le golf et j'avais souvent conclu une grosse affaire sur le parcours. Il était logique que nous rejoignions un country club une fois que nous avions déménagé de New York dans notre nouvelle maison en Virginie occidentale. J'ai été surpris et ravi quand Ruth m'a dit qu'elle voulait prendre des cours.

J'étais encore un nouveau membre et presque totalement inconnu quand j'avais joué il y a environ deux semaines. J'étais le seul membre de notre quatuor à rester et à prendre une douche alors j'étais seul quand je me suis assis au bar pour une bière. Un groupe de quatre gars était assis juste derrière moi - pas à plus d'un mètre - à une table et ils en avaient évidemment quelques-uns - peut-être un peu trop. Ils étaient bruyants même si le sujet de leur conversation aurait mieux fait l'objet de chuchotements. Je n'ai pas pu m'empêcher d'entendre chaque mot.

« Ouais, je parlais avec Gary Orton hier. Il a un nouveau poisson sur l'hameçon.

« Ne le fait-il pas toujours ?

"Ouais, mais celle-ci est membre et elle a au moins vingt ans de plus que lui."

"Laisse-moi deviner... cours de golf."

Ils ont tous ri alors qu'il continuait. « Eh bien… je suis sûr qu'ils passent du temps à jouer au golf. Elle doit montrer QUELQUES améliorations à son mari – sur le parcours si ce n'est dans la chambre. J'ai entendu leur rire rauque derrière mon dos alors que je commandais une autre bière pression de Budweiser au barman.

"Quoi qu'il en soit, je comprends que c'est un renard même si elle a la cinquantaine. J'oublie son nom. Je pense que c'est quelque chose de la Bible bien que son comportement avec Gary soit tout sauf religieux. Merde, j'aimerais pouvoir m'en souvenir.

"Marie? Sarah ?

"Non, ni l'un ni l'autre, mais quelque chose d'ancien testament... J'en suis presque sûr."

« Et Ruth ? N'était-elle pas dans l'Ancien Testament ?

« Tu sais… je pense que c'était ça. Ruth… oui, j'en suis sûr. Je veux garder les yeux ouverts pour elle. Je suis généralement plus qu'heureux de prendre les défroques de Gary. Il a un goût excellent et il fait un très bon travail d'entraînement de ses chiennes. J'ai laissé ma bière à moitié finie sur le bar avec un vingt et j'ai titubé.

Combien de femmes de nos jours s'appelaient Ruth ? Pour le savoir, je suis entré dans le bureau du club et j'ai demandé à voir une copie de la liste des membres. « Vous pouvez utiliser l'ordinateur sur ce bureau si vous le souhaitez, M. Gates. Il y a une base de données si vous voulez faire une sorte de tri.

Parlons de service : j'ai eu ma réponse en moins d'une minute. Il y avait trois Ruth dans le club : Ruth Mason, 78 ans ; Ruth Gordon, 27 ans, et Ruth Gates, 54 ans. Ce putain de pro de golf jouait avec ma femme ! Pire, elle s'était laissée séduire par un vrai molosse.

Je n'ai pas progressé dans les affaires en agissant sans réfléchir, alors j'ai conduit jusqu'à notre lac voisin où je me suis assis sur un rocher pendant près d'une heure. D'abord, j'avais besoin d'être testé. Si ce mec baisait autant de femmes qu'il le prétendait, il y avait un risque réel de contracter une MST.

Deuxièmement, de toute façon, je devais éviter tout contact sexuel avec ma femme jusqu'à ce que je sois en mesure de régler les faits de la situation. Je n'allais pas tricher, alors la masturbation était mon seul exutoire.

Troisièmement, je devais prouver si les allégations étaient vraies ou fausses. Si c'est vrai, j'irais dans un sens - après ma femme salope - si c'est faux, je vais après le SOB à grande gueule qui a lancé cette rumeur. En fait, j'irais après lui de toute façon.

Alors, je me suis lancé dans ma croisade de la masturbation. Je me suis branlé presque tous les matins, mais surtout les matins où Ruth avait une de ses "leçons de golf". Je n'avais jamais prêté beaucoup d'attention dans le passé, mais maintenant j'ai remarqué à quel point elle s'habillait de manière sexy ces jours-là. J'avais lu il y a longtemps qu'une femme qui porte un soutien-gorge et une culotte assortis était une femme qui recherchait, voire attendait, du sexe. Ruth portait de la lingerie assortie et sexy à chaque leçon.

J'étais allé dans une clinique publique à environ trente miles de là la première semaine après avoir appris la tromperie de ma femme. Dix jours plus tard, j'avais la première étape de la preuve dont j'aurais besoin. Ruth m'avait donné la gonorrhée, sans doute un cadeau de son merveilleux et généreux amant.

J'avais toutes les connaissances dont j'avais besoin, mais aucune des preuves concluantes. J'ai demandé à mon avocat s'il pouvait me recommander un détective privé. Il a pu et j'ai rencontré Joseph Mullin lorsque Ruth a eu sa prochaine "leçon de golf". J'étais sûr qu'ils baisaient quelque part dans le club, mais je n'avais aucune idée d'où ni de ce que je pouvais faire à ce sujet. "Ce n'est pas un problème si difficile", a expliqué M. Mullin. "Je pense que nous devrions câbler votre maison pour la vidéo et l'audio. J'ai un communiqué ici qui donne votre permission. Je suppose que votre nom est sur l'acte.

"Oui c'est le cas. En fait, je suis propriétaire de la maison. Ruth possède un condo à Fort Lauderdale… notre résidence d'hiver, eh bien, c'était jusqu'à ça.

«Vous devez être vous-même pendant quelques semaines. Laissez-moi le travail de détective. J'appartiens au même country club et j'en suis membre depuis des années, donc j'ai quelques idées où ils le font. Je suis sûr que vous savez que la Virginie est un État de divorce «sans faute», mais je parie que vous ne savez pas que l'adultère peut être un facteur majeur dans la répartition des actifs. Avez-vous toujours des relations avec elle ?

"Bon sang, non, elle m'a donné la gonorrhée."

"Eh bien, reste loin d'elle. Si vous avez des relations avec elle, cela invalidera vos allégations d'adultère. Maintenant, je dois vous dire que je fais partie du conseil d'administration du country club. J'ai essayé de faire virer Orton les deux dernières fois où il a baisé l'un des membres, mais les connards du conseil d'administration ont voté pour le garder. J'ai une idée de comment on peut les filmer sur le terrain du club.

"Si je devais deviner, je dirais qu'il le faisait dans la salle du magasin du pro. Il y a des portes de la boutique du pro et du couloir et personne n'y entre jamais. Laisse-moi essayer ça maintenant. Il prit son téléphone et composa le numéro. Quelques secondes plus tard, il reprit la parole. « George…Joe Mullin ici ; Je viens de prendre connaissance d'un problème au club. J'ai vu plusieurs personnes sortir de la salle du magasin du pro shop. Ouais, c'est vrai… nous devons avoir près de 75 000 $ en clubs, balles, chaussures et vêtements là-dedans. Nous devons prendre quelques précautions. Je pense que nous pourrions installer des caméras de surveillance. Je connais un gars de mon entreprise. Il pourrait le faire pour quelques centaines. Si vous êtes d'accord, j'appellerai les autres et j'obtiendrai un vote informel. D'accord, merci Georges.

"C'est assez simple, n'est-ce pas ? Nous le ferons avant la fin de la semaine… ta maison aussi. Je lui ai donné un acompte de 5 000 $ et je suis rentré chez moi.

J'ai rejoué au golf le lendemain matin avec le même résultat. J'étais douché et seul au bar à écouter les quatre mêmes connards parler de ma femme. Leur conversation était un peu différente cette fois. Je l'ai enregistré sur mon enregistreur numérique, celui que j'utilisais au travail depuis plusieurs années.

« Ai-je des nouvelles pour vous ? J'ai eu une conversation avec Orton ce week-end et il s'est en quelque sorte arrangé pour que je le rejoigne lui et cette chatte de Ruth.

« Qu'est-ce que tu veux dire… en quelque sorte arrangé ? »

« Il m'a dit qu'il le faisait dans le cellier… tu connais celui du pro shop ? Eh bien, la dernière fois qu'ils ont remplacé les tables de massage, il en a mis une ancienne dans la réserve. Il le recouvre juste d'une des feuilles et c'est parfait. Il l'avait dessus hier matin et, après l'avoir baisée comme une idiote, elle était tellement hors de lui que je suis juste entré, j'ai baissé mon pantalon et je l'ai enfoncé en elle. Elle a été un peu choquée au début, mais elle s'est réchauffée très vite. Je vous le dis les gars… elle est aussi serrée qu'une adolescente et quel corps. Pas étonnant qu'Orton soit attiré par elle.

« Il va la refaire samedi matin et encore lundi à dix heures. J'y vais les deux jours et il a suggéré à un ou plusieurs d'entre vous de nous rejoindre. Nous pouvons la rendre hermétique, si vous comprenez ce que je veux dire. Deux de ses copains l'ont refusé, invoquant le travail et des problèmes avec leurs femmes, mais le dernier a dit qu'il pouvait s'absenter du travail et qu'il s'en foutait que sa femme le surprenne. Je retournai au bar pour finir ma bière, éteignant l'enregistreur et le remettant dans ma poche.

J'ai fini la bière et je suis allé au bureau de mon avocat, mettant Sean au courant de ce que le détective privé m'avait dit. J'ai partagé la conversation sur l'enregistreur. "C'est bien, mais pas assez. Ce sera bien une fois que nous aurons une vidéo d'eux en action, mais pour le moment, ce n'est qu'un groupe de gars qui se taisent. Je vous suggère de partager cela avec Joe. Peut-être reconnaîtra-t-il les voix.

Dix minutes plus tard, j'étais dans le bureau de Joe. Il a trouvé la bande intéressante. "C'est définitivement Steve Wilson et je parie que c'est Mark Downey. Ils sont tous les deux bien connus comme chiens de chasse - presque aussi mauvais qu'Orton sauf qu'ils sont membres, pas employés. Je peux obtenir les deux autres noms à la boutique du pro… les membres du quatuor seront dans leurs dossiers. Une fois que nous aurons une vidéo d'eux, nous pourrons poursuivre pour aliénation d'affection et nous pourrons également poursuivre le club.

"Ça marchera? J'ai lu que les combinaisons d'aliénation d'affection ne fonctionnent plus.

"C'est vrai que vous n'obtiendrez pas d'argent, mais cela peut et va leur causer un monde de merde. Il y aura beaucoup d'embarras, de notoriété, de divorce, voire d'être expulsé du club. Je suis sûr qu'Orton sera viré cette fois, surtout si vous poursuivez le club. Vous devriez pouvoir obtenir un paquet de leur part. Sean saura exactement quoi faire. Je serai heureux de me venger de ces connards, ceux qui ont refusé de virer Orton la dernière fois.

"Bien sûr, ils vous expulseront aussi du club."

"Je m'en fiche, mais je veux récupérer ma cotisation."

«Ils devront rendre le vôtre, mais je doute que les autres se fassent rembourser le leur. Le club a plus de cent ans. La charte contient une clause de moralité. Nous avons terminé nos affaires et je suis retourné au bureau de Sean Smith où je lui ai dit de préparer les papiers - divorce pour Ruth, aliénation d'affection pour les trois participants et un très gros procès de plusieurs millions de dollars à signifier au président du club. Maintenant, tout ce dont j'avais besoin était la vidéo.

Le gars de Joe a pu faire le travail en une seule journée, faire ma maison pendant que Ruth faisait ses courses et entrer au club-house après les heures grâce au passe-partout de Joe. La vidéo serait envoyée à un relais à proximité et de là à une section du site Web de Joe créée spécifiquement à cet effet. Il m'a donné l'URL du site Web ainsi qu'un nom d'utilisateur et un mot de passe au dos de sa carte de visite. Sean a pris des dispositions pour qu'un adjoint du shérif soit disponible à dix heures du matin lundi en plus d'un fonctionnaire du département de la santé du comté en raison de la MST. Maintenant, tout ce que j'avais à faire était de rester loin de ma pute de femme.

Ce soir-là, jeudi, j'ai eu un dîner relativement bon en faisant semblant d'être mon amour habituel. Une fois la vaisselle débarrassée, je me retirai dans la salle familiale pour regarder du baseball. « Chérie… je vais prendre un cognac. Dois-je en avoir un pour toi aussi ? Brandy sonnait bien et je serais normalement d'accord, alors j'ai dit que je le ferais. Ruth me l'apporta et s'assit à l'autre bout du canapé. Nous avons touché des verres comme nous l'avions toujours fait et j'ai pris ma première gorgée.

J'avais presque fini quand j'ai réalisé que quelque chose n'allait pas du tout. « Je suis terriblement fatiguée, Ruth. Je me sens un peu étourdi. Je ne comprends pas."

"Laisse-moi t'aider à aller dans la chambre, ma chérie." Elle m'aida à me lever et glissa mon bras sur son épaule alors que je luttais pour atteindre la chambre. Elle m'a assis sur le lit et a commencé à me déshabiller. – Allonge-toi, Martin ; non… un peu plus au centre.

J'étais allongé presque complètement à l'écart alors qu'elle commençait à attacher une sorte de manchette en cuir à mon poignet. 'Qu'est-ce que je fais?'

"Je ne veux pas que tu te blesses avec les cordes, alors j'utilise ces menottes. Vous me remercierez demain. Je pouvais à peine voir alors qu'elle attachait mon poignet à la tête de lit. Bientôt, mon autre bras a suivi, puis elle a étiré mon corps et a sécurisé mes jambes. C'est alors que je me suis évanoui.

J'étais dans la même position quand je me suis réveillé vendredi matin. J'avais un horrible mal de tête et j'avais l'impression que ma bouche était pleine de coton. J'ai su alors que Ruth m'avait drogué. J'étais livide. Je la vis assise sur le bord du lit, un sourire aux lèvres. J'étais sur le point de parler, mais elle plaça sa main sur ma bouche pour me faire taire. « Je consulte votre livre depuis un certain temps, Martin. Vous avez passé quarante-deux heures à jouer avec votre bite au cours du dernier mois. Vous ne pouvez vraiment pas le contrôler, n'est-ce pas? C'est pourquoi j'ai décidé de le faire pour vous. Remarquez quelque chose de différent ce matin, ma chérie ? » Elle a pointé mon aine et c'est là que j'ai vu la monstruosité pour la première fois. Ma bite était enfermée dans une cage à bite en acier inoxydable et il y avait une pièce rectangulaire attachée en dessous qui étirait étroitement mes balles capturées.

"Ceci vient de Steelwerks, une entreprise qui fabrique des dispositifs de chasteté personnalisés. Vous auriez besoin d'une clé spéciale en forme de lettre "S" pour ouvrir ces boulons. Je vais vous dire tout de suite que je ne l'ai pas. Ce n'est pas dans la maison. Je l'ai donné à un ami pour qu'il le garde pendant les quarante-deux prochains jours. Tous ces caresses et la masturbation étaient tout simplement dégoûtants. Un peu de chasteté vous fera un monde de bien, en plus vous pourrez passer les six prochaines semaines à répondre à mes besoins.

"Comment vais-je faire exactement ça, Ruth, si ma bite est enfermée ?"

« Vous pouvez utiliser votre langue. Tu as déjà mangé ma chatte. Vous allez le faire beaucoup plus souvent maintenant.

J'ai essayé de cacher ma rage et ma répulsion. Ruth n'était pas exactement l'outil le plus pointu du hangar. J'étais à peu près sûr de pouvoir la tromper. "D'accord, tu as raison. Je ne suis pas assez fort pour le faire moi-même. Elle était manifestement convaincue alors qu'elle se déplaçait pour chevaucher ma tête. « Pourquoi ne détaches-tu pas ma main pour que je puisse te masser les seins ? Tu sais que tu aimes ça. Salope muette ! Elle a délié ma main droite en quelques secondes. Je l'ai déplacé jusqu'à sa poitrine alors qu'elle avançait, mais il n'y avait aucun moyen que je pose ma bouche sur cette chatte malade. Au lieu de cela, je mordis sa cuisse alors que je la poussais avec une telle force qu'elle tomba dans un saut périlleux arrière du lit, atterrissant sur son cul sur le sol.

Maintenant, je pouvais exprimer mes sentiments. « Espèce de connard misérable ! Tu penses que je vais vraiment te manger après que tu m'aies fait ça ? J'avais pratiquement mon poignet gauche libéré maintenant. "Je jure devant Dieu que je t'aurai pour ça. Tu m'as évidemment drogué et tu as fait ça pendant que j'étais assommé. Je me suis tenu au-dessus d'elle, surpris qu'elle soit si choquée par ma réaction. Nous étions mariés depuis près de trente ans. N'avait-elle rien appris sur moi pendant tout ce temps ? « Je vous suggère de rassembler vos affaires. Je dois faire quelques courses, grâce à vous, et je vous suggère fortement de partir avant mon retour.

"Où vais-je aller", gémit-elle.

"Pourquoi ne restes-tu pas avec ton AMI," ai-je demandé, le sarcasme dégoulinant de ma bouche. J'ai piétiné mon placard pendant que Ruth s'éloignait de moi de peur. C'était probablement la chose la plus intelligente qu'elle ait faite depuis un certain temps.

Je m'habillai rapidement, pris mon portefeuille et mes clés et sortis. Je conduisais dans le pâté de maisons quand j'ai téléphoné à mon avocat, Sean Smith. C'était tôt le matin donc, bien sûr, j'ai eu son répondeur, mais quinze minutes plus tard, il était au téléphone. « Allez à l'hôpital et dites-leur que vous avez été drogué. Demandez une prise de sang. Je te retrouve là-bas aux urgences dans une demi-heure.

C'est exactement ce que j'ai fait. Ils ont pris mes informations d'assurance et après que je sois là seulement dix minutes, une aiguille dans ma veine a extrait suffisamment de sang pour le test. Je suis sorti du laboratoire de phlébotomie pour trouver Sean debout dans le hall avec un shérif adjoint. Il m'a conduit dans une salle d'examen vide où j'ai laissé tomber mon short et mon boxer. L'adjoint a pris plusieurs photos de l'appareil puis m'a fait écrire une déclaration sur une feuille de papier de cahier jaune. C'était en partie un peu embarrassant, mais j'ai signé et Sean et l'adjoint ont été témoins.

« Martin, cela constitue une agression sexuelle et probablement une détention illégale. Si le test de dépistage de drogue est positif, il y aura d'autres accusations, peut-être même un enlèvement. Elle et son complice seront arrêtés, mais je suggère que nous attendions jusqu'à lundi. L'adjoint Rogers sera également avec nous. Nous pourrons faire d'une pierre quatre coups. Je ne sais pas, même si nous pourrons nous en débarrasser.

« Ne t'inquiète pas pour ça. Je pourrai m'en débarrasser avec suffisamment de temps. J'ai serré la main de Sean et de l'adjoint et j'ai failli sauter par la porte. La stupide Ruth a dû oublier ce que j'avais fait dans la vie quand nous nous sommes mariés. J'étais machiniste à l'époque, fabriquant toutes sortes de pièces de machines et de moteurs. L'année dernière, j'ai même fait une copie en acier inoxydable de mon fer quatre quand je l'avais accidentellement fissuré.


>>>>>>

Nous avions un terrain de deux acres lorsque nous vivions dans le nord et j'avais une grande dépendance en acier qui abritait mon atelier de métallurgie. Il y avait plus de quarante mille dollars d'équipement là-bas - un tour, un four, une ponceuse à bande et un four de fusion, entre autres. J'avais gardé l'équipement lorsque nous avons déménagé, mais maintenant il était en sécurité dans une unité de stockage de location.

Il y avait plusieurs entreprises, principalement des commerçants qui utilisaient ces installations comme siège social. J'avais fixé des feuilles d'amiante sur les murs et le plafond près du four et de la fournaise. L'amiante est illégal aux États-Unis, mais il peut être acheté au Canada et au Mexique. J'avais acheté le mien au Canada et je l'avais expédié aux États-Unis avec mon nouveau tour. Les feuilles d'amiante - soigneusement placées entre deux minces feuilles de contreplaqué - formaient le sol et les parois de la caisse. Illégal? Absolument - mais indispensable à l'aménagement de mon atelier - sans lui, mon four de fusion brûlerait sans doute toute la structure. De plus… l'amiante n'est dangereux que lorsqu'il est en suspension dans l'air par le ponçage, le forage ou la séparation causée par des dégâts d'eau.

J'ai dû utiliser le procédé de la "cire perdue" quelques centaines de fois pour fabriquer des pièces pour des machines grandes et petites au fil des ans. Faire une nouvelle clé pour cet appareil serait un jeu d'enfant. Une fois dans mon atelier, j'ai pris du papier épais de grammage 40 et je l'ai coupé à la taille - environ trois pouces de haut sur un et demi de large - en collant les extrémités ensemble pour former un petit cylindre juste assez large pour couvrir la tête du boulon. Ensuite, j'ai marqué tout le tour du cylindre à environ un quart de pouce du bas. J'ai soigneusement coupé six onglets du bas jusqu'à la ligne et je les ai pliés vers l'extérieur. J'ai collé ces bandes à la cage du coq, en scellant les espaces entre elles avec de la colle supplémentaire.

J'ai allumé le four de fusion, mais j'ai maintenu la température basse. En quelques minutes, une louche remplie de cubes de cire a été chauffée et la cire a complètement fondu. Je savais que ça allait être gênant et je n'avais aucune envie d'être brûlé alors j'ai pris un vieux chiffon et je l'ai enroulé plusieurs fois autour du cylindre. Enfin, j'ai soigneusement versé la cire, en remplissant complètement le cylindre. Il a durci presque immédiatement. Après avoir attendu environ cinq minutes, j'ai coupé le ruban avec un couteau de rasoir et j'ai déroulé le papier en laissant un cylindre de cire solide avec l'empreinte exacte de la tête du boulon.

Ce cylindre, je l'ai rapidement recouvert de céramique finement réduite en poudre et je l'ai plongé dans ce que l'on appelle communément dans le commerce une suspension de sable céramique. C'était tout ce que je pouvais faire aujourd'hui. D'ici demain à cette heure, le sable céramique aurait formé une couche suffisamment épaisse pour sécher et cuire dans le four. Il servirait bien de moule pour la nouvelle clé. J'étais sûr que la clé qui venait de Steelwerks était en acier inoxydable, tout comme la cage, mais elle serait conçue pour durer à travers de nombreuses utilisations. Le mien n'aurait à fonctionner qu'une seule fois ou, comme j'y pensais, peut-être deux.


>>>>>>

J'avais fini à midi alors j'ai décidé de sortir pour le déjeuner. J'ai trouvé un bon barbecue en ville où j'ai commandé un plateau de porc effiloché, de hushpuppies et de frites. La serveuse m'a apporté une énorme tasse de thé glacé non sucré et cinq minutes plus tard, mon déjeuner était sur la table. J'ai mangé tranquillement en songeant à la fin de mon mariage – près de trente ans d'échec. Ruth, espèce de salope stupide !

Heureusement, elle était partie quand je suis revenu à une heure. Je pensais à l'époque qu'elle irait probablement chez son amant. J'aurais dû téléphoner à Joe pour la faire suivre, mais j'aurais probablement assez d'informations d'ici demain matin lorsque Ruth devait suivre son prochain cours. J'ai pensé à des choses que j'aurais à faire - comptes bancaires, cartes de crédit, serrurier pour changer les serrures des portes, changer le code d'alarme et l'ouvre-porte de garage. Merde, il y en avait beaucoup. Le pire et le plus dur serait de le dire à nos deux filles. Les deux étaient mariés, ou je pensais qu'ils l'étaient, mais qui savait vraiment. Ils prendraient la nouvelle très mal, j'en étais certain.

Quelques bières m'ont aidée à calmer mes sentiments et assez vite je me suis endormie. D'habitude, je dors profondément, mais cet après-midi, c'était agité. Je me suis réveillé en sursaut pour constater que le soleil s'était couché. Je n'avais pas terriblement faim; la vérité était que je n'avais pas bien mangé ni bien dormi depuis que j'avais appris l'infidélité de Ruth. J'ai fait quelques sandwichs au fromage grillé et j'ai regardé un match de football jusqu'à ce qu'il soit l'heure d'aller au lit. Puis je me suis souvenu du système AV que Joe avait installé.

Je suis allé au bureau à domicile et j'ai tapé l'URL du site, suivi de mon nom d'utilisateur et de mon mot de passe. Là, devant moi, il y avait un écran rempli des pièces de ma maison. A commencer par la cuisine que j'ai retrouvée mercredi soir à 19h15. Je pouvais clairement voir Ruth ajouter la drogue à mon brandy. J'ai trotté dans la cuisine et vérifié l'armoire. Merde, cette femme était une idiote ! La bouteille était toujours là où elle l'avait mise. J'ai pris soin de ne pas y toucher en l'examinant attentivement.

J'ai changé pour la chambre principale et ma journée de merde s'est détériorée. Je me suis assis furieux en regardant ce connard de Gary Orton baiser ma femme sur mon lit. Ce serait une chose de plus à faire : acheter un nouveau matelas. En vérifiant les autres pièces, j'ai appris qu'Orton avait été dans la chambre d'amis pendant le dîner et avait aidé Ruth à appliquer la cage à bite une fois que j'étais inconscient. J'ai pensé que le shérif pourrait trouver ça intéressant. J'ai dormi dans la chambre d'amis, mais pas bien. Tout de même, je me suis levé tôt le samedi matin. J'avais rendez-vous avec Joe Mullin sur le parking du country club à 9h45. Je ne manquerais ça pour rien au monde.


>>>>>>

Joe était dans sa voiture sur le côté du bâtiment principal quand je l'ai rejoint. Il avait une tablette sur ses genoux et regardait une vue de la réserve. L'image était aussi claire que le jour. « Que se passera-t-il s'ils trouvent la caméra ? »

"Je suis sûr qu'ils le feront. L'histoire de couverture est que le conseil voulait installer des détecteurs de monoxyde de carbone dans tout le bâtiment. Il y en a huit autres - de vrais détecteurs - mais celui-ci ne l'est évidemment pas. J'ai revu tout cela avec les autres membres du conseil. Ils ont pensé que c'était une excellente idée. Je me demande à quel point ils penseront que c'est une fois que vous les aurez poursuivis en justice.

« Sean a tout préparé. Tout ce dont nous avons besoin, c'est de la vidéo. Comment cela enregistre-t-il le fichier ? »

« Tout ce que j'ai à faire est d'appuyer sur ce « bouton » sur l'écran tactile. Je le ferai dès que je verrai quelqu'un dans la pièce. Bon, les voici. C'est Orton dans la chemise bleue et l'autre est Steve Wilson. Vous savez, vous n'avez pas vraiment besoin de regarder. Je ne sais pas comment tu pourras lui faire face une fois que tu l'auras fait.

"Ça va : je les ai déjà vus en action et je n'aurai pas à la voir. Elle m'a drogué jeudi soir, m'a attaché au lit puis elle et Orton m'ont mis dans une cage à bite en acier inoxydable.

« Comment vas-tu t'en sortir ? A-t-elle la clé ?

« En fait, c'est une clé à molette. Elle m'a dit qu'elle l'avait donné à un "ami", donc je dois supposer qu'Orton l'a. J'y travaille pendant que nous sommes assis ici. Je l'aurai probablement fait d'ici demain après-midi.

A l'écran, ils avaient commencé à se déshabiller. Joe montra le cou d'Orton. "Est-ce que c'est ça?"

« On dirait. Ouais, je suis presque sûr. Il ressemble beaucoup à celui que je suis en train de faire, alors oui, c'est tout.

Nous avons regardé en silence Orton allongé sur la table. Bientôt Ruth s'assit sur sa bite. J'étais secrètement ravi de voir qu'aucun de ces hommes n'était aussi grand que moi. Nous avons vu Wilson frotter du lubrifiant sur le trou du cul de Ruth et environ une minute plus tard, il lui baisait le cul.

« Nous allons avoir besoin de quelques adjoints de plus lundi prochain, Martin. C'est de la sodomie. C'est une loi qui est rarement appliquée plus longtemps, mais je pense qu'elle est toujours dans les livres. J'ai hâte de voir ces connards menés à travers le club-house avec des menottes. Je serai sûr d'obtenir une vidéo de cela aussi.

J'ai regardé jusqu'à ce que je voie le troisième gars entrer - Downey, pensai-je. Il n'a pas perdu de temps pour enfoncer sa bite dans la gorge de Ruth. J'en avais assez vu. Joe m'a assuré qu'il aurait tout couvert pour lundi matin quand j'ai prié pour que ce cauchemar soit terminé.

Le reste du week-end a été un gâchis, mais une chose que je n'ai pas faite a été de pleurer. C'était quelque chose que Ruth avait fait sans me donner même une seconde de pensée ou de considération. Tout était sur elle. Pourquoi devrais-je gaspiller des larmes sur quelqu'un qui a délibérément gâché notre mariage. Je pouvais comprendre et même accepter une « erreur » ponctuelle, mais c'était impardonnable.

Après avoir quitté Joe, j'ai conduit jusqu'à mon atelier dans le centre de stockage. Effectivement, le sable céramique était assez épais pour servir de moule. Je l'ai placé sur une étagère dans le four, en tournant la température à 200 degrés. Cela ne ferait pas cuire la céramique, mais cela garantirait que la coquille était complètement sèche. Je l'ai éteint une heure plus tard, n'ouvrant le four que lorsque la température interne correspondait à celle de la zone de stockage.

À l'aide d'une perceuse à colonne, j'ai soigneusement percé un trou de trois seizièmes à travers la céramique à environ un demi-pouce du haut, puis j'ai rempli la partie extérieure de chaque trou avec du sable céramique. Ce trou formerait une poignée pour la clé une fois que j'y aurais versé le fer.

J'ai parlé brièvement à Sean dimanche matin pour lui parler de la sodomie. « Nous ne pouvons pas les faire arrêter pour cela. La Cour suprême des États-Unis a jugé en 2003 que ces lois étaient inconstitutionnelles. Ce que nous pouvons faire, c'est les avoir pour trouble à l'ordre public, obscénité publique et outrage à la pudeur. Il n'y a aucune attente d'intimité dans une réserve publique. Il a ri quand je lui ai parlé de la vidéo de chez moi. "C'est trop beau pour être vrai. Ce sont vraiment des idiots. Ne changez pas les draps du lit. Ils auront l'ADN d'Orton et de Ruth sur eux. Le dossier contre eux sera hermétique. Oh pardon!"

« Ne sois pas. Je serai heureux de donner à Ruth la baise qu'elle me donne. Je pense qu'elle va avoir quelques surprises.

"Ouais… les grands."

Joe avait apporté la vidéo au shérif samedi après-midi. Il accepta d'envoyer quatre députés et une femme pour s'occuper de la signification des papiers et des arrestations lundi matin. Je ne manquerais ça pour rien au monde.

J'ai sauté l'église le dimanche matin pour cuire le moule dans mon four. J'ai placé le moule en céramique à l'envers sur un grillage métallique avec un creuset en fonte directement en dessous. La cire a fondu dans le creuset, évacuant le moule - ainsi, la "cire perdue". J'ai lu un bon livre pendant que le four se réchauffait automatiquement puis se refroidissait lentement. Même alors, j'ai attendu encore une heure avant d'ouvrir la porte. Le moule était parfait.

J'avais démarré le four de fusion une fois le four arrêté. This storage area had limited ventilation and it could handle only so much heat. Even leaving the garage-style door open the room temperature was well over one hundred degrees.

The mold was carefully placed into a spring clamp that would hold it in place when I poured the molten iron into it. Using heavy insulated gloves I removed the ladle holding the molten iron. I rested it on the mold for a few minutes to warm it. I’d learned decades ago never to pour hot metal into a cold mold. Doing so could cause the metal to splatter back out of the mold, probably onto my face or body.

After two minutes I lifted the ladle and carefully poured. The mold wasn’t all that big so I was done in less than a minute. I placed the cast iron implement onto a stand to cool. I would remove the iron easily then.

I knew from experience that the iron would be cool enough to remove it from the mold in about fifteen minutes, but I waited thirty to be sure. Then I turned the mold on its side and shattered it with a hammer. Dropping my shorts and boxers I pushed the wrench into the bolt and turned. Once that was done I used it on the second bolt on the rectangle that had held my balls captive.

I had my freedom, but not for long. I had already decided to replace it before Monday’s raid. Thus, the sexual battery charges against Ruth and Orton would stick. I was pretty sure that he would have the wrench on the chain around his neck tomorrow. I was also pretty sure that was how he was demonstrating to Ruth his superiority over me.


>>>>>>

That afternoon I debated making the two most difficult phone calls I’d ever have to make—calls to our daughters to tell them of their mother’s betrayal of our vows. After some thought I decided to wait until Monday afternoon after the arrests and after she had been served.

I slept better that night, but not well. However, I was up early Monday morning—early enough to go out for breakfast. I wound up at Denny’s, a restaurant I only go to for breakfast. I finished in plenty of time and left a big tip. I was feeling great. Everything would come to an end this morning.

I met with Joe and Sean, the sheriff’s deputies, and a professional process server in the club’s maintenance lot where we wouldn’t be noticed. Joe had the tablet on and we could see the storeroom. We moved once we had seen the three naked men and my naked wife. The looks on the members as we pulled up in front of the entrance and walked briskly through the lobby were incredible. Two deputies went into the pro shop to block that door. Joe led the rest of us to the hallway. We were all surprised when the door opened as soon as he tried to turn the knob. The deputies nodded to each other knowingly. They led the way with Sean, Joe, the process server, and me trailing behind. Joe had his video camera running when we strolled in. They were into the sex so intently that they didn’t notice until we were all about ten feet away. Then Ruth screamed and the three men scrambled up and away. Of course, they didn’t get far. They were naked and handcuffed when the process server stepped forward and asked, “Mrs. Ruth Gates?”

“Y…yes.”

“You are served.” He tucked the large manila envelope under her arm.

"M. Gary Orton? Mr. Steven Wilson? Mr. Mark Downey? You are served.” Blankets were secured around their bodies with safety pins and they were led out of the building to the amazement of the members present. With the permission of the deputies I removed the wrench from Orton’s neck. I removed the cock cage in their presence and they took it with them as evidence. Once they had gone Joe, Sean, the process server and I walked into the club’s business office.

Bob Harris, the club president was seated at his desk when we walked in. “Hi, Joe…what’s up?”

Joe remained silent, but a minute later he had admitted his identity and received the lawsuit. “What is this, Joe?”

"M. Gates is suing the club for damages. Gary Orton, Steve Wilson, and Mark Downey were just arrested along with Mrs. Gates. She and Orton will be charged with several felonies in regard to their treatment of Mr. Gates. Orton seduced Mrs. Gates and they’ve been having sexual relations in the storeroom along with Wilson and Downey—a foursome, if you will. I warned the board about Orton, but you wouldn’t listen. Failure to take action is willful negligence. Now the club is going to pay.” I’d heard enough. I turned to leave and Joe and Sean joined me. I couldn’t help myself; I laughed like crazy. This entire situation was just absurd.

Sean had made arrangements for the Sheriff’s investigative team to pick up the drug bottle from my kitchen cabinet and the sheets from my bed. I had also given them the videos from Thursday night and Friday morning. They vacuumed my master bedroom floor and took fingerprints from the tables and furniture. They also found several soiled tissues with semen on them in the bathroom.

I saw that the time was 5:30 so I reluctantly picked up my cell phone to call my daughter Marlene--Marley. She had trouble believing what I told her. She cried when I told her about the divorce and wailed when I told her that her mother had been arrested and why. “Do you have to do that, Daddy?”

“Unfortunately, I do. Not only did she have a humiliating affair with the head golf pro, but she gave me gonorrhea. To make matters worse she drugged me, tied me to our bed, and locked a male chastity device on me. My attorney tells me that she could be charged with kidnapping as well as sexual battery, unlawful detention and whatever else the district attorney decides to throw at her. She’s in the county jail I would imagine and I plan to leave her there.” There was more crying, but by the end she told me that she loved me and that she hated what her mother had done. Once I had ended the call I had to do it all over again with Abby who was two years younger than her sister. Nice going, Ruth—you just tore our family’s hearts apart. We’d never be the same again.


>>>>>>

I slept better that evening, but I was still in the guest room. First thing next morning found me at a local mattress store. They promised me delivery tomorrow morning and removal of the old mattress and box spring. My next stop was a locksmith who agreed to install new locks tomorrow morning, too. I cancelled Ruth’s credit cards and ended her cell phone contract even though I had to pay a penalty.

My new mattress and the new locks were delivered and installed as promised. I doubted that Ruth would have access to our house anytime soon, but who knew where her purse and keys had been over the past weeks? Better to be safe than sorry.

I phoned the county jail after lunch about visiting hours. At four o’clock on the dot I entered the visitors’ room and signed in. Then I waited until I was called. After putting everything but my ID into a locker I passed through a metal detector into the room. I sat on one side of a long counter. The inmates sat on the other. About ten minutes later Ruth entered wearing one of those ugly orange jump suits.

She sat opposite me, but her first words were anything but contrite. “How could you? How could you humiliate me like that?”

“Ruth, you have to be delusional. I sat in the bar two consecutive weeks listening to those assholes talk loudly about Orton fucking you and how they were going to join in. If that wasn’t enough you gave me some fucking STD. Why did you think I was doing all that jerking off? There was no way I was sticking my cock into that diseased cunt of yours. I’ve been taking a combination of drugs for more than two weeks and I’m still not cured. Then you had to drug me, tie me up and put that monstrosity on me. My attorney says you’re in a shitload of trouble.”

“Well, you can still bail me out. They told me I’ll be arraigned Thursday morning.”

“I’ll go to the arraignment, but hell will freeze over before I provide bail. Oh, by the way, your daughters are really pissed at you.”

“You just don’t give up, do you? Why don’t you just ruin my life?”

“I can’t believe this. You’re the one fucking someone outside your marriage. You’re the one who has publicly humiliated me. You’re the one who has given me, Wilson and his wife and Downey and his wife, and God only knows how many others gonorrhea, and you have the nerve to blame me. I’m going to ask to have you see a psychiatrist. I think you’re mentally ill.”

“Well, for your information Gary is in love with me.”

“Yeah, and that’s why he pimped you out to his buddies. If that isn’t true love I don’t know what is. For your information, you are the third married woman he’s had an affair with just this year and you’re twenty years older than he is.”

“That doesn’t matter. None of that matters. I happen to know that Virginia is a no-fault state. I’ll get half of our assets regardless of what you say or do.”

I chuckled quietly. I could see that Ruth had lost her bravado. “That’s what I thought, too, but this state has some interesting thoughts about adultery. I have video of you and your pals both Saturday and Monday at the club and I have video of you and Orton twice at our house plus I have you on video drugging my brandy and the two of you locking that horrible thing onto my body. According to Sean, my lawyer, you’ll be lucky to see thirty percent. He also says I can sue you for drugging me and the rest of that shit you did to me. I think you’ll be lucky to get anything. But, don’t worry; you’re getting free room and board for a few years, at least.

“I won’t be back, Ruth. After this conversation there’s no reason for me to ever see you again.” I rose and walked away, turning my back on someone who had meant everything to me for almost thirty years.


>>>>>>

I did go to the court to observe the arraignment. Ruth’s lawyer was a public defender. I could tell that he was sincere and that he tried, but the evidence was overwhelming. It was all I could do to keep up with the list of charges against Ruth, but I did hear “kidnapping,” “sexual battery,” and something about using an illegal drug to knock me out.

The “kid,” as I dubbed her attorney, stood to object, claiming there was no supporting evidence for any of those charges.

“Your honor, we have both video and audio of the Gates’ home in which Mrs. Gates is observed drugging Mr. Gates’ drink. We have the same evidence showing her tying him to the bed and of her and her lover fastening Mr. Gates sexual organs in what is commonly known as a stainless steel ‘cock cage.’ She and her accomplice can be clearly heard discussing their planning and implementation of these heinous crimes.”

“Your honor, we contend that these videos were obtained illegally and should not be permitted into evidence.”

I swear—I heard the Assistant District Attorney laugh. “Your honor, I have here a certified copy of the deed for the property. It shows that Mr. Gates is the sole owner.” He took a few steps forward to hand it to the clerk. “Also, I have the original consent form given by Mr. Gates to Mr. Joseph Mullin, a private detective whose office is located in this county.” Again, he handed the document to the clerk.

The judge examined the documents for less than a minute before allowing the charges to stand. “I set bail at $100,000; next case.” Ruth was forlorn as she was led out of the courtroom. She looked back at me briefly then hung her head and passed through the portal on her way back to the county jail. The ADA asked if I wanted to see her. I just hung my head and shook it to indicate “no” then I walked quietly out of the room.

Sean proceeded with the divorce even though Ruth had not signed the papers. I learned then that the notarized statement of service was enough since she was incarcerated. I sat quietly through three sessions with the judge and an attorney from some women’s rights group. She was powerless once the judge had seen and heard the videos and my audio. I was required to testify about how my life had changed as a result of Ruth’s adulterous behavior, but her attorney was unable to shake my testimony. I had simply stated that I had given Joe Mullin permission to bug my home and Joe testified that he had permission to bug the country club storeroom.

I could see that the judge was pissed. I learned later from Sean that we couldn’t possibly have drawn a more sympathetic judge. He was an evangelical Christian who had been married for more than forty years and had run for the bench citing the sanctity of marriage. In the end he awarded Ruth ten percent of our community property. She had her condo in Florida of course, and her car. Other than them she received less than $500,000. I could have sued, but I told Sean that was enough. There was a time when I loved Ruth more than life itself.

She was able to get a plea bargain and a sentence reduced to three years when she willingly testified that Gary Orton had bought the drug for her and had originated the plan to emasculate her husband.

Orton was fired, of course, and he received a sentence of five years. Unlike Ruth, he was not a first-time offender. Wilson and Downey received suspended sentences, but they could not escape the consequences of the alienation of affection suits. Both were divorced and taken to the cleaners when their adulterous activities were revealed in court. I was more than please to provide both wives the videos of the storeroom and even testified about the authenticity of the audio recording I had made in the bar.

Surprisingly, I was not forced to resign from the country club. Board meetings had always been conducted openly, but nobody had ever attended. However, the membership railed upon learning that Gary Orton had been let off with no disciplinary action on two prior occasions. More than fifty members crowded the room at the next meeting. The four board members who had supported Orton were “requested” to resign. Joe Mullin was asked to take over as President and I, of all people, was elected to the board along with three others including two women—a first in club history.

I decided that the house was too big for just me so I put it on the market. I wound up taking a small loss, but that was okay. I didn’t need money. The club settled out of court for 4.5 million dollars, much less than the twenty asked for in my suit. Sean told me that we would have done better had we gone to court because of the board’s negligence in handling Orton. All the same, Sean earned 35% for doing almost nothing—not too shabby.

I learned through my daughters that Ruth was due to be released just over a year later. She was upstate in the middle of nowhere. They begged me to meet her when she was released and bring her back to our home town. I agreed, but only after some real arm twisting. My daughters can be really persuasive when they work at it and they worked me daily for several weeks. Even though we’d share a car and a long ride I made myself abundantly clear about getting back with my ex.

So it was that I was waiting, leaning against my new car—a brand spanking new BMW convertible—when Ruth straggled through the prison door at just after ten in the morning. She looked lost as she shuffled forward, a small tote bag in her hand. I stepped forward to take the bag in one hand and her elbow in the other. “I’m only the chauffeur, Ruth. I’ve arranged for a small apartment for you using your money from our settlement. It’s furnished so you’ll have a decent place to live while you look for a job.” She looked up in surprise. Ruth had never worked even a single day even though she was a college graduate. Unfortunately, she had a BS in psychology, a field where at least a Masters is required for any kind of employment.

We rode in virtual silence for more than eight hours although we did stop for lunch and dinner before I dropped her at the apartment. I carried her bag through the door and showed her around. She had food in the refrigerator and everything she would need for a new start. “Marley and Abby will stop by tomorrow afternoon. I’m sure you’ll want to see your grandchildren. They’re really beautiful.”

I gave her the key and had started for the door when I heard her speak for the first time. “I’m sorry, Martin. I was a fool. I know there’s nothing I can do now to erase the hurt you experienced, but I want you to know how sorry I really am.”

“I’m glad you finally saw the light, Ruth. We’re not getting back together, but I’m sure we’ll see each other at family affairs. It will be nice to know that we can be civil to each other. Truth be told, I’ve moved on. It took me a while, but I think I’ve found someone I could really love. We get along extremely well and I doubt she’ll ever cheat. You see, Steve Wilson was her husband. Why he ever cheated on her is a real mystery. She’s young--barely forty--and absolutely beautiful with a long slender body. Actually, she reminds me a lot of you in that regard. Bye, Ruth…best of luck.”

I realized as I walked down to my car that I hadn’t told the entire truth. Brenda was tall and slender, but I hadn’t mentioned her sensational breasts or her firm round ass. Nor did I mention how great we were in bed. None of that was any of Ruth’s business.

I returned to my condo where I was welcomed home by Brenda. Damn, but she felt great in my arms. “Long day?”

“You don't want to know. We never said even a single word to each other until I was ready to leave her apartment when she actually apologized to me. I wished her well, but made it completely clear that I’d found someone else—someone young and beautiful…and sexy.”

“Oh…anyone I know?”

I laughed and Brenda joined me. “While you’re in a good mood…think you could handle me on a 24/7 basis?”

“I don’t know,” she replied with a sly smile. “Exactly what did you have in mind?”

I pulled out the ring I’d bought just a few weeks ago. “I hope you’re not going to make an old man kneel.”

“No,” she said, holding out her left hand. I placed the ring on her finger as she continued, “You need to save your energy. You’re going to need it.” She moved in to kiss me. It lasted for several minutes and spoke volumes about our relationship. Then she led me down the hall toward our bedroom where she reminded me for at least the hundredth time what a fucking idiot Steve Wilson had been.

Articles similaires

Nurse Mom - Chapitre 9 - Maman se joint à tante Pam

J'ai tourné la tête pour voir maman assise dans le fauteuil dans le coin. Pam a tourné la tête et s'est figée quand elle a vu maman là, complètement nue et se touchant. Maman avait un grand sourire sur le visage et a dit qu'elle ne pouvait tout simplement pas s'en empêcher alors qu'elle continuait à passer ses doigts sur son chaton. Pam a commencé à paniquer et a essayé de se lever de moi, mais j'ai tenu une prise ferme sur ses larges hanches et je l'ai juste maintenue au sol, plantée sur ma bite. Elle ne pouvait pas dire...

1.2K Des vues

Likes 0

CRAIGSLIST SEXE

C'est ma première histoire alors dis-moi ce que je devrais faire mieux la prochaine fois !! C'est aussi une histoire vraie j'espère qu'elle vous plaira !! Quand j'avais 18 ans, j'étais vraiment dans le placard. Personne dans mon école ne savait que j'étais bisexuelle et le fait que toute la journée je rêverais et fantasmerais d'avoir une bite dans la bouche. Avant de vous parler de l'histoire, laissez-moi vous parler un peu de moi-même. J'ai 18 ans 5'7 140 et je suis en forme athlétique étant donné que j'ai lutté; mais c'est une histoire pour une autre fois ;). J'ai aussi...

926 Des vues

Likes 0

La nouvelle vie d'Aria Pt3

Aria Je me suis réveillé en sursaut dans les bras de mon père. « Qu'est-ce qui ne va pas, Aria ? » me demanda-t-il avec inquiétude. Juste un rêve 'bizarre', je suppose. Je transpirais et tremblais. Le roi a dû s'en apercevoir. « Tu es venu pendant que tu dormais. Vous êtes venu beaucoup ces derniers jours. Il m'a pris dans ses bras et m'a serré fort. Au moment où j'étais de retour dans ses bras, j'ai commencé à envelopper mon corps autour du sien, cherchant plus. Papa, s'il te plaît, suppliai-je. Absolument, Aria. Sur ce, il a commencé à m'embrasser et m'a allongé...

921 Des vues

Likes 0

Rêve d'anniversaire

Bonne nuit, les enfants, et merci encore pour les super cadeaux. D'accord, maman... et nous pouvons dire que tu vieillis puisque tu vas te coucher si tôt. Je ne suis pas vieux, gamins... Je viens de passer une très longue journée et j'ai besoin de dormir. Bien sûr, maman, quoi que tu dises et vos enfants éclatent de rire alors que vous quittez le salon et retournez dans votre chambre. Vous fermez et verrouillez la porte derrière vous, puis vous vous déshabillez. Une douche rapide, pensez-vous, et vous partirez pour un sommeil bien mérité. Vous souriez à vous-même en pensant au...

935 Des vues

Likes 0

Ma femme Maryanne - Ch. 3

Maryanne et moi, et parfois avec notre ami John, avons continué semaine après semaine avec notre jeu de Maryanne porte sa tenue sexy et nous visitons un bar local. En fait, nous sommes restés loin des bars trop proches de chez nous et de ceux où nous risquons de croiser l'un de mes collègues. Je ne sais pas comment je pourrais affronter des gens avec qui j'ai travaillé en découvrant notre petit secret. Je suis sûr que si nous étions découverts, le mot se répandrait dans tout le lieu de travail et que tout avenir possible avec l'entreprise serait terminé. Cependant...

914 Des vues

Likes 0

Sucer et avaler_(1)

Cela faisait longtemps que je pensais à ça, qu'est-ce que ça ferait de sucer un mec ? Qu'est-ce que ça ferait d'avoir une vraie bite qui glisse dans mon cul ? J'ai 39 ans et je suis marié et je n'ai jamais eu cette démangeaison correctement grattée. Bien sûr, ma femme a utilisé des sangles, mais cela ne s'est jamais senti tout à fait bien. Je devais le découvrir alors j'ai commencé mes recherches sur les branchements locaux pour les hommes. Finalement, j'ai trouvé un gars qui était Bi-Curieux et vivait sur place, pour sa vie privée, nous l'appellerons David. David...

897 Des vues

Likes 0

Les invités

Nous gérions le B&B depuis quelques années - nous louions simplement le grenier qui était assez autonome. Cela a rapporté un peu d'argent supplémentaire. Avant de commencer, j'étais tout à fait contre, mais lorsque les invités ont déclaré venir, je m'y suis habitué et j'ai commencé à en profiter un peu. Un vrai mélange de personnes. Parfois, l'un d'entre eux attirait mon attention et je fantasmais souvent sur eux en train de baiser dans la pièce au-dessus de notre chambre ou dans une autre aventure sexuelle. Ce week-end, nous avons eu un couple de Hollande. La femme et les enfants étaient...

963 Des vues

Likes 0

Je dois être le gars le plus chanceux du monde,

Je dois être l'un des gars les plus chanceux du monde. J'ai un super mariage de trois ans avec l'une des salopes les plus sexy du monde et j'adore ça. Je m'appelle Paul et ma femme est Marie. J'ai 30 ans et je mesure 6'2 et pèse 185 #. J'ai une bite qui attire beaucoup d'attention. Elle mesure 8 et est épaisse et dure comme de la pierre. Je peux baiser pendant une demi-heure avant de décharger tellement de sperme qu'aucune chatte n'a encore été capable de tout retenir. Mary est un vrai coup de grâce avec un beau visage et...

53 Des vues

Likes 0

La femme veut un autre bébé (1)

Ceci est une histoire fictive impliquant ma femme et son beau-père Ma femme Nicole et moi sommes mariés depuis 7 ans et avons trois merveilleux enfants. Nous vivons dans une petite ville et la plupart des gens ici sont des amis proches et beaucoup de famille. Lorsque notre premier fils est né, on lui a diagnostiqué un syndrome et c'est à ce moment-là que nous avons découvert que nous étions tous les deux porteurs d'un gène. Après que notre deuxième fils ait été diagnostiqué avec le syndrome, il a décidé que je devrais subir une vasectomie pour empêcher que d'autres enfants...

964 Des vues

Likes 0

Chien porte-bonheur Ch5: Achever Tammy

Chien porte-bonheur Ch5: Achever Tammy Tammy est sortie de sa salle de bain enveloppée dans une serviette. Elle avait essuyé la plupart du sang et du sperme de son corps. Elle avait perdu son jeu préféré. Elle allait juste devoir baiser le premier gars qu'elle rencontrait et rester avec lui pendant un moment. Peut-être qu'elle suivrait les conseils de son amie et trouverait un six pouces fiable. Elle était assise sur une chaise dans la cuisine avec un verre de lait devant elle. Le chien avait été rude et brutal, mais elle pensait que c'était quelque chose qu'elle aimerait chez un...

950 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.