T'aimer

217Report
T'aimer

Tu avais quatorze ans quand ça a commencé, moi dix-sept. Ta peau était douce avec cette précieuse souplesse adolescente, comme le ventre mou d'un chiot, cédant lorsque je la pressais doucement, tes yeux brillants et curieux, brillants de tentation et de désir interdit. Votre ventre était tendu sur deux os de la hanche, des points de chair juteux qui ne demandaient qu'à être embrassés… implorant d'être adorés.

Cela a commencé là avec une seule mèche de vos cheveux noirs d'ébène, posés si innocemment sur votre ventre, cela a commencé par vous taquiner avec ces cheveux, puis en passant légèrement mes doigts sur votre ventre et ces hanches. Chaque trace de doigt brillait sur ta peau, envoyant des vagues de désir et de besoin à travers toi… c'était la première fois que je te touchais comme ça et cela faisait des choses indescriptibles pour toi… et pour moi. Vos doux murmures rythmaient l'air immobile, parsemé de faibles gémissements de désir. J'avais envie de te rejoindre.

Le baiser a été mémorable… une main s'est enfoncée dans ta poitrine pour te tirer vers moi. C'était une libération d'un pur besoin, une cession définitive à mon propre sens moral et à ma réticence. Le baiser était composé uniquement de lèvres, de langue et de dents… c'était la première fois que vous ou moi embrassions une autre femme. C'était sensuel… le sentiment persistant que tu étais attiré vers moi pesait lourdement dans l'air, allumant des feux qui brûlaient pour d'autres passions à venir.
J'ai remonté un peu ta chemise et j'ai commencé à caresser ton ventre, j'ai passé lentement mes doigts sur ta peau souple… tu étais chaud au toucher, tu en voulais plus. Je me déplaçais en cercles, en mouvements larges et longs, j'ai passé la paume de ma main à plat le long de toi. Mes mains vous chevauchaient ainsi que vos sentiments, vous conduisant vers un sentiment d'appartenance. J'ai abaissé mes doigts… osant à peine toucher sous la ceinture de ton jean. Ici, j'ai hésité un moment, sentant doucement la texture changer sous mes doigts, passant du jean rugueux à la peau lisse en dessous. Comme si tu étais un cadeau... ton emballage extérieur révélait le cadeau le plus étonnant à l'intérieur... Les sensations parcourant mon corps m'enflammaient, je partageais ton plaisir. Mes doigts dansaient sur ta peau, frottaient, caressaient, touchaient... Je prenais le plus de temps possible pour me donner le temps de trouver le courage nécessaire pour faire ce que je savais que j'allais faire. Votre respiration était profonde, vos yeux fermés, alors que je prenais une grande inspiration et que je promenais mes doigts le long de votre ventre, devant ce jean et sentais enfin mes doigts effleurer vos doux poils pubiens, regardant vos hanches se soulever un peu pour me rencontrer.

Je me suis traîné près de toi, à mes côtés, pendant que tu étais sur le dos, mon bras était sous toi et tu as pressé ton visage contre moi, te cachant timidement, alors que le premier contact d'une autre femme cimentait mon âme à la tienne pour toujours. Tu étais lisse et mouillé, tu voulais que je te touche et te donne quelque chose que tu n'avais jamais eu auparavant. Votre corps tremblait, vos yeux étaient fermés lorsque je me suis lancé dans ma première aventure prudente en vous. Mes doigts glissèrent facilement le long de toi, t'atteignant et s'enfonçant profondément dans ton centre chaud et humide. Je t'ai senti et entendu gémir juste un peu et je t'ai rapproché de moi, déplaçant doucement mes doigts à l'intérieur de toi, te sentant te détendre un peu sous mes mains patientes. Votre respiration était longue et profonde, votre visage enfoui si fort contre moi que vos yeux s'ouvraient pour me regarder puis se refermaient rapidement, même si votre sourire me disait tout ce que j'avais besoin de savoir à ce moment-là.
**
Je me souviens de la première fois où je t'ai embrassé partout. Ta peau était alors encore douce, et j'ai pris beaucoup de plaisir à t'embrasser et à t'y goûter. Je me suis mis à te grignoter, le plat de ma langue caressant ta peau, te donnant la chair de poule. J'ai pris mon temps, savourant l'instant, et j'ai lentement parcouru votre visage et vos lèvres (oh, vos lèvres pulpeuses et pulpeuses ! À ce jour, mes lèvres connaissent votre carte corporelle... la courbe de votre front, la pente de tes sourcils délicats, ton nez finement proportionné, tes pommettes saillantes et ces lèvres qui me rendent folle...) tes seins, (si beaux et parfaits... tes tétons étaient une merveille pour moi, ils restaient timidement rentrés jusqu'à assez de baisers affectueux ils se sont aventurés...) sur ton ventre (mon préféré !) et tes cuisses... et puis vers le puits de plaisir entre tes jambes. Je me souviens d'avoir goûté pour la première fois à une autre femme, à vous, - à vous ! - et je me souviens très bien de votre goût. Si doux, si chaleureux... si vrai. Ton goût sera à jamais sur ma langue, alors que je me souviens à quel point il est sensuel et doux de m'enfouir en toi et de te laper, en roulant doucement ma langue en toi, en léchant longuement, lentement et sensuellement le long de ta féminité, en suçant doucement. sur ton petit bourgeon de plaisir. J'ai adoré la façon dont tu as mis tes mains dans mes cheveux, tes longs gémissements sourds résonnant dans la pièce, le lourd parfum du sexe qui s'installait sur nous. J'ai adoré la façon dont ton corps et le mien se fondaient doucement l'un dans l'autre quand nous étions comme ça, ma bouche se connectant si délicieusement entre tes jambes et m'emmenant en toi comme si nous étions un seul être. Tes mains seraient partout, saisissant mes propres mains, dans mes cheveux, sur mes épaules, sur ma propre chatte… tu gémirais doucement et finirais par te reposer soit dans mes cheveux, mes préférés, soit en saisissant les miens.
**
Et je me souviens très bien de la première fois que tu m'as embrassé comme ça là-bas… de la façon dont tu m'as chatouillé les cuisses avec ta langue, de la manière tout à fait espiègle dont tes yeux m'ont pétillé lorsque tu m'as lancé un regard entre mes jambes. Tu aimais le contrôle que tu avais sur moi… c'était le seul endroit où je t'appartenais entièrement, abandonnant tout contrôle. Tu as fait ressortir mon plaisir, mon désir, mon besoin, jusqu'à ce que j'en sois réduit à te le supplier, puis tu as plané sur moi et tu as attendu encore un instant avant de plonger ta langue en moi, de goûter à la partie de moi qui n'était destiné qu'à toi. J'ai adoré la façon dont tu pouvais me contrôler ainsi, la façon dont tu m'attirais jusqu'à ce que je ne puisse plus rien faire d'autre que le supplier. J'ai adoré m'entendre te supplier… J'ai adoré prononcer ton nom doucement, encore et encore… pendant que tu me faisais plaisir avec ta langue douce, te plongeant en moi encore et encore, me rendant complètement fou de désir. toi.

J'ai tordu mes hanches follement, mais ta bouche est restée serrée contre moi, ta langue s'est glissée doucement en moi, puis est venue pour un long léchage le long de ma chatte, puis tu as changé à nouveau et tu as enfoncé ta langue aussi loin en moi que possible. éventuellement s'étirer. Oh! Comme j'ai gémi et haleté, comme je me suis débattu sur le lit ! Vous avez maintenu cette délicieuse attaque pendant si longtemps, d'abord pendant une minute en commençant à effleurer légèrement mon clitoris, puis en enfonçant votre langue en moi. À un moment donné, vous avez produit une balle vibrante et vous l'avez tenue contre mon clitoris pendant que vous léchiez et suciez ma chatte.

Je savais que quand cela arriverait, j'ai senti la vague de sensations commencer au niveau de mes orteils et commencer lentement à me consumer. La balle envoyait à travers moi des sensations que je n'avais jamais eues auparavant, et couplée à ta langue chaude et poussée, j'avais l'impression que tu atteignais des endroits en moi dont je n'avais jamais entendu parler ou ressenti auparavant. Un bref halètement... J'ai senti que je devais vous prévenir avant de perdre complètement la capacité d'émettre des sons cohérents... J'arrive... J'arrive maintenant... ! – et tu m'as chevauché encore plus fort avec ta langue pendant que je commençais à avoir des spasmes complètement incontrôlables sous toi.

La ruée était énorme ! Je suis arrivé si soudainement, du jus explosant de moi, des ondulations de plaisir total me consommant de chaque mèche de cheveux jusqu'à mes ongles de pieds. Un faible gémissement guttural s'échappa de mes lèvres, des larmes jaillirent de mes yeux, j'agrippai tes cheveux avec une telle intensité... Cela dura une éternité, et tu étais toujours là, ta langue toujours enfouie au plus profond de moi, traitant la dernière goutte de jouissance. de ma chatte qui tremble et tremble. Je ne pouvais que m'allonger, gémissant toujours doucement alors que les vagues post-vagues me déchiraient, la sueur perlant de ma peau, mon souffle haletant de plaisir insensé. Vous vous êtes doucement éloigné, donnant un dernier coup de langue à ma chatte très humide avant d'essuyer votre visage sur mes cuisses puis de vous embrasser. J'ai adoré ça, me goûter à ton haleine… sachant que tu étais la seule femme à m'avoir touché comme ça. Tu te blottirais à côté de moi après un rapport sexuel, tu passerais un bras autour de moi... et je saurais que j'avais eu la chance de trouver la femme la plus parfaite du monde.

Articles similaires

Le fantasme de Carla accompli

Je suis entré dans le magasin et j'ai vu Richard regarder vraiment vers le bas et lui ai demandé ce qui n'allait pas. Richard m'a dit qu'il venait de découvrir que sa femme le trompait et qu'il ne savait pas quoi faire. Je lui ai dit à quel point j'étais désolé et je l'ai invité à prendre un verre et un film pour que ma femme Carla et moi puissions penser à tout. Je lui ai dit que les enfants étaient chez leur tante pour qu'il n'ait pas à s'inquiéter d'être entouré d'un groupe d'enfants qui criaient. Richard a frappé à...

2.4K Des vues

Likes 1

Juin et juillet (2ème essai)

Il était 18h30 vendredi soir quand je rentrais du travail. J'ai erré dans la maison à la recherche de July, ma femme depuis 10 ans. Il y avait une grande cocotte qui cuisait lentement sur la cuisinière. C'était bon signe. Finalement, je suis sorti à l'arrière de la maison jusqu'à notre piscine. Là, sur deux fauteuils inclinables, se trouvaient July et son amie proche June, toutes deux nues. « Que se passe-t-il ? », ai-je demandé. « June a rompu avec son petit ami. Je lui ai dit qu'elle pouvait emménager ici, avec nous. Nous avons discuté de la façon dont...

1.9K Des vues

Likes 0

Trouver le maître

Trouver le maître Partie un Nous nous sommes rencontrés en ligne, comme tant de gens le font de nos jours. C'était un site social pour adultes, et c'est là que j'ai défini ma personnalité en ligne et que je me suis enfin libéré de la dissimulation de mes préférences sexuelles. Cela m'a étonné qu'il y ait autant d'hommes à la recherche d'une femme comme moi, mais j'ai également été stupéfait de constater, en parlant avec beaucoup d'entre eux, qu'ils n'avaient aucune idée de la manière de me traiter correctement. L'homme nommé Wolf, avec de longs cheveux noirs, une barbe pleine et...

1.9K Des vues

Likes 0

Nurse Mom - Chapitre 9 - Maman se joint à tante Pam

J'ai tourné la tête pour voir maman assise dans le fauteuil dans le coin. Pam a tourné la tête et s'est figée quand elle a vu maman là, complètement nue et se touchant. Maman avait un grand sourire sur le visage et a dit qu'elle ne pouvait tout simplement pas s'en empêcher alors qu'elle continuait à passer ses doigts sur son chaton. Pam a commencé à paniquer et a essayé de se lever de moi, mais j'ai tenu une prise ferme sur ses larges hanches et je l'ai juste maintenue au sol, plantée sur ma bite. Elle ne pouvait pas dire...

2.3K Des vues

Likes 0

College Town - Partie 4 - Des adolescents méchants

Adam pouvait à peine regarder Jess qui était assise sur le lit recouverte du sperme d'un autre homme. Il s'assit sur le bord du lit en se demandant pourquoi il n'avait pas encore fui la pièce alors que de grosses gouttes blanches de jus de Jason roulaient du front de sa petite amie, le long de son nez et dans son œil gauche. Il n'était pas tout à fait sûr si sa petite amie avait eu l'intention de l'humilier ou si elle avait juste été prise dans le moment et avait dit et fait des choses qu'elle n'aurait pas dû. Ses...

1.9K Des vues

Likes 0

Un été avec ma demi-soeur Mary, partie 2

Il semblait que ma belle-mère avait mis une éternité à partir, mais quand elle l'a finalement fait, nous nous sommes tous les deux regardés et Mary m'a fait le sourire le plus mignon, me demandant si j'étais prêt à finir de mettre cette lotion. Nous sommes sortis et elle a enlevé son haut lentement, timidement, comme si elle était gênée par la petite taille de ses seins. Pour moi, ils ressemblaient à la perfection, petits, pointus, avec de minuscules mamelons roses qui dépassaient. Je lui ai dit qu'elles étaient belles, ce à quoi elle a souri d'un grand sourire et s'est...

2K Des vues

Likes 2

Chien porte-bonheur Ch5: Achever Tammy

Chien porte-bonheur Ch5: Achever Tammy Tammy est sortie de sa salle de bain enveloppée dans une serviette. Elle avait essuyé la plupart du sang et du sperme de son corps. Elle avait perdu son jeu préféré. Elle allait juste devoir baiser le premier gars qu'elle rencontrait et rester avec lui pendant un moment. Peut-être qu'elle suivrait les conseils de son amie et trouverait un six pouces fiable. Elle était assise sur une chaise dans la cuisine avec un verre de lait devant elle. Le chien avait été rude et brutal, mais elle pensait que c'était quelque chose qu'elle aimerait chez un...

2.1K Des vues

Likes 1

CRAIGSLIST SEXE

C'est ma première histoire alors dis-moi ce que je devrais faire mieux la prochaine fois !! C'est aussi une histoire vraie j'espère qu'elle vous plaira !! Quand j'avais 18 ans, j'étais vraiment dans le placard. Personne dans mon école ne savait que j'étais bisexuelle et le fait que toute la journée je rêverais et fantasmerais d'avoir une bite dans la bouche. Avant de vous parler de l'histoire, laissez-moi vous parler un peu de moi-même. J'ai 18 ans 5'7 140 et je suis en forme athlétique étant donné que j'ai lutté; mais c'est une histoire pour une autre fois ;). J'ai aussi...

1.9K Des vues

Likes 0

Quatre ans après la pêche au thon

C'est maintenant l'hiver 2009 presque cinq ans depuis notre grand voyage de pêche. Vous avez peut-être lu mon histoire sur un voyage de pêche au thon où ma femme était «malade» et est restée à la maison et j'ai emmené un de nos amis pêcher. C'est au cours de ce voyage où elle m'a dit qu'elle s'était interrogée sur ma bite depuis ou à l'université il y a de nombreuses années. Nous avons fini par avoir du bon sexe tous les trois sur mon bateau dans l'océan. Aucun de nous n'a jamais parlé de ce jour pendant près de cinq ans...

2K Des vues

Likes 0

Fantaisie réalisée

FANTAISIE RÉALISÉE Elle souffrait. Elle l'a mérité. Elle avait été folle, ses désirs avaient brouillé son bon sens et l'avaient amenée à agir de manière impulsive. Elle l'avait rencontré en ligne et même si dès le début son instinct lui avait dit qu'il pouvait être dangereux mais quand il a décrit comment il l'utiliserait, il a excité son désir masochiste et elle n'a pas pu résister à la tentation. Alors elle était allée là où il le lui avait dit, puis elle avait fait ce qu'il lui avait dit de faire. « Lorsque vous y arriverez, vous verrez une camionnette noire...

1.9K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.