L'aventure des marais de Colleen

149Report
L'aventure des marais de Colleen

**écrit par mon ami d'Imagefap, Reddwarf**

Chapitre 1

4 mars 1990 : Robert "Bo" Boggs, un camionneur d'une cinquantaine d'années qui fume à la chaîne, jette un autre conteneur plein de déchets chimiques utilisés dans le but de créer un aphrodisiaque à base de phéromones vraiment efficace. Après des années de tests, les scientifiques n'avaient pas réussi à localiser le facteur X insaisissable qui rendrait le médicament efficace. Abandonnant ce lot d'aphrodisiaque, ils l'ont fait jeter dans un marais local, à l'extérieur de la petite ville de Peach Tree, en Louisiane, à la frontière sud-ouest près du Texas. Le déversement discret et illégal a rapporté beaucoup d'argent à Bo. Bo mourra d'un bon clair de lune et de mauvaises décisions cinq ans plus tard, mettant fin à sa présence dans cette histoire.

26 juin 2014 : Colleen McPherson va nager.

"Putain de merde, connard, connard !" C'est ainsi que Colleen McPherson a décrit son petit ami récemment ex.

Son évaluation profane de son personnage est née d'une découverte malheureuse : le petit ami, au lit avec deux autres filles, une blonde plantureuse qui s'occupe de la bite du petit ami et une jeune brune mince qui mangeait la blonde. Ce qui l'a vraiment énervée, c'est : (a) l'ex ne lui en a jamais parlé, elle se serait jointe à elle ; ( la brune était la fille du maire ?! "C'est une adolescente de 14 ans pour Chrissakes!" et (c) la blonde empilée était Judy Cutler, son ennemie mortelle du collège, du lycée et au-delà, "Lui ?! Avec elle ?!!"

Colleen était venue chez le petit ami pour le surprendre avec une rapide baise matinale. Elle ouvrit la porte de la chambre et ils étaient là; elle les regarda, deux paires d'expressions choquées et un sourire narquois blond en retour. Colleen a claqué la porte et a pris d'assaut. Son nouvel ex-petit ami a suivi, vêtu d'une couverture, essayant maladroitement d'expliquer les relations ouvertes, les moments de faiblesse et autres conneries. Elle l'a frappé au visage et l'a laissé étendu aigle et nu sur la pelouse, sa trique dressée comme un mât de drapeau.

Elle a passé le reste de la matinée à tirer sur son Ford F-150 le long des routes secondaires près de chez elle. Elle arrêta le camion, descendit et arpenta le chemin de terre, furieuse. "Ce fils de pute", pensa-t-elle en donnant un coup de pied furieux dans le pneu arrière de son camion. Colleen regarda autour d'elle ; l'endroit était familier. C'était un bel endroit au bord du marais local. Cette eau même alimentait un ruisseau près de sa maison, fournissant un bain et de l'eau potable chez elle pendant toutes les années où elle avait vécu là-bas. Le marais lui-même avait une eau bleu-vert calme dans un lagon entouré de roseaux et de quenouilles encadrant une petite clairière herbeuse avec de grands cyprès noueux offrant une ombre fraîche à cause de la chaleur.

"J'avais l'habitude de nager ici", se souvient-elle.

C'était un bon endroit pour réfléchir, très privé ; pas d'animaux dangereux, juste quelques grenouilles et bestioles. Colleen a jeté un coup d'œil à l'eau calme et fraîche et a pensé : "Pourquoi pas ?" Elle était chaude, en sueur et énervée. Il approchait de midi par une journée chaude et humide, "Autant se rafraîchir. Il n'y a personne autour."

Colleen jeta son chapeau sur le siège du camion et secoua vigoureusement ses doigts dans ses cheveux roux brillants, les ébouriffant et encadrant son beau visage ovale. Elle enleva ses vêtements et les posa sur le siège du camion, profitant du soleil chaud et de la douce brise sur sa peau lisse. Ses pieds tendres réchauffés par le chemin de terre sablonneux, puis refroidis par l'herbe douce alors qu'elle se promenait sans honte sous les arbres bas, la femme sexy était ravie d'être nue et si libre à l'air libre, même s'il n'y avait personne autour cette route de campagne solitaire pour la voir. Pour un observateur occasionnel (le cas échéant), elle était rousse de part en part, de son buisson rouge soigneusement taillé aux teintes cramoisies dansantes de ses cheveux. Son corps de 23 ans était ferme et athlétique avec de jolis seins 34B et des membres longs et minces. Une poignée de taches de rousseur parsemaient ses bras et ses épaules. Ses yeux étaient d'un vert vif et brillaient avec son tempérament. Son visage sensuel arborait un joli nez retroussé et une bouche large et sensuelle. Colleen avança sur la pointe des pieds entre des saules bas et des branches de cyprès et pataugea sur les épaisses plaques d'herbe avant de se diriger avec précaution vers le bord de l'eau. La fille mince pataugeait jusqu'à la taille dans l'eau fraîche et rafraîchissante du marais, ses orteils s'écrasant dans les algues et la boue alors que ses mouvements déplaçaient des nénuphars et des roseaux d'eau dans son sillage.

Colleen a glissé autour de la petite piscine pendant la demi-heure suivante, laissant les eaux apaisantes calmer ses nerfs à vif. De temps en temps, une grande éclaboussure ici ou là attirait son attention, mais alors que les criquets et autres bruits de bois continuaient sans être dérangés, Colleen savait qu'elle était en sécurité. Alors qu'elle se dirigeait paresseusement vers la rive pour se prélasser au soleil dans les puits chauds qui brisaient la canopée feuillue au-dessus de sa tête, elle sentit quelque chose frôler sa jambe. « Bûche », pensa-t-elle en se retournant sur le dos, le bas de son corps submergé dans l'eau fraîche alors qu'elle se baignait dans les eaux peu profondes, savourant le luxe de nager nue. Elle reposa sa tête sur la berge fraîche et boueuse, ses pensées dérivant alors qu'elle planifiait de se venger de Judy, inconsciente des yeux qui regardaient son corps.

L'observateur n'était pas humain ; Les mouvements de Colleen avaient attiré l'attention sur quelque chose de tout à fait différent. Il a nagé vers le rouquin allongé avec un seul but.

Les fantasmes de vengeance de Colleen ont pris fin brusquement par un splash et un splat. Un mystérieux quelque chose s'était élevé hors de l'eau et s'était mouillé sur son ventre. "Quoi...?!" Colleen haleta alors qu'elle sursautait pour s'asseoir, puis retomba dans l'eau. Utilisant ses bras pour pousser derrière elle, elle se redressa, crachotant, consciente d'un poids humide et visqueux sur son corps.

Un regard écarquilla les yeux sous le choc, "Qu'est-ce que c'est que ce bordel ? !!"

Une longue créature ressemblant à une anguille était allongée sur son abdomen ! « Putain ! C'est une grosse lamproie ! elle pensait.

C'était le plus gros qu'elle ait jamais vu. Normalement, ils n'étaient aussi gros que deux doigts, mais celui-ci était plus épais que son poing fermé et au moins trois pieds de long ! Plus horrible, sa bouche ovale était solidement fixée sur son sein droit. Les lamproies étaient des créatures parasites; généralement, ils ciblaient le poisson, serrant leurs dents acérées sur la peau et aspirant la viande; pour une raison quelconque, cette créature était intéressée par Colleen.

"Ewww ! Ick ! Lâche-moi !" s'écria Colleen en tirant frénétiquement sur le corps de l'anguille. La peau de la lamproie était humide et visqueuse; sa bouche était collée à elle comme de la colle. Il a glissé dans sa prise frénétique et elle n'a pas pu obtenir d'achat sur le corps gras des choses.

« Merde ! Ça ne bougera pas », pensa Colleen après un moment de tiraillements futiles. Curieusement, elle n'a ressenti aucune morsure douloureuse de la créature, juste l'inconvénient de l'avoir attachée à elle.

"Eh bien," pensa-t-elle, "Je suppose que c'est l'hôpital ou le vétérinaire, voyez s'ils peuvent faire quelque chose. Dieu ! C'est tellement embarrassant. Ça passera et Judy aura autre chose de quoi rire."

Malheureusement, non seulement la lamproie était plus lourde qu'elle n'en avait l'air, mais chaque fois qu'elle essayait de sortir de l'eau, ses mains et ses pieds glissaient dans le sol visqueux près de la berge, la faisant retomber. De même, chaque fois qu'elle exposait la créature à l'air, elle se tortillait violemment, tirant douloureusement sur sa poitrine et forçant Colleen à se recoucher, submergeant sa poitrine sous l'eau peu profonde. Elle a compris le message : la créature ne voulait pas qu'elle parte. "Putain," pensa-t-elle, "Qu'est-ce que je vais faire maintenant? Je ne peux pas rester comme ça pour toujours."

Colleen a examiné la lamproie. Sa bouche couvrait tout son mamelon et une bonne partie de sa poitrine. "Je ferais mieux de trouver quelque chose avant que cette chose ne me suce à sec. Merde ! ​​Comment est-ce devenu si gros ? Ses questions ont été interrompues lorsqu'elle a pris conscience d'un chatouillement autour de son sein, "Qu'est-ce que cette chose fait?"

La lamproie passait sa langue dardée autour de son aréole, faisant glisser sa douce râpe sur son mamelon. « Est-ce que cette chose me lèche ?!
La lamproie a fait plus que lécher, sa bouche a commencé à s'ouvrir et à se fermer, serrant et pompant sa poitrine, "Mon Dieu !! Une putain de lamproie me fait bouger les seins !" s'exclama-t-elle avec un rire nerveux, n'osant pas croire ce qui se passait.

Les dents de la créature étaient douces et douces. Le jeu de sa langue était étonnamment excitant. Colleen a commencé à gémir doucement, alors que son sein maintenant sensible recevait de l'attention. L'anguille érotique se tortilla sur son ventre plat, sa queue ondulant entre ses jambes crémeuses. Son corps a glissé d'avant en arrière sur son monticule pubien et s'est écrasé contre ses lèvres, glissant sa substance visqueuse sur le clitoris gonflé de Colleen, "Oh mon Dieu, je deviens si humide ! Une putain d'anguille est... uuhhn... va faire... uhhhhh. ..faites moi....ooooo...me cum!!"

Colleen pencha la tête en arrière alors qu'elle commençait à gémir profondément. Involontairement, elle enroula ses bras minces autour de la boue frétillante comme elle le ferait d'un chiot excité et serra étroitement la créature contre son corps haletant. Elle serra ses jambes l'une contre l'autre, emprisonnant sa queue qui se tortillait à la jonction enflammée de ses jambes et se tortilla contre la lamproie ; sa chatte a eu des spasmes, pompant son jus dans l'eau du marais pendant qu'elle haletait et couinait "Oh! Oh! Oh! Oh!" Son petit cul s'est élevé et s'est écrasé dans la boue visqueuse en dessous, provoquant des éclaboussures d'eau bruyamment et remuant les détritus dans la piscine.

Alors qu'elle commençait lentement à descendre de son apogée, Colleen ne remarqua pas un autre sillage dans l'eau, ondulant vers son corps allongé. Il y eut une autre éclaboussure, un autre crachotement de Colleen alors qu'elle était repoussée. Lorsqu'elle a récupéré et regardé, une autre lamproie s'était attachée à son sein gauche.

"Oh putain de merde, non ! Pas une autre," grogna-t-elle pour elle-même. La créature commença à accorder à son sein souple la même attention que l'autre avait. Colleen était maintenant recouverte de deux corps visqueux qui se tortillaient, dont la queue s'enfonçait également dans l'intérieur de ses cuisses, obligeant Colleen à écarter involontairement ses jambes, exposant sa chatte tremblante au marais. Le flux d'eau fraîche sur la vulve chaude de Colleen couplé à la succion douce mais persistante des deux anguilles a donné à sa tétine une autre agréable sensation d'excitation croissante. Après avoir fixé ses deux animaux pendant quelques instants, elle soupira et inclina la tête en arrière, reprenant ses gémissements et ses youyous ; bientôt, un autre orgasme satisfaisant crescendo et avec de joyeux grognements de joie, Colleen laissa un nouveau nuage de jus de chatte couler dans l'eau. À l'insu de la rousse, son parfum dans l'eau a amené plus de corps nageant vers la femme couchée.

Une plus grande éclaboussure d'eau lui a ouvert les yeux lorsque Colleen s'est retournée pour se retrouver face à un énorme rat des marais ! « AAAAGGHH ! » cria la fille surprise, se précipitant vainement pour essayer de s'éloigner de la bête aux yeux rouges. C'était énorme ! Plus de quatre pieds de long et assez épais, il ressemblait à un chien gris de taille moyenne. À l'insu de Colleen, les produits chimiques dans le marais l'avaient muté comme les autres animaux là-bas, le rendant beaucoup plus grand que la normale. Colleen se retourna dans l'eau, les lamproies attachées à ses seins maintenant piquants momentanément oubliées alors qu'elle essayait de ramper sur ses mains et ses genoux dans l'eau saumâtre loin de la bête couinante qui s'approchait derrière elle.

Le rat, de son côté, flaira aussitôt la source qui l'avait attiré ici ; Colleens qui fuit, belle chatte ! Comme un éclair, l'animal agile s'est hissé sur le dos de Colleen, la poussant contre la berge avec un "Huff !", lui coupant l'air. Alors que les lamproies étaient cruellement pressées contre ses seins, elles augmentaient leur morsure et leur mastication, tirant maintenant du lait de ses globes rougis. Coincée par le poids sur son dos, Colleen était au bord de la panique lorsqu'elle sentit une tige de fer brûlante sur sa jambe arrière et avant qu'elle ne puisse comprendre ce qui se passait, une pointe évasée lui perça les lèvres et s'enfonça profondément en elle d'un seul coup. « Ghaaaaunh ! » gargouilla la rousse impuissante, son esprit essayant vainement de faire face au flot de dégoût et de plaisir qu'elle ressentait.

Immédiatement, le Rat des marais puant a commencé son rut; rapidement, beaucoup plus vite qu'aucun homme ne l'avait jamais baisée, le rat a commencé à entrer et sortir de son trou lissé, agrippant ses hanches avec ses ongles en forme de griffes, creusant dans sa douce chair. Colleen pouvait sentir la fourrure froide et humide sur son cul et son dos retroussés, pouvait sentir les rats battre le cœur dans son dos alors qu'il grogna de manière anormale tandis que la bite aux formes étranges évidait sa chatte tremblante. Les lamproies, goûtant du lait frais, redoublèrent d'efforts et commencèrent à tirer plus fort sur ses mamelons épais et tendres, faisant sangloter Colleen d'extase. Ses larmes et sa morve coulaient sur son visage. Le rat des marais pencha sa tête vers le bas et Colleen sentit des moustaches métalliques sur son épaule, puis reprit son souffle de terreur en se retournant, voyant le museau méchant de la bête juste à côté de son visage !

Avant qu'elle ne puisse réagir, la créature qui bat des pieux tendit une langue étroite et commença à lécher avec ferveur les larmes et la morve du visage rouge betterave de Colleen. Il a exploré ses narines et sa bouche ouverte, faisant bâillonner Colleen avec sa mauvaise haleine. Serrant sa bouche fermée par réflexe, elle réalisa rapidement qu'elle ne pouvait pas la garder fermée trop longtemps, car la baise incroyable qu'elle recevait la faisait haleter avec une excitation croissante.

"Oh putain, je n'arrive pas à croire que je suis violée par un putain de rat !" pensa-t-elle dans la fièvre.

D'une manière ou d'une autre, être utilisée comme jouet sexuel par ces créatures des marais excitait Colleen plus qu'elle ne l'avait jamais été auparavant. Alors que le lourd rat sur son dos augmentait son rythme déjà fulgurant, Colleen ouvrit la bouche avec un gémissement et laissa la bête l'embrasser, son orgasme commençant à exploser en elle à la dégradation totale à laquelle elle se soumettait.

Baissant la tête et fermant bien les yeux, Colleen hurla comme une femme sauvage alors que le rat pénétrait en elle, pompant pinte après pinte de beau sperme brûlant dans sa chatte douloureuse. Son corps était déchiré comme lors de convulsions, ses mains trouvant les têtes des lamproies alors qu'elle les serrait fort, faisant que les dents acérées en forme d'aiguilles mordaient plus fort dans la chair tendre de ses seins. Elle tomba en avant avec une éclaboussure, sa tête maintenant sous l'eau alors qu'elle venait de plus en plus fort, incapable de ne rien faire d'autre que de rester submergée, ses bras et ses jambes tremblant.

Un sentiment de panique la saisit à nouveau alors qu'elle soulevait ses bras, crachant de l'air alors qu'elle se relevait à nouveau, respirant de grandes gorgées d'oxygène pur. Le rat s'est soudainement tordu et est tombé de son dos, soulageant considérablement Colleen de son fardeau. Regardant vers le bas, elle ressentit une pointe de regret lorsque ses deux anguilles de compagnie flottèrent à la surface, détachées de ses seins désormais violets ; morte. Haussant les épaules pour elle-même, Colleen a rampé péniblement quelques mètres en avant et est tombée sur le dos sur la berge, épuisée et incapable de bouger pour le moment. Haletant, elle regarda les branches au-dessus de sa tête et le ciel bleu profond au-delà des branches.

Son corps fredonnait agréablement alors qu'elle restait allongée, se prélassant dans la lueur de la rencontre violente mais sexuellement satisfaisante. Ses respirations rauques se calmèrent rapidement alors qu'elle fermait les yeux un instant, rassemblant ses forces. Étrangement, elle réalisa qu'elle ne ressentait aucune douleur ; ses seins n'étaient même pas endoloris par leurs abus et sa chatte ne pulsait que chaleureusement, faisant écho à la baise sauvage qu'elle venait de savourer, la délicieuse sensation de crème chaude coulant sur les lèvres gonflées de ses lèvres dans l'eau au niveau de ses hanches.

Un clapotis rythmique fit lever la tête à la rouquine et baissa les yeux sur son corps, au-delà de ses pieds alors que son sang devenait glacé et que sa respiration s'arrêtait. Un museau et deux yeux brisaient la surface et avaient fait une ligne droite vers Colleen. Le roux se figea et haleta un « Oh non !

"Alligator!"

Bien qu'il ne soit généralement pas trouvé aussi grand que cela dans des marécages peu profonds comme ceux-ci, cet énorme spécimen a également subi une mutation chimique. Il faisait mieux que 15 pieds de long, du museau à la queue et pesait plus de 400 livres !! Il était également attiré par les raclements et les parfums qu'il goûtait dans l'eau et était venu à sa source. Plus vite que Colleen ne pouvait réagir, la bête écailleuse grimpa sur son corps allongé, écrasant la fille sans défense dans la boue. Sans le monstre tenant son propre poids sur de courtes jambes musclées, la petite fille aurait été écrasée. Colleen retrouva sa voix et se mit à crier pitoyablement, certaine qu'elle était à quelques secondes d'une mort horrible.

Le mastodonte était immobile sur le corps tremblant de la jeune fille. Colleen se mit à pleurer en agitant ses bras et ses jambes minuscules, son torse solidement planté dans la boue. Elle leva les yeux vers l'alligator, ne voyant que les écailles blanchies de son cou et du haut de son corps, sa tête et ses mâchoires vicieuses bien au-delà de sa tête. Sauvagement, elle pensa : « Peut-être qu'il ne m'a pas vu ? Elle cessa de se débattre et resta immobile, les jambes écartées et les bras tendus de chaque côté.

Lentement, bien que le bas de son corps soit dans l'eau fraîche, elle sentit une chaleur descendre par sa chatte. Son esprit s'emballant, elle se demanda si elle avait été coupée et saignait; mais non, elle n'a rien senti. La chaleur augmentait et augmentait, apportant une chaleur agréable à son aine. Soudain, elle le sentit ! Un gros bouton charnu, de la taille d'un gant de baseball; UN BITE ! Juste à l'entrée de sa chatte !

Ses yeux s'écarquillèrent à nouveau lorsque Colleen comprit rapidement le score ; cette grande bête allait la baiser !

Serrant les fesses, Colleen tenta à nouveau de réprimer une panique croissante ; un rat était une chose, il était de taille presque normale, du point de vue du pénis, mais cette chose entre ses jambes était énorme alors qu'elle se pressait avec insistance contre son trou. Il n'a ni piqué ni plongé, juste poussé régulièrement, lentement et inexorablement vers l'avant, s'inclinant.

Colleen avait entendu certaines de ses copines parler de jouer avec les grosses bites des chevaux dans leurs fermes, et un couple a même prétendu avoir été baisé par ces monstres, mais Colleen avait toujours pensé qu'ils se vantaient. Et des sales salopes.

Maintenant, elle essayait désespérément de se rappeler tout ce qu'ils avaient dit sur la façon de le faire ; Numéro 1, Détendez-vous. Plus vos muscles sont lâches, plus l'entrée est facile. Colleen prit une profonde inspiration et se força à se desserrer. Presque immédiatement, elle sentit ses lèvres s'étendre et une plénitude incroyable la submergea alors que le bout souple et caoutchouteux de la bite de l'alligator se comprimait légèrement et s'enfonçait. Règle numéro 2, Respirez. Avec un contrôle admirable, Colleen commença à respirer brièvement et brusquement comme si elle était en train d'accoucher, appréciant l'ironie qu'elle n'allait pas accoucher mais que l'équivalent était repoussé en elle.

Elle fut rapidement récompensée par une sensation de mouvement, alors qu'une longueur de queue d'alligator remontait son canal, surprenant Colleen alors qu'elle écartait les lèvres et gémissait de satisfaction sexuelle.

"Qu'est-ce que c'était que ça?" elle riait toute seule. Maintenant, au-delà de sa terreur initiale d'être dévorée, elle s'est rendu compte que quoi qu'il se passe aujourd'hui dans le marais, elle semblait être l'attraction vedette de tout ce qui se reproduit dans la région. "Bon sang, si ça me garde en vie, qu'ils me baisent. Ce n'est plus comme si j'avais un petit ami, de toute façon..." songea-t-elle.

Effectivement, l'alligator géant a commencé à augmenter ses efforts, se déplaçant maintenant lentement mais rythmiquement d'avant en arrière, sciant sa bite de 4 "de diamètre, à bout évasé dans et hors de la petite rousse. Son ventre écailleux frottait les mamelons épais et épais de Colleen. brute, envoyant des picotements de douleur et de plaisir à travers ses seins laiteux. Alors qu'elle et les jus de sperme combinés de ses amants précédents lubrifiaient de plus en plus le pôle en rut, Colleen ferma les yeux et sourit, enfonçant ses pieds dans l'eau boueuse et faisant de son mieux pour faire pivoter ses hanches, rencontrant ses poussées. Bientôt, Colleen se perdit dans le doux clapotis de l'eau alors que son énorme amant écailleux secouait son énorme bite en elle et hors d'elle. Son quatrième orgasme de la journée se construisait comme un volcan à l'intérieur d'elle et elle était sûre que ce serait le plus grand de sa vie. Presque au bon moment, la mignonne petite rousse s'étouffa et haleta alors que de violentes vagues de plaisir ravageaient son corps, elle frissonna et trembla sous la majesté oppressante de son alligator alors qu'elle jouait des torrents o f fille-cum sur sa bite massive. Cela a semblé aider les efforts des alligators, car il a commencé à se déplacer plus rapidement, rendu plus facile par son lubrifiant supplémentaire, et a commencé à remplir le jeune gémissant avec apparemment des gallons de son sperme juteux. Sans un mot, Colleen secoua la tête d'un côté à l'autre, incapable de faire face au plaisir absolu qu'elle éprouvait. Le monde tournait autour d'elle et une obscurité chaude et veloutée l'emporta alors qu'elle s'évanouissait.

Cela a dû être quelque temps plus tard, lorsque Colleen s'est réveillée dans de longues ombres et un air plus frais. Son amant écailleux semblait parti depuis longtemps alors qu'elle reprenait conscience, souriant à ses jambes ouvertes à une sensation et un site familiers ;


La tête d'une grande tortue mordillait sa chatte, ses lèvres rugueuses mordillant et tirant sur sa chatte meurtrie mais intacte. La langue visqueuse humide s'enfonça alors qu'elle plantait sa bouche croustillante et édentée sur sa chatte sensible. La tortue a glissé sa langue autour de son tunnel humide, tirant pour lécher ses lèvres et son clitoris gonflés, envoyant des décharges électriques à travers le corps de Colleen. Il a ensuite creusé profondément à nouveau, lapant la bave d'alligator qui restait dans son tunnel maintenant flottant, l'inondant à nouveau de son propre jus crémeux. Les gémissements de Colleen étaient langoureux et paresseux alors qu'elle laissait sa nouvelle amie se nettoyer la chatte. Les minutes passèrent lentement, mais la patiente tortue ne semblait pas pressée. Étonnamment, les sentiments détendus de Colleen d'avoir sa chatte mangée sont passés de gémissements doux et roucoulants à des cris de joie. Elle pensait qu'elle n'avait plus de sperme en elle, mais elle était là, en train de construire un autre orgasme tremblant. Le marais résonnait de sa voix rauque ;

"Ooohh !! Mmmm !! Nnnng !!... Unnng !!... Langue !!... unnng !!... En baisant.... tortue !!! Oh mon Dieu !! Je jouis ! ! Oh !! Baise-moi !! Allez !! Mords-le !! Baise-moi !!" Elle a crié. Ses jambes blanches se tordaient et se croisaient sur le dos blindé de son animal de compagnie alors qu'elle courbait ses hanches dans sa bouche. Avec un faible gémissement, Colleen vint enfin, pas un torrent jaillissant qu'elle avait plus tôt mais un petit filet de liquide clair ; tout ce qui lui restait. Elle était bel et bien vide, satisfaite sexuellement et complètement défoncée.

Elle aurait hurlé sa gorge à vif si ce n'était de l'épuisement. Lentement, bien après qu'elle eut fini et qu'elle se laissa enfin tomber sur l'herbe sèche du rivage, son amie la tortue se dandina à côté d'elle et se laissa tomber. Souriant avec lassitude, Colleen se tourna sur le côté vers la tortue et sourit, posant sa tête sur un bras. L'autre main explorait avec douceur et espièglerie la carapace et la tête des tortues, qu'elle ne tirait pas comme elles le font habituellement, mais cligna des yeux avec curiosité, comme si elle la regardait avec autant de curiosité qu'elle en avait pour cela.

Se sentant audacieuse, Colleen tourna le gros animal sur le côté ; elle savait que les tortues pouvaient mourir sur le dos, mais elle voulait voir quelque chose et ne pensait pas que le caler sur un rocher pendant quelques minutes lui ferait du mal.

Effectivement, elle avait raison. D'un pli dans son dessous, il y avait un pénis rouge vif comme elle n'en avait jamais vu auparavant. La tortue elle-même mesurait environ 3 pieds de diamètre et le pénis mesurait environ 9 pouces de long, soit de loin plus gros que celui de son ex. Ce qui a attiré l'attention de Colleen, c'est sa forme. Il avait une tête épaisse et bulbeuse qui était aussi épaisse que trois doigts enroulés, mais lisse et chaude au toucher. Derrière cela, il s'effilait fortement, comme si une ampoule était sur un bâton très épais, solide mais pas aussi épais que la pointe. Contrairement aux autres coqs, il n'avait pas de veines vraiment visibles, seulement une peau lisse et chaude.

Sans réfléchir, Colleen baissa la tête et embrassa la jolie petite tête de bite. Tendrement, elle lécha et embrassa le sexe de la tortue, s'émerveillant du goût aqueux mais salé du fluide qui s'en exprimait. Se sentant plus audacieuse, elle engloutit le tout et sentit le
le bouton heurta le fond de sa gorge alors que ses lèvres se refermaient sur la tige plus fine. Colleen a commencé à lécher et à pomper sa tête de haut en bas, donnant à la bite de la tortue un mouillage complet. Trop tôt, semble-t-il, l'organe chaud dans sa bouche a commencé à faire couler un liquide chaud et collant dans sa bouche, que Colleen a rapidement avalé. C'était doux et plutôt savoureux, comme quand sa mère avait fait de la soupe de tortue, mais différente. Colleen a avalé coup sur coup le vomi de la tortue, puis a léché la surface de sa bite pour la nettoyer.

Assise, la jeune fille a remis la tortue sur ses pattes et lui a donné un bisou sur sa tête verruqueuse pour faire bonne mesure. Colleen commençait étrangement à s'habituer à la tournure étrange des événements ici dans son ancien terrain de jeu aujourd'hui.

"C'est drôle ce à quoi tu peux t'habituer." songea-t-elle.

Le corps de Colleen avait subi un changement radical, effet secondaire de ses intimités aquatiques et de son exposition à long terme aux eaux spécialement contaminées. Les produits chimiques combinés avec les acides naturels et les sels du marais et avaient perfectionné le véritable aphrodisiaque que les scientifiques n'avaient pas réussi à trouver eux-mêmes et était plus puissant qu'ils ne l'auraient imaginé. L'écosystème s'était adapté et assimilé la nouvelle propriété introduite là et maintenant à toutes fins utiles, ce marais produirait toujours une flore et une faune sexuellement chargées. Colleen elle-même, ayant bu et baigné dans les eaux toute sa vie, l'ayant infusé dans sa biochimie au fil des ans, avait été involontairement préparée à la secousse finale qui changerait son être à jamais. Ayant eu les fluides concentrés de nombreux habitants du marais directement pompés en elle aujourd'hui, elle a maintenant été poussée au-dessus du bord biologique.

La rousse mince, au cours des prochaines semaines, verrait son corps changer; ses seins devenant plus pleins et elle a commencé à allaiter, son corps est devenu plus luxuriant et généreux. Dans l'ensemble, son corps tout en courbes semblait également plus fort, plus résistant, mais aussi sensible. Inexplicablement pour beaucoup autour d'elle, elle semblait attirer plus d'attention que d'habitude; hommes et femmes se sont retrouvés à la regarder d'un air rêveur quand elle était à proximité. Des animaux de toutes sortes, des chiens et des chats à toutes sortes de bêtes, se sont approchés d'elle, voulant la lécher ou être touchés par elle. Colleen a également découvert que ses propres désirs augmenteraient à des niveaux encore plus contre nature alors qu'elle considérait presque tout et tout le monde comme un partenaire sexuel potentiel. Elle se retrouverait attirée par d'étranges pensées qu'elle n'avait jamais eues auparavant, certaines sombres et dangereuses.

C'était une belle journée ensoleillée seulement 3 semaines plus tard. Une Colleen confiante et à l'air plus fort a conduit la route poussiéreuse jusqu'à la clairière près du marais auquel elle pensait depuis le premier jour où elle l'avait quitté. Elle était tellement excitée que sa culotte était trempée. "Je ferais mieux d'y aller avant de salir mon pantalon", pensa-t-elle. Colleen a rapidement enlevé son haut à carreaux rouges, libérant ses cruches laiteuses maintenant pleines et ses marguerites de son cul généreux et s'est dirigée vers l'eau. Elle flottait avec ses jambes écartées et sa chatte large, jusqu'à ce qu'elle voie les ondulations familières de ses amis approcher.

Elle soupira, sachant le plaisir à venir. Colleen pencha la tête en arrière, sourit et ferma les yeux. "Mon Dieu, cet été a été formidable." Le premier de ses amants nagea en avant.

Chapitre 2

Une brise fraîche avec juste un soupçon de froid souffla sur la forme allongée de Colleen McPherson. Aujourd'hui superbe jeune femme de 21 ans, la jeune fille autrefois minuscule était devenue une femme presque amazonienne. Ses seins 36DD tendus par le fin t-shirt blanc qu'elle portait, ses mamelons rouge cerise d'une épaisseur de gomme accentuaient sa peau blanche crémeuse aux taches de rousseur de son décolleté généreux. Son ventre nu et tonique était exposé, s'évasant de façon spectaculaire jusqu'à ses hanches de 36 ", couvert par le short en coton rouge qui s'accrochait étroitement aux lèvres de sa chatte bordées de rouge, donnant à tout spectateur une scène agréable de camel-toe classique.

Colleen était dehors, allongée dans l'herbe, laissant le soleil réchauffer son beau corps. Elle était au campus Lafayette de Pharmatech, le plus grand centre de recherche de l'État de Louisiane, attendant les résultats des tests. Après presque un an de ses "Swamp Adventures", comme elle les appelait, elle est devenue tout à fait certaine que quelque chose dans l'eau là-bas lui avait causé une transformation merveilleuse et étrange, non seulement en elle mais chez ses nombreux amoureux de plusieurs espèces.

Ayant emporté avec elle un échantillon d'eau de marais, elle trouva étonnamment facile d'obtenir une audience avec le biochimiste en chef de l'entreprise ; tel était son nouveau pouvoir de persuasion. Bégayant et énervé, l'homme d'âge moyen écoutait avec une attention soutenue ses souvenirs de luxure débridée et de relations sexuelles avec les nombreux animaux du marais. Colleen s'est rendu compte que le pauvre homme n'était pas seulement sous son charme de phéromones et qu'il avait du mal à se concentrer, mais que ses histoires rendaient le scientifique incroyablement excité. Étant toujours elle-même dans un état d'excitation de bas niveau, Colleen a fait la seule chose qui lui semblait naturelle dans ces situations; elle a baisé le scientifique.

S'arrêtant un moment dans son histoire d'être enculée par une grande taupe fouisseuse qui a littéralement enfoncé sa tête dans son sphincter serré et sombre, Colleen a souri au professeur et a enlevé son t-shirt, révélant ses globes blancs rebondissants, généreusement mouchetés. avec des taches de rousseur brunes. Les yeux du médecin s'écarquillèrent d'espoir enfantin, puis il sourit avec gratitude lorsque la rousse agile s'agenouilla devant lui et ouvrit sa braguette, retirant sa bite de 7 pouces déjà qui fuyait. Elle fit courir sa bouche et son nez de haut en bas sur toute sa longueur, inhalant son parfum, Colleen avait l'eau à la bouche, elle avait oublié à quel point une bite humaine était gentille, de temps en temps.

Alors que sa langue de velours léchait et chatouillait sa bite dure comme de l'acier, elle s'arrêtait à chaque instant pour parler...

"Alors vous voyez, professeur Higgins, je pense que c'est quelque chose dans l'eau du marais qui m'a changé moi et les animaux là-bas."

La jolie rousse le regarda dans les yeux, souriant malicieusement alors qu'elle embrassait rapidement le bout de la bite, puis se leva, enlevant son short rouge d'un seul mouvement fluide. S'avançant, elle se baissa sur sa bite avec un soupir, enroulant ses bras autour du cou du docteur barbu. Le regardant maintenant, elle a commencé à monter et descendre lentement, appréciant la sensation de sa bite dans sa chatte encore merveilleusement serrée.

« Ah ! Ah ! Ah ! Et pas seulement moi, je veux dire » gémit-elle, « je veux dire les Uuunnnh, les animaux aussi. Toutes les bêtes. pour me baiser, tu sais ?"

Colleen a commencé à augmenter son rythme, renvoyant la chaise du professeur sur son bureau, faisant rebondir son cul pulpeux sur ses genoux.

"Je veux dire, même hors du marais maintenant, des chiens errants viennent me renifler le cul, des chats de gouttière me lécher les jambes... OH ! Professeur !" cria-t-elle avec ravissement alors que le monsieur plus âgé perdait maintenant tout contrôle et serrait ses seins gonflés, mordant durement les mamelons roses rougeâtres. Sa prise aspirante et puissante a immédiatement fait jaillir d'épais jets de lait crémeux de ses bosses, trempant la chemise blanche amidonnée du médecin et faisant couler de petits filets de jus de mésange sur ses doigts osseux et sur le dessous de ses seins gonflés, gravant de longues traînées blanches d'elle. lait délicieux sur ses jambes nues.

Colleen a été poussée par-dessus bord et a commencé à jouir, sa chatte spasmodique serrant plus fort la bite du professeur, le faisant jouir également. Des torrents de crème blanche jaillirent de lui dans ses recoins les plus profonds, se mêlant à sa glu de fille plus mince mais puissante.

Haletant lourdement, elle tomba en avant sur lui et ils s'assirent dans une étreinte, respirant fortement jusqu'à ce qu'elle se lève enfin, sa bite sortant de sa chatte. Souriant gentiment, Colleen reprit sa chaise et s'assit, nue, extrayant d'une main le sperme du médecin de son trou d'une main et se nourrissant avec. Entre deux bouchées, elle terminait,

"Donc de toute façon, si vous le pouvez, pourriez-vous me tester moi et tout ça pour voir ce qui se passe ? J'aimerais savoir..."

Looking completely flabbergasted, the disheveled professor finally found his voice and squeaked out a tiny, "Of course, young lady."


Hours later, she had found herself in the medical department, in a flimsy paper gown. Her blood had been drawn, her blood pressure taken, every vital statistic possible was accounted. The trim little brunette nurse, Emily Cross, had at first been very clinical and cool, but professionally pleasant. As minutes passed, Colleen could see the tell-tale signs of her influence taking effect. Emily returned with a new tray of instruments to the examination room, but the redhead smiled to herself when she observed that the nurse had undone the top buttons of her crisp white uniform, revealing smooth brown skin and the hint of cleavage. As Nurse Emily busied herself setting the instruments out, Colleen began humming a low, seductive tune.

Playfully, as Nurse Cross passed in front of her, Colleen slowly took a deep breath, stretching the flimsy gown severely. Emily stopped short with a mild look of surprise on her face, almost confused. She looked at Colleen's deep green eyes, then down at her swelling bosom, then nervously off again, embarrassed.

The nurse fumbled with the remaining instruments and finally got them in order.

"A..alright then," the nurse stammered, forcing herself to regain composure,"we'll just need to get your temperature now, Miss McPherson."

Nurse Cross took the tiny oral thermometer and shook it, preparing to insert it under her patient's tongue.

Colleen looked her dead in the eye, slowly shaking her head side to side.

"Unh uh, not that way, honey," Colleen said with a wicked grin.

With a rustle of the paper gown, the exquisite redhead turned over, drawing her knees up onto the examination table, raising her divine, white globed ass up. With one hand, she slowly tore the gown from her backside, exposing her glistening pussy and smooth-skinned asshole to the stunned nurse.

"Momma wants it up here, baby." Colleen murmured, easing a whetted finger into her cute asshole.

Her eyes transfixed on the finger slowly sawing in and out of the redheads asshole, Emily did not even know she was leaning forward, did not know that she had placed her trembling hands on each warm butt cheek and was tonguing and licking around the finger before she regained her senses. Not even considering stopping, Nurse Emily wanted nothing in life more than to taste this woman's ass and to dig her tongue deep into her bowels.

Colleen flexed her pussy muscles as the tanned brunette began soul-kissing her sphincter. The little minx was almost desperately trying to wedge as much tongue as possible up into her rectal vault, worming and twisting her surprisingly nimble tongue around inside her.

"Someone's been giving killer blow-jobs", Colleen thought happily, feeling that only a woman who worked her tongue and mouth regularly would have this much length and talent.

As if to answer the unspoken thought, Emily brought her incredible tongue down, lapping at the juicy folds of the woman's cunt, eliciting a satisfied groan from Colleen. The lanky brunette's hat fell off her coal-black hair as she angled up and deep, wanting to tongue-fuck this total stranger who seemed to fill her every senses.

Colleen rolled onto her back, impressed that the nurse had managed to stay glued to her cunt as she did so. Looking down, she saw only the tiny head of her nurse rolling around between her creamy white thighs, drinking the flowing, sticky cunt juice flowing from her. Purring, Colleen stroked the girl's head, then drawing her face up.

With a gasp for air, Emily looked up, as if in a daze. Her mouth wide open, gulping air. Colleen's eyes widened with a thrill as her estimation had been correct: Emily had an unusually long tongue, the kind generally found on porn-stars and maybe a member of a rock band. It was long and flexible, writhing about like a hungry snake.

Colleen drew the girl up to her face and kissed her deeply, tasting all of her own cunt juices in the nurse's mouth. As they embraced, Colleen's hands busily undid the buttons of the girl's uniform, at last baring her bra and panties to her own skin. Pulling back from their kiss, the redhead looked into her lover's eyes and with a jerk that made Emily gasp, ripped the panties off of her with a stroke. Colleen's flat hand rubbed and probed the hairless mound of her nurse, who looked pleadingly down at her mistress only inches away, waiting, hoping, needing her to penetrate her with her fingers.

Evilly, Colleen did not, but continued to massage the nurses' clit and labia until her hand was filled with frothy juice. Then she drew it up between them and wiped it on her own lips, then on Emily's, forcing her fingers in the girl's mouth.

"Drink it, go on, drink your own pussy, baby. Good, isn't it? Well, I'm gonna go get me some, too." the fiery redhead whispered.

Pulling the thin girl up, straddling her face, Colleen eased Emily down, breathing deeply the musky fragrance. Little drips hit her lips and face; Colleen smiled as she realized that Emily was literally leaking cunt-juice out of her, raining it down on her.

Wasting not another moment, Colleen pulled her down and began diving her tongue into the velvet warmth of the nurses' slick hole. Her mouth filled with salty fluids, sticky and delicious. Colleen rained kisses and nips of love on her labia and suckled like a child on the cute little button of her clitoris. Emily sat straight up and rotated her hips around, grinding down on her new lover's face, wanting to cum more than she had ever before in her life. She ran her fingers through her raven hair, moaning as she moved down to pull her 32c tits free of their bra and began twisting and pulling her nipples, making them feel as if they were on fire.

Colleen had just pushed as far as she could up her gooey channel when she was rewarded with a flutter and shudder over her probing tongue. Emily began sobbing as gushes of cum sprayed from her little pussy. Colleen's hair was drenched in the shower of cum pulsing out from the mewling girl's pussy. Mercilessly, Colleen raked her nails over the tanned, pert ass cheeks of her partner, eliciting new spasms and cries of relief from above. Emily seemed to cum and cum and cum, wracking her body with orgasmic bliss.

Finally the torrent slowed and Emily collapsed forward onto the table, her pussy still fastened to Colleen's expert mouth, not wanting to move from that heavenly spot. For her part, the soaked redhead was nibbling and kissing and licking the outer folds, gently sucking up and swallowing the tasty pussy drink.

Sighing contentedly, Colleen slid out from beneath the semi-conscious nurse and stood up, naked and face glistening in the examination room.

"Ahem..."

Colleen turned, startled at the noise. Standing in a parted curtain to the examination area was Professor Higgins and two other gentlemen who also appeared to be doctors. Each had a bemused and impressed expression on their faces. Colleen just grinned and wiped her face and chest with a handy towel and remarked,

"Told you this was powerful stuff, doc!"

"Er, yes, well, I see..."stuttered the stodgy older professor, staring unashamedly at the fantastic site before him.

"Ummm...perhaps you had better wait, uh, in the courtyard, where you'll be perhaps more comfortable and we won't be so...well, distracted. Yes?" the doctor offered sheepishly.

"Of course, professor. Can't stand in the way of science, can I?" Colleen said with a smile, patting the doctor on his bulging crotch as she slid past the three men. She began to sashay down the short hallway, swinging her hips to complete effect.

"Miss McPherson! Miss McPherson! Your clothes, my dear! You cannot go out in our facility like that!" sputtered one of the other doctors

Turning to look over her shoulder, Colleen grinned coyly,"You sure you want me dressed, boys? I'm more fun this way!"

Giggling at her own joke, Colleen grabbed her flimsy T-shirt and shorts and proceeded outside to lay in the grass. She did appreciate the sun on her skin as she rested, occasionally moving a curious hand up her shirt to collect stray drops of Emily's cum to flavor her fingers with. She did want them to test her, so she was content to leave them to their work.

Chapter 3

The results were in and it was a toss up as to who was more amazed, Colleen or the scientists. It seemed that the swamp water had indeed entered Colleen's bloodstream and had evoked a startling transformation on her basic genetic structure. She now exuded pheromones of such a malleable and adaptable degree that almost any living thing would be attracted to her sexually. Likewise, her own discerning nature had been bypassed and she herself was more open to sexual variety than the average (and even above average) young woman. As a byproduct of her alterations, Professor Higgins explained to the fascinated and horny young redhead that her body also was being altered, as evidenced by her milk-filled breasts, more generous and curvaceous hips and buttocks and even to her endurance and resistance to pain and injury. She even seemed to heal at a faster rate than normal.

Excitedly, Professor Higgins began outlining a rigorous schedule of testing and analysis that he and his team wanted to conduct on Colleen, to which she put up a firm hand and squashed immediately.

"Oh hell no! I am not going to waste my time sitting in some laboratory while you guys poke needles in me and play boring ass doctor all day!"
she stated.

Leaning in to the wide-eyed doctor, she smiled sexily and said with a purr,"Tell you what, though. Loan me that sexy nurse Emily and I'll show her how a Louisiana girl gets down in the swamp. She can collect all the samples and data you could ever want, right from the source."

Reaching down and massaging the old professor's straining cock through his pants, she gave it a firm squeeze and said,

"How's that grab you?"

Flustered at the overwhelming flood of pheromones hitting his system, the sputtering doctor agreed immediately.

Colleen and Pharmatech had come to what seemed to be a perfectly fine mutual arrangement. Colleen was now an employee of sorts, drawing a handsomely comfortable salary (made handsome, she was certain, by her influence) as a member of Professor Higgin's Research and Development team. As matter of fact, she was what the Prof described as Field Agent At-Large, which as far as they all were concerned meant was that Colleen could come and go as she pretty much pleased and they would pay her for getting data from her and her exploits. Suited her, as Colleen had no intention of keeping her "discovery" to herself. As far as she cared, the whole world would be a better place if people fucked a lot more and hated a lot less. Also, she was a good ol' country girl. She didn't know diddly-squat about how to exploit this thing, whatever the hell it was.

So, with a fat bank account, new truck, new best friend and few nasty ideas, it was home to Peach Tree, Louisiana again!

Soon Colleen was flying down the old dirt road with Emily, the thin brunette now out of her nursing whites and wearing a tight pair of faded jeans that hugged her tiny pert buns and a red checked shirt tied up, exposing her tummy and accentuating her smallish tits. Between them on the seat of the truck was Emily's black leather medical bag, filled with all of the instruments she'd need to gather the data required by the institute. Bouncing around in the truck bed was some well-packed recording equipment and other supplies.

For her part, Colleen was less concerned with science now and more anxious to seeing what other animals and things she could fuck. Her pussy fairly ached to be filled and fucked good and hard. She smiled to herself as she also had a much more wickedly exotic encounter planned for her nubile companion to witness.

Colleen wasted little time getting set up in the small shady grove my the swamp's edge. Just the smell of the moist air invigorated her, making her freckled skin tingle. Under Emily's curious eyes, the girl quickly but efficiently began pounding long stakes at equal distances into the ground, securing them firmly in the soil. As the nurse, tasked with recording and evaluating the strength and effectiveness of this "power" Colleen had manifested, began setting up the tripods and recording gear in different areas of the grove, the redhead began to dig through her backpack, producing thin leather strips.

Quickly stripping, Colleen shoved her clothes into her backpack and tossed it to one side. Emily's eyes lingered appreciatively over the shapely and full form of the sexy young woman. Colleen grinned at the brunette's longing gaze and bent over at the hips, allowing her a full view of her damp, red-furred pussy from behind as she carefully secured her own ankles to the two lower stakes with firm knots, being sure to spread her legs widely. Once done, she carefully sat down and lay back, the two leather thongs on each wrist flopping outwards towards the other two stakes above her.

"C'mon Emily, tie me up. I've had this idea for a few days and I can't wait to try it. You can film all of this and show it to your Professor and see what he thinks of me then!"

Tentatively, the young nurse fumbled with the straps but eventually secured the outstretched redhead to her satisfaction. As far as Colleen was concerned, no matter what happened this afternoon, she wasn't going anywhere.

As the nervous brunette retreated to a nearby camouflaged blind to activate the many recorders placed strategically in the grove, silence finally fell. Eventually, only a low melodic humming could be heard coming from the shifting, waiting form of the staked out Colleen, her open legs an offering to the wildlife in the swamp, beckoning any animal to come and ravage her.

For some reason Emily felt warmer than the afternoon weather should make her feel. She felt an almost buzzing in her mind, a flutter in her stomach and a dampness on her forehead and neck as she listened to Colleen's music. The rest of the swamp reacted as well, the chitter and drone of the gnats and bugs growing louder, the splashes and grunts of odd animals overlapping each other, birds cawing in protest as if something were exciting them.

Only a few yards away, Emily could see the sheen of sweat on the rising and falling breasts of the woman facing away from her. On the surface of the water further past her, the nurse saw a cloud of mosquitoes swarming, moving slowly towards the immobilized redhead. They made a gray haze over her body as they dove and landed on her moist skin, darting their numbing proboscis into her creamy flesh, eliciting gasps and groans from the now squirming form.

Colleen was breathless with lust, her pussy squeezing and glistening as these little bugs teased and stung her. Little punctures in a thousand points on her jiggling tits, her nipples already swelling with reaction to their stings. Her roiling stomach a carpet of whelps and her sweaty thighs jostled and kicked in vain, trying to rub her tortured pussy lips together to get some relief from the crawling, biting little lovers. Her body was a feast for them and the helplessness made Colleen cum as her fists gnarled, bloody red as they strained to be free to claw at her aching clit, being repeatedly and relentlessly sucked and stung by countless mosquitoes. Cries of ecstasy and ragged breaths of joy came from the twitching girl as Emily sat dumbfounded at the raw sexual display she was recording.

Minutes after agonizing minutes passed when, to the observers amazement, the mosquitoes rose en masse, as if commanded, and flew quickly away. Only the heavy breathing and occasional giggle could be heard coming from the still bound woman in front of her.

It was after the briefest of pauses that Colleen's newest friends presented themselves, alarming Emily into standing and saying nervously,

"Oh my god, Colleen! Look out!"

"Shh! It's fine, it's fine, Emily," Colleen murmured reassuringly. "I saw them up there when I set up in this spot. Believe me, they're invited. Now watch, honey."

Embarrassed, Emily sat back down behind her concealment, nervous but now strangely intrigued. She could not tear her eyes away from the fine, silken strands that had begun dropping from the branches overhead, dangling down over the supine body of the gorgeous redhead. Colleen, for her part, had gone silent as well. Her glittering eyes were intent on the ballet of motion and delicate fall of hundreds of black spiders from the branches above her. Each white thread held at its tip a fat, one inch diameter, black, hairy, eight legged spider. Colleen licked her lips in anticipation.

With a light plop, each creature fell like a drop of rain on her once-again smooth, velvety skin. Quickly disengaging their lines, the arachnids skittered across her skin, hairy little feet with course barbs digging gently in, clinging to her for purchase. Colleen moaned low as they caressed her, running to and fro over her once more heaving breasts, climbing up quivering globes to grab tightly onto her firm upthrust tits. As if goaded into it, the larger, more aggressive spiders opened wide their chitinous mandibles and swiftly bit deep into the thick, pliant flesh of her thick rubbery nipples.

"Oh Fucking Yes!" squealed Colleen as she bucked upward, arching her proud, spider-covered tits to the treetops.

Vicious incisors pinched and chewed her cherry nipples as dozens more began nipping and biting her mounds, clambering into the valley of her sweating cleavage and pouring down her rippling white belly to her parted legs. Some adventurous spiders danced on her closed eyelids, tickling and brushing her wet, pouty lips with their filthy legs and hairy bellies. Some ventured into her luxurious hair, wriggling around her ears and neck, making her dizzy with a million different sensations.

Quickly the small army of warriors found her thighs and pussy and began biting in earnest, taking little pricks of blood and flesh from her gasping, writhing form. The tenacious workout they were giving the shaking woman was giving her rolling orgasm after orgasm, perverse and sweet as any she had ever experienced. Colleen was in rapture as her pulsing cunt leaked creamy juice which the filthy spiders swarmed onto with relish.

A loud "Thud" broke Colleen's reverie and caused Emily to squeak from her blind with surprise.

At Colleen's outstretched feet had landed the great-granddaddy of the spiders, having leaped from the tree above. Obviously mutated by the swamp, Emily only barely had enough capacity to register that it was being recorded.

The beast stood on eight fat legs, each easily 5" around. It's bloated belly was an incredible 5 feet wide and it stank like rotted meat. Multifaceted sickly green eyes with wiry hairs sticking haphazardly around it glistened as it surveyed the helpless whore before it. Colleen lowered her shocked gaze from it's dripping, slavering fangs to see an (for a spider) unusual but obviously excited penis extend itself from its fat gut.

The grotesque piece was possibly 17" long, hideously deformed. It was scarlet red and thick at the base, maybe 4" thick there. It tapered forward to a 2" diameter, a flange of skin like a thick fin lined it's top, but at the quivering, bobbing tip of the penis was not a pleasantly rounded bulb but a tapered black end much like a duck's bill. Crowning the very tip if this appendage was a sinister, slightly upturned hooked claw, as if a single bony finger beckoned Colleen to try it's obscene delights.

Emily's hands sought her pistol in a nearby knapsack, but stopped in shock as she heard the trembling voice of her subject,

"Oh fuck me you son of a bitch, come on, give me that nasty piece of shit."

Colleen was wild-eyed with lust as she only had eyes for the torturous instrument easing towards her wet pussy.

"Oh yeah, oh yeah, mmmmmmm...oh fuck! Yeah! Do that!" she hoarsely murmured.

Unbeknown to Emily, the larger spiders at the redhead's cunt had bit deep into her fat, juicy labia and strained to pull the lips wide open, readying this willing whore for their master. Red cunt hair was stretched and torn, giving sharp, sexy jolts to flavor the anticipation.

"Grrrr....oh you little monsters, oh God!" sobbed the quivering slut with joy. Tears streamed from her burning eyes. This was it.

The shadow of the spider-beast fell over her shaking form as it lowered its body onto hers. The sensation was like having a trash bag full of hot mud engulf her as she felt the heat from it mix with hers. The rough hairs on its body scraped her red streaked skin, crushing and scattering her tinier lovers. As they were mashed into her flesh, they bit and chewed her even harder in their death throws, making her gasp in ecstasy. Her full, milky tits were squashed painfully into her chest, her thick abused nipples being pierced by the needle-like hairs of her new rapist. Trickles of sweet milk leaked from the purple, twisted tips, giving her another explosion of pleasure.

Then it happened. With a shift, the hideous creature placed the tip against her pink, sodden cunt. With no pretense of gentleness, the ragged claw scraped in her tender hole, dragging it's nail across the top of her tunnel with a firm thrust.

Colleen bucked wildly under the stifling mass, her screams echoing loudly into the woods. Fists clenched, her eyes screwed shut, the flailing redhead was completely at the mercy of the pistoning, grinding hulk on top of her. Emily was frozen in panic as she witnessed what she was certain was the doom of her new friend, horrifically fucked to death by this deformed abomination.

Moments passed as the huffing monstrosity pulled and plunged his ever-widening cock in and out between the raised, bucking thighs of the screeching redhead. It was only after a couple of minutes that the nurse could clearly hear the throaty yelps of her friend,

"God! Damn! Fuck! Uh! Uh! Uh! So! Good! OH GOD! Yes! Oh Fuck! Rape Me! Rape Me! Oh Fuck! Uh! Uh!"

Incredibly, Colleen was fucking the creature back! Emily was astonished at the insatiable redhead's capacity for pain sex. As she watched the obscene coupling taking place, she glanced at the monitors, each with different angles and degrees of closeness of the scene. Shots of the beast overpowering her, shots of Colleen's beautiful, sweat-soaked face a tangle of hair and spider bodies, smiling, kissing and licking the grotesque underbelly of her lover, shots of the hideous penis-thing pulling her bruised labia inside and out as it pile-drove her raw, red hole. The tiny spiders that were left, nipping and biting little love notes on her legs, arms and sides. Shots of her large, flattened tits being scraped like a washboard on it's terribly coarse underside, streams of white milk flowing from beet red nipples.

Emily couldn't help but plunge both hands into her sopping panties, cramming fingers into her own weeping cunt. Fingernails scraped her own clit, giving her a sympathetic shudder of the sweet ecstasy her girlfriend was enjoying only a few yards away. The tawny nurse pumped her cunt furiously, the squelching gushes of her fluid soaking her hands, finding their way to her thirsty mouth as she watched.

Colleen was wailing like a banshee, expressing her unbridled pain and love for it. The red hot poker creasing her fuck tunnel had sent her insane with pleasure, the hooked tip bumping painfully and exquisitely against her cervix with each jackhammer thrust. Colleen was having wrenching orgasms that seemed to rob her temporarily of consciousness only to reawaken the pinioned redhead as her head flopped back and bumped onto the ground, rousing her again and again to thrust upward, meeting her lovely attacker with as much as she could give.

Her leather bonds restraining her so, she was perfectly anchored for the seemingly unending assault of her terrible master. How long the beast pounded her, she did not know; it seemed to last an eternity. Colleen was beginning to have longer and longer intervals between orgasms and the pain in her pussy was becoming unbearable. Still the beast continued.

Although her orgasms were becoming less frequent, a new sensation emerged for the now groaning girl. The pain, becoming a burning, sharp tearing in her pussy and womb, gave birth to one last, violent orgasm that made the screaming woman clench her whole body rigidly, actually painfully gripping the torturous cock even more tightly, stopping it's rapacious motion. With a chilling screech, the immobilized spider-thing reared up off of Colleen, cruelly forcing one more thrust inward and began spewing it's penile venom into the mute woman's bruised womb.

Not breathing, her entire body beet-red, every muscle strained to definition as she reared forward as well, the leather thongs at her wrists snapped with a crack! Colleens immediately bolted upright and gripped the rearing spider's belly in her fists and hugged herself to him, having what looked to Emily like an epileptic seizure. Stuck to it's belly like a tick for several moments, the now scarlet woman suddenly sagged and fell like a rock to the ground below, still and unmoving.

Now scared again, Emily stood but dared not move as the horrible creature settled back down on its eight fat legs and stood a moment, as if in thought. The nurse could see it slowly withdraw it's nasty, green dripping tool and pull it back into its belly. It turned in place, its rough underbelly jostling the still woman beneath him and it skittered off to a nearby tree, to which it deftly clambered up and away, making it's way back into the swamp trees overhead.

As Emily approached Colleen, she saw the other little spiders that had not been destroyed by their master's onslaught likewise run for cover, making their ways to bushes and branches nearby.

As the nurse knelt by the still form, she was relieved to see her color returning quickly to normal and her breathing again. Amazed at the violence she had witnessed Colleen endure, the astonished nurse undid the thongs at the awakening woman's feet, allowing her to sit upright. As they sat silently facing one another, Colleen smiled weakly at first and quickly seemed to regain her strength. She absentmindedly ran fingers through her thick red locks and find a stray spider. As she

Articles similaires

Nurse Mom - Chapitre 9 - Maman se joint à tante Pam

J'ai tourné la tête pour voir maman assise dans le fauteuil dans le coin. Pam a tourné la tête et s'est figée quand elle a vu maman là, complètement nue et se touchant. Maman avait un grand sourire sur le visage et a dit qu'elle ne pouvait tout simplement pas s'en empêcher alors qu'elle continuait à passer ses doigts sur son chaton. Pam a commencé à paniquer et a essayé de se lever de moi, mais j'ai tenu une prise ferme sur ses larges hanches et je l'ai juste maintenue au sol, plantée sur ma bite. Elle ne pouvait pas dire...

1.2K Des vues

Likes 0

CRAIGSLIST SEXE

C'est ma première histoire alors dis-moi ce que je devrais faire mieux la prochaine fois !! C'est aussi une histoire vraie j'espère qu'elle vous plaira !! Quand j'avais 18 ans, j'étais vraiment dans le placard. Personne dans mon école ne savait que j'étais bisexuelle et le fait que toute la journée je rêverais et fantasmerais d'avoir une bite dans la bouche. Avant de vous parler de l'histoire, laissez-moi vous parler un peu de moi-même. J'ai 18 ans 5'7 140 et je suis en forme athlétique étant donné que j'ai lutté; mais c'est une histoire pour une autre fois ;). J'ai aussi...

926 Des vues

Likes 0

La nouvelle vie d'Aria Pt3

Aria Je me suis réveillé en sursaut dans les bras de mon père. « Qu'est-ce qui ne va pas, Aria ? » me demanda-t-il avec inquiétude. Juste un rêve 'bizarre', je suppose. Je transpirais et tremblais. Le roi a dû s'en apercevoir. « Tu es venu pendant que tu dormais. Vous êtes venu beaucoup ces derniers jours. Il m'a pris dans ses bras et m'a serré fort. Au moment où j'étais de retour dans ses bras, j'ai commencé à envelopper mon corps autour du sien, cherchant plus. Papa, s'il te plaît, suppliai-je. Absolument, Aria. Sur ce, il a commencé à m'embrasser et m'a allongé...

921 Des vues

Likes 0

Rêve d'anniversaire

Bonne nuit, les enfants, et merci encore pour les super cadeaux. D'accord, maman... et nous pouvons dire que tu vieillis puisque tu vas te coucher si tôt. Je ne suis pas vieux, gamins... Je viens de passer une très longue journée et j'ai besoin de dormir. Bien sûr, maman, quoi que tu dises et vos enfants éclatent de rire alors que vous quittez le salon et retournez dans votre chambre. Vous fermez et verrouillez la porte derrière vous, puis vous vous déshabillez. Une douche rapide, pensez-vous, et vous partirez pour un sommeil bien mérité. Vous souriez à vous-même en pensant au...

935 Des vues

Likes 0

Ma femme Maryanne - Ch. 3

Maryanne et moi, et parfois avec notre ami John, avons continué semaine après semaine avec notre jeu de Maryanne porte sa tenue sexy et nous visitons un bar local. En fait, nous sommes restés loin des bars trop proches de chez nous et de ceux où nous risquons de croiser l'un de mes collègues. Je ne sais pas comment je pourrais affronter des gens avec qui j'ai travaillé en découvrant notre petit secret. Je suis sûr que si nous étions découverts, le mot se répandrait dans tout le lieu de travail et que tout avenir possible avec l'entreprise serait terminé. Cependant...

914 Des vues

Likes 0

Sucer et avaler_(1)

Cela faisait longtemps que je pensais à ça, qu'est-ce que ça ferait de sucer un mec ? Qu'est-ce que ça ferait d'avoir une vraie bite qui glisse dans mon cul ? J'ai 39 ans et je suis marié et je n'ai jamais eu cette démangeaison correctement grattée. Bien sûr, ma femme a utilisé des sangles, mais cela ne s'est jamais senti tout à fait bien. Je devais le découvrir alors j'ai commencé mes recherches sur les branchements locaux pour les hommes. Finalement, j'ai trouvé un gars qui était Bi-Curieux et vivait sur place, pour sa vie privée, nous l'appellerons David. David...

897 Des vues

Likes 0

Zack et John

Zachary attendait avec impatience l'arrivée de sa nouvelle baby-sitter. Il jouait toujours des tours à la nouvelle baby-sitter afin de s'en débarrasser. Il avait déjà 13 ans et croyait qu'il pouvait prendre soin de lui, mais ses parents ne le permettaient pas et le traitaient comme un bébé. Ding Dong! Zachary, viens ici pour rencontrer la baby-sitter, a déclaré sa mère. Zackary descendit les escaliers en attendant de voir une vieille dame franchir la porte mais il avait tort. Une vieille dame n'a pas franchi la porte, mais un adolescent l'a fait. Zachary, c'est John. dit la mère de Timmy. Il...

797 Des vues

Likes 0

Trop parfait pour laisser passer [Chapitre deux]

Ensuite, nous nous sommes endormis tous les deux pendant quelques heures. Je me suis réveillé et elle dormait toujours à côté de moi. Je suis resté allongé là à regarder le plafond pendant quelques minutes, me sentant comme si j'étais entré dans une réalité alternative dans laquelle tous mes fantasmes de vieil homme sale venaient de se réaliser. J'avoue que je me sentais comme un sac à merde aussi, mais elle m'a pratiquement sauté aux os. Qu'est-ce que j'étais censé faire ? Elle fumait chaud, et je ne suis qu'un homme après tout. Quelques minutes passèrent avant qu'elle ne se réveille...

802 Des vues

Likes 0

Les invités

Nous gérions le B&B depuis quelques années - nous louions simplement le grenier qui était assez autonome. Cela a rapporté un peu d'argent supplémentaire. Avant de commencer, j'étais tout à fait contre, mais lorsque les invités ont déclaré venir, je m'y suis habitué et j'ai commencé à en profiter un peu. Un vrai mélange de personnes. Parfois, l'un d'entre eux attirait mon attention et je fantasmais souvent sur eux en train de baiser dans la pièce au-dessus de notre chambre ou dans une autre aventure sexuelle. Ce week-end, nous avons eu un couple de Hollande. La femme et les enfants étaient...

963 Des vues

Likes 0

Je dois être le gars le plus chanceux du monde,

Je dois être l'un des gars les plus chanceux du monde. J'ai un super mariage de trois ans avec l'une des salopes les plus sexy du monde et j'adore ça. Je m'appelle Paul et ma femme est Marie. J'ai 30 ans et je mesure 6'2 et pèse 185 #. J'ai une bite qui attire beaucoup d'attention. Elle mesure 8 et est épaisse et dure comme de la pierre. Je peux baiser pendant une demi-heure avant de décharger tellement de sperme qu'aucune chatte n'a encore été capable de tout retenir. Mary est un vrai coup de grâce avec un beau visage et...

53 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.