De retour en selle

1.1KReport
De retour en selle

Il était deux heures et demie de l'après-midi lorsque les yeux troubles de John Birch regardèrent la Cadillac brune s'arrêter dans son allée et se garer là où sa femme Kathy avait l'habitude de garer sa voiture. Le sien n'était plus là, et ne le serait plus jamais. Ce qu'il en restait se trouvait dans le chantier de démolition du vieil homme Sprietzer, où il se trouvait depuis sept mois et demi. Kathy s'était fait prendre par un semi-remorque alors qu'elle rentrait du travail un soir, la tuant sur le coup. Ses parents étaient venus du haut de Manhattan pour les funérailles à cercueil fermé, mais sa propre mère n'a pas pu le faire en raison d'un mauvais cas de grippe. Elle lui a dit qu'elle essaierait de s'en sortir bientôt mais il lui a dit de ne pas s'en inquiéter. Même si elle ne pouvait pas sortir, ils ont parlé au téléphone pendant des heures d'affilée au cours des mois suivants. Donald Cutter, le père de Kathy, avait des affaires à l'étranger qui nécessitaient sa présence, ils n'étaient donc pas restés longtemps. Helen Cutter lui avait dit qu'elle essaierait de venir passer quelques jours avec lui juste pour s'assurer qu'il allait bien. Comme il n'avait rien entendu d'elle, il avait complètement oublié ce qu'elle avait dit. Mais fidèle à sa parole, il la regarda sortir de la voiture, s'étirer et jeter un regard mesuré à la maison de quatre chambres à coucher. Elle n'était pas non plus arrivée les mains vides ; elle avait apparemment traversé l'Illinois et amené sa mère Madison, qu'elle préférait Madi, avec elle.

Au cours des huit années où lui et Kathy avaient été mariés, Helen et Madison s'étaient rencontrées à plusieurs reprises, généralement pendant les vacances. Bien qu'il semble que les deux femmes s'entendent bien, John a senti une amitié difficile entre elles dès le début. Pour lui, c'était plus comme s'ils étaient rivaux. Il était immédiat pour tous qu'avec un peu d'imagination les deux femmes pouvaient facilement passer pour des sœurs. Les deux femmes étaient grandes ; debout environ cinq-dix, et aucun ne pesait plus d'un trente-cinq environ. Ils avaient chacun des yeux bleu bébé et des cheveux mi-longs; Madison était de la même couleur blonde que celle de Kathy tandis qu'Helen était brune. Les deux femmes avaient également des seins assez gros, de longues jambes toniques qui duraient éternellement et des fesses rondes et galbées qui pouvaient faire remuer la langue de n'importe quel homme. A cinquante-trois ans, Madison avait un an de plus qu'Helen.

Il avait rencontré Kathy alors qu'il était à l'université de Stanford où elle étudiait les sciences politiques pendant qu'il poursuivait un diplôme en design architectural. L'une des raisons pour lesquelles il avait été attiré par elle en premier lieu était qu'elle ressemblait tellement à sa mère à cet âge. Une fois qu'il a appris à la connaître, il est tombé amoureux et le reste appartenait à l'histoire. Depuis la première fois que leurs familles avaient vu Madison et Kathy ensemble, il y avait eu des blagues chuchotées entre eux sur le fait que John avait inconsciemment épousé sa mère. Ce n'étaient pas des blagues drôles mais elles avaient un certain ton de vérité, du moins pour lui. John a toujours été attiré par sa mère.

Mis à part leur ressemblance physique, Madison et Helen étaient totalement opposées. Là où Madison était calme et introvertie, Helen, en revanche, était bruyante et coquette. Elle se délectait de mettre les gens, en particulier les hommes, mal à l'aise autour d'elle juste pour voir quel genre de réaction elle pouvait obtenir. À plusieurs reprises, elle s'était laissée tomber sur les genoux de John à la vue de son mari et lui avait demandé si elle était trop lourde. Dès que son visage devenait rouge betterave, elle se levait d'un bond et riait. M. Cutter a semblé apprécier ses ébats.

Lentement, il se leva du confort de son fauteuil inclinable rembourré, et après avoir presque trébuché sur la bouteille vide de Jose Cuervo sur le sol, il se dirigea vers la porte d'entrée. Le fait qu'il ne portait qu'un boxer ne s'imposa qu'au moment où il ouvrit la porte et vit le regard amusé sur le visage de son ancienne belle-mère. Sa mère ne semblait pas aussi amusée.

Madison se tenait là à évaluer son fils. Elle n'était pas contente de ce qu'elle a vu. Ses cheveux bruns étaient négligés, ses yeux bleus injectés de sang et les cheveux bouclés qui couvraient sa large poitrine semblaient un peu emmêlés. Les boxers qu'il portait ne semblaient pas trop frais non plus. S'avançant vers lui, elle murmura ses condoléances tout en luttant contre la nausée qui s'emparait d'elle. Elle pouvait sentir la sueur et l'alcool suinter de ses pores. Elle tint l'étreinte aussi longtemps que possible avant de reculer et d'aspirer un peu d'air frais. Apparemment, Helen n'avait pas de problème avec les mauvaises odeurs, elle jeta ses bras autour du cou de John et colla son corps contre le sien. Madison a été un peu choquée lorsque la jupe déjà courte d'Helen a remonté, révélant la majeure partie de son cul au monde. Le string noir qu'elle portait laissait ses joues bronzées au grand jour. Madison détourna la tête du spectacle, craignant de dire à Helen de retirer ses mitaines de son fils.

John vit les seins d'Helen rebondir sous son chemisier de soie bleue alors qu'elle se précipitait en avant et s'écrasait contre lui. Quand elle l'a fait, il a senti ses seins s'écraser contre sa poitrine et il a également remarqué que son bassin poussait vers l'intérieur contre son entrejambe. Il était évident qu'elle ne portait pas de soutien-gorge. Les talons noirs de quatre pouces qu'elle portait la mettaient sur une position égale avec son cadre de six pieds deux et il pouvait sentir ses mamelons gratter contre sa poitrine alors qu'elle se serrait contre lui. Il savait par expérience passée qu'elle pouvait être une coquine coquette, mais cela repoussait les limites même pour elle. Aussi subtil qu'il le pouvait, il posa ses mains sur ses hanches et la repoussa doucement. Son visage avait l'air un peu rouge et il pouvait voir les deux pointes de ses mamelons pousser le tissu de son chemisier en soie. Pour une raison impie, John sentit sa bite commencer à se dilater dans son boxer. Ce qu'il ne savait pas, c'est que sa mère avait aussi vu le renflement.

"John, euh, pourquoi ne mets-tu pas un pantalon et apportes-nous nos sacs," dit Madison en passant devant lui dans le salon encombré.

Helen le suivit, mais alors qu'elle le dépassait, elle laissa "accidentellement" le dos de sa main glisser sur le devant de son boxer. Un petit sourire malicieux se dessina sur ses lèvres lorsqu'elle sentit sa bite se contracter.

John et Kathy avaient acheté la maison pour une chanson; les anciens propriétaires avaient connu des moments difficiles et avaient accepté la première offre qu'ils avaient reçue. Deux des chambres étaient en train d'être rénovées, et ce depuis avant la mort de Kathy. Comme la chambre de John avait une baignoire séparée, il a dit aux femmes qu'elles pouvaient la partager et qu'il resterait dans celle au bout du couloir. Après avoir déplacé ses vêtements dans l'autre pièce, il prit une douche pendant qu'ils s'installaient.

Fraîchement rasé et vêtu de vêtements propres, il se sentit presque humain à nouveau lorsqu'il pénétra dans la pièce de devant. Madison était occupée à ranger les lieux pendant qu'Helen était assise sur le canapé en train de boire ce qui ressemblait à un tournevis. Eh bien, tant pis pour ma vodka, songea-t-il en s'asseyant dans son fauteuil. Il sentit une agitation dans son aine quand Helen décroisa ses jambes galbées et se pencha en avant sur le canapé. Pendant un bref instant, il eut une excellente vue sur sa jupe et entre ses cuisses couleur bronze alors qu'elle bougeait.

"Tu sais John, je n'ai jamais été capable de comprendre pourquoi toi et Kathy avez acheté cet endroit. Qu'y a-t-il, vingt miles de la ville ?" demanda Helen, ses yeux pétillant de malice quand elle vit où ses yeux regardaient.

"C'est à huit miles en fait," marmonna-t-il, ses yeux s'efforçant de jeter un autre coup d'œil sous sa jupe.

"Oh, c'est gentil. Ma chère Madi, tu veux de l'aide ?" demanda-t-elle d'une voix condescendante tout en le regardant alors qu'elle ouvrait lentement ses jambes une fraction.

"J'aurais besoin d'aide," répondit Madison sans s'engager.

Se penchant en arrière sur le canapé et recroisant ses jambes, Helen dit : « John, sois gentil et aide ta mère.

Pendant qu'ils rangeaient la pièce de devant, Helen alla dans la cuisine pour voir quel genre de nourriture John avait en stock. Il y avait une bonne chose à propos d'Helen; elle était une excellente cuisinière. Après avoir parcouru le réfrigérateur et le garde-manger, elle en est venue à la conclusion que quelqu'un allait devoir se rendre au magasin. Elle savait exactement qui elle enverrait. Griffonnant une liste d'articles sur un morceau de papier qu'elle a trouvé près du téléphone mural, elle est sortie et a sorti plusieurs factures de son portefeuille. Madison a été sidérée quand Helen lui a remis l'argent, la liste et ses clés de voiture, puis lui a demandé si cela lui dérangeait d'aller en ville.

"Puisque tu es déjà venu ici et que tu sais où sont les magasins, je tiendrai compagnie à John pendant ton absence," dit Helen, prenant sa boisson et se dirigeant vers la cuisine pour la remplir sans attendre de réponse.

Madison a fulminé jusqu'en ville. Elle pensa à ne pas acheter certains des articles de la liste, en particulier la tequila et la vodka, mais savait que cela ne ferait que créer une situation avec cette garce prétentieuse. Mieux vaut garder la paix que remuer la marmite.

John savait que sa mère était énervée. Merde, un aveugle aurait pu voir ça. Mais apparemment, Helen ne pouvait pas ou ne voulait pas. Pendant trente minutes, il resta assis là à l'écouter radoter sur le fait que c'était bon de le revoir, et que les choses allaient bien pour son mari et pour elle. Elle a réussi à lancer quelques remarques lugubres "Ma fille me manque" tout en lui permettant de regarder plus longtemps sa jupe. Au moment où elle a dit qu'elle allait se rafraîchir, il avait commencé à bander. Il regarda son cul se balancer de manière provocante alors qu'elle se pavanait dans le couloir, lui lançant un dernier regard par-dessus son épaule avant de disparaître dans la chambre principale. Il n'entendit pas la porte se refermer derrière elle.

Se déshabillant, Helen alla dans la salle de bain en laissant la porte grande ouverte et ouvrit la douche. En attendant que l'eau se réchauffe, elle passa doucement un doigt dans la fente de sa chatte chauve en pensant aux yeux de son gendre qui regardaient avec convoitise sa jupe. Elle n'était pas surprise de voir à quel point elle était mouillée. Elle avait toujours envié la chance de sa fille d'avoir trouvé un homme comme John. Grand, bien musclé, beau et bien membré à en juger par la sensation qu'elle avait quand elle avait effleuré son boxer. Qu'il ait été pendu ou non était quelque chose qu'elle prévoyait de découvrir. Entrant dans la douche, elle se savonna rapidement avant d'ouvrir la porte de la douche et d'appeler John.

"John, j'ai besoin de ton aide."

Au début, il ne l'entendit pas, il était trop plongé dans ses pensées sur l'onctuosité de l'intérieur de ses cuisses pour entendre autre chose que le battement de son propre cœur battre dans sa poitrine. Quand elle l'appela de nouveau, il sortit de sa stupeur et alla voir ce qui n'allait pas. Alors qu'il atteignait la porte ouverte, il jeta un coup d'œil à l'intérieur et ne la vit nulle part dans la chambre.

"Je suis ici," cria Helen.

Se tournant vers le son de sa voix, il remarqua que la porte de la salle de bain était grande ouverte et qu'il pouvait entendre la douche couler. Hésitant, il s'avança et jeta un coup d'œil à l'intérieur. Helen tenait la porte en verre embuée de la douche ouverte juste assez pour qu'elle puisse sortir la tête. Il pouvait distinguer sa silhouette à travers la vitre.

« Qu'est-ce qui ne va pas, Hélène ? » demanda-t-il, sa voix se brisant alors qu'elle appuyait son corps contre la vitre.

"Je n'ai rien pour me frotter le dos. Voudriez-vous être gentil et le laver pour moi?"

"Je ne pense vraiment pas que ce soit une bonne idée," balbutia-t-il, sa queue poussant dans son pantalon.

"Tu n'as pas besoin d'entrer avec moi, idiot, je laisserai la porte entrouverte et tu pourras la contourner et me savonner le dos", a-t-elle ri.

"Euh... d'accord, je suppose que ça marcherait," répondit-il en s'avançant vers la porte de la douche et en prenant le gant de toilette savonneux qu'elle lui tendait.

Maladroitement, il tendit la main autour de la porte et la sentit remonter dans sa main. Lentement, il commença à passer le tissu sur son dos en commençant par ses épaules et en descendant. Lorsqu'il atteignit le bas de son dos, il perdit sa prise sur le gant de toilette glissant et le laissa tomber sur le sol de la douche. La paume de sa main glissa sur sa peau savonneuse et sa bite réagit positivement à la sensation de sa chair lisse.

"Oups, j'ai laissé tomber quelque chose. Je vais le chercher," gloussa-t-elle en se penchant pour ramasser le tissu.

Quand elle se pencha, le mouvement fit glisser la main de John plus bas. Il descendit sur une joue, le bout de ses doigts glissant à travers la fissure de son cul jusqu'à ce qu'ils soient nichés contre sa fente.

"Eh bien, bonjour marin," gazouilla joyeusement Helen, repoussant sa chatte contre le bout de ses doigts.

"Dieu Helen, je suis désolé," balbutia-t-il, retirant rapidement sa main.

"C'est bon ma chérie," répondit-elle, se levant et poussant la porte complètement ouverte.

Sa mâchoire tomba alors qu'elle se tenait là, totalement nue devant lui, de l'eau savonneuse coulant sur son corps en petits ruisseaux. Il regarda avec étonnement les mamelons roses raides assis sur ses seins trop fermes, et les éclaboussures de taches de rousseur qui ornaient sa poitrine. Il était évident qu'elle avait des implants, et tout aussi évident que celui qui avait fait le travail avait fait du très bon travail. Alors que ses yeux baissaient, il regarda son ventre plat et lisse avant d'atteindre sa motte rasée. Il pouvait juste distinguer son clitoris au sommet de sa fente.

Helen souriante se pencha et plaça sa main humide sur le renflement de son pantalon, puis dit: "Oh mon dieu, est-ce que j'ai causé ça?"

"Qu'est-ce que c'est, Helen..." commença-t-il juste au moment où le klaxon retentit dans l'allée devant.

Madison s'est garée dans l'allée et a appuyé sur le klaxon. Elle serait damnée si elle allait tout trimballer toute seule dans la maison. En appuyant sur le déverrouillage automatique du coffre, elle est sortie de la voiture juste à temps pour voir son fils sortir de la maison. Elle remarqua l'expression tendue sur son visage, mais ce qui attira vraiment son attention fut la grande tache humide à l'entrejambe de son pantalon kaki.

« Tu as renversé quelque chose sur ton pantalon ? » demanda-t-elle avec désinvolture alors qu'ils retiraient les sacs du coffre.

"Ouais," trébucha-t-il.

Elle savait qu'il mentait mais n'a pas insisté sur la question. Ils emportèrent tout dans la cuisine et commencèrent à le ranger. Quand elle sortit la bouteille de tequila, John la prit et la posa sur le côté près de l'évier. Le regard dans ses yeux lui disait qu'il luttait contre l'envie d'ouvrir la bouteille et d'en avoir sur-le-champ. Avant qu'elle ne puisse lui dire quoi que ce soit au sujet de sa consommation d'alcool, Helen entra vêtue d'un haut dos nu blanc et d'un short noir qui laissait pendre la moitié de ses joues. Elle avait une serviette enroulée autour de sa tête. Eh bien, cela explique la tache humide sur le pantalon de John qu'elle a tranquillement bouillie. Une autre chose qui n'est pas passée inaperçue était la façon dont les mamelons d'Helen apparaissaient à travers le tissu lorsqu'elle se tournait d'une certaine manière.

"Alors John, est-ce que la piscine peut être utilisée en toute sécurité ?" demanda Helen en levant les mains pour ajuster la serviette.

"Je devrais probablement le parcourir d'abord," répondit-il, ses yeux rivés sur les points jumeaux de sa poitrine.

"Fantastique, peut-être que tu serais une chérie et que tu ferais ça pendant que je commence le dîner. Rien de tel qu'une boisson fraîche et un plongeon dans la piscine après le dîner pour aider à détendre une personne," roucoula Helen, s'avançant vers John et la plaçant doucement main sur sa poitrine.

"En fait, tu devrais attendre un moment avant de nager après avoir mangé," lança sarcastiquement Madison.

"C'est à ça que sert la boisson fraîche," répondit Helen, laissant nonchalamment sa main glisser de la poitrine de John sans même regarder dans la direction de Madison.

"John chéri, je vais prendre une douche et me rafraîchir. Cette chaleur du sud de la Californie est pour les oiseaux", a déclaré Madison avant de tirer des poignards sur Helen et de partir en trombe.

"D'accord," remarqua Helen avant de se tourner vers John. "T'es trop grand garçon, scat, va t'occuper de cette piscine pendant que je te prépare un repas fait maison."

Le repas s'est avéré être du saumon Teriyaki avec des courgettes et des oignons verts, et c'était bien au-delà de délicieux. Helen s'est excusée de ne pas avoir de graines de sésame mais personne ne s'en est plaint. Une fois qu'ils ont fini, John a demandé aux femmes de quitter la cuisine pendant qu'il nettoyait. Helen a posé des questions sur la piscine, puis a crié de joie quand il a dit qu'elle était prête à l'action. En disant qu'elle allait mettre son maillot de bain, elle sortit de la pièce avec un balancement exagéré des hanches. Madison est restée derrière et a aidé malgré ses protestations.

« Tu vas bien, gamin ? » demanda-t-elle en prenant l'assiette rincée qu'il tenait et en la mettant dans le lave-vaisselle.

"Ouais maman, je vais bien."

« Avez-vous l'intention de retourner au travail ? Peut-être commencer à reprendre le rythme.

"En fait, maman, entre le règlement de la société de camionnage et ce que Dan a offert pour ma moitié de l'entreprise, je suis plutôt bien placé financièrement."

« Vous vendez votre part de l'entreprise ? Demanda Madison surprise, se tournant pour regarder son fils.

John avait lancé un cabinet d'architecture avec son vieil ami de l'école Dan Marlowe. Après un démarrage lent, ils ont obtenu un emploi pour un magnat du cinéma bien connu qui adorait leur conception pour son nouveau manoir. Lorsque la nouvelle de ses éloges s'est répandue dans la foule hollywoodienne, ils sont devenus les gars les plus riches et les plus beaux. En l'espace de trois ans seulement, leur entreprise valait des millions. L'offre que Dan avait faite à John était assez substantielle.

"C'est pour le mieux. Mon esprit semble refuser de penser à concevoir quoi que ce soit de toute façon."

"Alors peut-être que tu devrais te concentrer sur d'autres choses. Peut-être que tu reviens sur la scène des rendez-vous amoureux," lança-t-elle.

"Je ne sais pas maman, je suis encore assez déchiré à l'idée de perdre Kathy," répondit-il doucement, une brume se formant dans ses yeux.

"Je sais bébé, je sais," murmura-t-elle doucement, frottant doucement son dos avant de prendre l'assiette de sa main et de la placer dans le lave-vaisselle.

Après que tout ait été fait, ils retournèrent dans la pièce de devant main dans la main juste au moment où Helen émergeait de la chambre. Ce qu'elle portait a fait haleter Madison et a fait pendre la mâchoire de John. Le bikini bleu foncé qu'elle portait ne laissait presque rien à l'imagination. Deux minuscules triangles de tissu reliés par des ficelles tressées qui se nouaient dans le dos et autour du cou passaient pour le haut et couvraient à peine ses mamelons tandis que le morceau de tissu se faisant passer pour le bas réussissait juste à cacher son monticule à la vue. Quand elle s'est retournée pour leur donner le plein effet, ses fesses fermes et bronzées étaient clairement exposées.

Madison ressentit une pointe d'envie alors qu'elle regardait avec un émerveillement choqué la silhouette mince et tonique d'Helen. Il était clair pour elle qu'il n'y avait pas une tache sur le corps d'Helen qui n'était pas bronzée ; comment pouvait-il y en avoir puisqu'elle était pratiquement nue. En se retournant, elle vit le regard stupéfait sur le visage de John, mais elle vit aussi autre chose, le regard de luxure brillait vivement dans ses yeux bleu pâle.

"Tu vas nous rejoindre pour un plongeon n'est-ce pas Madi ?" Helen roucoula, laissant ses yeux jeter un bref coup d'œil à l'entrejambe de John.

« Je… euh… je ne pense pas, » répondit-elle doucement.

"Allez maman, ça va être amusant," l'encouragea John sans jamais quitter Helen des yeux.

"Mais John, ma chérie, je n'ai pas apporté de costume avec moi."

"Ce n'est pas un problème Madi, nous faisons à peu près la même taille, tu peux en porter une des miennes. J'en emporte toujours plus d'une quand je voyage", intervint Helen.

Riant presque hystériquement, Madison a dit: "Je ne pense pas. Ce sera une journée froide en enfer avant que quelqu'un ne me voie dans quelque chose comme ça."

John se tourna et plaça une main sur l'épaule de sa mère puis dit : « Les affaires de Kathy sont toujours dans la chambre. Je suis sûr qu'un de ses costumes t'ira maman.

"Allez Madi, je vais t'aider à trouver quelque chose," lui assura Helen en lui prenant la main et en la tirant vers la chambre.

À contrecœur, Madison se laissa traîner dans la chambre où Helen commença immédiatement à fouiller le placard et les tiroirs de la commode. Elle ne tarda pas à laisser échapper un cri de triomphe. Sortant quelques articles d'un des tiroirs, elle se tourna vers Madison tenant un maillot de bain une pièce. Il était blanc avec de larges rayures beiges qui couraient verticalement de haut en bas à l'avant et à l'arrière avec de fines bretelles qui s'entrecroisaient dans le dos.

"Oh c'est ma chérie, ici Madi, essaie celui-ci," dit Helen en tendant le costume à Madison.

Avec un peu d'appréhension, Madison prit le costume et alla dans la salle de bain pour se changer. Une fois déshabillée, elle entra dans les ouvertures des jambes du costume et le tira en notant qu'il était un peu plus confortable qu'elle ne l'aurait préféré. Après avoir ajusté les bretelles, elle ramassa un élastique à cheveux sur la pile sur le comptoir près de l'évier et attacha ses cheveux en queue de cheval. S'évaluant dans le miroir au-dessus du lavabo, elle n'était pas trop contente de la coupe basse du haut du costume ; ses seins étaient rapprochés et débordaient presque par le haut. Une autre chose qui la dérangeait était la façon dont les ouvertures extérieures des jambes montaient haut sur ses hanches, tirant fermement l'entrejambe en elle, le faisant s'enfoncer dans la fente de sa chatte, rendant les lèvres gonflées et gonflées. Retirant le tissu et l'éloignant de son monticule, elle rentra distraitement les poils pubiens noirs errants qui sortaient. En se retournant, elle vérifia l'arrière de la combinaison et vit que la moitié de ses fesses étaient également découvertes. Contrairement aux tons bronzés d'Helen, les siens étaient d'un blanc doux et pâteux. Dieu, il n'y a aucun moyen que je porte ça devant mon fils, pensa-t-elle, tirant sur le bas de la combinaison pour couvrir autant que possible ses fesses. Avec hésitation, elle ressortit dans la chambre, s'attendant à ce qu'Helen éclate de rire ou quelque chose comme ça.

"Wow, Madi, tu es superbe là-dedans !" Hélène s'exclama joyeusement.

"Je ne sais pas, j'ai l'impression de déborder partout", se plaignit-elle, essayant de remettre plus de ses seins dans le haut sans succès.

"C'est censé avoir l'air idiot comme ça," gloussa Helen.

"Alors pourquoi est-ce que je me sens comme la fille à pâte de Pillsbury ? Pourquoi est-ce que je ne peux pas te ressembler davantage au lieu d'une miche de pain non cuit ?"

"Oh ma chérie, si ce n'était pas pour l'argent que j'ai dépensé pour me faire ressembler à ça, je te ressemblerais, mais avec des seins beaucoup plus petits", a déclaré Helen.

"Je ne comprends pas," répondit Madison, incertaine de ce qu'Helen voulait dire par petits seins.

"Chérie, j'ai dépensé des milliers d'euros pour des abonnements à des salles de sport, des entraîneurs personnels … et ceux-ci," elle a relevé ses seins pour souligner son point, "Ces beautés coûtent cinq mille pièces chacune, de l'argent bien dépensé selon Don."

"Ils sont faux ?" Madison toussa.

"J'aime les qualifier d'optimisés. C'est déjà assez difficile pour une femme de mon âge d'emballer un gars qui n'a pas besoin d'une petite pilule bleue pour la faire monter, sans utiliser quelques astuces. Maintenant, assez parlé de moi, allons-y Amusez-vous bien. Je pense que votre fils va devenir fou quand il vous verra dans ce maillot de bain. J'en ai déjà, et je n'ai même pas de bite.

"Helen ! C'est de mon fils dont tu parles. Je... je... ne veux pas qu'il pousse quoi que ce soit à cause de moi."

"Oh relax Madi," gloussa Helen, le regard troublé sur le visage de Madi n'avait pas de prix. "C'est un jeune homme viril, ce n'est pas parce que c'est ton fils que tu ne peux pas le prendre comme un compliment s'il est excité."

Helen a dû pratiquement traîner Madison hors de la chambre pour trouver la pièce de devant vide. Des sons provenant de l'arrière près de la piscine leur ont indiqué où se trouvait John. Quand Helen a commencé à se diriger dans cette direction, elle a remarqué que Madison n'avait pas suivi. En se retournant, elle la vit se tenir au même endroit qu'elle avait été avec un froncement de sourcils gravé sur son front. Revenant vers elle, Helen plaça son bras autour de la taille de Madison et la dirigea doucement vers les portes-fenêtres.

"Crois-moi ma chérie, John va t'aimer dans ce costume."

"Je n'en suis pas si sûr", a dit Madison.

"Tu as l'air fantastique chérie, alors arrête de traîner et sors ton beau cul," ordonna Helen, lui donnant une petite tape sur les fesses.

John planait au-dessus d'un chariot de service préparant des boissons pour tout le monde quand il les remarqua entrer par la porte vitrée menant à la piscine. Helen a ouvert la voie, mais quand elle s'est écartée et qu'il a eu son premier aperçu de sa mère, il a failli laisser tomber la bouteille de vodka qu'il tenait. Pendant un bref instant, il pensa qu'il regardait sa défunte épouse. Le maillot de bain que sa mère portait était l'un des préférés de Kathy ; seulement elle ne l'avait jamais rempli tout à fait comme sa mère le faisait en ce moment. Le sang se précipita vers sa bite créant instantanément une tente à l'avant de son maillot de bain beige baggy qui ne passa pas inaperçu par l'une ou l'autre des femmes. Récupérant rapidement, il reporta son attention sur le mélange d'un lot de tournevis en leur disant de s'asseoir pendant que son cœur battait dans sa poitrine.

Helen jeta un coup d'œil en arrière et lança à Madison un sourire entendu. Une rougeur apparut sur le visage de Madison alors que ses yeux se fixaient sur le renflement de son fils. "Dieu, il doit être énorme" pensa-t-elle, devenant rapidement dégoûtée à l'idée de penser quelque chose comme ça à propos de son propre fils. Son cœur battit plus vite et sa respiration devint erratique avant qu'elle ne puisse arracher ses yeux du devant de sa malle. Suivant Helen vers un groupe de chaises longues, elle s'assit et attendit que John apporte leurs boissons.

Avec ses mains tremblant légèrement, il apporta deux grands verres, tendant le sien à Helen en premier, avant d'aller se tenir devant sa mère. Tenant son verre, il ne pouvait détacher ses yeux du doux haut blanc de ses seins débordant du maillot de bain.

« John, chéri ? dit doucement Madison.

"Ouais maman?" marmonna-t-il en retour, ses yeux ne quittant jamais sa poitrine.

« Mes yeux sont ici, ma chérie », répondit-elle, incapable d'empêcher ses mamelons de se raidir alors que les yeux de son fils dévoraient sa chair exposée.

"Oh, désolé maman," balbutia-t-il lentement en reculant. "Je pense que nous avons besoin de plus de glace."

Giggling Helen s'est penchée et a chuchoté: "Je t'avais dit qu'il aimerait ça", alors qu'ils le regardaient disparaître dans la maison avec le seau à glace à moitié plein.

Elle n'avait pas besoin qu'on lui dise l'évidence ; les yeux remplis de désir de son fils avaient transmis haut et fort cette information. Ce qui n'était pas si évident pour elle, c'était pourquoi elle avait été si excitée de le voir la molester avec ses yeux. Ses mamelons étaient encore douloureusement raides et l'humidité à son entrejambe continuait à se répandre. Après avoir bu son verre en plusieurs grandes gorgées, elle se leva et se dirigea vers le chariot de service.

"Eh bien, je vais être damné! Il t'a excité juste en te regardant, n'est-ce pas?" Hélène ricana.

"Qu'est-ce que tu racontes ?" Demanda timidement Madison en s'asseyant, une boisson fraîche dans sa main tremblante.

"Ne jouez pas timidement avec moi, si vos mamelons étaient plus durs, ils éclateraient directement de vos seins. Admettez-le, votre fils vient de vous exciter", a poursuivi Helen.

"C'est n'importe quoi," répondit faiblement Madison.

"Est-ce que c'est Madi ? Laisse-moi te demander ceci. Quand as-tu couché pour la dernière fois ? Te souviens-tu même de si loin ?"

"Je sors avec... de temps en temps," marmonna-t-elle.

"Je ne parle pas de rendez-vous, je parle de la dernière fois que tu as eu ton monde secoué par une grosse bite dure. Je parle de la dernière fois que tu t'es fait baiser si fort qu'il a fallu deux jours avant que tu puisses marcher normalement C'est de ça que je parle, chuchota Helen d'un air conspirateur.

"Mon Dieu Helen, tu n'as pas besoin d'être si grossière", a déclaré Madison, puis a pris une autre bonne gorgée de sa boisson.

"Écoute ma chérie, tu ne rajeunis pas. Tu dois saisir la vie par les couilles et en tirer tout ce que tu peux."

« De quoi parlez-vous, mesdames ? » demanda John en s'approchant.

"Oh, juste une conversation entre filles. Tu as oublié le miel glacé," lui dit Madison, remarquant que la seule chose qu'il avait ramenée était la bouteille de tequila et un verre à moitié plein.

« Merde, » grommela-t-il.

"Je vais le chercher," annonça Helen, se levant et se dirigeant vers la maison, son cul oscillant d'avant en arrière sur toute la distance.

"Elle est autre chose", se dit Madison plus qu'à n'importe qui en particulier.

"C'est vrai," acquiesça John en s'asseyant sur la chaise vacante d'Helen et en se tournant pour faire face à sa mère. « Écoute maman, je veux m'excuser pour la façon dont je t'ai regardé tout à l'heure. Tu es tellement belle dans ce costume que je n'ai pas pu m'en empêcher.

« Merci John, je suis flatté que tu penses ça. Mais j'aimerais que tu me rendes service et que tu ne bois pas trop, d'accord ?

"Ne vous inquiétez pas, je ne le ferai pas", a-t-il dit en inclinant le verre et en vidant le reste de sa boisson avant de se lever et de dire qu'il allait se baigner.

"Voilà la glace," dit Helen en atteignant le chariot de service. « Puis-je te préparer un autre Madi ? »

Madison baissa les yeux vers son verre vide et se demanda quand elle l'avait fini. Le tenant, elle laissa son esprit vagabonder vers sa conversation précédente avec Helen. À quand remonte la dernière fois où j'ai eu mon monde secoué, se demanda-t-elle. Était-ce avant ou après que son double mari s'était enfui avec sa secrétaire de dix-neuf ans ? Ça devait être après, puisque cela s'était produit il y a presque dix ans, raisonna-t-elle. Elle a commencé à être un peu frustrée parce qu'elle ne pouvait honnêtement pas se souvenir de la dernière fois qu'elle avait eu une expérience sexuelle agréable. Il y avait eu quelques wham bam merci mesdames au fil des ans, mais rien de bouleversant. Les seuls orgasmes qu'elle avait eus récemment étaient ceux qu'elle s'était donnés.

"Merde, tu as l'air plongée dans tes pensées. Je peux t'aider ?" demanda Helen en reprenant sa place et en tendant le verre de Madison.

"Non, juste essayer de se souvenir de quelque chose, c'est tout," répondit-elle, acceptant la boisson et pointant le verre vers ses lèvres charnues.

En sirotant sa boisson, Madison regarda le corps musclé de son fils glisser sans effort dans l'eau. La raideur de ses mamelons avait disparu, mais l'humidité de son entrejambe lui rappelait qu'elle avait été excitée par la façon dont son fils l'avait regardée. Incapable de chasser l'image de son renflement de son cerveau, elle se tourna vers Helen et lui demanda ce qu'elle avait voulu dire par mettre dans des sacs des gars qui n'avaient pas besoin de pilule pour le faire monter.

« Vous vous demandez si je trompe mon mari, n'est-ce pas ? s'enquit Helen, ses yeux regardant John dans la piscine.

"Ouais."

"Techniquement non. Donald et moi avons un arrangement. Il peut baiser tous les vingt ans qu'il veut, et je peux faire de même. La seule règle est que nous ne parlons pas de nos conquêtes à l'autre."

"Je ne sais pas comment vous pouvez faire ça tous les deux. Est-ce que le caractère sacré du mariage ne veut plus rien dire ?"

"Ne soyez pas si prude Madi. Donald et moi avons appris il y a longtemps qu'avec toutes les fois où nous sommes séparés, nous aurions tous les deux besoin d'exutoires pour nos besoins sexuels. Donc, prendre un amant de temps en temps semblait être la chose logique pour Et je dois te dire Madi, il n'y a rien de tel que de se faire enculer par un jeune étalon comme ton fils.

« Mon fils ? Tu ne dis pas que tu prévois de… » siffla Madison.

"Eh bienllllll."

"Helen, tu ne peux pas ! Tu es apparentée, ce serait de l'inceste !"

"Seulement par mariage pas par sang. Et puisque ce n'est plus le cas alors il n'y a pas de mal, pas de faute. D'ailleurs, n'est-il pas temps qu'il se remette en selle ?"

"Helen, s'il te plaît... pas mon fils", a plaidé Madison.

"Oh, ne va pas devenir plus saint que toi sur moi Madi. Même si j'aimerais l'emmener faire un tour d'essai, je ne pense pas que je sois celle sur laquelle John a les yeux de toute façon," soupira Helen.

« De quoi parlez-vous ? À qui d'autre penserait-il ? » Madison a demandé perplexe.

"Toi," répondit catégoriquement Helen.

"C'est absurde, tu es fou si tu penses que mon fils veut coucher avec moi," grogna Madison.

« Je suis fou ? Vraiment ? Eh bien, réfléchissez bien pendant que je vais flirter avec votre fils. Depuis qu'ils sont mariés, ma fille m'a dit que John l'avait appelée "Maman" à plusieurs reprises pendant qu'ils faisaient l'amour. ça te dit ?" Sur ce, Helen se leva et se dirigea vers la piscine, laissant une Madison stupéfaite regardant fixement dans le vide.

John se tenait le cou jusqu'au cou dans l'eau et regardait admirablement Helen se diriger sensuellement vers la partie peu profonde et descendre lentement les escaliers jusqu'à ce que le minuscule triangle de tissu recouvrant son monticule disparaisse sous l'eau. Un gémissement involontaire lui échappa lorsque le reste d'elle glissa hors de vue. Il ne pouvait pas nier qu'elle était une femme canon ; le gonflement de son maillot le confirmait. En regardant vers le bas à travers l'eau, il pouvait à peine distinguer sa silhouette déformée alors qu'elle atteignait ses jambes. Sans avertissement, il sentit ses mains saisir ses jambes et les utiliser pour se relever. When her hands reached the hem of his trunks one of them slid up the baggy leg hole and found his ball sack, squeezing it gently before releasing it as her head broke the surface.

"Helen!" he sputtered, staring into her mischievous eyes.

"Relax John, have a little fun for a change. You could always pay me back you know," she giggled, grabbing his hand and placing it against her mound before he could react.

"God, what am I gonna do with you?" he said, yanking his hand off her mound and stepping around her heading for the shallow end of the pool.

"I have a few suggestions," she called out, a tingle coursing through her pussy as she watched his retreating muscular back.

Stepping out of the pool John walked over to where his mother was fixing herself another drink. His pace slowed to a crawl as he took in the sight of her backside pointed in his direction. Her suit bottom had crept closer to her crack exposing a good deal of pale white cheeks to his gaze. He knew he should be disgusted with the thoughts that were running through his brain, but he wasn't. Instead he briefly stopped and admired the view until she turned and reclaimed her seat. By the time he reached the serving cart his cock had gotten thicker in his trunks. He had a little trouble concentrating as he poured himself a drink before taking a seat on the far side of hers leaving Helen's chair vacant.

"I'm really glad you're here Mom," John said as he settled back and began to sip his drink.

"Me too sweetie. Sorry it took so long to visit," she replied, turning toward him and studying his face.

"That's okay, I wouldn't have been much fun to be around anyway."

"I understand baby," came her soft reply.

"What are you two talking about?" Helen asked as she approached.

"Nothing really," Madison answered, annoyed at being robbed of some quality time with her son.

Helen fixed a drink and settled into the vacant chair before asking, "So Madi, have you told John what we discussed?"

Turning to look at them John asked, "What's she talking about Mom?"

"Oh, nothing dear," Madison replied, shooting a scathing look in Helen's direction.

"I would hardly call it nothing Madi," Helen retorted.

"Tell me," John said, his interest piqued.

"Well honey," Helen began, waving a hand in Madison's direction when she saw her start to interrupt. "Your mother and I were thinking that it's time you got back in the saddle."

"Back in the saddle? You mean like start dating or something?" John wanted to know.

"What Helen is trying to say..." Madison started to explain.

"What I'm saying," Helen interrupted, "Is that you should stop feeling sorry for yourself. It's time you started going out and being around other people. Maybe date someone, do something fun, get laid. Don't waste your life moping around the house like you're doing now."

"That's my decision to make, not yours," John replied through clenched teeth before standing and heading to the house.

"That didn't go over too well," Helen said as she watched him duck inside the house.

"Maybe I should go and see if I can calm him down," Madison stated, starting to rise.

"No, I'll do it. I'm the one he's upset with," Helen replied jumping to her feet and heading off before Madison could stop her.

When Helen entered the house John was nowhere in sight. After searching the kitchen and finding it empty she figured he might be in his bedroom. That's where she found him. He was standing in the middle of the room with his back to the open door sipping on a half-full bottle of tequila. Slowly she went up to him and pressed herself against his back, wrapping her arms around his waist and letting her hands settle on his firm abdomen. She felt him tense up as her skin made contact with his shirtless back.

"I didn't mean to make you mad John. I just want what's best for you," she said softly.

He felt the smoothness of her skin against his back and the warmth of her hands on his tummy. To his surprise it felt good, very good. His cock was starting to show signs that it liked the feel of her against him also.

"And you think the best thing for me would be to get laid?" There was no anger in his voice.

"I know you miss Kathy, we all do. But I also know that she'd want you to get on with your life dear," Helen gently replied as one of her hands inched lower on his stomach.

Taking a pull from the bottle John asked, "Do you think she'd be okay with her own mother trying to fuck me?"

"Actually, I think she would like the idea that it was with someone who really cares for you," she cooed, her hand now dipping into the waistband of his trunks.

"I'm not so sure of that," he whispered, feeling his resistance fading away as she began to place tiny kisses on his shoulders.

"I am sweetie, trust me," she replied soothingly, her hand now all the way down the front of his trunks.

John stood there with his eyes closed and surrendered to the warmth of her hand as it finally wrapped around his semi-hard cock. He felt lightheaded as more and more blood flowed into his penis making it rock hard. Softly he leaned back against her feeling the swell of her tits pressing firmly into his back. God it's been so long he thought as the sensation of her hand stroking his shaft sent flutters of joy throughout his being. He hadn't even allowed himself the pleasure of masturbating since Kathy's death.

My God he is huge thought Helen as she felt his cock expand to its fully aroused size in her hand. The thought of having this beast stuck up inside her filled her with joy as her hand stroked faster along the throbbing shaft. Without thinking about it she took her hand off his cock long enough to use both to pull his trunks down around his knees. With the trunks out of the way she reached back around and captured the hot hard meat of his cock once more in her hand. This time she was able to make longer strokes. As her hand worked his shaft with ever increasing speed, she brought her other hand around till it was on top of her mound, the fingertips pressing against her stiffening clit under her skimpy suit. Deftly she used her fingers to pull the fabric to one side giving her access to the slick, wet folds of her slit. A tiny sigh of relief escaped her lips as two fingers wormed their way up into her flooded tunnel.

He heard her sigh just before one of his own leapt from his mouth. The grip around his cock tightened and pre-cum began to ooze out freely from the tip. The warmth of her pistoning hand and the feel of her breasts pushing into his back opened the floodgates of his desires. Helen had teased him for years and now he was going to do something about it. This wasn't about love, or anything remotely close to it. This was about lust. Pure, unadulterated lust plain and simple. The sound of the half-full tequila bottle hitting the carpeted floor didn't even register with either of them. Spinning around he stared into her glazed eyes, his burning with desire.

"You want me to get back in the saddle? I'll show you back in the saddle!" John snarled.

Before she could answer he bent down and grabbed her roughly by her ass cheeks and lifted her off the floor, his face buried between her breasts as he carried her awkwardly toward the bed. Once next to it he unceremoniously dropped her onto her back with her butt at the edge then spread her legs wide by her knees and slid between them. With her thong already pulled to the side he had no problem stepping between her thighs and placing the head of his throbbing cock against the opening of her sopping pussy. He could see both fear and hunger in her eyes as she stared up into his face. In one forceful lunge he sank his cock into her until his balls were pressing firmly against her ass. Because of her wetness and the pre-cum oozing from his cock there was little resistance.

"Oh shiiitttttt!" Helen screamed as she felt his cock stretching her pussy out as it sank into the deepest recesses of her cunt.

For several minutes after Helen had left Madison sat and sipped her drink, disturbing thoughts bouncing endlessly around her brain. Could all the things that Helen had said about her son wanting her, and also calling his wife mom while that made love be true? She didn't think so, but the thought that maybe it was true kept lingering in the back of her mind. Hadn't he stared at her with something more akin to lust than what a son should have? She knew the answer to that was yes; she'd seen it in his eyes. Her nipples grew stiff as she recalled the bulge growing in his pants the longer he had stared at her. And God help me, she rebuked herself, didn't your pussy get wet just from having your son leer at you? She wanted desperately to blame her own arousal on the booze but knew in her heart that she couldn't. The thought that maybe she shouldn't let Helen confront John by herself nagged at her. Setting her glass down she rose and went inside.

Madison heard Helen scream and fear clutched at her heart as she raced toward the sound. It was coming from John's room. When she reached the threshold of his bedroom her jaw dropped, her hands flew up to her mouth and her mind struggled to register what her eyes were seeing. There before her was John between Helen's wide open legs, his trunks hanging around his ankles, and his ass cheeks clinching with each forceful lunge of his hips. His legs were parted enough for her to see his balls bouncing off Helen's upturned ass. When he pulled back she got a quick glimpse of his thick hard cock covered in a shiny sheen of their fluids. The size of it took her breath away. Before she knew what she was doing one of her hands had slid into the top of her suit and captured a ripe nipple between two fingers while the other one had snaked down over her mound and was applying subtle pressure on her clit through the fabric. Leaning gently against the doorjamb she watched mesmerized as the spectacle before her played out, the pressure on her mound increasing.

"Is this what you've been wanting Helen?" John growled, slamming into her hot wet cunt savagely.

"Yes, yes, yes! Fuck me you motherfucker!" Helen wailed, trying to push her hips up to meet the battering ram that was filling her pussy so full.

Placing his hands at the back of her knees he pushed her legs down until they were almost touching her tits. He couldn't deny the effect her pussy was having on his cock. The heat around his shaft was building and he could feel the throbbing increase as he plunged faster and faster into her sopping wetness. Leaning over her he began to take long strokes in and out to prolong the orgasm that was fast approaching.

Madison watched as her son leaned forward giving her a better view of his cock as it went in and out of Helen's bald pussy. Until now she hadn't realized how long it was. Butterflies began dancing in her stomach as she worked her hand furiously over her mound, her eyes glued to the thick wet muscle that was her son's hard cock. She barely had time to pull her hand away from her tit and clamp it over her mouth to stifle the moan the accompanied her release. Shame washed over her as she felt her orgasm rip through her. When it slowed enough for her to move she fled out of the room and didn't stop until she was back by the pool. Her hands were trembling so hard it took two tries to fix herself a drink.

"Ohhhh Fuucccckkkkk!" Helen screamed as her cunt clamped around John's cock and released a flood of juice.

John felt her cum and couldn't hold back any longer. Gritting his teeth he buried his cock into her as far as it would go his spunk erupting from him like a volcano.

Helen felt his cock twitching with each spurt of cum. She felt it drip out and slid down the crack of her ass. Eagerly her cunt milked as much of his cum out as it could before he slid to the side and collapsed on the bed next to her, the wet sucking sound of his cock plopping out of her saturated hole resonating in her ears. Dazed she sat up, gave him one last look and walked unsteadily out of the room. She made it as far as her bed where she fell onto her back and passed out. John crawled all the way onto his and did the same thing.

Madison downed the first drink in one swallow then carefully fixed another before sitting heavily into her chair. She couldn't believe that she'd just masturbated while watching her son fuck the shit out of Helen. The thing that had her worried the most was how much she'd actually enjoyed herself. The orgasm she'd had wasn't earthshaking, but it had been better than any she'd had in a very long time. Without realizing she was doing it she began to rub her mound once more. When it finally dawned on her what she was doing she was very close to having another orgasm. Yanking her hand away from her mound she was startled by the sudden giggle that poured from her lips. My God, have I turned into a Helen she asked herself? Living just for the pleasure life offered, no questions asked? In the back of her mind a little voice chimed in. Why not Madi? When's the last time you actually had fun just for fun's sake? When was the last time you were fucked as hard as Helen was getting fucked right now?

"Never," she whispered, an obvious note of envy in her voice.

Daylight gave way to nightfall as Madison sat there sipping her drink and dwelling on her past. She didn't like what she was remembering. The lonely nights, a loveless marriage, frustration. The only thing that had given her any joy was her son John. Love swelled in her heart but was replaced with pride when her mind shifted to the vision of her son's rigid rod pummeling Helen's pussy. Shaking her head to clear the image she sat her glass down and went into the house. Maybe things would look brighter in the morning she told herself.

As she entered the hall leading to the bedrooms she noticed light flooding into the hallway from John's open doorway. Was he still up she wondered as she approached? She got her answer when she glanced inside and saw him sprawled on the bed without anything covering him. The first thing she noticed was how peaceful he looked. The second thing her eyes took in was his exposed cock. To her it looked like it hadn't gone completely down. She was torn between just shutting his door, or going inside and covering him up. She chose to cover him up then close his door.

As she slowly approached the side of his bed she became acutely aware of the moisture building up inside her pussy. A quiver of anticipation rippled through her. All her good intentions flew out the window once she was next to the bed. She couldn't take her eyes off his cock. From somewhere deep inside her a hunger grew as her eyes spied the drop of cum that clung to the end of her son's magnificent penis. With a trembling hand she slowly reached out and hefted his meat up with two fingers until the head was pointing skyward. As if guided by some otherworldly force she leaned over and captured the drop with the tip of her tongue. A moan escaped her lips as she tasted the salty elixir. The hunger grew into a craving with only one way to satisfy it. Madison's mouth opened and took the head of her son's cock into it. Tenderly she swirled her tongue over the crown and around the entire top of his head hoping that more of his seed would run out. When his penis began to swell in her mouth she became scared that he was waking up. Releasing his cock she fled out the door without covering him or closing the door.

John lay there semi awake, the tingling sensation on his cock slowly fading. He had opened his eyes to slits at the feel of something warm surrounding the head of his cock and thought he saw Kathy. She was bent over sucking his cock wearing her favorite bathing suit. Now that the feeling was fading he just thought it was a dream. He closed his eyes but sleep eluded him. The picture playing out in his mind kept switching from Kathy sucking his cock to one where it was his mother doing the sucking. His hand traveled down until he was holding his growing stiffness in his palm.

The main bedroom was shrouded in darkness when Madison reached it. Without thinking she flipped on the light flooding the room in brightness. Stretched out on the bed, her legs open, was Helen. She seemed to be completely out of it so Madison left the light on. She needed to find something to wear to bed and wouldn't be able to if the light was off. She also didn't care if she woke Helen or not. Making her way to where her suitcase was she had to pass right by where Helen lay. Glancing down as she passed she noticed that Helen's suit bottom was still pulled to the side leaving her pussy in plain sight. Madison stopped and gazed between Helen's legs. She could see that Helen's cunt lips were red and puffy, and cum was still oozing out of her. Her son's cum. The longer she watched it dribble out of Helen's soaked slit the stronger the urge to taste more of it grew. Without a conscious thought as to what she was doing she bent down and ran a finger through Helen's inflamed puffy lips gathering a coating of John's cum on her finger. Having never touched another woman's pussy before it felt strange and oddly exhilarating. It wasn't until she had her finger in her mouth and was sucking the salty fluid from it that she looked down and saw Helen staring up at her with wide-open eyes. There was no anger or judgment in them, only understanding.

"Oh God Helen, I'm so sorry. I don't know what I was thinking," Madison stammered, starting to back away.

Before Madison could retreat Helen reached up and took hold of her wrist and held her in place as she swung her feet off the bed and stood up in front of her.

"You wanted to taste him, didn't you?" Helen asked soothingly, her hands now resting lightly on Madison's shoulders.

"Ye...yes," came her soft reply.

"Is that all you want from him Madi?" Helen asked, gazing over toward the doorway as she began to gently pull the straps of Madison's suit down over her shoulders.

"I...I...don't know," Madison whispered, barely registering the fact that her top was being pulled down exposing her breasts.

"Yes you do Madi. Tell me what you want. Tell me what you want John to do," Helen coaxed as she knelt and pulled Madison's suit down and off her torso, leaving it bunched at her ankles as she stood back up.

"Please Helen...I can't," she responded with a quiver in her voice.

"You can Madi. Say it. Say you want to feel his hard young cock in you," Helen encouraged a little more forcefully.

"Please don't make me say it," Madison implored her while images of her son's thick hard cock raced through her mind.

"Say it Madi!" Helen urged as her fingers captured Madison's ripe swollen nipples and pinched them lightly.

A gasp escaped Madison's lips and her eyes squinted shut as she spoke. "God forgive me, but yes, I want to feel my son's cock in me!"

John had lain in bed for several minutes before deciding that he wasn't going to get back to sleep anytime soon. Reluctantly he rose out of bed and stepped into the hallway butt- ass naked. He didn't think anyone would be up. The light spilling from the main bedroom made him think twice about that so he grabbed a towel out of the bathroom. With the towel securely wrapped around him he made his way to the main bedroom and stopped dead in his tracks before reaching the door when he heard Helen's voice say, "You wanted to taste him, didn't you?" When he heard his mother's reply he stepped into the doorway and stared slack-jawed at the two women. His cock grew and grew as the scene played out in front of him. Releasing the towel he began to slowly stroke his shaft as his mother's swimsuit was tugged from her body. By the time it was finally off his cock had become painfully hard. He stepped forward and stood behind his naked mother, the urge to touch her overpowering.

Helen took Madison gently by the shoulders and turned her around, softly saying, "Then tell him Madi."

She almost fainted when she saw her son standing in front of her. She wanted desperately to cover herself with her hands but her arms wouldn't move, they just hung limply at her sides as her eyes traveled lower on his body. Another gasp escaped her lips when she took in his raging hardness, the veins standing out and pulsating with life. Her eyes lingered a moment longer before she forced herself to look into his face. She didn't know what she expected to see; perhaps disgust, pity, shame. When her eyes reached his all she saw was love coupled with an intense desire. The kind of desire she'd yearned for from a man.

"I'm so sor..." Madison didn't get the chance to finish before John's hands cupped her face and his lips pressed tenderly down onto hers.

"I think I'll give you two some privacy," Helen said, heading to the door leaving the bottoms of her swimsuit still pulled to the side.

Madison struggled feebly to back away, but stopped when her son's hands left her face and went around to cup her ass. All willpower vanished as she felt herself being swept up in his arms, his muscular body pressing against hers. She felt his tongue gently probing until she parted her lips and allowed it to dart inside, his cock wedged between their bodies hot and throbbing. Her arms found a life of their own and snaked around his neck and forced his lips down harder on to hers. A long slow moan escaped her as her son's tongue explored her mouth while his hands gently kneaded the lush full buns of her ass.

John felt her yield to him as she parted her lips and let his tongue in. When her arms came around and pulled him tighter into her his desire for her reached its zenith. His hands gently kneaded the pliant flesh of her ass as he lovingly kissed her with a passion he'd never known before. Slowly he broke the kiss and backed up until he was holding her at arms length. Like gazing at a priceless masterpiece his eyes traveled over her. His cock throbbed harder as he took in the full ripe breasts capped with brown medium-sized areolas and stiff pointy nipples, then moved down over the slight swell of her tummy before settling on the fur-covered mound of her pussy.

Shivers of delight coursed through her body as she watched her son devour her with his eyes. When he dropped to his knees and pulled her into him she squealed with surprise. His breath was hot on her skin as he buried his face into her mound and snaked his tongue out onto the tip of her erect clit. Her knees buckled and she almost fell as his tongue probed deeper into the wetness between her cunt lips. A loud moan filled the air as he used his hands against her ass to pull her pussy tighter against his face. When his tongue touched the opening to her velvety tunnel she screamed from the force of the orgasm that raced through her.

John stood and gathered his mother's quivering body up in his arms. His lips found hers once more as he carried her to the bed and gently laid her down. She opened her legs wide as he climbed onto the bed and crawled between them. Holding himself on stiff arms he gazed into her sparkling eyes while her hand reached between them and guided the head of his rigid cock to her soaking wet entrance. Slowly he pushed until just the head was buried inside his mother's steaming hot pussy. Her eyes opened wide as he pushed more and more of his cock into her tight wet pussy. The heat surrounding his shaft was immense as his cock slipped deeper into her slick velvety tunnel.

"Oh sweet Jesus," Madison cried out as she felt her son's cock stretching her cunt walls as it sank slowly into her.

"Am I hurting you Mom?" he asked, his voice filled with concern.

Madison couldn't help but chuckle as she cupped his face in her hands. "No baby, you're not hurting me. It just feels so damn good is all."

She saw relief wash over his face and he smiled down at her.

Patiently John slid the last few inches into her. When his balls finally nestled up against her ass he lay down on top of her and stayed still. He couldn't believe how tight, hot and wet his mom was. Raising his head up he kissed her again, gently, lovingly. She responded by wrapping her arms around his back and softly stroking him. Slowly he began to pull out until just the head was inside, then just as slowly he pushed back in. He repeated this for several minutes, marveling at how she was getting into the same rhythm. Once their timing was set he began to stroke into her faster and faster, feeling her pussy rise to meet his downward thrust.

Helen leaned against the wall just outside the bedroom and listened to the sounds of their lovemaking. She could hear their bodies slapping together as she jammed two fingers into her sore wet pussy. The faster the couple went, the faster her fingers plunged. Her envy for what Madison was receiving was obvious to her. Why couldn't I have a son that would love me like that she asked herself?

Madison threw her legs around John until her heels were locked over his ass. She could feel each time his balls slammed against her upturned ass making the cheeks ripple from the force of it. His cock was stretching her to the limit and it felt glorious as he speared into her molten heat. The sound of their wetness bounced off the walls as she rode the tidal wave of her happiness. Grunting she pushed up to meet him as her feet pushed down on his butt forcing him to pound her harder and harder with each thrust. Her first orgasm hit her like a ton of bricks, ripping through every fiber of her being.

"Oh God, oh God, oh God, ohhhhhh Goddddddd!" she wailed, her juices erupting and coating her son's hard thick cock with its stickiness.

John felt his mother's pussy clamp forcefully down around his cock and start vibrating, the flood of juice that flowed out making it easier to pump into her tightness. Lifting himself back onto his arms he began to slide in and out of her cunt as fast as he could. Another spasm rippled around his penis as his mom's pussy exploded with another orgasm.

"Uuuuuugggggghhhhhhhhhh, I'm cumming!" Madison screamed, her head rolling from side to side as her body shuddered from the force of her new orgasm.

Helen placed her hand over her mouth and stifled the guttural moan that bellowed from her as her own orgasm rocked her violently. As the feeling subsided she slid softly down the wall landing on her ass, legs spread with two fingers still buried deep into her dripping pussy.

John couldn't hold back. Every nerve ending in his cock screamed for release as his mother's slick pussy quivered endlessly around his shaft. His asscheeks clinched as he buried his thick hard cock into his mother's cunt and released a torrent of cum. The howl of pleasure that erupted from him could be heard well past the boundaries of the house. When the jets of cum shooting into his mother finally dried up he collapsed on top of her heaving chest struggling to catch his breath completely spent. When he re

Articles similaires

Amy - Partie 1 - Dan

Dan pensait qu'il était un homme heureux d'une manière générale - il entretenait une bonne relation avec Anna, oui le sexe était peu fréquent et quelque peu routinier, mais il était heureux sinon entièrement satisfait. Ensuite, l'entreprise a embauché Amy, elle avait 18 ans et avait l'air plutôt hors de sa profondeur, peut-être que c'était le premier jour où les nerfs pensaient Dan, mais, en regardant autour de lui, il pensait que c'était probablement dû à leur regard bouche bée alors qu'elle marchait. devant leurs bureaux. Le patron avait l'habitude de choisir l'apparence plutôt que la capacité, mais aucun des hommes...

1.8K Des vues

Likes 0

En forêt avec un adolescent

J'étais en route pour rencontrer la fille. Je ne l'avais jamais vue auparavant, je n'avais discuté avec elle que quelques fois sur Internet. Mais je savais qu'elle était jeune - seulement 16 ans, et elle savait que j'avais plus de dix ans de plus qu'elle... A part ça, je n'avais même jamais vu une photo d'elle, même si elle m'avait dit qu'elle était très de petite taille. Nous avions convenu de nous retrouver à un arrêt de bus, en bordure du centre-ville. C'était une chaude journée d'été et j'arrivais à pied. J'avais bu quelques bières pour calmer mes nerfs. Lorsque j'ai...

1.9K Des vues

Likes 0

Juste pour s'en sortir II

La lumière du soleil qui passe par la fenêtre de la chambre me réveille. C'est directement sur mes yeux. En gémissant, je me retourne dans mon sac de couchage et fourre ma tête sous mon oreiller. Une main secoue brutalement mon épaule et Tyler m'enlève l'oreiller. « Lève-toi, Nathalie ! Ne m'oblige plus à te conduire à l'école ! Tyler se plaint exaspéré. Il secoue toujours mon épaule. J'ouvre les yeux et le fixe. Il me fixe et n'arrête pas de me secouer l'épaule. Laisse-moi! je claque, irrité. Il secoue la tête et disparaît dans la pièce principale. Tyler est mon...

1.6K Des vues

Likes 0

Life's Strange Turns Partie 3

Les étranges tournants de la vie, partie 3 Le lundi et le mardi allaient et venaient, sans rien d'excitant, sauf que Sandy a appelé pour dire qu'elle avait reçu une belle offre sur la maison d'un couple d'environ 30 ans. Ses enfants étaient de retour de chez leur père, donc elle ne pouvait pas venir, mais voulu. J'étais allé au gymnase après le travail lundi, mardi et mercredi, et j'avais discuté avec une jolie femme de ma tranche d'âge qui était intéressante et qui n'avait ni bague ni autre preuve d'engagement. Nous avons parlé, alors que je l'aidais à réajuster une...

1.7K Des vues

Likes 0

Up Yours

En août 1998, j'avais 18 ans et je vendais des Bibles de porte à porte, à pied, dans une petite ville de Virginie. Alors que je continuais à marcher de plus en plus loin de la ville, essayant de vendre quelque chose que tout le monde avait déjà, j'ai réalisé qu'il commençait à faire nuit et que j'étais à environ 8 km de l'endroit où je louais un petit appartement. J'ai décidé de faire du stop pour rentrer en ville. GROSSE ERREUR!!! Alors qu'une camionnette s'arrêtait et s'arrêtait, et que la porte coulissante s'ouvrait, j'ai réalisé que ce n'était peut-être pas...

1.2K Des vues

Likes 0

Jolie petite baby-sitter

Tammy Lovett est entrée chez moi et j'ai eu du mal à regarder son petit cul. Elle a un magnifique cul bombé de 13 ans et des seins étrangement gros pour son âge, un bon bonnet D. Elle est entrée dans ma maison vêtue d'une minuscule minijupe qui montrait le bas de ses jolies fesses, et une chemise si serrée que ses mésanges gaies en faisaient presque éclater les boutons. 'Salut papa!' s'exclama-t-elle. Elle m'appelle toujours papa, comme la plupart des gens, et je l'ai toujours appelée ma petite fille. 'Hé petite fille, Aimee s'est couchée tôt, elle dort dans sa...

943 Des vues

Likes 0

Un mois fantastique

Par le spécialiste Pussycat Descriptions des personnages Noémie : 18 ans Cheveux raides brun roux Gros seins 34C 5'6 avec de longues jambes fines et un cul rond. À M: 20 ans Cheveux châtains courts Musclé 6'2 avec un coq de 9 pouces *** Hier matin, mes parents ont appelé mon frère Tom et moi dans leur chambre. Quoi de neuf les gars? demanda Tom alors que nous entrions tous les deux dans la chambre de nos parents. En regardant autour de leur chambre, j'ai remarqué qu'ils avaient fait des valises sur le lit à côté d'eux. Nous savons que c'est un...

2.2K Des vues

Likes 0

Les Garçons reviennent !

Les garçons reviennent ! Il a fallu une semaine pour organiser un moment mutuellement acceptable pour que Brad et Mike reviennent pour une autre réunion avec ma femme Beth. La dernière fois que les garçons étaient là, Beth a passé un moment fantastique et avait vraiment hâte de répéter sa performance. Elle m'avait même dit qu'elle allait les emmener directement dans la chambre où ils pourraient vraiment s'y mettre. J'ai été un peu surpris quand je suis allé répondre à la porte. Il y avait Brad, Mike et deux autres beaux mecs. Brad m'a amené à Chad et Dan qui avaient...

1.7K Des vues

Likes 0

Betty aux gros seins

Fbailey numéro d'histoire 489 Betty aux gros seins Je n'avais rencontré Betty que récemment. Les deux premières fois ont été relativement courtes et précipitées. Cependant, la troisième fois était un charme. Nous n'étions pas seuls mais nous avons réussi à passer environ une heure dans la même pièce. Ma femme était là avec moi ainsi qu'un ami commun. Son mari et ses deux enfants étaient dans une autre pièce mais entraient parfois dans la cuisine pendant un moment ou deux, puis se retiraient vers des choses plus grandes et meilleures comme les jeux vidéo et la télévision. Betty est ce qu'Internet...

1.7K Des vues

Likes 0

Grimbol le tueur. chapitre 3

La nuit suivante se passa sans incident. Craignant d'attirer toute attention indésirable, ils marchaient en silence, chacun perdu dans ses propres pensées, ne s'arrêtant que quelques fois pour avaler du pemmican et des baies ou répondre à l'appel de la nature. Alors que le soleil se levait, la canopée de la forêt céda soudainement, et un vaste champ de prairie s'étendit devant eux à perte de vue, avec seulement quelques bosquets d'arbres occasionnels pour rompre la monotonie. A quelques pas dans la mer d'herbe, Aalina s'arrêta brusquement. Grimbol se retourna et demanda : « Qu'est-ce que c'est ? C'est juste que...

1.1K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.