Affaires, partie 3

210Report
Affaires, partie 3

Il resta là, au-dessus des filles en sanglots, pendant un moment, laissant les muscles spasmants de son trou du cul le traire jusqu'au bout. Même s'il luttait pour reprendre son souffle, ses mains étaient toujours partout sur sa petite silhouette, prenant et pétrissant ses petits seins, explorant les plis de sa chatte maintenant humide.
Elle ne luttait plus, mais restait là, vaincue, hurlant de tout son petit cœur, des larmes coulant sur le visage de l'autre fille. Au bout d'un moment, il appuya ses mains contre son dos et commença à se retirer lentement, tirant également sur ses cris de douleur.
"Oh, arrête de pleurnicher !" » claqua-t-il en faisant sortir la tête, l'attrapa par les cheveux et la redressa brusquement. La faisant se retourner sur ses genoux, il pressa le bout de sa bite enduite de sang contre sa bouche tremblante.
"Ouvrir." ordonna-t-il en appuyant plus fort,
"Et tu te souviens de ce que j'ai dit à propos de ces dents." La fille semblait se briser intérieurement et se relâchait simplement. Elle s'appuya contre sa main, les yeux révulsés à l'arrière de la tête. Il la laissa tomber avec un bruit de dégoût, la laissant tomber sur l'autre fille comme un crucifix complètement foutu.
La pièce était silencieuse alors qu'il se tenait là, observant les trois adolescents restés conscients et attachés. Les yeux immenses sur leurs visages, les lèvres tremblantes, les larmes coulaient sur leurs joues alors qu'ils essayaient désespérément d'étouffer leurs cris d'horreur. Il favorisa les brunes avec un grand sourire et dit :
"Eh bien les filles, je vais aller me doucher et manger quelque chose. Ce genre d'exercice demande beaucoup à un homme ! Vous, mes chéris, restez sur place et je serai de retour pour vous !" Il s'avança et déposa un gros baiser mouillé sur la joue de l'une des brunes, qui tressaillit et grimaça. Il fit semblant de ne pas le remarquer, ramassa son pantalon et partit en verrouillant la porte derrière lui.
Il resta devant la porte pendant une minute, comptant à rebours à partir de dix. Lorsqu’il en atteignit un, les cris commencèrent.
"AIDEZ QUELQU'UN, S'IL VOUS PLAIT, AIDEZ-NOUS À ÊTRE LIÉS PAR UN HOMME FOU!" Il rit, secoua la tête et continua son chemin dans le couloir. Il n'y avait personne à des kilomètres à la ronde et ils étaient trop loin de la route principale pour qu'un passant puisse les entendre. Laissez-les crier de tout leur petit cœur.
Après une douche rafraîchissante, un énorme steak et trois portions de purée de pommes de terre, Randal se sentait comme un nouvel homme. Il a décidé de ne pas prendre la peine de s'habiller pour rendre visite aux filles, les vêtements ne gênaient que lors d'une bonne lutte - en plus, il appréciait la façon effrayante dont elles regardaient sa grosse bite.
Les cris n'avaient duré qu'environ deux heures et il ne pouvait rien entendre alors qu'il se tenait devant la porte. Se préparant, il l'ouvrit rapidement et attrapa le blond dont il savait qu'il allait sortir en trombe.
"Laisse-moi partir !" » cria-t-elle, luttant en vain alors qu'il la traînait dans la pièce, fermant et verrouillant la porte derrière lui. Alors qu'il se tournait pour lui faire face, elle se figea, submergée par l'émotion, et cria : "Tu es un putain de lâche !"
Une rage brûlante lui fit bouillir le sang rapidement. Ce n'étaient pas les mots qu'elle prononçait, mais la façon dont elle les prononçait. Pas avec la peur appropriée, pas avec le désespoir, mais avec une colère furieuse qui le faisait se sentir meurtrier. Il fit un pas plus près d'elle, elle essaya de fuir mais ses bras étaient longs, et sa main balancée frappa son visage avec un Thwack satisfaisant ! Elle heurta le sol et ne bougea pas. À côté de lui, il entendit le cri aigu des trois autres filles et se tourna pour lui faire face.
« As-tu entendu à quel point elle souffrait avec moi ? » demanda-t-il d'une voix dure et brutale. Comme ils ne donnaient aucune réponse, il se pencha en avant pour les dominer.
"RÉPONDS-MOI!" Il rugit et les filles crièrent, reculant et hochant la tête.
"Tu veux que je te fasse du mal comme ça aussi ?" Cette fois, ils n’eurent pas besoin d’être poussés, ils ne secouaient pas furieusement la tête.
"Alors vous allez être de bonnes filles, n'est-ce pas ? Vous allez faire ce que je dis et rester immobiles. N'est-ce pas ?" De grosses larmes coulèrent sur leurs joues tandis que les trois filles hochaient de nouveau la tête, acceptant leur horrible sort. Il sourit, satisfait, et se pencha pour ramasser la jeune fille. Il la porta jusqu'à son propre lit et lui attacha étroitement les bras au montant du lit.
Randal se tourna et observa les filles restantes, choisissant rapidement la plus petite brune, qui gémissait de manière incontrôlable et regardait avec horreur sa queue pendante. Elle s'épaissit immédiatement et commença à monter à mesure qu'il s'approchait d'elle. Assis à côté d'elle, il lui prit le menton dans sa main et la regarda doucement dans les yeux.
"Ça ne doit pas être douloureux, chérie." la rassura-t-il en lui caressant la joue.
"Si tu fais juste ce que je te dis, reste tranquille et tais-toi, tu n'obtiendras pas ce qu'elle a fait." Il secoua la tête en direction de l'adolescent inconscient affalé sur le lit.
"Est-ce que tu vas être sage ? Est-ce que tu vas rester immobile ?" Elle le regardait avec d'énormes yeux vitreux, d'un bleu spectaculaire, si exotique à côté de sa peau caramel. Des lèvres charnues en forme de cœur frémirent et elle hocha la tête avec hésitation.
"Alors laisse-moi t'entendre dire 'Oui papa'"
"Oui papa." répondit-elle docilement, mais sa voix se brisa et elle ne put réprimer le frisson qui déchira son petit corps.
"C'est une fille." il lui tapota le genou et commença à dénouer les nœuds. Il était évident que quelqu'un avait travaillé dessus pendant son absence, mais il avait fait un nœud méchant et ne s'était pas du tout inquiété du fait que la fille libre les détachait. Une fois les mains de la jeune fille libres, elle les garda au-dessus de sa tête un peu plus longtemps, ne sachant pas trop quoi faire d'elle-même. Elle luttait visiblement contre l'envie d'essayer de s'échapper, et il lui dit qu'elle était une fille très intelligente. "Maintenant," dit-il gentiment, en tirant sa forme tremblante sur ses genoux, "quel âge as-tu, ma chérie ?"
"J'ai... j'ai douze ans." bégaya-t-elle d'une petite voix. Il fronça légèrement les sourcils, puis demanda :
"Quand auras-tu treize ans ?"
"Dans deux semaines."
"Ahh." soupira-t-il, se sentant déjà mieux.
"C'est bien, c'est super. Quel est ton nom ?"
"Amande."
"Amanda, comme c'est joli." il laissait ses doigts parcourir des cercles paresseux sur sa cuisse crémeuse, les rapprochant lentement et nonchalamment du bord de sa jupe.
"Es-tu vierge Amanda?" Elle tressaillit et des larmes jaillirent de ses yeux, mais l'enfant garda son sang-froid et hocha honteusement la tête.
" Merveilleux amour. Tu vois, je peux être très gentil, si tu peux te comporter correctement. Maintenant, je vais t'embrasser Amanda, et tu vas m'embrasser en retour. Compris ? " La jeune fille hocha la tête avec raideur, ferma les yeux et se figea, comme si elle attendait un coup dur.
Randal avança très lentement, la laissant s'adapter à la sensation de son souffle sur son visage, puis réduisit la distance entre eux. Ses lèvres étaient incroyablement douces et boudeuses, sa bouche semblait se fondre dans la sienne. Lorsque sa langue exigea l'accès, elle écarta les lèvres pour lui et lui permit de faire tourner sa langue autour de la sienne dans un inconscient enfantin.
Plutôt que de rompre le baiser, il le poursuivit le long de sa mâchoire, jusqu'à son gracieux col de cygne.
"Tu as un goût délicieux." » murmura-t-il en mordillant légèrement la peau. Tandis que sa bouche dévorait sa chair, l'embrassant encore et encore, ses mains accéléraient, caressant la chair de ses cuisses sous la jupe, dessinant sa culotte avec ses doigts. Elle se raidit lorsqu'il prit le monticule de sa chatte en coupe, pressant légèrement deux doigts à travers le tissu et massant son trou avec de légers mouvements circulaires, mais se détendit ensuite lorsqu'elle ne ressentit aucune douleur immédiate.
"Oh oui." gémit-il contre son cou alors que ses doigts exploraient sa chatte à travers le coton, "Tu es une si bonne fille Amanda. C'est vrai, reste immobile, juste comme ça." Ses doigts tirèrent sur le tissu et s'y glissèrent pour frotter doucement son petit bouton de clitoris, dans l'espoir de favoriser un peu d'humidité.
Elle était trop jeune, son corps était confus et ne réagissait pas comme le ferait une femme. Pas encore en tout cas, alors il retira sa main et enduit un doigt de crachat avant de l'enfoncer dans son entrée étroite. Ses yeux se fermèrent et elle laissa échapper un faible gémissement de honte.
"Oh, n'aie pas peur, chérie," murmura-t-il en l'allongeant sur le dos, "tu fais si bien que je ne vais pas te faire de mal, sois juste gentil."
Sa respiration était saccadée alors qu'elle essayait de retenir les sanglots, et son corps tremblait lorsqu'il déboutonna la chemise pour révéler des orbes ronds et brillants de caramel. Les mamelons étaient minuscules et dressés, d'un brun exotique. Il les mordilla avant d'en prendre un dans sa bouche, suçant et léchant, mordant légèrement, puis l'autre, tandis que ses doigts continuaient de remonter sa chatte chaude et soyeuse, frottant doucement l'hymen qu'il sentait.
Il retira sa main et chercha la sienne à la place, l'amenant à sa queue palpitante. Sa respiration s'accéléra, mais elle ne résista pas alors qu'il l'enroulait autour, l'encourageant à le frotter de haut en bas.
"Tu ressens ça ? Ce n'est pas si grave, n'est-ce pas ? Pas si effrayant ?" Elle le regarda avec la misère d'un enfant, avant de baisser les yeux et de répondre avec crainte : "C'est tellement gros." Il rit et enleva doucement sa culotte.
"Ce ne sera pas si grave, je le promets. Juste un tout petit peu de douleur" - Son visage s'effondra à cela - " Et puis ça ne fera plus jamais mal. Tant que tu es une très bonne fille. Compris ? " Une fois de plus, elle hocha la tête et se pencha en arrière, fermant fermement les yeux, attendant. Il se pencha en avant, utilisant une main pour se tenir au-dessus d'elle et l'autre pour guider sa queue.
Le bout s'appuya contre les plis de sa petite chatte rose, encore mouillée par sa broche, puis les dépassa. Elle semblait presque hyperventiler, alors qu'il glissait lentement sa grosse bite gonflée dans sa petite jeune fente. Il sentit la tête pressée contre la fine peau de sa virginité, puis se releva doucement pour la briser.
Finalement, elle n'en pouvait plus, elle paniqua, poussa un cri étranglé et commença à lutter contre son poids. Trop tard, pensa-t-il, alors qu'il se glissait jusqu'à la poignée, laissant échapper un soupir explosif. Il resta là un moment, inconscient de ses faibles battements, et se délecta de la sensation de ses muscles se contractant sauvagement autour de sa queue, si étroitement gantée.
"Oooooooh. Oh ouais, si serrée, si jeune petite fille. Oh oui, PUTAIN, tu aimes ma bite dans ta petite chatte?" Alors qu'elle se battait pour le pousser hors d'elle, elle se resserra autour de sa bite enfouie, le faisant gémir et il commença un rythme de construction lent. Pompant lentement et profondément dans sa petite fente, il tirait jusqu'au bout et gémissait à chaque fois que son trou de chatte l'avalait à nouveau, prenant de la vitesse et poussant un peu plus fort.
Amanda resta silencieuse à l'exception des sanglots occasionnels qui s'échappaient, mais elle luttait toujours vaillamment pour se débarrasser de cette douloureuse intrusion. Pourtant, elle l'a bien mieux pris que la première, et il a été doux avec elle, attirant sa forme tremblante dans ses bras et pompant avec une intensité qui grandissait lentement. Il tendit la main, saisissant sa fesse et plongeant sa main dedans, cherchant son petit connard.
"Ooooooh DIEU putain oui TELLEMENT serré c'est une bonne petite fille, reste tranquille. BON .AHHHHHHH!" Il lui enfonça un doigt dans le cul et cria son orgasme dans son halo de boucles chocolatées, pompant son sperme profondément dans son ventre et provoquant des spasmes sauvages à l'intérieur d'elle. Elle gémit et sanglota de façon brisée lorsqu'il sortit sa bite ensanglantée, et il lui attacha rapidement les bras.
"Ne sois pas si bébé," réprimanda-t-il légèrement, "Tu étais une très bonne fille - Incroyable vraiment. Et regarde à quel point tu es mieux qu'elle." Les yeux d'Amanda suivirent les siens, jusqu'à ce qu'elle soit toujours inconsciente. Il se tourna maintenant vers la blonde qui n'avait pas encore été touchée. Elle le regarda, transpercée par son horreur. "Votre prochain", prévint-il, "je serai de retour pour toi. Maintenant tu regardes ta petite amie blonde et tu regardes Amanda. Pendant que je suis parti, tu peux décider si tu veux être bon ou mauvais. " Le visage du blond se plissa immédiatement et de nouveaux sanglots lui échappèrent alors qu'il quittait la pièce, verrouillant la porte derrière lui.

Articles similaires

Le fantasme de Carla accompli

Je suis entré dans le magasin et j'ai vu Richard regarder vraiment vers le bas et lui ai demandé ce qui n'allait pas. Richard m'a dit qu'il venait de découvrir que sa femme le trompait et qu'il ne savait pas quoi faire. Je lui ai dit à quel point j'étais désolé et je l'ai invité à prendre un verre et un film pour que ma femme Carla et moi puissions penser à tout. Je lui ai dit que les enfants étaient chez leur tante pour qu'il n'ait pas à s'inquiéter d'être entouré d'un groupe d'enfants qui criaient. Richard a frappé à...

2.4K Des vues

Likes 1

Juin et juillet (2ème essai)

Il était 18h30 vendredi soir quand je rentrais du travail. J'ai erré dans la maison à la recherche de July, ma femme depuis 10 ans. Il y avait une grande cocotte qui cuisait lentement sur la cuisinière. C'était bon signe. Finalement, je suis sorti à l'arrière de la maison jusqu'à notre piscine. Là, sur deux fauteuils inclinables, se trouvaient July et son amie proche June, toutes deux nues. « Que se passe-t-il ? », ai-je demandé. « June a rompu avec son petit ami. Je lui ai dit qu'elle pouvait emménager ici, avec nous. Nous avons discuté de la façon dont...

1.9K Des vues

Likes 0

Trouver le maître

Trouver le maître Partie un Nous nous sommes rencontrés en ligne, comme tant de gens le font de nos jours. C'était un site social pour adultes, et c'est là que j'ai défini ma personnalité en ligne et que je me suis enfin libéré de la dissimulation de mes préférences sexuelles. Cela m'a étonné qu'il y ait autant d'hommes à la recherche d'une femme comme moi, mais j'ai également été stupéfait de constater, en parlant avec beaucoup d'entre eux, qu'ils n'avaient aucune idée de la manière de me traiter correctement. L'homme nommé Wolf, avec de longs cheveux noirs, une barbe pleine et...

1.9K Des vues

Likes 0

Nurse Mom - Chapitre 9 - Maman se joint à tante Pam

J'ai tourné la tête pour voir maman assise dans le fauteuil dans le coin. Pam a tourné la tête et s'est figée quand elle a vu maman là, complètement nue et se touchant. Maman avait un grand sourire sur le visage et a dit qu'elle ne pouvait tout simplement pas s'en empêcher alors qu'elle continuait à passer ses doigts sur son chaton. Pam a commencé à paniquer et a essayé de se lever de moi, mais j'ai tenu une prise ferme sur ses larges hanches et je l'ai juste maintenue au sol, plantée sur ma bite. Elle ne pouvait pas dire...

2.3K Des vues

Likes 0

College Town - Partie 4 - Des adolescents méchants

Adam pouvait à peine regarder Jess qui était assise sur le lit recouverte du sperme d'un autre homme. Il s'assit sur le bord du lit en se demandant pourquoi il n'avait pas encore fui la pièce alors que de grosses gouttes blanches de jus de Jason roulaient du front de sa petite amie, le long de son nez et dans son œil gauche. Il n'était pas tout à fait sûr si sa petite amie avait eu l'intention de l'humilier ou si elle avait juste été prise dans le moment et avait dit et fait des choses qu'elle n'aurait pas dû. Ses...

1.9K Des vues

Likes 0

Un été avec ma demi-soeur Mary, partie 2

Il semblait que ma belle-mère avait mis une éternité à partir, mais quand elle l'a finalement fait, nous nous sommes tous les deux regardés et Mary m'a fait le sourire le plus mignon, me demandant si j'étais prêt à finir de mettre cette lotion. Nous sommes sortis et elle a enlevé son haut lentement, timidement, comme si elle était gênée par la petite taille de ses seins. Pour moi, ils ressemblaient à la perfection, petits, pointus, avec de minuscules mamelons roses qui dépassaient. Je lui ai dit qu'elles étaient belles, ce à quoi elle a souri d'un grand sourire et s'est...

2K Des vues

Likes 2

Chien porte-bonheur Ch5: Achever Tammy

Chien porte-bonheur Ch5: Achever Tammy Tammy est sortie de sa salle de bain enveloppée dans une serviette. Elle avait essuyé la plupart du sang et du sperme de son corps. Elle avait perdu son jeu préféré. Elle allait juste devoir baiser le premier gars qu'elle rencontrait et rester avec lui pendant un moment. Peut-être qu'elle suivrait les conseils de son amie et trouverait un six pouces fiable. Elle était assise sur une chaise dans la cuisine avec un verre de lait devant elle. Le chien avait été rude et brutal, mais elle pensait que c'était quelque chose qu'elle aimerait chez un...

2.1K Des vues

Likes 1

CRAIGSLIST SEXE

C'est ma première histoire alors dis-moi ce que je devrais faire mieux la prochaine fois !! C'est aussi une histoire vraie j'espère qu'elle vous plaira !! Quand j'avais 18 ans, j'étais vraiment dans le placard. Personne dans mon école ne savait que j'étais bisexuelle et le fait que toute la journée je rêverais et fantasmerais d'avoir une bite dans la bouche. Avant de vous parler de l'histoire, laissez-moi vous parler un peu de moi-même. J'ai 18 ans 5'7 140 et je suis en forme athlétique étant donné que j'ai lutté; mais c'est une histoire pour une autre fois ;). J'ai aussi...

1.9K Des vues

Likes 0

Quatre ans après la pêche au thon

C'est maintenant l'hiver 2009 presque cinq ans depuis notre grand voyage de pêche. Vous avez peut-être lu mon histoire sur un voyage de pêche au thon où ma femme était «malade» et est restée à la maison et j'ai emmené un de nos amis pêcher. C'est au cours de ce voyage où elle m'a dit qu'elle s'était interrogée sur ma bite depuis ou à l'université il y a de nombreuses années. Nous avons fini par avoir du bon sexe tous les trois sur mon bateau dans l'océan. Aucun de nous n'a jamais parlé de ce jour pendant près de cinq ans...

2K Des vues

Likes 0

Fantaisie réalisée

FANTAISIE RÉALISÉE Elle souffrait. Elle l'a mérité. Elle avait été folle, ses désirs avaient brouillé son bon sens et l'avaient amenée à agir de manière impulsive. Elle l'avait rencontré en ligne et même si dès le début son instinct lui avait dit qu'il pouvait être dangereux mais quand il a décrit comment il l'utiliserait, il a excité son désir masochiste et elle n'a pas pu résister à la tentation. Alors elle était allée là où il le lui avait dit, puis elle avait fait ce qu'il lui avait dit de faire. « Lorsque vous y arriverez, vous verrez une camionnette noire...

1.9K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.