The Rogue's Harem Tome 3, Chapitre 14 : Promesse tenue

119Report
The Rogue's Harem Tome 3, Chapitre 14 : Promesse tenue

Le harem du voleur

Tome 3 : Le harem passionné du voleur

Quinzième partie : Promesse tenue

Par mypenname3000

Droits d'auteur 2018

Remarque : Merci à WRC264 pour la lecture bêta de ceci.

Chapitre quarante-trois : Le rappel de l'art

Aingeal - Principauté de Kivoneth, Les Strifedoms de Zeutch

Le corps en osier du lévrier s'est effondré autour de nos âmes. Je pouvais sentir le corps du pauvre mandataire se défaire. La suralimentation du marteau en diamant lui avait envoyé trop d'énergie. Le lévrier n'était pas un bon mandataire. La fumée s'éleva, l'osier s'enflamma.

"Qu'advient-il de nous quand il est détruit?" J'ai demandé à Ava.

Ava ne m'a pas répondu. Au lieu de cela, son âme a saisi la mienne et nous a éloignés. J'ai haleté quand j'ai eu un aperçu du corps du lévrier qui éclatait en plein feu. Les flammes étaient autour de nous pendant un moment, puis l'obscurité s'est précipitée autour de moi, une rafale sans corps qui—

Mes yeux se sont ouverts.

Je sursautai en me réveillant, fixant le ciel. Le feu brûlait et crépitait. Je m'assis, clignant des yeux sous le choc d'être de retour dans mon vrai corps. Ma chair me faisait mal. Mes ailes ont battu. Je gémis en me levant sur la pente, luttant pour me repérer. Les flammes dévoraient l'herbe de la colline à ma gauche près d'une forme sombre morte. C'était monstrueux. Prince Meinard tué. Puis j'ai entendu Kora crier. Elle courut vers une autre silhouette couchée.

« Sven ? » Je gémis, réalisant que c'était notre mari par terre. Kora tomba à ses côtés. Des mains moites et craintives pétrissaient mes tripes. Quelques instants plus tard, Nathalie et Carsina rejoignent Kora, Nathalie tremblante, sa cuirasse manquante.

"Princesse!" cria Greta, chargeant la colline vers le sommet où Ava se tenait debout.

Puis j'ai vu un autre corps... Peau noire. J'ai eu le souffle coupé à la vue de l'armure dorée écrasée mélangée à la forme brisée. Ealaín... Une vague vertigineuse m'a traversé alors que je fixais la pente. J'ai compris qu'elle était morte.

« La chatte noire de Cernere », murmurai-je, le monde se tordant à des angles étranges alors que le sang battait dans mes veines. Mon regard ivre balaya le bas de la pente et repéra un autre feu qui brûlait et crépitait. C'était le lévrier près du cadavre et...

Zanyia gisait sur le sol, son corps brûlé. Les mains moites serraient mes tripes maintenant. Était-elle morte aussi ? Était Sven ? Avons-nous perdu plus qu'Ealaín ? Personne ne venait au secours de Zanyia. Kora était de Sven. Elle pourrait sauver notre mari, mais qu'en est-il de Zanyia ?

La douleur lancinante dans mon corps à cause de ma chute a disparu. Mes ailes ont battu. Je me suis élevé dans les airs et j'ai dévalé la pente. Les lumières se rassemblaient vers moi, les esprits d'amélioration verte dansaient autour de moi. Ils tourbillonnèrent dans une gaine d'émeraude, attirés par mon désespoir. Je me suis précipité de plus en plus près de Zanyia.

Elle était immobile. Immobile.

Purple éclata autour de moi, engloutissant la horde d'esprits d'amélioration de son corps, mordant ma lèvre inférieure. Elle ne pouvait pas être morte non plus. Ses bouffonneries ludiques dansaient dans mes pensées. Elle vivait avec ses émotions, les acceptait. Elle ne les a pas cachés. Elle a vécu pleinement.

"Zania !" criai-je, dévalant vers elle dans le sillage des esprits guérisseurs.

Le violet engloutit Zanyia. Les esprits d'amélioration, désireux de plaire à ma volonté, ont plongé dans le corps de Zanyia. Des dizaines et des dizaines d'entre eux la remplissaient. Un spasme parcourut son corps. Son dos s'arqua. Sa queue brûlée se contracta. Le noir croustillant qui recouvrait sa peau s'est retiré. De la chair pâle balayait sa peau, devenant rose et vivante.

J'atterris à côté d'elle, les larmes coulant sur mes joues. "Zania !"

Les yeux dorés de la fille-chat s'ouvrirent. Je me suis effondré à genoux à côté d'elle. Elle n'était pas morte. Elle a survécu. Je l'ai saisie et l'ai tirée contre mon corps, enfouissant son visage entre mes seins. Je la serrai contre moi alors que mes ailes battaient.

"Mmm, c'est une chose merveilleuse pour se réveiller", a déclaré Zanyia, ses mains saisissant mes seins. Sa tête se frottait d'avant en arrière, un ronronnement provenant de sa gorge. "Une grosse paire de fous pour jouer avec."

Je ris alors que les larmes coulaient sur mes joues. Nous avons gagné. Nous étions entiers. La plupart.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Kora Falk

L'illusion de ma confiance impériale s'est dissipée, l'art a été abandonné lorsque j'ai atteint le côté de mon frère. Le sang a trempé son corps. Il avait de si terribles blessures à la poitrine. Je n'avais aucune idée de la façon dont il continuait à combattre le Paragon après avoir subi des blessures aussi horribles de la part du Prince Meinard transformé.

"Mon frère !" haletai-je, m'agenouillant à côté de lui.

Ma main gauche palpitait alors que je lançais l'amulette. Mes robes étaient encore ouvertes. J'enfonçai ma main entre mes cuisses en fixant Sven. Il ne respirait pas. Son visage était si pâle. Il ne pouvait pas être mort. Je ne pouvais pas le perdre.

"Maîtresse!" Nathalie haleta, debout au-dessus de nous, ses petits seins frémissant.

« Rithi, bénis mes peintures naturelles avec ton amour divin. Laissez votre vision couler à travers moi et restaurez l'art ruiné par les actes cruels du monde !" J'ai crié et j'ai enfoncé ma main douloureuse dans ma chatte. Mes jus picotaient, débordant du pouvoir artistique de Rithi. Je devais rendre à mon frère sa perfection.

J'ai étalé ma crème sur son front, mon jus teinté de rose. Du sang coulait des coupures dans mes paumes. J'avais agrippé le phylactère du Biomancien assez fort pour m'ouvrir la main sur les facettes. Je n'ai même pas ressenti la douleur. Je m'en fichais même pendant que j'attendais, fixant mon frère, désirant que la magie le guérisse.

"S'il vous plaît, Rithi," gémis-je, un battement effréné battant mon cœur, pompant de la glace dans mes veines. Je frissonnai en fixant son visage. « Je ne peux pas te perdre, mon frère. Pas maintenant. Étaient libres. Nous l'avons fait! Vous avez vengé Katriana. Nos parents! Répondez moi plus tard!"

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Sven Falk

Mon âme s'est éloignée de mon corps. J'ai laissé toute cette douleur derrière moi. L'obscurité s'est déplacée autour de moi. J'ai ressenti... une liberté. Je n'ai pas eu à choisir de quitter Kora. Je respecterais mon marché avec Rithi et je n'aurais pas à briser délibérément le cœur de ma sœur.

Elle souffrirait. Faire le deuil. Ils le feraient tous. Je ne pouvais rien y faire.

Le royaume astral attendait. Ce vaste au-delà où les dieux habitaient. J'ai souri, ou j'ai pensé que je l'ai fait. Il y avait tellement d'histoires sur l'endroit. Tant de contes différents. C'était censé être sans fin. Infini. L'idée me faisait mal à l'esprit, mais quelque chose d'aussi vaste devait être rempli d'aventures.

Peut-être que je pourrais même trouver l'âme d'Ealaín et découvrir dans quels ennuis nous pourrions nous attirer ensemble.

L'obscurité s'est déplacée autour de moi. J'étais prêt pour l'éternité.

Je ne peux pas te perdre, mon frère, murmura Kora.

Je fronçai les sourcils, l'obscurité ralentissant.

Pas maintenant. Étaient libres.

Sa voix devenait de plus en plus forte.

Nous l'avons fait! Vous avez vengé Katriana. Nos parents!

L'obscurité s'est inversée autour de moi. J'ai senti quelque chose s'emparer de mon âme, me faisant reculer. Ma... vitalité m'a saisi.

Répondez moi plus tard!

Rithi coulait autour de moi. Kora me guérissait. Sauver mon corps. Je n'étais pas encore tout à fait mort. Mon âme avait encore le moindre lien avec ma chair. Cette petite ficelle devenait de plus en plus épaisse à chaque instant, une corde me tirant vers ma chair.

Je soupirai et souris. Bien sûr, Kora me sauverait.

Des bras m'enlacèrent, doux et féminins. Une présence m'a englouti, un morceau du pouvoir d'une déesse. Rithi m'a tenu, canalisé par ma sœur pour me sauver. "Souviens-toi de notre promesse."

Je déglutis en tremblant. Je devrais faire du mal à ma sœur maintenant. Mon âme s'est replongée dans mon corps. La Déesse a libéré mon essence alors que ma conscience s'enfonçait dans ma chair. Je sentis mon cœur battre, mes doigts trembler, mes yeux papillonner.

"... erreur..." murmura une voix éthérée alors que la Déesse s'éloignait de moi. Pas la voix de Rithi, celle de quelqu'un d'autre.

Mes yeux s'ouvrirent sur les yeux bleus et tremblants de Kora qui me fixaient, une de ses tresses de cheveux dorés pendant sur son épaule droite. Il se balançait avec elle alors que ses narines se contractaient. L'émotion traversa l'expression de ma sœur. Sa joie a poignardé un couteau dans mon cœur.

J'ai dû détruire son bonheur pour la sauver, elle et mes autres femmes.

"Mon frère !" elle haleta et me serra fort contre mon armure imbibée de sang.

Ses larmes ont plu sur mon visage alors que ses lèvres s'embrassaient. Sa bouche était si chaude. Tellement aimant. Je frissonnai, voulant m'abandonner à ce moment. J'ai senti l'amulette à travers un trou dans mon armure. Le phylactère n'avait pas été détruit. Je n'avais pas encore à l'abandonner. J'ai eu quelques moments de plus avec elle.

Je l'ai embrassée en retour. Je la serrai contre moi, l'embrassant avec tant de passion. Je fermai les yeux, m'abandonnant à ce moment merveilleux. Mes lèvres travaillaient contre les siennes. Ma langue dansait avec la sienne. J'ai aimé ma sœur pour la dernière fois.

Je savourais la douceur de ses lèvres.

La passion de son amour.

Ses larmes ont plu sur mon visage. J'ai écrasé son corps contre le mien. Je ne voulais pas l'abandonner. Je voulais rester dans ce moment pour toujours. Je me suis assis, la tenant. Elle s'est accrochée à moi, m'embrassant toujours. Nathalie tomba à genoux, jetant ses bras autour de nous, ses lèvres embrassèrent mes joues, brûlantes.

"Sven !" Ava haleta. Elle et Greta tombèrent à genoux de l'autre côté, leurs bras me serrant contre moi. Ma princesse a frotté ses lèvres chaudes dans le baiser que j'ai partagé avec ma sœur.

Les ailes battirent. "Mon mari!"



Aingeal a atterri à proximité. Zanyia se déroula du corps luxuriant de la fée. Ils ont coulé vers nous et m'ont étreint par derrière. Même Carsina est arrivée, ma nouvelle esclave sexuelle, une que je connaissais à peine. Je me suis délecté de chacun d'eux.

J'ai tremblé. C'était fini. Nous avons eu ce moment. Nous avons gagné. Cela ne nous a coûté qu'Ealaín.

Chapitre quarante-quatre : Promesse tenue

Princesse Ava

Un étourdissement étrange m'a saisi. Tout semblait irréel. Les événements étaient arrivés si vite. En l'espace de quelques minutes, Ealaín avait péri et mon père... Mon père était mort. Ça faisait plus mal que je ne le pensais. Toute la haine, le dégoût que je ressentais pour l'homme s'est estompé. Il était parti. C'était difficile de le détester plus longtemps quand les souvenirs de l'homme plus doux qu'il avait été me revinrent à l'esprit.

Je me suis souvenu de mon temps de mon enfance quand ma mère vivait encore. Il était alors chaleureux, aimant. Quelque chose est mort en lui avec Mère. Ce qui l'emplissait était une froide ambition. Cela l'a conduit à des actes si terribles, l'a tordu bien avant qu'il ne devienne cette chose insectoïde gisant morte en bas de la colline.

Je suis tombé sur l'autel des âmes. Je baissai les yeux vers l'amulette dans ma main. Le phylactère tremblait sous ma poigne, maculé du sang de Kora. Sa vie se fondait dans la teinte écarlate du rubis. J'ai senti l'âme d'un homme méchant retenue dans la matrice de cristal.

Je posai l'amulette sur l'enclume en adamant, la plus petite partie de la vaste machine s'étendant jusqu'à la colline sous nos pieds. Krab, mon ancêtre divin, avait construit quelque chose d'incroyable sous mes pieds. Un vaste réseau de conduits focalisés sur ce seul point.

« Fais-le », grogna Sven alors que ma famille se rassemblait autour de l'autel.

Carsina a remis le marteau.

"Mettre fin à l'existence de ce maudit bâtard de Las," dit Sven, avec une telle haine dans la voix.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Sven Falk

Le marteau dans les mains d'Ava s'embrasa avec éclat. Le sol a grondé sous mes pieds. La lumière scintillait dans les profondeurs de l'Autel des Âmes. L'amulette tremblait dessus. Il trembla, la lumière se répandant autour de lui, l'enveloppant et le saisissant. J'ai secoué ma tête. L'heure avait sonné.

Mes femmes regardaient toutes l'autel avec une telle attention. Ils se tenaient autour de lui, l'énergie clignotante, vacillante et stroboscopique dansant au cœur de l'autel se déversant sur eux, en quelque sorte plus brillante – plus réelle – que la lumière du soleil tombant sur leurs épaules. Elle illuminait leurs visages, en faisait des silhouettes.

Je l'ai bu. Ce dernier moment. Pendant un moment, Ealaín se tint avec eux, son corps un spectre conjuré de mon imagination. Elle me dévisagea en hochant la tête. Elle savait ce que j'avais à faire, son visage tordu de douleur.

Ce serait tellement plus facile si elle était en vie et ici pour protéger mes femmes. Mais Aingeal avait ses pouvoirs tandis que Nathalie, Greta et Zanyia protégeraient Ava et Kora. Ils avaient leur armure. Leurs pouvoirs. Ils n'avaient pas besoin de moi.

Ça fait mal. Je voulais m'arracher le coeur. Je voulais l'arracher encore battant de ma poitrine. Je le serrais dans ma main sanglante. Je voulais chasser cette douleur. Cela rendrait cela tellement plus facile. J'ai fait mon marché. Le phylactère était sur le point d'être détruit. J'ai dû m'éclipser pendant qu'ils étaient tous concentrés sur l'autel.

J'ai rassemblé les ombres, les attirant autour de moi. Je m'effaçai, me fondant dans l'ombre dansante au sol. L'obscurité s'est enroulée autour de moi. Je sentis quelque chose trembler en moi. J'ai saisi plus d'ombres que je ne le pouvais auparavant. Je ne me suis pas rendu flou et flou, mais j'ai disparu. Je me cachais si complètement que je ne pouvais même pas voir ma chair.

Il y avait quelque chose qui interagissait avec mon armure. Quelque chose... Ma soeur. J'ai senti un contact avec ma sœur. Quand elle m'a guéri, elle avait une main coupée. Son sang s'était mélangé au sortilège de guérison et... Elle m'a transféré quelque chose.

Un dernier cadeau pour m'aider à m'évader.

J'étais tellement lâche que je me suis retourné et que j'ai descendu la colline. C'était le moyen le plus simple. Disparaître de leur vie. Je voulais emmener Zanyia, Ava, Aingeal, Nathalie, Greta et même Carsina avec moi, mais je ne méritais aucune d'entre elles si je pouvais en abandonner une.

Je voulais regarder en arrière une dernière fois - ça me démangeait de revenir vers eux - mais une rupture nette de notre relation. Ils auraient l'un l'autre. Ils se soutiendraient, et je trouverais autre chose. Là-bas dans le monde. Loin de Zeutch. Ils me détesteraient, mais je pouvais gérer ça. Ils seraient tellement en colère contre moi. Me mépriser.

Mais pas autant que je me méprisais.

J'ai atteint le bas de la colline. Les soldats survivants avaient fui, laissant derrière eux leurs morts. Quelques-uns de leurs chevaux erraient dans l'herbe. J'en ai approché un à pas silencieux. La lumière a éclaté derrière moi, inondant les plaines. Le cheval hennit, reniflant nerveusement.

J'ai saisi une bride. Je montai sur le cheval de guerre, me déplaçant sur l'ombre. Je fermai les yeux, inspirai profondément.

« Au revoir, ma chère sœur », murmurai-je. "Je vous aime tous."

J'ai gîté mon cheval et j'ai galopé vers ma nouvelle vie.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Princesse Ava

Les machines ont consommé ma concentration. La colline entière bourdonnait alors que mon âme actionnait le mécanisme, dirigeant les forces massives contenues dans la colline. Il l'a tenue, un vaste réservoir, une batterie massive de puissance recueillie du monde. Ma conscience a voleté à l'intérieur de la colline, faisant des ajustements ici, peaufinant quelque chose là.

Tout cela avait tellement de sens pour moi. C'était le but de la colline, de concentrer toute cette énergie. Il s'est réuni dans l'autel. Il a débordé sur la gemme. J'ai augmenté ma conscience de la machinerie. J'ai cligné des yeux, fixant le phylactère. J'ai senti l'âme du Biomancien frémir en elle.

Il savait ce qui allait se passer.

J'ai froncé les sourcils et j'ai compris comment fonctionnait le phylactère. C'était une machine magique créée pour être un vaisseau pour une âme, une boîte mystique. C'était tout ce qu'était la magie, manipulant les fondements du monde, les vastes énergies qui ont été utilisées pour le forger, l'ordre que Krab a établi lorsque les dieux l'ont créé. Certaines personnes pourraient simplement y puiser avec une formation, d'autres avec des capacités naturelles.

J'ai étudié le phylactère, compris comment il fonctionnait pour pouvoir le détruire. La gemme avait un petit robinet dessus que l'âme pouvait atteindre, trop petit pour qu'elle puisse s'échapper, mais assez pour que Kora puisse la manipuler et l'utiliser contre le Paragon dans le combat. Le savoir-faire était superbe. Il a été conçu pour durer, pour stocker l'âme pour presque l'éternité. L'énergie qui s'y est accumulée a été utilisée si efficacement pour garder l'âme piégée ici au lieu de se diriger vers le royaume astral. Mes sens ont glissé dessus, à la recherche de l'endroit parfait et...

J'ai trouvé sa faiblesse; l'endroit où j'avais besoin de frapper.

J'ai levé le marteau. C'était un foyer pour l'énergie débordante dans l'Autel. C'était le match pour ça. J'ai regardé l'amulette, laissant le pouvoir guider mon coup, et j'ai claqué mon outil sur la gemme de toutes mes forces.

Le marteau s'écrasa sur l'amulette.

La puissance a bondi. Toute l'énergie de la colline s'est dépensée en un instant.

La lumière a explosé autour de moi.

Un éclat m'a englouti alors que toute la colline gémissait. Le marteau a éclaté en un jet de diamant fondu qui s'est répandu sur l'autel. Des gouttes de sang grésillant y étaient mélangées. Le rubis s'est fracturé avec lui, libérant ce qu'il emprisonnait. Au cœur de la lumière qui brillait autour de moi, une vaste ombre s'éleva. Je frissonnai alors qu'un vaste mal se répandait dans le monde.

L'âme malveillante du Biomancien s'est approchée de moi. Il a déferlé autour de moi. Il a essayé de s'emparer de ma propre âme. Il a essayé de me déchirer, tirant sur mon essence. Il m'a crié dessus, furieux contre moi pour avoir détruit sa renaissance.

Pendant un instant, j'ai senti ses rêves d'un monde refait à sa perfection. Les gens ont changé par des insectes ressemblant à des coléoptères, les choses qui avaient déformé mon père en cette chose gisant morte sur la colline. Je frissonnai, serrant les dents, mes mains se crispant autour du manche émietté du marteau. Je l'ai bousculé. Il n'avait aucune substance. Plus aucune puissance.

Il n'était qu'un spectre ombral. Juste les restes crachotants d'un fou.

Sans un vaisseau à habiter, les âmes ne pourraient pas rester dans notre monde. La vaste machine de création a envoyé ces âmes dans le royaume astral. Il ne pouvait pas le combattre. Il n'avait nulle part où aller. Il hurla sa rage en se dissipant comme une brume nauséabonde devant la lumière éclatante du soleil.

L'autel gémit alors que sa lumière s'éteignait.

J'ai haleté, me penchant en avant, saisissant l'adamant, haletant alors que je regardais les restes brisés, le diamant mélangé au rubis. J'ai secoué la tête, puis j'ai regardé les visages de ma famille. Kora avait un tel regard de joie ravie sur son visage, les mains agrippées à ses seins. Elle a oscillé. Le bras de Zanyia passa autour de sa taille, soutenant la femme tandis qu'un ronronnement grondait de sa gorge.

"Tu l'as fait!" Greta a applaudi. Ma femme de lit jeta ses bras autour de moi, sa forme blindée se pressant contre mon flanc.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Kora Falk

J'ai vacillé dans l'étreinte de Zanyia. Je ne pouvais pas croire que c'était fini. Je me sentais tellement surréaliste. Il n'y avait rien qui pendait entre mes seins. Je n'ai pas senti la chaîne frotter à l'arrière de mon cou. Aucune gemme facettée ne caressait les pentes internes de mes seins. Pendant des semaines, je l'avais porté. Ce qui semblait être une éternité, et c'était parti.

Je ne savais pas quoi faire. Que dis-je maintenant. J'ai trébuché loin du ronronnement de Zanyia, de ma famille en liesse. Le monde entier s'est senti déplacé, l'angle de la réalité a changé, j'ai donc eu l'impression d'être sur une pente, déséquilibré. Je frissonnai en atteignant le versant de la colline.

Je l'ai regardé. Un cheval sans cavalier galopait depuis l'autel, fuyant la brillante explosion de lumière aussi vite qu'il pouvait courir. Mes yeux se posèrent sur les soldats morts gisant là où ils étaient tombés, le pourpre collant recouvrant l'argent de leur armure. Je passai devant le mage en robe noire et remontai le flanc brûlé des collines, les cicatrices laissées par l'armure de Nathalie. Des pans d'ombles marquaient la pente. J'ai sauté devant l'homme que j'ai détesté pendant un an et...

Mon regard s'arrêta sur Ealaín. J'ai plus oscillé. "Sven... mon frère..."

J'avais besoin de lui. J'avais besoin que ses bras autour de moi le sachent. Zanyia m'a serré dans ses bras par derrière, mais elle n'avait pas la force de mon frère, sa présence masculine. J'étais étourdi. Ma pauvre muse était partie. Rithi a envoyé Ealaín pour être mon inspiration.

Une telle douleur a jailli en moi.

"Sven, s'il te plaît !" J'ai gémi. "Mon frère... Je... Elle est partie."

"Attendez, où est-il ?" demanda Aingeal.

"Où est-il allé?" Ava haleta. « N'était-il pas là quand j'ai commencé ?

« Il vous a dit de le détruire, Maîtresse », dit Nathalie d'une voix faible.

J'ai cligné des yeux, tout mon corps tremblant. J'ai regardé ma famille par-dessus mon épaule. Ils regardèrent autour du sommet de la colline, confus. Mon front se plissa. Le choc m'a sorti de mon étourdissement. La peur me broyait le cœur.

"Est-ce que... est-ce que la destruction de la gemme l'a affecté ?" demandai-je, tout mon corps tremblant.

« Non, non, ne dis pas ça », gémit Greta.

"Ce n'est pas le cas", a déclaré Ava. "Le pouvoir n'a touché qu'au phylactère."

« Alors, où est-il allé ? demanda Aingeal. "Pourquoi s'éclipserait-il ?" Elle s'éleva dans les airs, battant des ailes. Elle inspecta les alentours en se retournant. "Je ne le vois nulle part !"

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Zanyia

Je tremblais en m'accrochant à ma Maîtresse tremblante. Je la serrai contre moi, frottant mon visage contre son cou alors que mon monde vacillait. La disparition du Maître m'a fait perdre toute la joie. Ma queue a balayé l'air derrière moi pendant que je tenais Kora. Cela ne pouvait pas arriver.

Nous avons gagné.

Nous avons fait tout ce que nous voulions faire. Nous devrions être heureux maintenant ! Pourquoi étais-je plus heureux avant aujourd'hui ? Ealaín mort et Maître parti... Cela n'avait aucun sens pour moi. Pourquoi disparaîtrait-il ? Est-ce qu'il est parti? Quelque chose l'a attrapé ? Était-ce une ultime revanche du Biomancien ?

"J'ai senti quelque chose en lui depuis que Rithi a accompli son miracle pour nous sauver du poison", a déclaré Maîtresse Kora. « Quelque chose… de réservé en lui. Quand je l'ai embrassé pour la première fois après avoir été guéri, il y avait quelque chose... d'hésitant en lui. Pendant un moment, il a semblé si plein de chagrin avant qu'il ne disparaisse alors qu'il m'étreignait. Et depuis..."

Mon sang s'est transformé en eau glacée. Ma peau piquait et ma queue se raidissait. Mes bras se resserrèrent autour de ma Maîtresse. « Il y avait... quelque chose entre lui et Ealaín », dis-je. « Quelque chose qu'ils avaient. Je n'y comprenais rien, mais il y avait quelque chose dans leurs parfums… »

« Est-ce du chagrin ? » demanda Maîtresse Ava en trébuchant à côté de nous. "C'est comme ça qu'il pleure Ealaín en... disparaissant sur nous."

"Non, non," dit Maîtresse Kora. « Il ne ferait pas ça. Il ferait semblant d'aller bien. Il devrait être l'homme fort. Il nous tenait pendant que nous pleurions. Il partagerait notre chagrin pour elle d'une manière stoïque presque... presque en le sentant à travers nous alors qu'il nous réconfortait. Il ne s'enfuirait pas.

"Peut-être qu'il a l'impression que c'est de sa faute ?" demanda Maîtresse Aingeal. Elle atterrit à proximité, ses ailes roses flottant jusqu'à s'arrêter. Le vent ébouriffait ses cheveux pâles, de la même teinte étrange. Elle secoua la tête, ses yeux violets distants alors qu'elle regardait Kora et moi. «Pense-t-il qu'il nous a laissé tomber? Que parce qu'il n'a pas sauvé Ealaín, il nous a laissé tomber ou... ? »

« S'il a changé après le miracle, dit Nathalie d'une voix si basse, peut-être... peut-être qu'il a promis à Rithi de veiller sur sa fille. Maître tient parole.

"Est-ce qu'il est tout honorable et viril et stupide en ce moment?" Aingeal gémit. « Ça chiffre. Idiot. Il n'a pas déçu Ealaín. Elle n'avait pas besoin de lui pour la protéger. De nous tous, elle était celle qui avait le moins besoin d'être protégée. Elle était son égale dans un combat.

"Idiot!"

"Ouais," dit Maîtresse Ava. "Cela ressemble à quelque chose qu'il ferait."

Mon corps s'est raidi. "Découvrons-le!" déclarai-je en m'éloignant de Kora. J'inspirai profondément, cherchant son odeur au-dessus des autres. Au-dessus de la mort. « C'est mon Maître ! Il ne se contente pas de s'enfuir. Droit?"

« C'est vrai », dit Nathalie en s'avançant à côté de moi, les bras croisés devant ses seins nus.

Carsina hocha la tête. « Nous l'avons choisi. Il n'a pas le choix en la matière.

« Ouais », dit Greta. Elle rejoint Nathalie et Carsina. « Nous sommes ses esclaves sexuels. Il doit nous posséder et nous donner des ordres. Il n'a pas son mot à dire là-dedans.

"Ouais!" J'ai hoché la tête. J'inspirai à nouveau alors que je me dirigeais vers l'autel. Là où je me suis souvenu de Sven debout quand la princesse a commencé à détruire l'amulette. J'ai trié les différents muscs de mes femmes, à la recherche de cet arôme masculin de notre mari.

Mon nez s'est contracté. Ma queue a sifflé. Je me penchai, l'herbe de la colline caressant mes poignets et mes chevilles tandis que je pataugeais. J'ai senti une bouffée de lui : cuir, sueur, confiance. Je me suis déplacé vers lui, j'ai trouvé où il se tenait, j'ai inspiré profondément.

"Je l'ai!" J'ai dit. Je dévalai la colline en respirant son musc.

J'ai dévalé la pente de plus en plus vite, ma famille me suivant derrière moi. L'odeur du Maître devint plus facile à suivre alors qu'il s'éloignait de celle de l'autre. C'était une piste dégagée pointant vers le bas de la colline, longeant Ealaín, se dirigeant vers les soldats que j'avais tués. Je m'avançai vers une trottinette rapide, respirant profondément chaque fois que je le pouvais, son parfum s'élevant au-dessus du pollen, de la saleté et du sang.

J'atteignis le pied de la colline, en sautant maintenant, mes jambes s'étirant alors que son parfum me conduisait jusqu'au... Le musc basané d'un cheval. J'ai fait une pause à la combinaison de foin et d'excréments et de sueur équine. Je fronçai les sourcils, ma queue bruissant. Son parfum s'y mêlait et... j'ai regardé vers l'horizon.

Un petit cheval partit au galop. Il a presque disparu de ma vue.

« Il est invisible », dis-je sous le choc. Comment a-t-il réussi cela ? Maître était incroyable. « Et il est sur ce cheval !

Je me suis lancé dans une course complète, debout, mes longues jambes me portant sur le sol. J'ai tapé sur Silence pour obtenir de l'énergie, mon armure endommagée la fournissant. J'ai couru comme le vent me propulsait, pourchassant mon propriétaire.

Il n'avait pas le droit de m'abandonner !

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Aingéal

Mes ailes bourdonnaient alors que je planais après Zanyia. Elle a couru vite, pourchassant l'étalon. Il n'y avait pas de cavalier, mais la lamia était certaine que Sven était dessus. J'ai froncé les sourcils. Si le cheval a été effrayé par l'explosion, pourquoi courait-il encore ? Il s'était éloigné de quelques kilomètres. Les autres chevaux de guerre ne se sont pas contentés de fuir sur un chemin aussi droit vers la civilisation. Ils commençaient à errer maintenant, se calmant.

Le cheval de guerre au galop se lança dans un grand galop. Quelqu'un a dû le fouetter dans une frénésie. Sven. Que faisait-il? Une vague d'agacement pour mon mari me traversa. J'ai voleté après lui, gagnant sur le cheval alors qu'il courait vers le départ des fermes. Chaque instant m'en rapprochait de plus en plus. Zanyia a suivi le rythme sous moi, courant avec une grâce si agile.

Son armure lui a donné de l'endurance.

Elle s'écarta de moi à peu près à l'endroit où nous arrivâmes à l'endroit où le cheval commença son galop. Elle ne suivit pas du tout le coursier, courant plutôt dans un angle oblique à partir du chemin, coupant à travers les champs. Je fronçai les sourcils, mon regard dardant devant elle et...

"Intelligent," marmonnai-je. Sven a sauté du cheval après l'avoir probablement conduit au galop. Il a utilisé son invisibilité avec habileté.

Mais maintenant, comment le trouverions-nous ? Il devait pouvoir courir vite grâce à son armure. Il aurait de l'endurance. S'il pouvait trouver un moyen de dissimuler son odeur, de confondre le nez de Zanyia... Je devais faire quelque chose.

Des esprits d'abjuration ont surgi autour de moi. Les boules de lumière bleue dansaient et se tortillaient autour de moi, répondant à mon besoin. Je souris en les touchant avec ma volonté, les concentrant sur la recherche du chemin devant Zanyia.

Le violet enveloppait les esprits alors qu'ils dansaient loin de moi. Ils ont déferlé sur le terrain, balayant le haut de l'herbe, formant un rideau d'énergie qu'ils ont parcouru en formes géométriques complexes, couvrant le sol, cherchant tout ce qui était caché et...

Une forme apparut, un homme courant, cerné de violet.

"Je t'ai eu!" J'ai souri lorsque les esprits aux teintes oranges sont apparus devant moi.

Les esprits d'évocation frémissaient d'un plaisir avide. Ils ont bu mon testament puis se sont précipités devant la silhouette illuminée. Ils ont plongé dans la terre avant Sven et ont fait exploser le sol. Des touffes d'herbe et des mottes de terre s'élevaient dans les airs en de puissantes fontaines de destruction, déchirant le sol sous les pieds de mon mari.

Sa silhouette, peinte en violet, s'immobilisa. Il jeta un regard par-dessus son épaule. J'imaginai l'expression agacée sur son visage alors que je fondais sur lui, préparant plus d'esprits pour l'enfermer et l'empêcher de s'échapper.

Il nous devait des réponses.

Chapitre quarante-cinq : L'inspiration du Radiant

Sven Falk

Je soupirai en regardant Aingeal fondre sur moi. J'enlevai la motte de terre de mon épaule, remarquant le contour violet autour de moi. Je n'échapperais pas. Ce serait tellement plus facile si mes femmes n'étaient pas si talentueuses.

Des ombres ombrales ont fondu sur moi, révélant ma forme. Je me tournai pour faire face à Aingeal seulement pour voir Zanyia me lancer à fond. Je n'ai eu qu'un moment pour me préparer avant qu'elle ne me percute. Je grognai, son poids s'écrasant contre mon corps, ses bras et ses jambes se serrant contre moi, s'accrochant à moi de cette manière désespérée et passionnée que seule mon esclave lamia pouvait. La force de mon armure me maintenait debout face à la force.

"Zania !" Je gémis, la voix tendue à cause de l'impact.

"Je ne vous laisse pas partir, Maître !" dit Zania. "Vous me possédez. Tu ne peux pas me laisser derrière.

Aingeal atterrit un instant avant que je puisse répondre, ses mains sur ses hanches, ses gros seins nus rebondissant. « Que se passe-t-il, mon mari ? demanda-t-elle, la colère se lisant sur son visage. "Pourquoi cours-tu!"

En arrière-plan, des chevaux galopaient vers nous. Mes autres femmes avaient suivi mon exemple. Ils seraient bientôt là. Je pourrais peut-être convaincre Aingeal et Zanyia de me laisser partir. Sans leurs capacités, je m'éloignerais des autres femmes.

La douleur a gonflé dans mon cœur lorsque j'ai dit : « Je dois quitter Kora.

"Quoi?" demanda Aingeal.

« Vous n'irez nulle part, Maître », dit Zanyia en m'écrasant de ses membres souples.

"Qu'est-ce que tu veux dire, tu dois quitter Kora?" demanda Aingeal, un regard si confus sur son visage.

Les sabots ont ralenti. "Laisse-moi?" demanda Kora alors qu'elle régnait, sa robe rose étreignant son corps. Elle avait l'air si petite au sommet du grand cheval de guerre. « Pourquoi devrais-tu me quitter, mon frère ? »

Je gémis, la douleur dans ses yeux bleus poignardant mon cœur. Je voulais éviter cela. Ce serait une blessure plus facile, une tranche propre au lieu d'une coupure en lambeaux, si je m'étais éclipsé sans avoir à dire ces mots, mais...

Je leur devais de m'expliquer. Je pouvais le voir sur leurs visages alors que les autres se retenaient. Ils mirent pied à terre, se précipitant autour de moi. Kora paraissant stupéfaite, les autres m'assaillant de questions, exigeant des réponses. J'ai été lâche de m'éclipser sans le leur dire.

Je devais être un homme et expliquer pourquoi je brisais leur cœur..

« S'il vous plaît, mon frère », dit Kora, les yeux larmoyants, « pourquoi faites-vous cela ? »

Je détournai mon regard d'elle et m'installai sur Ava. Elle s'agrippa à elle-même, le vent bruissant ses mèches blond vénitien. « Ava… je sais que tu veux que je m'installe et que je règne mais… et si je ne peux pas ? Et si j'ai besoin d'aventures ? »

"Et?" elle a demandé.

« Même si je ne le fais pas, même si je peux le faire, même si je peux rester et aider, je travaillerais à redresser votre principauté. Cela nécessiterait beaucoup de déplacements. »

Ava hocha la tête. "Ce sera. Je ne peux pas détenir tout le territoire conquis par mon père. Il va falloir négocier avec les autres princes, libérer des terres. Les négociations dureront probablement des années. Vous êtes malin. J'ai besoin de toi."

"Et cela signifie voyager, voyager, voyager." J'ai jeté un coup d'œil à ma sœur. « Mais vous avez besoin de stabilité pour pratiquer votre art. Rithi... Elle... J'ai pris une profonde inspiration. "Je te quitte, Kora." J'ai serré les poings. Mes mots semblaient si stupides. Je me détestais pour chaque mot que je disais. Mais je devais m'assurer que ça collait. Je devais m'assurer que Kora comprenait. « Nous sommes frères et sœurs. Ce que nous avons n'est pas bon. Nous ne pouvons pas faire cela. Je ne peux pas faire ça. Je ne peux pas du tout être près de toi. Je n'aurais jamais dû prendre ta virginité. Je n'aurais jamais dû céder à la faiblesse de mon cœur.

Au lieu de douleur, la colère a explosé sur le visage de ma sœur.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Kora Falk

"Pas vrai!" criai-je. "Une erreur?"

J'ai marché vers mon frère, son visage tordu avec une expression que je ne lui avais jamais vue. C'était presque du mépris, voire du dégoût, mais ce n'était pas dirigé contre moi. C'était dirigé contre lui-même. Ses yeux devinrent ternes. Il se déplaça, Zanyia tournant la tête pour le regarder. « Vous n'y croyez pas du tout. Je te connais, Sven Falk ! Vous ne vous retenez pas. Tu n'avais aucune réserve quand tu as pris ma virginité. Vous n'avez jamais regretté une seule fois ce que nous avons partagé. Tu t'en délectes !"

Il bougea mais soutint son regard. Son expression se durcit comme de l'argile séchant sous la chaleur étouffante du four.

"Alors pourquoi tu dis ça...?" Mes mots se sont évanouis. « Tu as conclu un marché avec Rithi et... Elle... » J'ai secoué la tête. Après son retour de Faerie, Ealaín m'a parlé de quitter mon frère, laissant entendre que ce n'était pas bien pour moi d'être avec lui, que mon art en souffrait. Maintenant, Sven a dit la même chose. Il voulait me chasser avec ces mensonges.

« Ealaín voulait que je te quitte. She kept nudging me in that direction for a while. I just thought she didn't understand you. When she finally surrendered to your passion after we killed the naga, I thought she understood that you were necessary for me, but... You had already bargained with Rithi. During the miracle! Didn't you, brother mine?”

“If I don't let you go,” Sven said, his voice sounding dead, bereft of any hope. What little light remained in his blue eyes died. A purr rose from Zanyia. She nuzzled against him like she was trying to show him differently. “If I don't leave you, Kora, then you all die. You, Zanyia, Aingeal, and Nathalie. Rithi will take back her miracle.” His shoulders bowed, crushed by an unseen force.

Gasps echoed from the other women. Zanyia's purring stopped. She trembled, holding him so tight. “Master...” she whispered. “Oh, Master, that's horrible.”

“And she'll let me live knowing my selfishness got you killed so...” Sven took a deep breath. That hardened expression returned. The self-loathing twisted his features. He spat out, “We're done!”

His words slapped me.

He whirled around in place, Zanyia still clinging to him. He marched away, not bothering to hide, his back straight. The lamia stared at me over his shoulder, her golden eyes wide, her face pale. Even her triangular ears had fallen. Nathalie sobbed nearby.

“Sven,” groaned Ava, her voice thick with pain.

My heart wanted to break. This was terrible. Monstrous. He was destroying himself to save me. Us. He loved us that much that he would rip out his heart. I clutched at my breasts, my own heart screaming in pain.

“No!” I shouted, such anger surging through me, swallowing my agony. “Rithi!”

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Ealaín – The Adamant Palace, The Astral Realm

The walls of The Adamant Palace quivered with Kora's rage. Her words echoed through the halls. I lifted my head from the comfort of my mother's embrace. She soothed me in my death. My soul had returned to my home. Rithi stiffened, lifting her head from me.

Kora was a Radiant, a priestess of my mother. She could commune to the Goddess. Every time a priestess prayed, or used divine magic, it echoed through the walls, whispering to my mother. Normally, it didn't shake the foundations.

Kora's righteous anger assaulted The Adamant Palace.

“Fool girl,” Rithi said. Her face tightened. She had the same midnight-hue to her flesh as me and my aoi si sisters.

“It was a mistake,” I told her. “I was wrong about Kora.”

“Quiet, daughter,” Rithi said. “We will not discuss this again.”

When Rithi healed Sven after I died, I told her she needed to release him from his oath, that it was a mistake to pry him from Kora. She bade me to be silence, just like she did now. But I couldn't. I loved them. They were my spouses. I wanted Sven's happiness as much as Kora's. I grew to love the man. He'd won me over.

“I was a fool, Mother.” I looked Rithi in the eyes. “She loves him. He is her inspiration. He is more her muse than I ever was. You can't part them.”

“He seduced you, daughter,” Rithi said. She pulled away from me, leaving me sitting on her bed alone. She rose, staring at the walls. Then she shuddered and gasped as Kora's words resounded with power.

“Rithi, inhabit my art and speak with me!”

Rithi shivered as her priestess invoked her image. My mother closed her eyes and sent a piece of her power to answer Kora's prayer. I trembled, hating myself. How could I not have seen it right away? At first, I thought Sven a distraction. No true artist should devote herself to one passion. Not if she wanted to create a myriad of art that spoke about beauty, love, emotion, hatred, anger, suffering, joy.

How could she be an inspiration to others if she reveled in only one experience? But for Kora, that one experience—that one man—would take her to new things. Would expose her to new ideas and wonders from which she would create new art for the world to enjoy.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Kora Falk

I faced my Goddess as she inhabited the illusion I painted. She appeared with skin of purest black, her hair a white so pristine it almost glowed. It fell around her majestic form. Reality wraped around her, bleeding into rainbow hues, colors I had never seen at all in my entire life, not even while we were in Faerie. She looked so much like Ealaín. I could see it in the shape of her face, of her ears, in the way she stood with all that confidence.

Majesty.

My Goddess manifested before me.

“I won't give up my brother,” I said to Rithi, my chin raised. I wouldn't back down. I wouldn't let her destroy my family. I would fight to the very end. I had my family. I had wed him with Luben's blessing. “I will not be parted from my husband, my Goddess.”

Her head cocked to the side. “Then you will die.”

“I'll die without him,” I snarled. “I'll leave the priesthood. I won't make any more art. I will never dance again. Never paint. Never make love. I won't enrich this world any more, only poison it with my bitter grief. I promise you, that I will be done with it. He is the man I love. He will be the father of my child!

“You will not part us!”

My words resounded. I felt Sven watching me. He had turned from his flight, walking the only path he could. Fleeing was the only way he could save us. But there had to be a better way. Something I I could do. His presence, the presence of my family gave me strength.

“All mortals die,” Rithi said. “I expanded my power to save you. If you will not enrich the world, then it was a waste of my effort. I will return that energy to me and your original destiny will resume, my radiant.”

“Then kill me!” I snarled. My entire body shook as the fury roared through me. “Strike me down with your unjust deal!”

Rithi arched a narrow, snowy eyebrow. “Unjust?”

“You made a deal with my brother that affects whether I live or die, and you don't include me? Then you try to control what inspires me by strong-arming the man I love into abandoning me! Into hurting me!” I folded my arms before me, fixing my Goddess with the hardest stare ever. “What type of artist does that to another, Rithi?”

A muscle twitched my Goddess's cheek. An inhuman rage bled off of her and washed around me. The air bent and warped more, reality distorting beneath her presence. I didn't care. I faced her down.

“I will not let any critic dilute my art!” I hissed. “I won't let your opinion, your will, sully it. I don't care what you do.” I whirled around. “You do not get to dictate my art to me, Rithi! My soul is my own! No one owns it!”

I marched to my brother. He stood there, Zanyia clinging to him. His back straightened. He nodded his head. The respect in his face, in the set of his jaw, touched me. A strange joy rippled through me despite the righteous fury whipping me onward. His arms opened wide.

Engulfed me.

I hugged him and Zanyia, my face resting on his other shoulder. Zanyia's fierce eyes met mine. A defiant purr rose in her throat. My arms slipped around the both of them. Zanyia brought my brother and me together. I was glad she was here for this.

“Kill us,” Aingeal said as she fluttered down and hugged me from behind.

“Master! Mistress!” Nathalie darted in, throwing herself into Zanyia's back. The young girl buried her face into the lamia's tawny mane.

I looked at Rithi over my shoulder. “Will you keep me from my inspiration? I lost one muse today, I'm not losing another.”

The distortion around my Goddess dwindled. Her stance shifted, shoulders bowing ever so slightly. Her eyes flicked away from me. “Ealaín says she was wrong. She... realized her mistake too late. She is sorry, Kora. Tu as raison. I can't dictate your art. I am not Krab demanding my worshipers follow my plans. I won't keep one artist from her inspiration.

“My apologizes, my Radiant.” Rithi caught my gaze. “I can see that you will create such works of beauty. It will spill out from here. It will change the world in such profound ways. Your love will be expressed. And your grief.”

“Thank you, my Goddess,” I said, my voice cracking. My body shook as the emotion swelled within me

With a nod of her head, her form melted away.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Sven Falk

Ava, Greta, and Carsina surged in as the Goddess vanished, reality restoring to normal. They flung themselves into the group hug. Faces shining with tears, twisted with the outflow of emotions, stared up at me. All my women cried out their joy as they held me.

I wanted to join them. Emotions stung the corners of my eyes. My throat tightened. I didn't have to leave them. I didn't have to abandon them. Hurt them. Kora was brilliant. She convinced a Goddess to change her mind. It was so overwhelming. I squeezed my sister so tight to my chest. I smiled at them, blinking my eyes against the tears. How did I get so lucky to have these women? To share my life with them? To be united with them?

I didn't know, but I wouldn't fuck this up. I wouldn't vanish to find my own adventure. I had to be their husband, their Master. Some carried my children. I would be a father. My children needed to have someone to be an example to them.

Like my own father had been.

I cleared my throat and, instead of surrendering to the emotions rippling through me, I said as cockily as possible, “So, we have a princedom to rule.”

I grinned. They laughed.

To be concluded...

Articles similaires

Nurse Mom - Chapitre 9 - Maman se joint à tante Pam

J'ai tourné la tête pour voir maman assise dans le fauteuil dans le coin. Pam a tourné la tête et s'est figée quand elle a vu maman là, complètement nue et se touchant. Maman avait un grand sourire sur le visage et a dit qu'elle ne pouvait tout simplement pas s'en empêcher alors qu'elle continuait à passer ses doigts sur son chaton. Pam a commencé à paniquer et a essayé de se lever de moi, mais j'ai tenu une prise ferme sur ses larges hanches et je l'ai juste maintenue au sol, plantée sur ma bite. Elle ne pouvait pas dire...

961 Des vues

Likes 0

College Town - Partie 4 - Des adolescents méchants

Adam pouvait à peine regarder Jess qui était assise sur le lit recouverte du sperme d'un autre homme. Il s'assit sur le bord du lit en se demandant pourquoi il n'avait pas encore fui la pièce alors que de grosses gouttes blanches de jus de Jason roulaient du front de sa petite amie, le long de son nez et dans son œil gauche. Il n'était pas tout à fait sûr si sa petite amie avait eu l'intention de l'humilier ou si elle avait juste été prise dans le moment et avait dit et fait des choses qu'elle n'aurait pas dû. Ses...

784 Des vues

Likes 0

CRAIGSLIST SEXE

C'est ma première histoire alors dis-moi ce que je devrais faire mieux la prochaine fois !! C'est aussi une histoire vraie j'espère qu'elle vous plaira !! Quand j'avais 18 ans, j'étais vraiment dans le placard. Personne dans mon école ne savait que j'étais bisexuelle et le fait que toute la journée je rêverais et fantasmerais d'avoir une bite dans la bouche. Avant de vous parler de l'histoire, laissez-moi vous parler un peu de moi-même. J'ai 18 ans 5'7 140 et je suis en forme athlétique étant donné que j'ai lutté; mais c'est une histoire pour une autre fois ;). J'ai aussi...

768 Des vues

Likes 0

Fantaisie réalisée

FANTAISIE RÉALISÉE Elle souffrait. Elle l'a mérité. Elle avait été folle, ses désirs avaient brouillé son bon sens et l'avaient amenée à agir de manière impulsive. Elle l'avait rencontré en ligne et même si dès le début son instinct lui avait dit qu'il pouvait être dangereux mais quand il a décrit comment il l'utiliserait, il a excité son désir masochiste et elle n'a pas pu résister à la tentation. Alors elle était allée là où il le lui avait dit, puis elle avait fait ce qu'il lui avait dit de faire. « Lorsque vous y arriverez, vous verrez une camionnette noire...

784 Des vues

Likes 0

La nouvelle vie d'Aria Pt3

Aria Je me suis réveillé en sursaut dans les bras de mon père. « Qu'est-ce qui ne va pas, Aria ? » me demanda-t-il avec inquiétude. Juste un rêve 'bizarre', je suppose. Je transpirais et tremblais. Le roi a dû s'en apercevoir. « Tu es venu pendant que tu dormais. Vous êtes venu beaucoup ces derniers jours. Il m'a pris dans ses bras et m'a serré fort. Au moment où j'étais de retour dans ses bras, j'ai commencé à envelopper mon corps autour du sien, cherchant plus. Papa, s'il te plaît, suppliai-je. Absolument, Aria. Sur ce, il a commencé à m'embrasser et m'a allongé...

788 Des vues

Likes 0

Sucer et avaler_(1)

Cela faisait longtemps que je pensais à ça, qu'est-ce que ça ferait de sucer un mec ? Qu'est-ce que ça ferait d'avoir une vraie bite qui glisse dans mon cul ? J'ai 39 ans et je suis marié et je n'ai jamais eu cette démangeaison correctement grattée. Bien sûr, ma femme a utilisé des sangles, mais cela ne s'est jamais senti tout à fait bien. Je devais le découvrir alors j'ai commencé mes recherches sur les branchements locaux pour les hommes. Finalement, j'ai trouvé un gars qui était Bi-Curieux et vivait sur place, pour sa vie privée, nous l'appellerons David. David...

758 Des vues

Likes 0

Rite de passage

Rite de passage Chapitre 1 Les jambes de la sœur de Jimmy Smith ont été jetées sur chacune de ses épaules alors qu'il s'enfonçait fort dans son tunnel étroit. En baissant les yeux, il pouvait voir la mousse blanche recouvrant son sexe et le doux brun duveteux de ses poils pubiens. L'air rempli des sons spongieux de sa bite martelant sa chatte humide juteuse. Ses petits seins volaient d'avant en arrière. Ses cheveux bruns mi-longs entouraient son visage en sueur. Ses yeux se fixèrent sur les siens, sa bouche s'ouvrit et un doux miaulement en sortit. Ses hanches pleines se soulevaient...

695 Des vues

Likes 0

Fallout Four Futanari

Fallout Four Futanari Le voilà, Jalbert Brothers Disposal, a déclaré Brand. Paige Carter, grande, mince et aux yeux gris avec des cheveux blonds courts, serrait plus fort son fusil à pipe automatique alors qu'elle regardait la colline vers les bâtiments bas délabrés et fragmentaires et les tas de ferraille. Elle regarda son équipe de pillards avec un air dubitatif. Brand se tenait avec ses jumelles fixées sur l'emplacement, son revolver .44 dans son étui à la hanche, presque caché par l'armure à pointes qu'il portait. Il était stoïque et calme, pour la plupart ; une psychodépendance l'a fait éclater de colère...

705 Des vues

Likes 1

Ma nouvelle passion

Ma nouvelle passion Petite histoire de Night_Walkerx5 ______________________________ Les jeux vidéo ont toujours été une passion dans ma jeune vie. Pas ces jeux de sport, où vous faites toujours la même chose et ce n'est amusant que lorsque vous jouez avec des amis. Non... Je veux dire les jeux d'aventure, les jeux d'horreur, les jeux RPG... Ceux qui racontent une histoire. Une histoire où vous incarnez le personnage principal. J'ai probablement vécu plus d'aventures que n'importe qui d'autre dans mon école. J'ai vu tellement de jeux sous-estimés avec des histoires et un gameplay merveilleux. Je m'appelle Ashley, je suis sur le...

672 Des vues

Likes 0

Rassemblement de célibataires

Enfermé dans une retraite de week-end pour les personnes désireuses de rencontrer toutes sortes d'autres célibataires, je me suis dirigé vers le lac et quand je suis arrivé, on m'a montré une jolie cabane en bois que je partageais avec 3 autres célibataires mixtes, et étant le premier à arrivé, j'ai préparé des collations, ouvert du vin et choisi le lit sur lequel je me sentais le mieux. Allongé sur le lit king-size de la chambre principale, l'hôte est entré et a eu une paire de petites filles sexy qui souriaient lorsque nous avons toutes été présentées. Le responsable des activités...

923 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.