Ravisseur à louer

187Report
Ravisseur à louer

Ravisseur à louer.

Il regarda la photo, mémorisant le visage et les yeux jusqu'à ce qu'il comprenne qu'il ne pourrait pas la manquer dans la foule. La femme était vêtue d'un costume d'affaires, avec des cheveux noirs tombant sur les épaules et des yeux verts. Sans la lueur arrogante dans ses yeux, il l'aurait trouvée assez frappante.
Avons-nous un accord? Les mots tapés sur l'écran de son ordinateur dans la salle de discussion privée dans laquelle lui et son client avaient convenu de se « rencontrer ». Cette façon de communiquer était non seulement sécurisée, mais entièrement discrète et anonyme.
Oui, il a répondu simplement, nous le faisons, 25 000 d'acompte et le reste à la livraison.
Convenu. N'oubliez pas qu'elle ne doit pas être blessée de façon permanente, mais je veux qu'elle soit humiliée de toutes les manières possibles.
Compris. Je vous contacterai une fois le travail terminé pour les modalités de paiement et les options de livraison. Il s'est arrêté et s'est déconnecté d'Internet dans la chambre d'hôtel sordide, éteignant ainsi son ordinateur portable. Après l'avoir glissé dans son étui, il jeta un nouveau coup d'œil à la photo et se leva, se dirigeant vers la porte.

Il se tenait appuyé contre le taxi comme s'il était là depuis un certain temps, en train de faire une pause. En fait, il s'était arrêté quelques instants plus tôt devant l'immense immeuble de bureaux. Il était tard dans la nuit et d'après ses observations, il savait qu'elle allait partir d'une minute à l'autre.
Effectivement, elle était là. Grande et mince avec une silhouette athlétique, elle sortit des portes automatiques du cabinet d'avocats dans une jupe et une veste de couleur moka, des talons aiguilles assortis claquant avec colère sur le béton.
Alors qu'elle se rapprochait, il vit qu'un bras se débattait avec ses lourds sacs et que l'autre tenait un téléphone portable contre son oreille.
« Depuis quand nous soucions-nous de savoir si le client est coupable, nous sommes payés pour le faire acquitter. Si tu ne te sors pas la tête du cul, tu ne deviendras jamais partenaire. Elle ferma le téléphone portable et le laissa tomber dans son sac à main. "Piquer."
Elle leva les yeux et remarqua qu'un homme traversait la rue du côté opposé et se dépêcha de le devancer jusqu'au taxi. Ils se sont rencontrés en même temps, souhaitant tous deux faire un tour dans deux directions différentes.
"Écoute, connard, je suis avocat, donc à moins que tu veuilles un procès entre tes mains..."
L'homme leva les mains de manière défensive et recula dans une retraite tactique d'excuse.
"Facile, madame." » Dit-il en secouant la tête alors qu'il se détournait à la recherche d'un autre taxi.
"Je ne le pensais pas." Elle se tourna et lança un regard flétri à l'homme qu'elle croyait être le chauffeur de taxi, jetant ses sacs devant lui. « Dépêchez-vous de mettre mes bagages dans la voiture, je n’ai pas toute la journée. Et arrête de regarder mes fesses. Elle s'arrêta pour allumer une cigarette, secouant la tête avec dégoût. "Quelle putain de journée."
Il haussa les épaules et déverrouilla le coffre, s'assurant qu'elle ne le suivait pas. Soulevant le couvercle, il jeta les sacs sur l'occupant actuel, provoquant un grognement de douleur étouffé.
Elle ne l'entendit pas et ne remarqua pas la rapidité avec laquelle son chauffeur de taxi ferma le couvercle. Au lieu de cela, elle a exhalé un nuage de fumée blanche qui a semblé calmer ses nerfs. « Au moins, j’ai eu un coup de chance aujourd’hui. Sais-tu à quel point il est difficile de trouver un taxi dans ce quartier de la ville, aussi tard le soir ?
Elle jeta la cigarette à moitié fumée en direction de la poubelle la plus proche et se pencha pour monter dans le taxi.
Il s'avança derrière elle, sortant l'aiguille hypodermique de la poche de sa veste et ôtant le capuchon.
"Peut-être qu'aujourd'hui est ton jour de chance." » Dit-il en enfonçant le bout à travers sa jupe serrée dans la croupe joliment arrondie au-delà. Elle sursauta de surprise et se tourna vers lui, les yeux déjà révulsés.
"Qu'est-ce que…" réussit-elle avant de glisser mollement vers le plancher de la banquette arrière.
"Là encore, peut-être pas."
Il regarda autour de lui pour s'assurer que personne ne l'avait vu puis ferma la porte derrière elle.

Quelques heures plus tard, le taxi a été retrouvé par la police sous un pont, le conducteur légitime ligoté, bâillonné et groggy dans le coffre à cause d'une sédation similaire à celle qu'il avait reçue, mais autrement, il n'était pas plus mal à l'aise.

Elle s'est réveillée des heures plus tard, à des kilomètres de l'endroit où elle se trouvait, dans l'obscurité totale, du moins à ce qu'il semblerait. En fait, elle avait les yeux bandés, bâillonnée et pieds et poings liés. Elle était restée allongée sur le côté droit suffisamment longtemps pour que le bras correspondant soit devenu engourdi. En se retournant, elle découvrit qu'elle était allongée sur une sorte de sol et essaya de s'asseoir.
C'est alors qu'elle entendit la voix.
"N'ayez pas peur." Cela la conseillait machinalement et tout près de son oreille gauche. Elle se tourna par instinct, mais ne put rien voir à travers le tissu épais du bandeau. « Vous avez été enlevé et vous êtes détenu contre rançon. »
L'orateur lui a donné un moment pour réfléchir. "Nous allons réaliser une vidéo de rançon à envoyer à votre cabinet d'avocats, vous comprenez ?" Elle hocha la tête, levant aveuglément la direction de la voix surprenante.
« Je vais te délier les chevilles pour te permettre de marcher, mais ne pense pas que je ne pourrai pas te rattacher si tu résistes, compris ? Un autre signe de tête.
"Maintenant," dit-il, le froid d'une lame de couteau effleurant sa cheville lui fit frissonner tout son corps. "Je veux que vous écoutiez très attentivement." Le tissu épais enroulé autour de ses jambes tomba d'un seul coup de couteau et elle ressentit un pincement au cœur alors que cette sensation revenait également de cette partie de son corps.
Il l'aida à se relever et elle réalisa qu'elle était pieds nus pour la première fois. À bien y penser, elle ne pouvait pas sentir ses collants, ni sa culotte d'ailleurs.
« Je vais te guider vers une chaise où on pourra te filmer, tu comprends ? Bien. Maintenant, asseyez-vous. Elle s'installa docilement sur la chaise, se déplaçant jusqu'à ce qu'elle puisse trouver une place confortable pour ses bras, puisqu'ils étaient attachés derrière elle.
« Nous avons un script que nous voulons que vous lisiez à haute voix devant la caméra, compris ? Bien."

Quelques instants plus tard, elle s'est assise dans la chaise à dossier dur, les bras attachés dans le dos, les jambes écartées et attachées aux pieds de la chaise au niveau des chevilles et des genoux. Elle ne savait pas que son vagin nu était visible sous l'angle de la caméra existante et qu'il était bien en vue pendant tout l'enregistrement. Elle remarqua l'horloge numérique posée sur la table à côté d'elle, ses lettres et chiffres rouge vif à peine visibles dans la lumière du plafond.
Son chemisier avait disparu avec son soutien-gorge et ses seins fermes n'étaient dissimulés que par sa veste de costume et celle-ci n'était boutonnée qu'en bas, permettant une vue très séduisante sur sa poitrine. Son bandeau et son bâillon avaient été retirés et elle plissa les yeux sous l'éclat des projecteurs pointés vers elle, essayant de lire le scénario placé sur ses genoux.
« J'ai été kidnappé et mes ravisseurs veulent que deux millions de dollars de factures non marquées et non séquentielles soient livrés à l'adresse indiquée dans cette vidéo. Vous avez jusqu’à demain soir minuit pour le faire ou en subir les conséquences.
Elle leva les yeux vers les lumières, essayant de repérer son ravisseur dans l'ombre qui s'étendait au-delà. "Quelles conséquences ?" » demanda-t-elle, pas sûre de vouloir savoir. Soudain, un tissu nauséabond lui glissa sur la bouche et le nez et plus que les lumières ne s'éteignirent.

Elle s'est réveillée avec quelqu'un qui lui tapotait doucement la joue, la joue du cul. Elle avait les yeux bandés et était à nouveau bâillonnée, cette fois attachée en position debout, les bras et les jambes écartés en forme de « X ». La première chose qu'elle remarqua fut qu'elle portait à nouveau ses talons hauts et elle se rendit immédiatement compte à quel point il était difficile de trouver son équilibre dans sa situation actuelle.
La deuxième chose qu'elle a remarquée, c'est que sa chatte la démangeait. Plus précisément, la zone autour de son vagin la démangeait, comme lorsqu'elle avait commencé à se raser le maillot. Elle n’eut pas longtemps à réfléchir à cela avant que le bandeau ne soit retiré de sa tête et qu’elle soit soudainement exposée à ces mêmes lumières douloureusement brillantes.
« Apparemment, votre cabinet d’avocats ne nous prend pas au sérieux, car ils n’ont pas réussi. » Ses pupilles avaient peut-être rétréci, mais ses yeux s'écarquillèrent de peur face aux mots accentués mécaniquement.
"Quoi?" Elle haleta lorsque le bâillon fut également retiré. « Pourquoi ne le feraient-ils pas, je suis l’un de leurs meilleurs avocats. Un de leurs putains de meilleurs. Elle était alarmée, essayant clairement de comprendre ce qui aurait pu les empêcher de répondre aux demandes.
"Pas mon problème." » dit simplement la voix, soudainement juste derrière elle, dangereusement près de son oreille droite cette fois. « Mais c'est le vôtre. Cette fois, lorsque vous parlerez à la caméra, je veux que vous leur disiez ce que je vous fais, puis que vous répétiez ce que je vous dis. Compris?"

Un instant plus tard, elle haleta lorsqu'une main rugueuse glissa lentement de son genou gauche et parcourut lentement l'extérieur de sa cuisse. "Dites-leur ce que je fais." » murmura durement la voix, tout près de son oreille.
"Il est... il a sa main sur ma jambe, il la fait courir de haut en bas... oh, mon Dieu, sa main est dans mes jambes, il me serre les fesses, il vient de me lécher le cou... ooh, arrête. , s'il te plaît..."
"Dis leur."
"Il vient de mettre son autre main dans ma veste, oh mon Dieu, il me pelote, me pince les seins..."
"Maintenant, dis-leur que s'ils n'envoient pas l'argent dans les six prochaines heures, je vais te violer et leur envoyer le film." Murmura-t-il, la langue taquinant son lobe d'oreille.
"Oh, mon Dieu ! Non, s'il te plaît !"
"Dis leur."
"Il dit qu'il va me violer si vous n'envoyez pas l'argent dans les six prochaines heures, s'il vous plaît, envoyez l'argent, envoyez l'argent avant qu'il ne me fasse du mal, il est fou." Il a déboutonné sa veste et a exposé sa poitrine à la caméra, tirant la veste suffisamment en arrière pour pouvoir librement tâtonner ses seins en toute impunité pendant que son autre main trouvait son vagin.
"Tu m'as rasé la chatte !" S'exclama-t-elle, puis son visage rougi devint blanc de choc et de peur alors que ses doigts se frayaient un chemin dans les plis de son vagin. "S'il vous plaît, envoyez l'argent, envoyez ce foutu argent !"
Quelque chose de pointu lui poussa le cul et elle sentit le monde s'éloigner une fois de plus.

La fois suivante, elle s'est réveillée avec une sensation très agréable. Ses deux mamelons étaient dressés et quelqu'un suçait l'un d'eux. Elle gémit, ses sens revenant lentement à elle à travers le nuage de sédatif qui s'estompait. Son vagin était chaud et elle avait envie de ronronner de plaisir alors que les sensations la traversaient.
Elle commença à enrouler ses jambes autour de son amant et découvrit qu'elle ne pouvait pas les bouger. Alors qu'elle reprenait totalement conscience, elle découvrit qu'elle était allongée sur le dos, les bras liés ensemble, au-dessus de sa tête. Son amant était entre ses longues jambes, de sorte qu'elles étaient enroulées autour de lui et liées ensemble par une courte boucle de tissu aux chevilles.
Elle avait les yeux bandés, mais le bâillon était encore une fois absent. À la façon dont il caressait son corps, elle pouvait immédiatement dire qu'il avait entièrement retiré ses vêtements cette fois. À cette pensée, elle fut soudainement et terriblement ramenée à la réalité.
"La caméra est au-dessus de vous", déclara la voix déformée avant de pouvoir exprimer son cri d'horreur. "Dites-leur simplement que je vais vous baiser ou vous torturer toutes les heures jusqu'à ce qu'ils répondent à nos demandes." Il pressa la tête de son pénis contre son vagin réchauffé et humide pour insister. "Toutes les heures, et je le filmerai à chaque fois pour qu'ils te voient souffrir."
"Oh, mon Dieu, oh mon Dieu, s'il te plaît..."
"Dis leur." Il se pencha et commença à lécher ses fiers tétons avec dévouement.
"Euh... Il dit d'envoyer l'argent, pourquoi n'as-tu pas envoyé l'argent ? Tu ne vois pas qu'il va me violer ? Tu ne vois pas, bande de connards insensibles..." Il poussa lentement , la large tête de son manche envahissant ses tissus les plus doux par incréments.
Elle se tendit, agrippant son corps avec ses jambes, serrant ses hanches et le bas de son dos de tout ce qu'elle valait, mais cela ne fit guère plus que ralentir sa progression. Elle ouvrit la bouche pour crier de toutes ses forces, mais la trouva étouffée par une boule de tissu qui combla instantanément le vide.
Elle sentit son poids changer et cria dans le bâillon alors qu'il lui murmurait à l'oreille, le pénis bougeant plus profondément en elle.
"Il est temps de tenir ma promesse et de m'offrir une chatte d'avocat. Ça te dérange si je m'approche de la chatte ?"

Elle se réveilla de nouveau avec une décharge électrique la traversant comme une lame de couteau déchiquetée, et elle cria dans son bâillon. Après quelques secondes, le choc s'est arrêté et elle s'est affalée contre ce qui ressemblait à une table ou un comptoir, épuisée même par une courte durée.
"Ça fait une heure." Dit la voix, et elle prit conscience de quelque chose accroché à chacun de ses seins et aux plis de son vagin. "C'est choquant comme le temps passe vite, n'est-ce pas ?" Cette fois, elle s'est évanouie d'elle-même.

Cette fois, elle s'est réveillée avec un léger mal de tête, mais a pris plus rapidement conscience de sa situation. Elle inspira et essaya de s'asseoir, mais trouva ses bras et ses jambes attachés, allongée sur une sorte de matelas. Elle était allongée sur le dos, les bras et les jambes attachés avec le même tissu qui l'empêchait de bouger, mais ne laissait aucune marque vive sur sa peau.
Le bandeau était toujours là, mais le bâillon avait disparu comme avant.
Elle fut immédiatement surprise de constater que sa chatte ne lui faisait pas mal, ni ses seins, même si son dernier souvenir était celui de l'incroyable douleur qui avait laissé son corps se cambrer et se tordre d'agonie.
Elle se demanda distraitement si une autre heure s'était écoulée. Quelque chose d'humide et de chaud se pressa contre son trou de cul et elle haleta lorsque quelque chose de ferme et de dur fut pressé à travers la petite ouverture.
"Je t'ai fait un lavement et je t'ai lubrifié pour rendre les choses plus faciles." La voix mécanique l'informa. "Cela s'appelle un plug anal, et celui-ci est assez gros." Il a continué à travailler de plus en plus profondément jusqu'à ce qu'elle crie sa protestation.
"Arrête ça, putain de connard ! Arrête ça !"
"Criez autant que vous voulez, vous avez été transféré dans un endroit en dehors de la ville où personne ne vous entendra." Une fois que le plug anal lui eut rempli le cul, il s'arrêta, ses mains revenant un instant plus tard avec d'autres objets. Elle connaissait facilement la sensation d'un vibromasseur pressé contre sa chair tendre et attaché en place. Elle se tendit et se détendit rapidement, assez certaine de pouvoir supporter cette torture particulière. Des pinces à tétons trouvèrent chacun de ses seins et commencèrent à fredonner leur propre air de plaisir.
Quelques instants plus tard, elle entendit une porte se fermer et se retrouva seule avec ses stimuli mécaniques. Les minutes passaient et elle sentait les vibromasseurs la réchauffer d'un bout à l'autre malgré tous ses efforts pour les ignorer. Elle soupira, sa poitrine se soulevant alors que la vibration augmentait en tempo à cause d'une minuterie cachée.
Plus le temps passait, moins elle pouvait résister à la stimulation et se retrouvait tendue et grinçante avec elle,
essayant de placer le vibromasseur à cet endroit parfait juste sous son clitoris.
Ce n'était pas qu'elle avait oublié d'être captive, pas de loin, mais si elle devait être ligotée et baisée, autant que ce soit comme ça. Elle sentit ses hanches trembler, ses cuisses puis son ventre avec une passion montante qu'elle ne parvenait pas à contrôler. Elle haleta et haleta encore, essayant de le retenir, puis finalement s'y rendit, la bouche ouverte d'extase. A ce moment précis, les vibromasseurs furent éteints et elle sursauta malgré elle face à la soudaine perte d'élan agréable.
Son bassin s'est incliné vers le haut alors que son désir atteignait ses limites et juste au moment où elle entrait dans les premiers jets d'un orgasme puissant et non sollicité, elle a été frappée en pleine poitrine avec un seau rempli d'eau glacée. Instantanément, son orgasme se fondit en un choc glacial et elle hurla de douleur surprise. C'est alors qu'elle entendit le rire déformé et altéré venant de tout près et qu'une main fut pressée sur sa bouche et son nez.
Le corps tremblant de froid, elle essaya de se battre, mais l'autre main retenait ses cheveux et empêchait toute réelle résistance. Juste avant de s'évanouir, elle l'entendit murmurer : "On se voit dans une heure, connard."

La prochaine fois qu’elle se réveillera, elle aura une surprise. Il lui avait équipé d'un collier anti-choc télécommandé en cuir épais avec une lourde boucle dans le dos. Il l'a guidée, les yeux bandés, à travers différentes pièces jusqu'à ce qu'il atteigne leur destination, et a retiré le tissu.
Devant elle se trouvait une planche relevée et suspendue par une corde à chaque extrémité. Il lui a dit que si elle ne suivait pas précisément ses instructions, il la laisserait à cheval toute la nuit, lui causant ainsi beaucoup de douleur.
Il lui attachait les mains au plafond et ses chevilles ensemble et s'assurait que ses pieds étaient trop au-dessus du sol pour la soutenir.
Elle monterait sur ce poney en bois toute la nuit. Elle consentit volontiers à faire tout ce qu'il lui demandait, du moins jusqu'à ce qu'il lui dise exactement ce qu'il voulait.
Il semblait qu'il avait engagé une prostituée plus tard dans la soirée, étant entendu qu'elle lécherait le jeune promeneur de rue jusqu'à l'orgasme. Elle a immédiatement changé d'avis et, pour son refus, elle s'est retrouvée au sommet du conseil d'administration.
À sa grande surprise, elle découvrit qu'il y avait un coussinet en néoprène enroulé autour, ce qui signifiait que même si cela lui faisait mal de supporter son poids sur cette section étroite de bois, cela n'allait pas laisser même une petite ecchymose.
Ça faisait mal, ça faisait très mal.
Moins d'une heure plus tard, elle céda et accepta, les larmes coulant sur son visage. Quelques minutes plus tard, la jeune fille apparut, à peine plus de dix-huit ans, pas aussi jolie qu'elle aurait pu l'imaginer. Elle devinait qu'elle avait pris pour acquis le concept hollywoodien d'une pute.
Il l'a conduite jusqu'à son avocat prisonnier et l'a présentée sous un autre nom et les deux se sont serrés la main comme de simples connaissances, sans aucune idée de ce qu'ils étaient sur le point de se faire ou de se faire l'un pour l'autre.
La jeune fille la regarda fixement et s'assit sans passion sur le lit devant elle, s'appuyant sur ses coudes.
Elle fut surprise que sa nudité ne semble pas affecter la jeune fille, puis décida que son ravisseur avait dû lui dire toutes sortes de choses sur sa femme et ses goûts sexuels. Elle grimaça et toucha pensivement le col.
Ses instructions étaient simples, si elle ne voulait pas qu'il lui fasse perdre la soupe, alors elle ferait ce qu'on lui disait. Elle lui jeta un coup d'œil et il hocha la tête en direction des prostituées.
L'échange n'a pas échappé à l'attention de la pute et elle s'est penchée et a remonté sa jupe pour révéler ses propres parties intimes rasées de près.
L'avocat se pencha lentement devant la jeune fille, avec précaution, comme elle s'était approchée d'un animal dangereux. Bien sûr, elle y avait pensé des années auparavant, à l'université, mais... La fille sourit : " Un peu timide pour un échangiste, n'est-ce pas ? " La pute écarta plus largement les jambes et lui sourit avec attente. "Je ne me fais pas souvent baiser par une fille, ça devrait être sympa."
Elle s'agenouilla devant la jeune blonde et se pencha en avant, ouvrant la bouche à mesure qu'elle se rapprochait de la prostituée. La jeune fille se pencha et écarta les lèvres de son propre vagin pour la brune. Les deux femmes fermèrent les yeux, mais pour des raisons différentes.
Elle lécha timidement la chair rose exposée et recula immédiatement, levant les yeux vers son ravisseur. Il se tenait derrière elle, toujours dans l'ombre où elle ne pouvait pas distinguer ses traits. Il lui fit signe de continuer, tout en tenant la caméra.
Elle se lécha les lèvres et découvrit qu'elle avait découvert une nouvelle saveur, elle avait un goût piquant, mais pas tout à fait désagréable. Elle se pencha pour lécher encore et encore. La fille gémit et elle inversa l'angle, progressant dans le groove avec plus de dévouement. La blonde gémit et soupira et elle l'entendit s'approcher derrière elle.
Elle sentit sa propre chatte se réchauffer alors qu'elle commençait à entrer dans le courant des choses, sentant elle-même ce qu'elle regardait se passer devant elle. La jeune fille a remonté sa chemise et a commencé à travailler ses propres mamelons durement et rapidement jusqu'à ce que l'avocat sente les siens devenir durs rien qu'en regardant.
Tous deux haletaient de désir, et soudain elle se retrouva à se doigter la chatte, son autre main sa propre chatte. Derrière elle, il lui tapota la main et poussa un vibromasseur dans la fente accueillante de sa chair tendre. Elle soupira et avala le liquide piquant avec un plaisir rempli de surprise.
Le vibromasseur bourdonnait doucement dans sa chatte et elle se lança dans le travail qui lui était assigné avec un enthousiasme qu'elle ne soupçonnait pas avoir.
Pas plus de cinq minutes plus tard, la prostituée frissonna lors d'un puissant orgasme, les larmes lui montant aux yeux alors qu'elle baissait les yeux sur son bienfaiteur involontaire. Quelques secondes plus tard, l'avocate elle-même était en proie à l'orgasme. Il a laissé le couple quelques instants d'extase, puis il l'a mise debout et leur a ordonné de se coucher sur le lit, face à face.
Ils se retrouvèrent dos à dos, les culs en l'air avec un gode épais à double extrémité entre eux. Les deux filles haletèrent de désir alors qu'il enfonçait chaque extrémité et les laissait s'occuper du reste. Bientôt, les deux hommes se jetèrent de tout leur poids dans l'affaire, leurs corps se tordant, leur souffle venant par brefs élans extatiques.
Debout en retrait, il les regarda se baiser dos à dos, faisant de leur mieux pour enfoncer le gode profondément en eux et réussissant à faire plaisir à l'autre en même temps. Enfin, ils eurent une autre paire d'orgasmes et il les sépara immédiatement, la payant avant qu'ils puissent ne serait-ce que lui dire au revoir.

Cette fois, quand elle a réveillé sa langue et sa tête lui faisait mal. Elle s'aperçut immédiatement qu'elle était debout, les bras tendus et attachés quelque part au-dessus d'elle, si haut en fait qu'elle ne pouvait atteindre le sol qu'avec un ou deux orteils à la fois. La tension sur ses bras n'était pas la seule chose qu'elle remarqua. Quelqu'un lui avait soulevé la jambe droite et lui avait inséré quelque chose de lubrifié dans les fesses. Elle réalisa que c'était ce qui l'avait tirée de son sommeil inopportun. Le bâillon avait toujours disparu, mais le bandeau éternel restait.
"Toujours pas d'argent, madame légale, je suppose que je peux profiter davantage de ton joli petit cul."
"J'ai mal à la tête, j'ai l'impression de ne pas avoir fumé de cigarette depuis des jours." » Murmura-t-elle, se sentant faible. "S'il te plaît, laisse-moi prendre une cigarette."
"Hmm. Si tu me suces la bite, nous avons un marché. Qu'en dis-tu, une pipe pour une cigarette ?"
« Lâche-toi, connard ! » Elle cria en retour, se tordant et crachant aveuglément dans la direction de la voix.
Aucune réponse n'a été donnée, mais son ravisseur l'a giflée sur le cul assez fort pour que ça pique pendant plusieurs minutes.
"Ne bouge pas, ou je te baise ici."
Elle fit ce qu'on lui disait, sachant qu'il n'y avait pas d'alternative.
L'objet lubrifié dans ses fesses s'est avéré être un vibrateur rugueux qui a instantanément secoué les os de son bassin avec son élan agité. Juste derrière, les lèvres de son vagin étaient écartées et quelque chose d'intensement froid était poussé à l'intérieur. Elle criait et se débattait, mais ses jambes étaient serrées l'une contre l'autre et attachées fermement au niveau des genoux, gardant efficacement à la fois le jouet dans son cul et le glaçon dans sa chatte coincé à l'intérieur.
Elle est restée seule dans la pièce, criant à pleins poumons pour demander de l'aide à quiconque voulait l'écouter. Personne ne l’a fait.

Seize heures plus tard, elle était agenouillée devant lui, regardant un pénis en pleine érection. Elle avait enduré suffisamment d’humiliation pour durer mille vies ces derniers jours. Sa fierté disparue, elle s'assit avec ses chevilles liées par un court morceau de tissu, un gode vibrant entre ses jambes effleurant le bord de son manchon coupé de poils vaginaux foncés.
Les mains déliées, elle prenait son pénis long et dur en coupe avec ses deux mains, le caressant et le massant encore plus fort dans ses efforts pour plaire à son ravisseur. Tout ce qui comptait vraiment pour elle à ce stade était sa prochaine dose de nicatine.
Elle savait que le collier anti-choc attaché autour de son cou était plus que capable de la rendre inconsciente, mais seulement après que suffisamment d'électricité l'ait traversée pour neutraliser et affaiblir toute tentative d'évasion.
Elle le suça donc comme indiqué, écoutant les gémissements mécaniques qui s'échappaient occasionnellement au-dessus d'elle. Le vibromasseur bourdonnait sous elle et après environ dix minutes, elle se sentit commencer à bouger avec, à apprécier le mouvement. Ce n'était pas comme si elle n'avait jamais sucé auparavant, à l'université, elle était connue pour ça, mais c'était différent, c'était le business.
Elle devait trouver sa solution.
Elle a continué à sucer et à aspirer son membre dur et épais avec une détermination ferme à le faire jouir. Tel avait été l’accord. Soudain, il s'écarta d'elle, la retournant et la poussant vers le sol. Toujours agenouillée, elle trouva ses fesses en l'air vers lui.
"Lève tes fesses et je te donnerai deux cigarettes." Promit la voix. Elle fit ce qu'on lui disait et sentit sa bite dure s'enfoncer doucement et uniformément jusqu'à ce que son bassin soit contre ses fesses. Il l'a fait entrer et sortir de sa chatte régulièrement, trouvant un rythme et le tenant. Dix minutes plus tard, elle était allongée sur le dos, une main attachée à un montant de lit, puis l'autre faisant entrer et sortir une cigarette de sa bouche. Elle pouvait encore sentir son sperme s'échapper de sa chatte, glisser le long de l'intérieur de ses jambes nues et caoutchouteuses, mais s'en fichait. La cigarette était agréable, meilleure que l'orgasme qu'ils avaient partagé quelques minutes plus tôt.

Maintes et maintes fois, heure après heure, elle le suçait à sec, ou était pendue pour le pilonner, ou forcée de s'asseoir sur un gros plug anal, ou encore se faisait électrocuter. Ce n'est que lorsqu'elle lui a donné la tête qu'il lui a permis un orgasme, une pause aux toilettes ou quelque chose à boire. Elle se réveillait propre, douchée, les cheveux peignés, les dents brossées, puis il la baisait à nouveau. Il a pressé le tissu sur sa bouche et son nez après une série d'orgasmes particulièrement puissants et l'a forcée à perdre connaissance une fois de plus. Il se leva et quitta la pièce pour se nettoyer et préparer la dernière section de vidéo pour son client.

Elle se réveilla à nouveau pour ce qui semblait être la centième fois, complètement reposée et détendue. Elle bâilla et s'étira. Pour une raison qui la surprit. Elle ouvrit les yeux et regarda le plafond, ce qui la surprit aussi. Elle s'assit et se retrouva dans une chambre d'hôtel, agréable d'ailleurs. Elle jeta un coup d'œil sous le drap et confirma le fait qu'elle était entièrement nue, mais sans entraves. Elle regarda autour d'elle, se rappelant distinctement que les derniers jours avaient été une expérience horrible, des tortures, des viols et des cruautés au-delà de ce qu'elle croyait.
Elle examina tour à tour chacun de ses poignets, puis rejeta les couvertures, à la recherche de signes évidents de la façon dont elle avait été retenue, et n'en trouva aucun. En écartant les lèvres de sa chatte, elle se doigta mais constata qu'elle n'y avait pas du tout mal. Son cul lui faisait mal, mais il n'y avait aucune déchirure des tissus, pas même une marque. La seule façon pour elle de savoir avec certitude que ce n'était pas un rêve était le fait que ses poils pubiens avaient été rasés. C'était encore très court, ce qui lui faisait croire qu'elle n'était pas sortie depuis plus de quelques heures depuis son enlèvement, mais rien de tout cela n'avait de sens.
Ce connard aimait visiblement me violer, me torturer, sinon il ne m'aurait pas gardé autant de jours, mais pourquoi me laisserait-il partir comme ça ? Se demanda-t-elle en se levant lentement et en traversant la pièce jusqu'au grand miroir au sommet d'une commode ornée.
Les seules marques sur son corps autres que les lignes de bronzage étaient trois petites marques d'aiguilles près de l'intérieur de son coude gauche, et la peau y était sensible au toucher. Elle entendit frapper à sa porte et chercha autour d'elle quelque chose à mettre.
Trouvant un peignoir, elle regarda par le judas et vit deux policiers. En ouvrant brusquement la porte, elle s'est exclamée : « Suis-je heureuse de vous voir !
Les deux agents chargés de l'application des lois se regardèrent et s'avancèrent en la prenant par les bras.
"Nous le ferons, vous êtes en état d'arrestation."

Le juge se rassit sur sa chaise, ouvrant lentement le paquet et sortant le DVD fait maison. Il l'a inséré dans son ordinateur portable et a baissé le son jusqu'à ce que personne en dehors de son bureau ne puisse l'entendre.
C’était la preuve d’un enlèvement, d’un viol et d’une torture particulièrement cruels et inhumains.
La lecture du DVD a commencé et il a immédiatement vu l'avocate de 36 ans plaider pour qu'on la sauve de ses ravisseurs, demandant une rançon de deux millions de dollars.
Les tortures étaient horribles, humiliantes et la laissaient inconsciente à maintes reprises, heure après heure. Il bougea sur sa chaise, une érection gonflant là où personne n'aurait dû.
Elle était jolie après tout, nue, pendante, attachée à un lit, attachée sur les genoux, avec de gros seins et un très joli cul. Il s'était souvent demandé à quoi ressemblait ce corps sous ses costumes lorsqu'elle se tenait dans sa salle d'audience, et maintenant il le savait.
L'érection palpitante, il la regarda baiser une prostituée, rebondissant les fesses avec elle, puis donnant la tête à son ravisseur pour le luxe d'une cigarette. Bien trop tôt, le DVD s'est terminé et il s'est retrouvé assis seul dans la pièce, regardant l'écran de l'ordinateur portable.
Il souleva le journal de son bureau et sourit en relisant le titre. Un éminent avocat arrêté pour défaut de comparution lors d'une affaire très médiatisée, arrêté dans un hôtel de grande hauteur local. Elle affirme qu'au moment de sa disparition, elle avait été enlevée et torturée par un homme non encore identifié.
La police trouve son histoire suspecte car elle avait des traces d'héroïne dans son sang. Elle est actuellement en état d'arrestation et fait face à des accusations de défaut de comparution et d'entrave à la justice.
Il s'assit et rit intérieurement, pensant au nombre de fois où elle avait été arrogante en sa présence, affichant son pouvoir et son influence. Eh bien, pas plus. Désormais, elle n'aurait que des desserts. Il hocha la tête en allumant un cigare et rit. Ce ravisseur à gages valait chaque centime.

Articles similaires

Le fantasme de Carla accompli

Je suis entré dans le magasin et j'ai vu Richard regarder vraiment vers le bas et lui ai demandé ce qui n'allait pas. Richard m'a dit qu'il venait de découvrir que sa femme le trompait et qu'il ne savait pas quoi faire. Je lui ai dit à quel point j'étais désolé et je l'ai invité à prendre un verre et un film pour que ma femme Carla et moi puissions penser à tout. Je lui ai dit que les enfants étaient chez leur tante pour qu'il n'ait pas à s'inquiéter d'être entouré d'un groupe d'enfants qui criaient. Richard a frappé à...

2.3K Des vues

Likes 1

Juin et juillet (2ème essai)

Il était 18h30 vendredi soir quand je rentrais du travail. J'ai erré dans la maison à la recherche de July, ma femme depuis 10 ans. Il y avait une grande cocotte qui cuisait lentement sur la cuisinière. C'était bon signe. Finalement, je suis sorti à l'arrière de la maison jusqu'à notre piscine. Là, sur deux fauteuils inclinables, se trouvaient July et son amie proche June, toutes deux nues. « Que se passe-t-il ? », ai-je demandé. « June a rompu avec son petit ami. Je lui ai dit qu'elle pouvait emménager ici, avec nous. Nous avons discuté de la façon dont...

1.7K Des vues

Likes 0

Fin de soirée parties 2 et 3

Partie 2 Le lendemain de la soirée surprise avec Delia, Judy n'a pas mentionné ce qui s'était passé et ne semblait pas intéressée à en parler. Après l'avoir vue si obscène apprécier le sexe, j'espérais et m'attendais à ce que notre vie sexuelle ait changé pour le mieux. Plus tard dans la matinée, après qu'elle se soit douchée, les enfants avaient mangé et étaient à un tournoi de football toute la journée avec notre voisin, je me suis approché derrière Judy dans la cuisine et j'ai poussé ma bite dure contre son cul et j'ai tendu la main pour lui caresser...

1.8K Des vues

Likes 0

La femme veut un autre bébé (1)

Ceci est une histoire fictive impliquant ma femme et son beau-père Ma femme Nicole et moi sommes mariés depuis 7 ans et avons trois merveilleux enfants. Nous vivons dans une petite ville et la plupart des gens ici sont des amis proches et beaucoup de famille. Lorsque notre premier fils est né, on lui a diagnostiqué un syndrome et c'est à ce moment-là que nous avons découvert que nous étions tous les deux porteurs d'un gène. Après que notre deuxième fils ait été diagnostiqué avec le syndrome, il a décidé que je devrais subir une vasectomie pour empêcher que d'autres enfants...

1.8K Des vues

Likes 0

Trouver le maître

Trouver le maître Partie un Nous nous sommes rencontrés en ligne, comme tant de gens le font de nos jours. C'était un site social pour adultes, et c'est là que j'ai défini ma personnalité en ligne et que je me suis enfin libéré de la dissimulation de mes préférences sexuelles. Cela m'a étonné qu'il y ait autant d'hommes à la recherche d'une femme comme moi, mais j'ai également été stupéfait de constater, en parlant avec beaucoup d'entre eux, qu'ils n'avaient aucune idée de la manière de me traiter correctement. L'homme nommé Wolf, avec de longs cheveux noirs, une barbe pleine et...

1.7K Des vues

Likes 0

Nurse Mom - Chapitre 9 - Maman se joint à tante Pam

J'ai tourné la tête pour voir maman assise dans le fauteuil dans le coin. Pam a tourné la tête et s'est figée quand elle a vu maman là, complètement nue et se touchant. Maman avait un grand sourire sur le visage et a dit qu'elle ne pouvait tout simplement pas s'en empêcher alors qu'elle continuait à passer ses doigts sur son chaton. Pam a commencé à paniquer et a essayé de se lever de moi, mais j'ai tenu une prise ferme sur ses larges hanches et je l'ai juste maintenue au sol, plantée sur ma bite. Elle ne pouvait pas dire...

2.1K Des vues

Likes 0

College Town - Partie 4 - Des adolescents méchants

Adam pouvait à peine regarder Jess qui était assise sur le lit recouverte du sperme d'un autre homme. Il s'assit sur le bord du lit en se demandant pourquoi il n'avait pas encore fui la pièce alors que de grosses gouttes blanches de jus de Jason roulaient du front de sa petite amie, le long de son nez et dans son œil gauche. Il n'était pas tout à fait sûr si sa petite amie avait eu l'intention de l'humilier ou si elle avait juste été prise dans le moment et avait dit et fait des choses qu'elle n'aurait pas dû. Ses...

1.7K Des vues

Likes 0

Saucy Wife obtient un choc

Shelia Brown était taquine et elle le savait. Elle taquinait les amis de son mari, taquinait les petits amis de sa fille, taquinait ses voisins et taquinait tous les hommes du bureau. Au fur et à mesure que Shelia vieillissait, elle empirait et son mari, Harry, était très ennuyé par le fait qu'elle la réprimandait souvent et se plaignait de son manque de décorum. Sheila n'est plus une jeune femme, tu ressembles à un mouton habillé en agneau, atténue un peu les choses, ça demande juste des problèmes pour se promener comme si les gens penseraient que tu es une tarte...

2.1K Des vues

Likes 0

Chien porte-bonheur Ch5: Achever Tammy

Chien porte-bonheur Ch5: Achever Tammy Tammy est sortie de sa salle de bain enveloppée dans une serviette. Elle avait essuyé la plupart du sang et du sperme de son corps. Elle avait perdu son jeu préféré. Elle allait juste devoir baiser le premier gars qu'elle rencontrait et rester avec lui pendant un moment. Peut-être qu'elle suivrait les conseils de son amie et trouverait un six pouces fiable. Elle était assise sur une chaise dans la cuisine avec un verre de lait devant elle. Le chien avait été rude et brutal, mais elle pensait que c'était quelque chose qu'elle aimerait chez un...

1.9K Des vues

Likes 0

CRAIGSLIST SEXE

C'est ma première histoire alors dis-moi ce que je devrais faire mieux la prochaine fois !! C'est aussi une histoire vraie j'espère qu'elle vous plaira !! Quand j'avais 18 ans, j'étais vraiment dans le placard. Personne dans mon école ne savait que j'étais bisexuelle et le fait que toute la journée je rêverais et fantasmerais d'avoir une bite dans la bouche. Avant de vous parler de l'histoire, laissez-moi vous parler un peu de moi-même. J'ai 18 ans 5'7 140 et je suis en forme athlétique étant donné que j'ai lutté; mais c'est une histoire pour une autre fois ;). J'ai aussi...

1.7K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.