Timewalker pt 2b (long)

183Report
Timewalker pt 2b (long)

C'est vraiment long, donc si vous cherchez une solution rapide, lisez autre chose !

Les aventures de Béla, la fille vampire
Livre 4 : Marcheur du temps
Partie 2b
Chapitre 9 ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

« Tu es prêt ? » demanda Béla en appelant à l'étage pour savoir où se trouvait Jake.

Elle soupira. Il les a toujours fait tard au club.

Jake apparut en haut des escaliers. "Pardon. Je parlais à Frank de Jake et Tabatha.

« Ils découvrent quelque chose ? » demande Béla.

Elle savait déjà que non. Elle pouvait le voir dans l'esprit de Jake.

"Non," dit-il. "Frank pense que tu devrais y retourner..."

"Non, Jake," interrompit Béla. « J'y suis allé trois fois. Les seules choses que j'ai ramassées étaient de vieilles images érotiques de Tabatha. J'ai demandé au Praetor de faire des copies à analyser. Je ne peux pas dire où elle… ils… sont allés. Il n'y a pas d'emplacements distincts. C'est comme s'ils disparaissaient de la surface de la terre. J'ai dit au préteur de faire tout ce qu'il pouvait pour la retrouver.

"Eh bien, allez, allons-y," dit Jake, la guidant vers la porte.

"Je n'ai pas envie d'y aller maintenant", lui a dit Béla.

"Béla, allez," supplia Jake. "Tu te sentiras mieux quand les gars commenceront à prêter attention à ton petit corps sexy. Cela vous sort toujours d'un funk.

"J'aime les grandes rencontres quand plusieurs clubs se rencontrent en même temps", a déclaré Béla. "Lors de ces réunions mensuelles, j'ai l'impression que tout le monde n'attend que moi."

"Elles sont!" Jacques rit. «Ils savent que vous essaierez n'importe quoi une fois, et j'en ai entendu quelques-uns parler. Chaque mois, ils essaient de proposer quelque chose dont même vous vous retirerez.

"Ils le font, hein?" demanda Béla, se sentant interpellé. "Eh bien, allons-y, alors, et voyons ce qu'ils ont préparé pour moi cette fois."

Ils empruntaient généralement les transports en commun pour que les gens puissent les voir arriver. Puis après, s'ils pouvaient trouver un peu d'intimité, et c'était assez facile à cause des chambres privées disponibles pour les parties consentantes, Béla les téléportait chez eux. Si elle était consciente, bien sûr. Très souvent, ses excès sexuels lors de ces réunions du SAM Club la laissaient mortellement blessée et complètement orgasmique.

Béla portait un petit travail rayé que Tanya lui avait donné maintenant que la personnalité publique de Tanya, Tootsie, s'était officieusement suicidée sur ce "brochette-bot" le mois dernier. C'était un numéro bleu foncé qui était pour la plupart, eh bien, d'accord, complètement transparent. Il montrait tout à travers un fin filet de nylon bleu foncé. Béla ne portait rien en dessous. Sa chatte naturellement glabre permettait d'admirer tout son corps à travers le tissu sans attirer une attention particulière sur les grandes zones mystérieuses et sombres - à l'exception de ses mamelons, bien sûr, et ils n'étaient que visibles, pas admirablement énormes. Mais cela n'a empêché personne de chercher.

Jake n'aimait pas se déguiser et jouer au fat, comme Frank l'a fait quand il a emmené Tanya, ou plutôt Tootsie, faire la fête. Les clubs SAM étaient plus destinés à la domination masculine et à la torture des femmes, donc c'étaient les femmes qui étaient exposées, dès leur entrée. Jake aimait ça et Béla aussi. Il y avait aussi des clubs FEM pour les femmes dominantes et des clubs Suicide lorsque les deux partenaires étaient soumis.

Le club auquel appartenaient Jake et Béla était un club de bondage qui accueillait deux sous-groupes - l'un spécialisé dans la combustion de bougies et la torture à la cire de bougie, et l'autre spécialisé dans la pénétration corporelle bizarre (et parfois mortelle). En entrant, chaque couple soumettait le nom de la femme à une loterie. Le gagnant, ou le perdant, selon le thème de ce mois pour chaque groupe, serait affiché sur scène tandis que tous les autres se foutaient la cervelle dans une orgie de la taille d'une salle de convention tout en regardant le thème de la torture de ce mois-là se jouer sur scène.

Béla avait été choisi il y a plusieurs mois et avait été attaché à un râtelier de torture et aspergé de cire chaude. Ensuite, elle a été laissée accrochée au rack pour l'usage de tout le monde et a été baisée plusieurs fois par d'autres membres du club.

Habituellement, il y avait deux affichages, et Béla espérait être choisi pour un nouveau ce mois-ci. Très souvent, les démonstrations étaient inhabituellement cruelles, en particulier celles impliquant une pénétration corporelle inhabituelle, qui provoquaient parfois une défiguration permanente ou même la mort du gagnant de la loterie.

Dans les cas où la présentatrice bénévole est décédée, le club ne pouvait pas être poursuivi. Il n'était plus illégal de tuer quelqu'un s'il signait une décharge indiquant qu'il était conscient de cette possibilité. La décision officielle de la Cour suprême était la suivante: "Ce n'est pas un meurtre si la victime a accepté d'être tuée à des fins de divertissement."

Cette décision a été le résultat de l'affaire "State vs Brandy Wine Tasting Productions" lorsque le principal artiste underground et copropriétaire de l'entreprise, Brandy Wine, a été violé à plusieurs reprises et sauvagement assassiné dans le cadre de ce qui est devenu sa performance underground la plus vendue. La société de production clandestine a pu prouver que Mme Wine, après avoir découvert qu'elle n'avait plus que quelques mois à vivre à cause d'un cancer répandu et inopérable, avait en fait écrit le scénario dans lequel elle serait étranglée à mort lors d'un viol collectif. "Je ne peux pas penser à une meilleure façon de faire que d'être baisée à mort", a-t-elle déclaré à Spike Magazine, un tabloïd underground, juste avant de jouer sa scène finale.

Cette décision de la Cour suprême a ouvert la porte à des centaines de Suicide Clubs dans tout le pays, offrant à des milliers de nouveaux membres enthousiastes des sensations fortes et inoubliables, en mettant l'accent sur le "dernier".

Jake pensait personnellement que les Suicide Clubs étaient une bonne idée. Ils ont réduit le nombre total de crétins dans ce pays chaque mois où ils étaient en opération. En ce qui concerne «l'hygiène mentale», il était surpris qu'Hitler n'y ait jamais pensé. Les Suicide Clubs nettoyaient la race humaine des idiots.

Mais, réalisa Jake, Hitler aurait probablement rendu les Suicide Clubs obligatoires, et Jake pensait que l'hygiène mentale devrait être volontaire. Bien sûr, le problème avec l'Hygiène Mentale volontaire était que les personnes mêmes qui ne devaient pas se reproduire étaient les mêmes qui croyaient le plus ardemment en leur droit donné par Dieu d' "Aller de l'avant et de se multiplier", ce qu'elles faisaient avec un grand abandon, couvrant la planète avec plus de crétins comme eux.

Jake et Béla sont arrivés et ont donné leurs noms à la table de réception. John, la réceptionniste, connaissait déjà Béla et savait qu'elle aimait les appareils les plus tortueux que le club pouvait inventer.

"Montrez-vous à la deuxième étape si vous n'êtes pas un" élu ", ma chérie", a-t-il dit à Béla. "Celui qui remportera cette étape refusera probablement, alors il demandera des volontaires."

Il lui tendit le formulaire de suicide et elle le signa sans le lire. Ils savaient tous les deux que, quel que soit l'appareil démoniaque dans lequel elle serait attachée, attachée ou abaissée ce soir, Béla serait probablement assez partante pour l'essayer. La deuxième étape était l'étape de « pénétration inhabituelle ». Elle sourit en lui rendant le formulaire.

John sourit également et lui prit le formulaire de responsabilité signé. "Merci chérie. J'espère que vous vivrez pour revenir le mois prochain.

Il a pratiquement bavé sur son costume en maille bleue qui couvrait, mais ne cachait pas, ses petits mamelons durs.

Jake parcourut les brochures d'affichage. "Hé, ils ont un bloc d'enchères cette fois."

Jake aimait le bloc d'enchères. Béla a fait des offres plus élevées que presque toutes les autres filles du club et Jake a adoré le fait que son petit vampire aux cheveux noirs était l'une des filles les plus chaudes du club - c'était un véritable voyage d'ego !

"Oui," répondit John. "Le club avait décidé que le 'bloc' était le meilleur moyen de financer ses réunions mensuelles. De cette façon, ceux qui utilisent le plus le club lui donnent le plus de soutien financier.

Jake hocha la tête en réponse, puis lui et Béla se tournèrent vers l'entrée principale. Dès qu'ils sont entrés dans la salle de conférence reconvertie, Une vieille dame s'est abattue sur Béla comme un vautour.

"Béla, ma chérie !" chantonna-t-elle, rappelant à Béla Cruella (oui, elle a vu ce film d'animation cent ans plus tôt, au début des années 90).

« Léticia, comment vas-tu ? » Béla sourit en retour. « J'ai vu votre exposition le mois dernier. Tu étais magnifique. Mais je suis surpris que tu marches déjà. Ce crochet a dû être vraiment douloureux.

"La morphine fait des merveilles, ma chérie", a répondu Leticia. "Et mon sculpteur corporel enlève les points de suture la semaine prochaine, puis je pourrai montrer les cicatrices."

Leticia avait plus de cicatrices de brûlures et de pénétrations corporelles que n'importe qui d'autre dans le club, c'est-à-dire toute personne encore en vie. De nombreux membres du club la recherchaient chaque mois juste pour pouvoir passer leurs mains sur ses cicatrices pendant qu'ils baisaient ce qui restait de sa cervelle.

"Si vous décidez de peindre des motifs autour de vos cicatrices pour mieux les afficher", a suggéré Béla, "j'adorerais le faire pour vous. J'ai de bonnes idées. Appelez-moi, d'accord ? »

Leticia hocha la tête, puis fut pratiquement entraînée par son mari. « Ne lui parle pas ! Elle a une mauvaise influence ! Vous voulez vivre pour percevoir votre sécurité, n'est-ce pas ? »

Béla sourit et regarda sa compagne. "Je suppose que j'ai un peu la réputation d'être un masochiste fou de douleur."

La première parade commençait. Une fille blonde plantureuse était amenée sur scène. Elle avait les yeux bandés. Le bandeau était tout ce qu'elle portait. On l'a obligée à s'allonger sur le ventre pendant qu'une grande barre transversale en fer était abaissée du plafond. Des menottes ont été cassées autour de ses cuisses et de ses bras, puis attachées, une à chaque extrémité saillante de la barre transversale.

La jeune fille a ensuite été soulevée, face contre terre, dans les airs par les machinistes, chacun sur une chaîne distincte. L'un des machinistes a sorti une corde d'environ un pied de long avec des crochets à chaque extrémité et a attaché les deux chaînes ensemble sous son torse. Quand ils lâchèrent prise, il était évident que la corde tendue sur le ventre de la fille supportait tout son poids. S'il se cassait, les chaînes se dénoueraient autour des poulies et elle s'effondrerait.

Une table a été apportée avec plusieurs bougies effilées dessus et placée sous le corps se balançant de la fille. Chaque bougie était allumée, puis soigneusement positionnée sous une partie spécifique et tendre de l'anatomie de la pendue. Le premier est passé sous son sein droit, le suivant sous son gauche. L'un a été placé sous son bassin. Ensuite, le dernier a été allumé et placé directement sous la corde autour de sa taille.

"Oh mon Dieu!" s'exclama Béla en se mouillant entre les jambes rien qu'en regardant. "J'adorerais être cette fille là-haut !"

Elle regarda la jeune fille s'abaisser lentement, centimètre par centimètre, vers les bougies. Quand elle a crié, le treuil s'est arrêté, puis elle s'est relevée un peu. Les machinistes ont réajusté quelques positions de bougies, puis sont repartis, la laissant pendue là.

Pour l'observateur normal, la jeune fille semblait être positionnée suffisamment haut au-dessus des bougies pour ne pas être affectée par les petites flammes. La vérité était légèrement différente. La cire de la bougie fondait rapidement – ​​plus rapidement que la mèche ne brûlait. Chaque flamme de bougie s'est allongée à mesure que la cire fondait et exposait plus de mèche à brûler.

En quelques instants, la fille exposée tremblait et criait alors que ses mamelons commençaient à éclater et à grésiller sous la chaleur des bougies. Elle a réussi à commencer à se balancer un peu, soulageant ses seins de la chaleur torride. Les bougies plus bas sur la table faisaient la même chose à son ventre et à sa chatte, mais sa principale source de tourment était ses mamelons tendres et brûlés.

Parce qu'elle se balançait maintenant, les machinistes sont sortis et ont abaissé son corps plus près des petites flammes. Bientôt, elle se balançait à quelques centimètres au-dessus d'eux, gémissant chaque fois que ses seins traversaient la flamme d'une bougie. Elle sentait la brûlure sur son bassin et son estomac maintenant, et se contractait chaque fois que son corps hésitait dans son balancement au-dessus de ces bougies, aussi.

Les membres du club qui regardaient étaient excités par les contorsions de la fille et ses cris. C'était presque comme si les petites flammes qui caressaient son corps violaient la fille. Béla a pressé sa main contre la bite dure de Jake à l'intérieur de son jean pendant qu'elle regardait plusieurs membres du club commencer à se baiser.

Ensuite, Béla a sorti la bite dure de Jake dans sa main. Elle s'est déplacée devant lui, se tenant dos à lui pour pouvoir regarder le spectacle et l'orgie qui se déroulait autour d'elle et la fille qui souffrait sur scène. Alors qu'elle reculait contre Jake, il l'attrapa sous ses bras et la souleva. Son sexe glissa le long de son dos, puis disparut dans l'espace entre ses jambes. Puis il l'abaissa jusqu'à ce qu'elle puisse sentir son sexe pressé contre sa vulve.

Toujours maintenue en l'air et incapable de bouger ses bras vers le bas, Béla bosse son bassin d'avant en arrière, frottant les lèvres de sa chatte contre la longueur de sa merveilleuse bite. Au bout d'un moment, elle put sentir l'humidité recouvrir sa chair lisse et soyeuse. Elle leva les jambes derrière elle, touchant presque ses fesses avec ses talons, et pressa ses jambes contre les flancs de Jake.

Maintenant qu'elle avait plus de contrôle sur l'angle de son corps, elle a fait basculer son bassin vers l'avant et a été récompensée par la merveilleuse bite de Jake qui "saute" presque directement dans sa chatte affamée et humide.

La fille accrochée à la scène pleurait et suppliait d'être libérée. La corde autour de son torse avait finalement commencé à brûler, provoquant une douleur inimaginable et des brûlures brûlantes qui la marqueraient probablement à vie.

'Dieu! J'aimerais être là-haut !", pensa Béla, excitée par la scène et le désir qui émanait des putains de couples qui l'entouraient.

Sa chatte jaillit à la pensée de ces langues de flamme merveilleusement délicates léchant son ventre, son con, ses seins. Elle est venue alors qu'elle imaginait ce que cela ferait d'être lâchée sur ces bougies allumées, mettant fin brutalement à son tourment dans un orgasme agonisant et brûlant.

Alors c'est arrivé ! La corde brûla et la jeune fille tomba en hurlant sur les bougies allumées. Elle hurla d'agonie et se débattit furieusement, essayant de s'éloigner des restes chauds et cireux des bougies brisées. Finalement, elle resta allongée là, haletant et pleurant.

Le spectacle maintenant terminé, quelqu'un est sorti avec un pistolet à aiguille et lui a administré quelque chose dans le bras. À un autre moment, la fille était très détendue, mais toujours consciente. Elle a été retournée et mise sur une litière, puis transportée hors de la scène et au rez-de-chaussée pour être exposée. Plusieurs hommes se sont rassemblés et ont commencé à se masturber sur son corps brûlé et brûlé pendant qu'elle les regardait l'adorer, droguée jusqu'aux globes oculaires pour qu'elle puisse profiter de son corps blessé exposé et caressé.

Béla a remarqué que les seins de la fille étaient brûlés et gravement boursouflés. Il y avait même une plaie perforante où une bougie avait percé son mamelon à moitié cuit lorsque la fille avait atterri dessus. Ces blessures guériraient, réalisa Béla, mais ses seins seraient toujours super sensibles à la chaleur après cela. Les pires brûlures provenaient de la corde autour de sa taille. Aucun sculpteur corporel ne serait capable d'effacer ces cicatrices.

Elle a regardé les gens commencer à pulvériser leur sperme sur la fille. Elle sentit la bite de Jake se contracter. Lui aussi s'apprêtait à venir. Il s'est retiré d'elle. Elle se tourna pour voir le visage de son mari.

"Voulez-vous venir sur elle, aussi?" elle a demandé.

Jake secoua la tête. "Je veux venir sur toi !" s'exclama-t-il en serrant les dents dans son effort pour se retenir. "J'ai voulu pulvériser du sperme sur toute cette robe depuis le premier instant où je l'ai vu sur toi !"

Béla sourit et tomba à genoux, cambrant son dos pour montrer son corps à travers le tissu transparent. Elle glissa vers l'avant pour que ses genoux soient autour de ses bottes. Elle ne voulait pas perdre une goutte qui tombe par terre.

"Feu loin, bébé!" s'écria-t-elle en cambrant la tête en arrière.

Elle aimait être couverte de sperme, en particulier le sperme de Jake. Elle était déçue de sentir à peine le sperme éclabousser sur elle à travers le tissu en nylon. Mais quand elle regarda, elle put le voir scintiller sur le tissu recouvrant ses seins et son ventre. Elle lui sourit, satisfaite de son apparence modifiée et de son merveilleux nouveau parfum.

"Est-ce que je peux?" dit quelqu'un à côté d'elle.

Un inconnu avait sorti sa bite et jouait avec. Béla regarda Jake pour voir ce qu'il en pensait. Jake sourit et hocha la tête.

"Bien sûr, allez-y", a dit Béla au gars.

Elle se sentait un peu coupable d'avoir volé une partie du spectacle à la blonde, surtout après toute la douleur et l'agonie qu'elle avait endurées pour être l'attraction vedette. Mais c'était une orgie, après tout. En un instant, il y avait deux autres hommes autour d'elle, essayant de se masturber sur sa robe sexy et transparente.

"Je ne savais pas que j'avais l'air si sexy", murmura-t-elle dans l'esprit de Jake alors qu'il se tenait debout, la regardant.

"Si tu peux tenir cette position assez longtemps", pensa Jake, "je vais venir te baiser dans la bouche."

« Tu es de nouveau prêt ? » Béla repensa avec enthousiasme. 'Super! J'attends, ma chérie. Ne vous retenez pas. Tirez-en des tonnes dans ma gorge!

Avant que Jake ne puisse contourner les hommes en train de branler sa femme, quelqu'un d'autre a poussé une bite dans sa bouche d'attente. Bien que Béla ne puisse pas voir qui c'était, elle savait que ce n'était pas Jake. Elle connaissait la bite de Jake, et ce n'était pas ça. Elle a joyeusement commencé à le sucer quand même.

"Je suppose que je vais devoir attendre mon tour", pensa Jake, regardant joyeusement sa petite salope de femme faire ce qu'elle faisait de mieux. Il a entendu Béla s'étouffer alors que le mec lui envoyait son sperme dans la gorge. Béla allait mieux. De plus, elle ne s'est étouffée avec du sperme que lorsque sa tête était à l'envers comme c'était le cas maintenant.

Le mec venant dans sa bouche a poussé les trois autres qui se branlaient à tirer leurs charges partout sur la robe transparente de Béla et sur leurs propres chaussures et pantalons. Béla se redressa, étirant son dos raide et léchant le sperme sur son visage. Elle baissa les yeux sur sa robe, heureuse de découvrir qu'elle était positivement tachetée de sperme, maintenant.

Restant à genoux, elle se pencha en avant et commença à sucer la bite de Jake. Sa robe commençait à être froide et moite contre son corps avec tout ce sperme dessus. Mais être couverte de tout ce sperme, ainsi que le goût de celui-ci dans sa bouche, la rendait à nouveau excitée. Maintenant qu'elle était assise plus droite, le sperme de Jake de sa baise précédente commençait également à couler le long de sa jambe, la rendant encore plus excitée.

Béla a projeté une image dans l'esprit de Jake de la façon dont tout ce sperme sur elle et coulant sur ses jambes l'affectait. Elle sentit sa queue tressauter en réponse. Puis il cracha beaucoup de choses merveilleusement collantes dans sa bouche, inondant sa bouche et sa gorge avec. Elle déglutit aussi vite qu'elle le put, mais ça sortait plus vite qu'elle ne pouvait avaler. Malgré tous ses efforts, certains coulèrent de son menton.

Jake se remit dans son jean, puis se pencha pour aider sa femme imbibée de sperme à se relever. Il la tenait à bout de bras, admirant le travail de ses compagnons humains.

"Tu es magnifique !" lui dit-il avec un grand sourire.

"Je me sens vraiment excité!" elle répondit.

Jake sourit et attira son corps collant contre le sien, appréciant l'humidité qui pénétrait dans sa chemise alors qu'il embrassait ses lèvres couvertes de sperme.

"Tu es la salope la plus merveilleuse du monde", lui dit-il, rompant leur baiser.

"Je suis ta salope, d'abord," répondit-elle en lui souriant. "Vas-tu me vendre maintenant ?"

Jake hocha la tête et ils se tournèrent tous les deux vers le bloc d'enchères. Toutes les quelques minutes, quelqu'un proposait de vendre sa femme ou sa partenaire sexuelle au plus offrant. Celui qui l'a achetée pouvait lui faire tout ce qu'il voulait pendant l'heure suivante, sauf la tuer ou la mutiler de façon permanente. Lorsque son propriétaire temporaire en a eu fini avec elle, elle a été soit renvoyée à son mari, soit aux enchères pour gagner plus de crédits pour la trésorerie du club.

Jake a livré sa femme au troc. L'homme a sorti un bloc-notes primitif et a commencé à écrire dessus avec un vrai crayon. Béla le fixa, ne se rappelant pas la dernière fois qu'elle avait vu un crayon – ou un stylo, d'ailleurs. Tout était électronique, maintenant.

Elle se leva, suivant ses instructions pendant que le troc la regardait. "Se pencher en avant." – « Soulevez votre robe. Merci." – « Laisse-moi sentir ton haleine.

Il fronça les sourcils, puis tendit la main et palpa le tissu de sa robe. "Hum. Très bien. Vous ferez bien. Approchez-vous ici, s'il vous plaît. Avez-vous signé votre formulaire ? »

"Oui, quand je suis arrivé," répondit Béla, "mais c'était pour la deuxième étape."

"Vraiment!" s'exclama le troc en la regardant de nouveau. « Je ne sais pas pourquoi vous voudriez cicatriser un corps magnifique comme le vôtre. Mais, chacun son goût, je suppose.

Il se détourna d'elle et sortit sur la plate-forme.

"Notre prochain article, le lot numéro vingt-cinq", a-t-il dit dans le micro. Puis, à Béla, il dit : « Avance sur le cercle éclairé, ma chérie.

Il a poursuivi dans le micro: "Elle a environ vingt-deux ans et un bonnet" B ". Son corps est parfaitement lisse et bien tonique. Pas de tatouages ​​ou de cicatrices visibles. Elle est littéralement couverte de sperme – dans ses cheveux, sa bouche, sur sa robe et entre ses jambes. Soulevez votre robe, ma chère.

Béla a soulevé sa jupe courte autour de sa taille et a balancé ses hanches d'un côté à l'autre. L'intérieur de ses cuisses et sa chatte nue brillaient de sperme à la lumière sur laquelle elle se tenait. Les spectateurs ont applaudi, sifflé et applaudi. Souriant à ses nouveaux fans, elle a laissé tomber sa robe. Plusieurs hommes l'ont huée pour cela.

"D'accord, messieurs", a déclaré le troc, rétablissant un semblant d'ordre.

Il regarda autour de lui dans la pièce. Plus loin de la plateforme d'enchères, il y avait des gens qui se baisaient par terre. De l'autre côté de la salle de conférence, un groupe d'hommes était encore en train de branler la fille blonde de Stage One. Mais plusieurs personnes, remarquant qui était sur la plate-forme d'enchères, venaient par ici, dans l'espoir d'enchérir sur la séduisante beauté brune qui y était exposée.

"Les enchères commenceront à cent crédits", a annoncé le troc. "Et elle n'enlèvera pas sa robe pour moins de deux mille."

Il lui sourit et lui fit un clin d'œil. Personne n'avait été vendu aux enchères pour plus de deux mille crédits ce soir.

"Cent", a dit quelqu'un. "Deux cent!" "Cinq!" "Sept cent!"

Les enchères ont continué. En une minute environ, il était à mille sept cents crédits. La prochaine enchère battrait le record de la vente aux enchères de ce soir.

« 1800 », cria Jake.

"Vous ne pouvez pas enchérir sur votre propre femme, monsieur", l'informa le troc.

"Dix-neuf!" cria quelqu'un près du fond.

Le troc a déclaré: «Nous avons mille neuf cents crédits pour cette magnifique salope couverte de sperme. Est-ce que quelqu'un en offrira deux mille pour lui enlever cette robe inconfortablement humide ? »

« 1950 ! » quelqu'un a appelé.

"1999!" cria quelqu'un d'autre.

Le troc regarda la foule, puis repéra qui avait lancé cette dernière enchère. « Cela ne vous dérange pas que je demande, monsieur, pourquoi vous n'avez pas simplement misé deux mille ?

"Parce que je veux la baiser pendant qu'elle porte encore cette robe !" cria-t-il en retour.

"Ouais!" cria quelqu'un d'autre.

"Et je ferai une offre 1999 pour l'avoir quand tu auras fini !" cria quelqu'un de plus proche.

Plusieurs autres ont également crié.

"Très bien, alors," annonça le troc, satisfait de l'action qu'il obtenait. « Nous clôturerons les enchères à mille neuf cent quatre-vingt-dix-neuf crédits. Passez à la barre de « partage », ma chère. Combien de preneurs avons-nous ?

Six ou sept hommes excités ont levé la main. Le troc tendit son récepteur. Alors que la clientèle enchérissante pressait ses unités manuelles, il appelait des numéros.

"Un-seize est clair, quarante-sept, deux-dix-neuf, deux vingt-six, un-dix-sept ?" il a regardé en haut. « Ah, mari et femme, je vois. Le vôtre est à moitié prix, ma chère. D'autres ?

Il tendit son récepteur. "Non? Très bien alors. Souhaitez-vous enchérir pour établir un ordre d'utilisation ? » Personne ne semblait vouloir payer plus. "Non? Ensuite, le lot numéro vingt-cinq est vendu pour - huit mille neuf cent quatre-vingt-quinze crédits. Les propriétaires peuvent récupérer leur marchandise à l'escalier. Vous pouvez démissionner maintenant, ma chère.

Béla a traversé la scène en saluant la foule. Ils l'ont applaudie. Alors qu'elle descendait, plusieurs personnes l'ont saluée.

« Vous êtes mes nouveaux maîtres ? demanda-t-elle joyeusement.

Béla savait que pour huit mille crédits, elle allait devoir donner une très bonne performance pendant environ une heure. Elle attendait avec impatience une soirée de pur excès sexuel, la polissant (espérons-le) avec la grosse bite de Jake dans le cul quand ils lui rendirent son corps bien utilisé. Il semblait que la deuxième étape allait devoir attendre le mois prochain.

Alors qu'elle était attachée et emmenée, elle a fait signe à son mari. Comme c'était lui qui l'avait vendue, il n'était pas autorisé à participer. Mais ses propriétaires étaient tenus de la lui rendre lorsqu'ils avaient fini de l'utiliser. Jake lui fit un signe de la main et lui envoya un baiser.

'S'amuser! Bon gang-bang ! »

Béla a été conduit dans un salon qui a été bouclé pour un usage privé. Elle se demandait si ce groupe excité avait des attentes particulières. Elle pouvait voir dans leur esprit que deux étaient simplement hypnotisés par son apparence. Elle avait l'air si incroyablement baisable qu'ils n'avaient qu'à enchérir sur elle. Ils voulaient tous la baiser, même la fille. Elle voulait que son mari baise Béla pendant qu'elle était assise sur le visage de Béla, tournée pour qu'elle puisse embrasser son mari pendant qu'il jouait avec ses seins.

Une chose qu'ils avaient tous en commun - ils voulaient qu'elle laisse sa robe imbibée de sperme. Ils prévoyaient d'en ajouter beaucoup plus.

« Foule facile », pensa Béla.

Elle danserait pour eux, jouerait peut-être avec elle-même, les rendrait bons et excités (et elle-même aussi), puis leur foutrait la cervelle.

'Bon plan!'

"Pingouin!" Béla gargouilla alors que la chaîne de son col était attachée à un anneau au sol. La chaîne était trop courte pour lui permettre de rester debout. Elle regarda la personne qui l'avait attachée, puis tomba à genoux, sachant que c'était ce qu'on attendait d'elle.

"C'est une bonne esclave", a déclaré l'un d'eux, remarquant la rapidité de sa réponse à la courte chaîne.

'Et mince! Ils veulent juste des pipes ! Pas de plaisir pour moi… '

"Pourquoi êtes-vous tous couverts de sperme?" demanda celui qui l'avait enchaînée.

Béla regarda dans son esprit. Il s'appelait David. C'était un dominant, comme son mari, seulement plus méchant. Elle n'aimait pas la façon dont son esprit fonctionnait. Il la voulait pour lui et a prévu quelque chose pour que les autres ne la trouvent plus désirable.

"Les hommes se sont branlés sur moi, Maître", elle savait comment se comporter en soumise. « Et puis ils m'ont baisé. Maître."

« Et qu'est-ce que tu vas faire pour nous ce soir, esclave ? Il a demandé.

« Je suis à votre disposition, Maître », dit Béla, sachant exactement où il la conduisait.

Elle a commencé à se concentrer sur sa bite, suivant ses nerfs et divers vaisseaux jusqu'à son aine, cherchant quelque chose qu'elle pourrait utiliser pour désactiver le bâtard sans en être blâmée.

"C'est vrai, petite salope," lui grogna-t-il. "Vous êtes à ma disposition."

Il a sorti sa bite et a ordonné: "Suce ça!"

Les autres, moins énergiques et quelque peu effrayés par lui, décidèrent d'attendre leur tour avec elle.

"Bonne salope !" David l'a complétée alors qu'elle le suçait fort. Béla a trouvé ce qu'elle cherchait - une petite pierre dans sa vessie. Il était assez petit pour qu'il passe sans préavis. Il y avait aussi d'autres cellules semi-solides flottant dans sa vessie. Elle les a rassemblés avec son esprit, ajoutant leur petite masse à la pierre. En moins d'une minute, elle avait une pierre assez importante qui lui causerait une douleur atroce s'il poursuivait son plan de la ruiner pour ses autres maîtres.

"Tu es bon pour ma disposition, salope!" lui gronda-t-il. "Et c'est comme ça que je vais vous utiliser - comme une unité d'élimination!"

Béla recula alors que David commençait à pisser dans sa bouche. Il attrapa ses cheveux alors qu'elle se déplaçait sur le côté pour s'écarter de son chemin. Puis il s'est plié en deux de douleur lorsque l'énorme pierre est entrée dans son pénis et a commencé son voyage vers l'extérieur, bloquant le flux d'urine.

David se roulait sur le sol, tenant sa bite et criant. Béla tirait sur sa chaîne, agissant terrifié et essayant de s'écarter de son chemin alors qu'il essayait à plusieurs reprises de lui donner des coups de pied.

"Médical!" Béla hurla à tue-tête.

En raison du type de club, il y avait toujours une douzaine de médecins sur place. L'un d'eux se précipita dans la pièce presque immédiatement.

"Qu'est-il arrivé?" cria-t-il, essayant de se faire entendre par-dessus l'homme hurlant au milieu de la pièce.

"Chienne! Elle m'a mordu !" il cria.

Il a essayé de lui donner un nouveau coup de pied. Béla secoua la tête en signe de déni, tirant toujours sur la chaîne et essayant de s'éloigner de ses pieds qui donnaient des coups de pied.

"Je ne l'ai pas fait!" elle a pleuré. « Je ne sais pas ce qui ne va pas avec lui ! Il a essayé de me pisser dessus ! Je n'ai rien fait !"

Le médecin a sorti son pistolet à aiguille, équipement standard ici, et a bourré David de tranquillisants – les mêmes trucs dont quelqu'un avait bourré la fille blonde après sa performance avec les bougies. Après quelques secondes, David se rallongea, beaucoup plus détendu, mais toujours tremblant et couvert de sueur.

Le médecin a sorti un scanner et a commencé à enregistrer l'état de David, en commençant par sa bite. Il n'avait pas besoin d'aller très loin.

"Il a un blocage", a annoncé le médecin. "On dirait un calcul rénal. Je suis surpris que quelque chose de cette taille soit allé si loin. Habituellement, s'il peut pénétrer dans la vessie, il peut en ressortir. Le tube de « sortie » est beaucoup plus grand. »

"C'est ça qui ne va pas chez lui ?" demanda Béla, la voix tremblante alors qu'elle jouait toujours la victime innocente.

"Oui," répondit le médecin. Il leva les yeux vers deux machinistes qui avaient entendu l'homme crier et venir l'aider. « Mettez-le dans le camion avec la fille Olsen. Dès que la prochaine représentation sera terminée, nous les emmènerons tous en un seul voyage.

« La prochaine représentation ? » demande Béla.

Elle regarda dans l'esprit du médecin. Il voulait dire la deuxième étape. Chaque mois, lorsque le SAM Club se réunissait, son unité emmenait généralement une, et parfois deux, victimes de mutilations auto-infligées à l'hôpital. Cette fois, maintenant qu'il en avait déjà deux, il en attendait une de plus à cause de la présentation spéciale, la reconstitution d'une célèbre scène de Star Trek où le commandant romulien de l'Enterprise interroge un officier Klingon. La fille à priser qui jouait l'officier klingon dans la version originale de Tri-d est décédée plus tard des suites de ses blessures, donnant à la production beaucoup plus de notoriété.

Les machinistes ont transporté le pauvre David sur une gigogne flottante.

« Nous devrions recommencer notre heure », suggéra Béla aux autres.

Cependant, personne n'était excité maintenant. Les deux autres hommes ont libéré Béla de ses obligations d'esclave vendue aux enchères jusqu'au mois suivant, ou plus tard ce soir, s'ils se rencontraient à nouveau. L'homme qui était là avec sa femme a invité Béla et son mari chez eux pour un dîner et une soirée de divertissement. Béla, comme leur esclave, accepta gracieusement. Cela ne la dérangeait pas de sortir dîner. Ce n'est pas elle qui fera le ménage après. Et elle soupçonnait qu'elle devait être le divertissement.

Le couple a rendu Béla à son mari dans la salle d'attente. Jake se leva, remarquant que Béla n'avait pas l'air très différente d'il y a quinze minutes.

"Salut, Hon," dit Jake en la serrant dans ses bras. "Qu'est-il arrivé au gang-bang?"

"Ça a fait faillite", lui a-t-elle dit. "Un gars a essayé de tout gâcher pour les autres en me pissant dessus."

« Vous l'avez mis à l'hôpital ? demanda Jake, sachant ce qu'elle ressentait à ce sujet.

Béla hocha la tête. ‘Damned right I did!’

“These are my auction owners,” Béla said, introducing the pair behind her. “This is Nick, and this is Nova. Compton, is it?”

Nova nodded.

“In order to fulfill my obligation as an auction slave, they want to invite us for dinner,” she told him.

“Sounds like fun,” Jake said, smiling. “That way, she can spend more than the requisite hour with you.”

“Yeah,” Béla agreed. “But, with this arrangement, you get Nova.”

“You both get me,” Nova offered. “I still want to make love to you, Betty.”

“Béla,” Béla corrected her, smiling. “If you forget again, just yell, ‘Hey, slut!’ I’ll know you mean me!”

They all laughed.

People began to move toward the stage again.

“The next performance must be beginning,” Nick said.

“Oh, good,” Nova said, grinning and pushing her husband toward the stage. “It’s supposed to be really gruesome.”

“They’re hungry for some blood, aren’t they?” Jake asked.

“Yeah, so long as it’s not theirs,” Béla agreed. “You ever watch Star Trek?”

“No, not since they killed off Captain Janeway,” Jake told her. “That was about seventy, maybe eighty years ago… something like that.”

“You liked her?” Béla wanted to know.

“Not especially,” Jake admitted. “It was the way they did it. The Klingon High Command condemned her to death and had her burned at the stake for treason.”

“Ugh!” Béla said. “I’m glad they’re not reenacting that scene tonight.”

“What scene are they reenacting?” Jake asked.

“Some torture scene where some commander interrogates a Klingon,” Béla told him.

“The one where Captain Conway tortures Commander Worf’s granddaughter?” Jake asked, incredulous. “The girl who played Sharla died! For real!”

“I thought you didn’t watch Star Trek anymore,” Béla said.

They were crowding up to the front of the stage, now.

“I don’t,” Jake admitted. “But everybody saw that episode. It was on the Kelly Thompson News Hour!”

“Who?” Béla asked.

“Never mind,” Jake said. “You weren’t here, then. That was about ten years ago.”

“Sorry,” Béla apologized. “I got back as soon as I could. The Praetor held me captive inside it for most of the time I was gone.”

“Why did it do that?” Il a demandé.

“I don’t know,” Béla said. “I think it believed it was protecting me, or something. It was also using my life force for battery backup.”

The lights dimmed, then came back up.

“Uh-oh,” Nick, standing nearby, said. “Somebody chickened out.”

A man came onstage. It was the same guy who had auctioned her off, earlier.

“I’m sorry, gentlemen, and ladies,” he announced, “but the winner of our Stage Two Lottery has declined to play her role tonight. We are asking for a volunteer to take her place.”

He looked directly at Béla.

‘We want you!’

Béla laughed, hearing his thought.

‘How do you know I’ll do it?’ she dared to think into his head.

“Are you up for a real challenge?” he asked her, out loud.

People looked around to see who the announcer was talking to.

“Go for it and I’ll fuck you blind afterwards,” Jake whispered in her ear. “But you have to leave the spikes in while I do it.”

“Spikes? Christ! Do you think I’m crazy?” Béla hoarsely whispered over her shoulder.

“I know you are,” Jake told her. “Crazy about sex, crazy about being mutilated. Just be careful when they put that hook in your…”

“Mrs. Pestova,” the announcer said, interrupting their loudly whispered conversation. “Are you volunteering?”

“Um, it doesn’t involve decapitation, does it?” she asked him, feigning nervousness to cover up how horny she was right this instant.

“No, Mrs. Pestova, it doesn’t,” he promised. “Please come this way.”

The crowd broke into a smattering of cheers and applause as Béla climbed up on the stage and followed the announcer, her heels clopping loudly on the hardwood stage floor.

Jake heard Nova disgustedly complaining to her husband. “Oh, fuck! There goes next week’s dinner plans!”

“Maybe not,” Nick replied. “If she’s still alive after the performance, they’ll put her on display. She probably won’t live long anyway, so maybe they’ll let us have her after that. She still owes us an hour, and club policy insists that members are indebted for any monies earned for the club…”

Chapter 10 ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

“Who’s next on the agenda,” the goddess Elaine asked the court assistant.

“Mr. Jake Hedron, Goddess,” the man replied.

The Golden Goddess sighed. This was his fourth petition to retrieve his wife from exile on Earth. She’d been exiled several months ago for treason against her husband’s family, causing the deaths of everyone in his family and two of Elaine’s immortal sisters.

“Show him in,” she said quietly.

She never turned anyone away, even a worthless pest like Hedron who, instead of going to university and learning a useful trade (security not being a viable trade in New Eden), spent his time sorting through and cataloging the records that the librarian Sabrina had spent half her life downloading from the last remaining Praetor.

“Thank you for seeing me, Goddess,” Jake said, as he was admitted into the temple court.

Elaine noticed that he walked crouched over, although his physical fitness was still that of a twenty-year-old human. She knew what pain caused him to walk that way, but was still unwilling to change her mind about his exiled wife. As her primary accuser, only the goddess Elaine could make the request to terminate the woman’s exile and she had no intention of doing so.

“What is it this time, Master Hedron?” Elaine asked tiredly, already knowing the answer.

She called him ‘Master’ because he was working in the records department at university. He spent most of his time trying to find a historical precedence that would free his wife, but he was also putting university’s historical records in order, so perhaps he had some use, after all.

“I’ve come across an entry that describes the beginning of the university Praetor’s usage. It seems that Béla actually destroyed the previous Praetor because of some misunderstanding of its intentions regarding her continued survival.”

Elaine frowned at the human who dared to use her dead sister’s name, but honored her decision to hear him out, despite the fact that she wanted nothing more than to teleport him onto the outer surface of the little hollow moon they occupied.

“Continue,” she commanded.

“Um, thank you, Goddess,” Jake murmured nervously. “It seems that a Praetor is capable of recharging itself using the, um, ‘souls’, if I may use that word, of the people it comes into intimate contact with.”

“Yes?” Elaine asked. “And your point, Good Sir?”

“There is a Praetor still on earth,” he said, knowing he wasn’t telling her anything she didn’t already know. “If Tabatha could be guided so that she could find that Praetor, perhaps she could…”

“The Praetor’s location on earth is unknown,” the Golden Goddess declared, seeing where his logic was going. “It was hidden from prying minds by my deceased sister, whose ‘life force’ remains undetected, as well.”

“So Tabatha’s life is to be wasted to pay for something she didn’t know she was doing?” Jake cried out. “It was my family that died! I should have some say in what happens to her!” Elaine looked down at him in pity. It always came down to the same argument. “She's all I have left.”

“Your request is refused, whatever it would be, Master Hedron. No one knows where the Praetor on earth is, so whatever new scheme you’ve hatched to rescue your wife is, by this fact alone, thwarted,” Elaine said quietly. “Aaron, please show Master Hedron out.

“And Aaron?” The court assistant turned toward her. “No more petitioners today.”

Elaine stepped down off her seat. She wasn’t enjoying her job any more. She hadn’t enjoyed much of anything since her sister was drugged and murdered, two centuries ago.

The worst part of it, now – the part about living on, anyway – was the indeterminable waiting for a tiny ball of fire eight hundred million kilometers away to burst. No one was certain if New Eden was far enough away to be protected by Jupiter’s mass when the big event finally occurred. No one was certain that even massive Jupiter, itself, would survive the incredible assault of energy the sun would release when it went nova.

‘What if it’s all a waste,’ Elaine thought as she walked toward the goddess’ mansion.

She imagined some lizard-like child (the only alien race she’d ever met) pointing up at the night sky at the pretty new star, not realizing that the bright light that so enamoured him announced the demise of two intelligent species.

‘Is that what all our endeavors boil down to?’ she lamented. ‘A bright light in some alien child’s eye?’

She entered the mansion through the front door. That in itself was unusual, for the Golden Goddess usually flew directly to the balcony entrance of her quarters. Their quarters – she and Jacob, her life-mate.

He met her at the door, Jacob did, surprising the goddess with his infectious grin and lightening her mood, as always.

“You always know where I am, don’t you,” Elaine said, stretching up to kiss him.

It wasn’t a question as much as an acknowledgement of his devotion to her. He didn’t answer. He just kissed her.

“What do I smell?” she asked, brightening up even more.

Jacob, Elaine discovered early in their relationship, could cook. So when Chef passed away, several years after she’d officially made Jacob her lifemate, Jacob took over the cooking for everyone in the mansion.

“Come and find out,” he replied, then led her into the dining hall.

Dinner was a meat loaf made from lamb, pureed rice, mushrooms, onions and yesterday’s bread (sun dried and crumbled, then mixed in with pureed tomato) and eggs. It was lightly spiced with salt, pepper, dried garlic and ginger. Potatoes pureed with cream and chives, then spiced with pepper, paprika and garlic accompanied the lamb loaf. Everyone thought it was wonderful. Elaine thought it was another of Jacob’s wonderful sausage dishes he often served. In fact, the lamb loaf was called ‘sausage’ loaf.

Shortly after Jacob took over the cooking for the mansion, he decided to wean Elaine off sausage. To him, sausage was the most unhealthy, grease-laden non-meat that had ever been invented by mankind. After experimenting around for several years, he discovered a combination of lamb, rice and mushrooms that he could make taste just like sausage, right down to the texture. By adding a small amount of bacon fat, even Elaine couldn’t tell the difference.

So, Jacob very covertly began to replace the sausage that Elaine craved in her diet with lamb, rice and mushrooms. In less than a year, she was unknowingly weaned off sausage completely. Over the next few years, he gradually cut down on the amount of grease, also. Now, Elaine could have all the sausage dishes she desired (and he had taken the time to learn sixty different ways to prepare it for her), and she and the rest of the household were eating healthy.

In addition, to protect the recipes that he kept in his head, he asked Elaine’s sister, Dawn, to show him how to shield those images in his mind so that none of the other telepathic goddesses could raid his mind and serve his gourmet dishes in their own districts. In addition, the shield protected him from Elaine ever finding out she wasn’t eating sausage.

Jacob normally didn’t prepare desserts with starch-heavy meals like the one they’d just eaten, so, after the main course, Elaine and Jacob retired upstairs while the servants cleaned up.

“Play for me?” Elaine asked, smiling at him.

“Of course, My Queen,” Jacob grinned back at her.

He recalled when he met her. The goddess had come to him in the middle of his sleep period. They’d made love for hours and hours. Then he’d played his pipe for her. After mere minutes of pouring his heart out to her on his pipe, Elaine knew she was in love.

His current pipe was an instrument he was proud of. It was the fourth one he’d carved; each one more exquisite and intricate than the previous one as he learned more about the instrument. This one was capable of producing two tones at once from the same mouthpiece. He’d even written several compositions specifically for this instrument, although it was the only one of its kind in existence.

~~~~~

Jake Hedron had returned to university after his abrupt dismissal from the temple audience chamber. It had been more that three months now since his wife, Tabatha was taken from him and, in a trial lasting less than an hour, sentenced to exile on a barren, baked Earth. The justices had immediately surrounded her and teleported her there after stripping her of her powers. He hadn’t even been allowed to say goodbye to her.

Since that day, Jake had relentlessly spent every free moment learning as much as he could about the justice system, the powers of the goddesses, previous judgements; anything he could use in an attempt to free his wife. Today was the first time he’d tried subterfuge, attempting to create a situation where his wife would have access to a Praetor, the ultimate lawgiver in this society.

He knew that if Tabatha could access a Praetor, she could possibly convince it to retry her case, if she were even still alive, that is. Earth today was a dry, dead, radioactive wasteland with limited plant and insect life. Tabatha was fit, strong-willed and resourceful. But she was a city girl, and… Three months of scrounging for food and water? Jake doubted that even he could survive those conditions.

He spent the next six hours researching Béla’s trial where she’d murdered a landowner and taken over his estates. He didn’t find anything he could use, but now he understood why she had been given the freedom to govern herself free of any impediments.

Exhausted from his efforts, and heartsick that he may never see Tabatha again, he staggered to his cot in the dormitory. That night, for the first time, she came to him in his dreams.

He woke up. There was someone sitting on the cot, tipping the thin mattress at an odd angle. Sitting up in the darkness, he could see a silhouette. There was a female sitting on the bed with him.

“Jake?” she asked, seeming as surprised to see him as he was to see her.

“Tabatha?” he asked, incredulous. “How? When did you get back? I petitioned at the temple again today and the goddess didn’t mention your return.”

“I’m…” Tabatha began.

Then Jake was hugging her – almost crushing her against him, sobbing his relief that she still lived and she was with him, again.

“I’m still on earth, darling,” Tabatha told him when he let her breathe again. “The Praetor taught me how to dream-walk so I could visit you.”

“I’m dreaming this?” Jake asked, his elation crashing down as fast as it had risen.

“Yes,” Tabatha said quietly. “And so am I!”

She reached forward to kiss him again.

“Oh, God! I’ve missed you so!” Jake exclaimed ardently.

He pulled her down with him on the cot. She responded, kissing him warmly and wrapping her arms tightly around him. Then Jake noticed how thin she was. She was thinner now than she was immediately after she’d teleported them both into this horrid future they were trapped in.

Tabatha, her empathic abilities working now that she wasn’t in her body, noticed his worry immediately.

“There’s food and water here,” she said, hoping to ease his mind. “The sun’s really hot and it burns me every day, but I heal at night, and the sky is really beautiful. The Northern Lights cover the entire night sky and are so bright you can only see the most brilliant stars behind them.”

“You’ve found food and water?” Jake asked, “and the Praetor, too? How did you manage all that?”

Tabatha opened her mind to him, letting him see some of the less traumatic ordeals she’d gone through in the last week or so. She didn’t let him see earlier than that – she didn’t want him to know how she’d managed to survive from day to day by eating bugs and drinking mud until she’d finally found that food cache.

She let him see that, for the last hour or so before she came to visit him in his sleep, she and the Praetor had practiced her dream-walking to teleport things she needed to survive without triggering the image detector placed in her skull by the justices.

The first thing she’d dream-walked back to Béla’s ruined house was tomorrow’s menu from the food cache she’d discovered in Somerville. Then she’d searched, still dream-walking, for containers to hold water and dream-walked them to her little stream near the Washington Street Bridge. Once she had both food and water and was settled into Béla’s roofless ruins, she dream-walked to New Eden to visit Jake, feeling much happier than she believed she would ever feel again.

“So, here I am,” Tabatha cheerfully concluded her visual update.

Jake couldn’t believe how upbeat she sounded, especially since he had spent the last three months in the deepest depression imaginable.

“You are so incredible!” he exclaimed, radiating pure joy at her seeming well-being. He hugged her to him again. “But you’re so skinny! You never got a chance to fill out after you brought us here.”

“It took a long time to find food here,” Tabatha admitted. “Most of the food, even canned goods, is so irradiated by the sun that it’s spoiled. And Massachusetts is so dry, now. There used to be hundred of rivers and lakes. And millions of trees. They’re all gone – dried up. Most of the trees are gone, too. I think maybe insects ate them.”

“Insects?” Jake said, suddenly worrying again. “What kind of insects eat entire trees?”

“Oh, termites, ants,” Tabatha replied. “This planet’s been dead a long time. It probably took them a long time to eat all the trees.”

“So you’re doing all right?” Jake asked, wanting her to lie, if necessary, to ease his mind.

She could see that, too. She also saw that it embarrassed him to believe that he was that callous. She smiled at him in the darkness.

“It’s lonely,” Tabatha said, her quiet voice belying the desolate emotion behind her words. “I would have died for someone to talk to.”

She hugged him tighter, opening her mind further to let him know how wonderful she felt stretched out against him, molding her body against his from her head to her toes.

She withheld the fact that she really hadn’t missed him. She had been too busy, trying to survive in that forsaken wasteland the justices had dropped her into, to spend all her emotional energy grieving because her husband wasn’t sharing her terrible fate. Her mind simply didn’t work that way.

She was extremely glad that he wasn’t with her in this horrible, desolate place. It surprised her to realize that she could live without Jake, but she would rather be without him than have him trapped on Earth with her. But, if given a different choice, it was much more wonderful to be with him than to be alone, even if she could only be with him in her dreams.

Jake’s body responded to the pleasure she radiated though him, quickly reminding him that he hadn’t made love to her for three long, lonely months. He began caressing Tabatha’s back and shoulders and discovered she was covered with incrusted dirt.

“It helps keep the sun from burning too badly,” she explained when he asked her. “And it keeps bugs off at night when I’m sleeping.”

“Why don’t you sleep during the day?” he asked her.

“You try sleeping when the temperature is over a hundred every day,” she replied. “I’ve passed out from the heat, but that’s not sleeping. Besides, the bugs don’t come out during the day.”

“Bugs come out at night?” he asked, wondering what she meant.

Tabatha shuddered, unintentionally broadcasting images of waking up to swarms of tiny, red ants covering her body and trying to eat her alive. She could regenerate as fast as they tore their tiny chunks of flesh off her, and actually found the sensation of being eaten alive somewhat erotic, minute though their little mandibles were.

“That’s the vampire blood in you, darling,” Jake explained, smiling.

He remembered a confession she’d made to him after her first field operation at Tomlin Security. She’d hesitated and almost gotten herself killed just to see what it felt like to be blown up.

“You probably like the sun burning your skin, too,” he added, rubbing some more crumbling dirt off her arms. “In fact, I believe that you enjoy everything that’s been happening to you!”

Tabatha thought for a moment. “You’re right, I think. I never really thought about it. I really don’t mind being here. It’s lonely, and before I found the Praetor, I nearly starved to death.

“But I didn’t mind any of it!” she exclaimed, surprising herself with the realization. “I’m experiencing life at its most extreme. I’m actually happy here!”

“And you can visit me at night,” Jake added, smiling at her.

He didn’t really know if she was telling the truth, or just trying to relieve his anxiety. Perhaps it was some of each.

“But if I’m happy where I am,” teased Tabatha, “why do I need to visit you?”

She moved her hips slightly, letting his growing hard-on slip into the space between her legs, then squeezed her legs together, trapping his beautiful cock between them.

“Oh! Now I remember why…”

Jake laughed and kissed her again. She returned his kiss, gently moving her pelvis back and forth, dry-humping his hard-on. She moaned into his mouth after a few minutes of passionate kissing and rubbing. Jake noticed that his dick was moist, now. He realized she must have already had an orgasm. He found it odd that she hadn’t shared it with him.

“Sorry,” she said. “I was imagining us back home. We’ll probably never get back, will we?”

She sighed, seeming a little depressed.

Jake positioned himself so that he could shove his cock inside her. Gently, he pushed forward. Tabatha opened her eyes for a moment as she realized what he was doing, then smiled at him and closed her eyes again. She opened her mind to him, letting him know how good he felt inside, stretching her where she hadn’t been stretched for a long time.

As he pushed farther in, she moaned and gently arched her back, radiating her pleasure from the small release she’d just had. Jake realized that, physically, she was exhausted from just trying to stay alive. Any orgasms she had tonight were not going to be mindbenders, despite their long separation.

He held her tightly against him, loving how her soft and warm, but very dirty body felt against his as he moved slowly in and out of her. He raised her head and let her rest her cheek on his so she could breathe more easily. It was also easier to kiss her sexy neck in that position.

She still smelled like Tabatha, but he could detect the strong odor of stress. It was an older scent, not the one she was emitting now, but she had been stressed recently; in the past day or so, anyway.

Tabatha was responding to his movements, now, moving her pelvis toward him so that he could get deeper with each thrust. She was also getting wetter down there. What she was radiating seemed to be a nice, long, constant, low-level but very pleasant orgasm.

After a few more moments, Jake began thrusting faster, feeling his own orgasm approaching. Tabatha picked up her pace; her constant, low-level sensations quickly building up into a crescendo of explosive, orgasmic satiation. Her pussy erupted in orgasm, sending waves of ecstasy throughout her body. They radiated on out into Jake’s body as well. Jake’s cock exploded into her soaked pussy, adding his juices to hers and radiating his orgasm back through her.

They came down from their ecstatic heights slowly, holding each other tightly and just feeling each other breathe. Tabatha moaned and moved her head back to look at him. She put one hand on his cheek and smiled at him.

“I love…” she faded.

Jake cried out in anguish as his arm dropped through her fading body. His emotions crashed from complete sensual ecstasy to complete and total misery in just the few seconds it took for Tabatha to fade completely away. He cried out his misery to the empty room, twisting and turning in his sleep as the dream faded away. Then he relaxed into a deeper and more restful sleep than any he’d had since the justices had stolen her away from him.

~~~~~

Elaine lay awake in her life-mate’s arms. Jacob had played for her, then he’d shown her a new set of pipes he was making. One side of the dual-bodied pipes was much smaller than the other. When he’d shown her how it would sound, it made a high, delightful peeping sound, rather than the soft, low, melodious sound of the larger and wider pipes he’d made.

Then they had laughingly, lovingly, had sex together. Even after two hundred years, she st

Articles similaires

Nurse Mom - Chapitre 9 - Maman se joint à tante Pam

J'ai tourné la tête pour voir maman assise dans le fauteuil dans le coin. Pam a tourné la tête et s'est figée quand elle a vu maman là, complètement nue et se touchant. Maman avait un grand sourire sur le visage et a dit qu'elle ne pouvait tout simplement pas s'en empêcher alors qu'elle continuait à passer ses doigts sur son chaton. Pam a commencé à paniquer et a essayé de se lever de moi, mais j'ai tenu une prise ferme sur ses larges hanches et je l'ai juste maintenue au sol, plantée sur ma bite. Elle ne pouvait pas dire...

1.2K Des vues

Likes 0

CRAIGSLIST SEXE

C'est ma première histoire alors dis-moi ce que je devrais faire mieux la prochaine fois !! C'est aussi une histoire vraie j'espère qu'elle vous plaira !! Quand j'avais 18 ans, j'étais vraiment dans le placard. Personne dans mon école ne savait que j'étais bisexuelle et le fait que toute la journée je rêverais et fantasmerais d'avoir une bite dans la bouche. Avant de vous parler de l'histoire, laissez-moi vous parler un peu de moi-même. J'ai 18 ans 5'7 140 et je suis en forme athlétique étant donné que j'ai lutté; mais c'est une histoire pour une autre fois ;). J'ai aussi...

926 Des vues

Likes 0

Rêve d'anniversaire

Bonne nuit, les enfants, et merci encore pour les super cadeaux. D'accord, maman... et nous pouvons dire que tu vieillis puisque tu vas te coucher si tôt. Je ne suis pas vieux, gamins... Je viens de passer une très longue journée et j'ai besoin de dormir. Bien sûr, maman, quoi que tu dises et vos enfants éclatent de rire alors que vous quittez le salon et retournez dans votre chambre. Vous fermez et verrouillez la porte derrière vous, puis vous vous déshabillez. Une douche rapide, pensez-vous, et vous partirez pour un sommeil bien mérité. Vous souriez à vous-même en pensant au...

935 Des vues

Likes 0

Ma femme Maryanne - Ch. 3

Maryanne et moi, et parfois avec notre ami John, avons continué semaine après semaine avec notre jeu de Maryanne porte sa tenue sexy et nous visitons un bar local. En fait, nous sommes restés loin des bars trop proches de chez nous et de ceux où nous risquons de croiser l'un de mes collègues. Je ne sais pas comment je pourrais affronter des gens avec qui j'ai travaillé en découvrant notre petit secret. Je suis sûr que si nous étions découverts, le mot se répandrait dans tout le lieu de travail et que tout avenir possible avec l'entreprise serait terminé. Cependant...

914 Des vues

Likes 0

Sucer et avaler_(1)

Cela faisait longtemps que je pensais à ça, qu'est-ce que ça ferait de sucer un mec ? Qu'est-ce que ça ferait d'avoir une vraie bite qui glisse dans mon cul ? J'ai 39 ans et je suis marié et je n'ai jamais eu cette démangeaison correctement grattée. Bien sûr, ma femme a utilisé des sangles, mais cela ne s'est jamais senti tout à fait bien. Je devais le découvrir alors j'ai commencé mes recherches sur les branchements locaux pour les hommes. Finalement, j'ai trouvé un gars qui était Bi-Curieux et vivait sur place, pour sa vie privée, nous l'appellerons David. David...

897 Des vues

Likes 0

Les invités

Nous gérions le B&B depuis quelques années - nous louions simplement le grenier qui était assez autonome. Cela a rapporté un peu d'argent supplémentaire. Avant de commencer, j'étais tout à fait contre, mais lorsque les invités ont déclaré venir, je m'y suis habitué et j'ai commencé à en profiter un peu. Un vrai mélange de personnes. Parfois, l'un d'entre eux attirait mon attention et je fantasmais souvent sur eux en train de baiser dans la pièce au-dessus de notre chambre ou dans une autre aventure sexuelle. Ce week-end, nous avons eu un couple de Hollande. La femme et les enfants étaient...

963 Des vues

Likes 0

Je dois être le gars le plus chanceux du monde,

Je dois être l'un des gars les plus chanceux du monde. J'ai un super mariage de trois ans avec l'une des salopes les plus sexy du monde et j'adore ça. Je m'appelle Paul et ma femme est Marie. J'ai 30 ans et je mesure 6'2 et pèse 185 #. J'ai une bite qui attire beaucoup d'attention. Elle mesure 8 et est épaisse et dure comme de la pierre. Je peux baiser pendant une demi-heure avant de décharger tellement de sperme qu'aucune chatte n'a encore été capable de tout retenir. Mary est un vrai coup de grâce avec un beau visage et...

53 Des vues

Likes 0

La femme veut un autre bébé (1)

Ceci est une histoire fictive impliquant ma femme et son beau-père Ma femme Nicole et moi sommes mariés depuis 7 ans et avons trois merveilleux enfants. Nous vivons dans une petite ville et la plupart des gens ici sont des amis proches et beaucoup de famille. Lorsque notre premier fils est né, on lui a diagnostiqué un syndrome et c'est à ce moment-là que nous avons découvert que nous étions tous les deux porteurs d'un gène. Après que notre deuxième fils ait été diagnostiqué avec le syndrome, il a décidé que je devrais subir une vasectomie pour empêcher que d'autres enfants...

964 Des vues

Likes 0

Chien porte-bonheur Ch5: Achever Tammy

Chien porte-bonheur Ch5: Achever Tammy Tammy est sortie de sa salle de bain enveloppée dans une serviette. Elle avait essuyé la plupart du sang et du sperme de son corps. Elle avait perdu son jeu préféré. Elle allait juste devoir baiser le premier gars qu'elle rencontrait et rester avec lui pendant un moment. Peut-être qu'elle suivrait les conseils de son amie et trouverait un six pouces fiable. Elle était assise sur une chaise dans la cuisine avec un verre de lait devant elle. Le chien avait été rude et brutal, mais elle pensait que c'était quelque chose qu'elle aimerait chez un...

950 Des vues

Likes 0

Fantaisie réalisée

FANTAISIE RÉALISÉE Elle souffrait. Elle l'a mérité. Elle avait été folle, ses désirs avaient brouillé son bon sens et l'avaient amenée à agir de manière impulsive. Elle l'avait rencontré en ligne et même si dès le début son instinct lui avait dit qu'il pouvait être dangereux mais quand il a décrit comment il l'utiliserait, il a excité son désir masochiste et elle n'a pas pu résister à la tentation. Alors elle était allée là où il le lui avait dit, puis elle avait fait ce qu'il lui avait dit de faire. « Lorsque vous y arriverez, vous verrez une camionnette noire...

941 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.