Hillary

238Report
Hillary

Hillary commençait à s'ennuyer. Elle était assise, regardant dans le vide depuis elle

fenêtre du dortoir. Aujourd'hui, c'était l'une des fois où elle se demandait ce qui l'avait poussée à partir

à l'école sur la côte ouest. Loin de chez elle et de quelques bons amis, elle

J'ai commencé à me sentir seul parmi les Californiens d'origine.

Alors qu'elle regardait les autres étudiants marcher le long du chemin sous sa fenêtre,

elle reprit soudain son souffle alors qu'au coin de la rue arrivait un incroyablement

mec magnifique. Elle le regarda attentivement passer, admirant son corps bronzé.

les muscles ondulant sous sa chemise, les jambes musclées, le cul ferme, le confiant

façon dont il marchait. Elle l'observa jusqu'à ce qu'il soit hors de vue, et finalement regarda

autour pour quelque chose de mieux à faire.

Ses yeux se posèrent sur son bikini, jeté négligemment sur le dos d'un

chaise, à côté d’un roman d’amour torride. Elle sourit en pensant en elle-même :

"Juste ce dont j'ai besoin. Un bain de soleil sur le toit et un peu de lecture appropriée

compte, compte tenu de mon humeur. " Elle devait admettre qu'elle était

excitée comme l'enfer, et comme elle n'avait rien à faire, peut-être une sieste au soleil

pourrait calmer ses nerfs.

Elle a rapidement enfilé le bikini, s'arrêtant pour s'admirer dans le

miroir. Elle connaissait la seule raison pour laquelle elle avait tant de mal à trouver un homme sur

le campus était ses propres nerfs. Son corps allait bien, mieux que bien. Son

les seins étaient fermes et bien arrondis, sans paraître trop gros. Elle a élevé

une main pour en prendre une, notant que cela remplirait juste la paume de la moyenne

homme. Elle glissa ses mains le long de sa taille et sur ses hanches légèrement arrondies.

Pas une once de graisse peu attrayante ; ses courbes étaient parfaites. Tout

à propos de sa romance criée, si seulement elle ne restait pas bouche bée à chaque fois

un beau mâle lui a même jeté un coup d'œil !

Attrapant sa serviette et le livre, elle se dirigea rapidement vers le toit,

essayant d'ignorer la chaleur qui avait commencé à se propager dans son bas

membres alors qu'elle avait examiné son corps. Même maintenant, ses tétons se resserrèrent alors qu'elle

pensa à la main de quelqu'un - peut-être l'homme qu'elle venait de voir - qui l'entourait

sein, passant son pouce sur ses mamelons. Gémissant de frustration, Hillary

J'ai couru vers les escaliers menant au toit.

En arrivant sur le toit, Hillary était heureuse de le voir inoccupé. Elle

sentit que ses pensées étaient inscrites sur son visage, et elle savait qu'elle était

rougir. En étalant la serviette, elle s'allongea sur le dos, les jambes écartées

légèrement, à lire.

En lisant, elle commença à souhaiter ne pas avoir choisi ce livre en particulier.

Alors que le héros et l'héroïne célébraient leur nuit de noces, de manière très explicite

détail, Hillary pouvait sentir cette chaleur familière se répandre en elle. Elle

J'ai regardé autour de moi mais je n'ai vu personne.

"Qu'est-ce que ça pourrait faire de mal ?" se demanda-t-elle doucement en regardant autour d'elle une fois

plus pour m'assurer qu'elle était vraiment seule. "Je suis douze étages au-dessus du

sol, et je n'ai jamais vu personne d'autre prendre le soleil ou quoi que ce soit d'autre ici.

C'est privé."

Elle se tortilla mal à l'aise alors qu'elle recommençait à lire. Une main a glissé

vers le haut, apparemment de son propre chef, et effleura légèrement la surface durcie.

mamelon d'un sein. Hillary gémit, laissant presque tomber le livre sous le choc.

de plaisir le simple contact envoyé à travers elle. Une fois de plus, elle essaya de

ignorez ses sentiments et retournez à la lecture. Sa main bougea encore, cette fois

glissant le long de sa taille, sur son ventre plat jusqu'à ce qu'il atteigne

l'endroit légèrement humide entre ses jambes. Au choc du contact, Hillary

elle laissa tomber le livre à côté d'elle et abandonna toute prétention.

Hillary avait tellement chaud qu'elle ne se souciait plus de savoir si elle était seule ou non. Tous

elle savait que quelque chose devait être fait à ce sujet, et elle était la seule

un là pour le faire. Une main glissa sous le bord de son bas de bikini,

entre les plis chauds pour trouver son centre de plaisir gonflé. Le contact envoyé

des vagues de chaleur la traversaient et elle gémissait bruyamment, ses hanches poussant

avant. Son autre main s'est levée jusqu'à sa poitrine, où elle a roulé son mamelon

entre ses doigts. Ses hanches bougeaient doucement contre son doigt, ce qui

glissait facilement dans l'humidité. Elle pouvait sentir la pression monter, et

sa seconde main glissa jusqu'à sa taille pour rejoindre la première sous elle maintenant trempée

bas de bikini. Elle gémit encore, frottant le bouton gonflé de plaisir tout en

son autre doigt s'enfonça profondément en elle. La sensation de son doigt

glisser à travers la chaleur humide de son propre jus a intensifié la construction de

ses sentiments, et elle savait qu'elle était sur le point de dépasser les limites. Elle a ouvert

ses yeux, et s'abandonna à ses fantasmes, imaginant le visage bronzé de l'homme

elle l'avait vu plus tôt se pencher sur elle, lui chuchotant. Ses hanches se sont cambrées

vers le haut, dur contre sa main, et le monde a explosé.

Lentement, elle revint à la réalité et rougit en se souvenant du bruit fort.

cri qu'elle avait poussé en arrivant. Alors que les battements diminuaient, elle essaya de

trouver comment redescendre, maintenant que le bas de son costume était

trempée et ouvrit les yeux.

"Bonjour."

Pendant une minute, Hillary crut qu'elle devait rêver. Il ne pourrait sûrement pas

être quelqu'un d'autre sur le toit, et certainement pas quelqu'un avec une voix qui

avait l’air si excitant. Elle tourna la tête vers la source de la voix,

et sentit le monde s'effondrer sous elle.

Assis les jambes croisées à côté d'elle, les mains jointes sur ses genoux, se trouvait l'homme

elle l'avait vu plus tôt. Il la regardait, une expression légèrement amusée sur

son visage. "Je suis venu ici pour bronzer."

"Moi aussi", dit doucement Hillary, le rougissement s'étendant sur ses joues.

"Il n'y a généralement personne d'autre ici. J'aime être seul."

L'étranger rit. "Je pense que je peux comprendre pourquoi."

Hillary rougit encore et détourna le regard. "Depuis combien de temps êtes-vous ici?"

Sa voix était à peine audible et elle pouvait sentir son souffle sur son épaule.

alors qu'il se penchait pour comprendre ses mots.

"Assez longtemps pour voir que votre corps agit aussi bien qu'il est créé",

dit-il très sérieusement.

Rougissant jusqu'au bout des oreilles, Hillary se leva et enveloppa la serviette.

autour de sa taille. Ne regardant pas l'inconnu, elle se pencha au-dessus du pick-up

son livre (présentant une magnifique vue arrière), puis elle a couru vers

la porte. "Bien joué, Hillary. Maintenant, vous n'avez pas seulement réussi à embarrasser

dans la conversation, mais d'une autre manière aussi ! » Elle ne savait pas comment

elle pourrait un jour oublier cet après-midi, mais elle aurait aimé pouvoir le faire, et bientôt.





Rob se tourna pour regarder la fille partir, ressentant une douleur à l'aine.

Lorsqu'il avait franchi la porte du toit, il ne s'attendait pas à

trouver quelqu'un d'autre là-bas et cherchait franchement une chance de s'évader

du reste du campus. Cependant, lorsqu'il eut tourné le coin, il

l'avait d'abord entendue, puis vue. Il avait hésité, sentant sa bite

Devenait dur alors qu'il la regardait en silence, puis il s'était rapproché. Elle

n'avait pas semblé le remarquer alors qu'il était assis à côté d'elle, l'observant attentivement. Son

la virilité palpitait intensément alors qu'elle explosait dans l'orgasme, et il considéra

profitant de la situation, mais ne l'a pas fait, attendant plutôt qu'elle

sors des nuages ​​et ouvre les yeux.

Elle avait joliment rougi en l'apercevant, et il réalisa que

elle était vraiment très attirante et très bien formée. Cependant, dans

son embarras, elle était partie si vite qu'il n'avait même pas eu l'occasion de

découvrez qui était cette fille inhabituelle. Il ne se souvenait pas de l'avoir rencontrée auparavant,

et il était certain qu'il se serait souvenu d'elle. Il sourit encore en pensant

d'elle, puis gémit de frustration. D'une manière ou d'une autre, il devait le découvrir

qui elle était.

Hillary entra dans la pièce, fermant lentement la porte derrière elle.

laissant la serviette tomber sur le sol en un tas froissé.

"Hé, gamin !" La voix joyeuse de sa colocataire la salua. "A été

encore bronzer sur le toit ? »

Hillary rougit avant de pouvoir s'en empêcher et se détourna pour que Lindsay

je ne verrais pas son expression. "Oui," dit-elle doucement. Elle est allée vers elle

commode, j'ai sorti un t-shirt et un short et je me suis rapidement changé. Après

retrouvant son calme, elle demanda aussi calmement que possible : "Hé, Lins, tu

jamais vu ce type vraiment mignon -- il ressemble un peu à...", a-t-elle décrit

l'homme du toit du mieux qu'elle pouvait.

Lindsay réfléchit un instant, puis sourit. "On dirait Rob Warren.

Quel homme incroyablement magnifique !" Elle jeta un coup d'œil à Hillary. "Eh bien, j'ai eu le béguin

pour le gars ?"

Hillary s'assit sur le lit, rapprochant ses jambes, son menton appuyé sur

ses mains alors qu'elle regardait le sol. "Non," marmonna-t-elle. "Je me demandais

qui il était. "En plus, tu *sais* à quel point je suis inutile quand il s'agit de parler à

les gars."

Lindsay rit. "Trouvez-le à une fête, après en avoir bu quelques

boissons. Cela vous déliera la langue. »

"D'une manière ou d'une autre, je pense qu'il en faudra plus que cela dans ce cas", a déclaré Hillary

marmonna si doucement que Lindsay ne savait pas qu'elle avait parlé. "Comment aurais-je pu

*c'est fait?"





Au fil de la semaine, Rob s'est retrouvé à regarder les filles qui passaient

à travers le dortoir, et il lui fallut un certain temps avant de réaliser qu'il cherchait

la fille sur le toit. Cependant, il n'a jamais vu quelqu'un qui lui ressemblait, et

au bout de deux jours, il était prêt à abandonner ses recherches.

Il était assis dans le salon, penché en arrière, les pieds sur la chaise, le

livre qu'il lisait pour son cours d'anglais ouvert et ignoré sur ses genoux. Il

J'ai regardé la pluie tomber par la fenêtre. Il avait plu depuis

journée sur le toit, jetant un voile sur tout le campus californien.

Rob rit intérieurement. Pas même l’occasion de bronzer sur le toit.

"Hé, Rob ! Tu lis ce livre ou tu espères absorber l'intrigue

à travers ta peau ? »

Rob a regardé dans la direction de la voix joyeuse pour voir un camarade de classe.

de sa marche vers lui. Il a reconnu le blond, même si ce n'était pas le cas.

Je connais son nom, en tant que fille vive de sa classe d'anglais. Il l'a saluée

et lui fit signe de s'asseoir.

Elle s'est perchée sur le bord de la chaise en face de lui et a dit joyeusement.

"Je m'appelle Lindsay."

Il acquiesca. Elle n'a rien dit de plus, alors il a eu recours à de petites

parler. "C'est un sacré livre à lire, hein ?" Il désigna le roman sur ses genoux.

Lindsay haussa les épaules. "Je l'ai lu l'année dernière pour un autre cours, donc pas grand-chose

accord. " Elle lui jeta un coup d'œil. " Connaissez-vous une Hillary Riley ? " demanda-t-elle hors de

le bleu.

Rob réfléchit un peu. "Je ne peux pas dire que oui. Pourquoi?"

"C'est ma colocataire. Elle me posait des questions sur toi."

Les yeux de Rob se plissèrent. Serait-ce... "Comment est-elle ?"

Lindsay a décrit sa colocataire. Il n'y avait *rien* qu'elle préférait

qu'un peu de jumelage, surtout là où sa colocataire trop timide était

concerné.

Pendant que Rob écoutait, il sentit son corps réagir lorsqu'il réalisa qu'Hillary était la

fille qu'il cherchait. Il s'était réveillé le matin pour

rêve d'elle... il l'avait vue dans ses fantasmes... et maintenant il aurait pu

la chance de retrouver la fille. Il sourit. "Pourquoi tu ne me la donnes pas

numéro, ou dis-moi où la trouver ? Tu dis qu'elle est timide ? Peut-être que je peux le faire

quelque chose à ce sujet..."

Lindsay a pris un morceau de papier du cahier sous lequel elle avait glissé

son bras. "Son emploi du temps est là aussi." Elle sourit en retour. "Bien

chance. Vous en aurez probablement besoin."





Hillary gémit de frustration. Son cours de mathématiques devait être le plus

Cours *complètement* ennuyeux à suivre. Chaque jour, elle restait assise pendant la classe, regardant

aux murs, rêvassant, laissant simplement son esprit vagabonder. Elle lui jeta un coup d'œil

montre. Il est temps que le professeur commence à conclure. Enfin

il avait fini. Avec un soupir de soulagement, Hillary a emballé son cahier et son livre :

Elle les mit sous son bras et quitta précipitamment la pièce.

Alors qu'elle se précipitait vers la porte et au coin de la rue, elle marmonna

"Excusez-moi", au grand corps qui lui bloquait soudainement le passage. Quand cela

ne bougea pas, elle leva les yeux avec colère. "*Excusez* moi..." sa voix traînait

s'éloigna alors qu'elle reconnaissait qui se tenait devant elle.

Rob lui sourit. « Envie de vous rencontrer ici. »

Hillary sentit son visage devenir brûlant et sut qu'elle rougissait jusqu'aux pointes des lèvres.

ses orteils. Elle fit un pas de côté et avança plus vite qu'il ne le pouvait.

lui barrer à nouveau le chemin. Alors qu'elle s'éloignait précipitamment, Rob la regarda battre en retraite.

en arrière, un sourire amusé sur le visage.





Hillary était recroquevillée dans sa chambre pour étudier, malgré le soleil qui s'était levé une fois.

encore une fois revenu. Elle préférait étudier sur le toit, mais après le dernier

le temps… son visage devint rouge et son corps trahissait la chaleur du souvenir.

Elle secoua la tête et essaya de se concentrer sur son travail.

Un coup à sa porte la distraya une fois de plus et elle l'ouvrit.

"Oui?"

Un jeune homme se tenait devant elle, tenant un vase rempli de roses.

"Livraison pour Hillary Riley", entonna l'homme. "Est-ce la bonne adresse ?"

Hillary hocha la tête, abasourdie. Pour elle? Elle a pris les roses et avec un

une main tremblante signa le reçu. En fermant la porte, elle vérifia s'il y avait un

carte. Posant les roses sur son bureau, elle cueillit les petites roses bleues.

enveloppe entre les fleurs. L'ouvrant nerveusement, elle lut : "Est-ce que tu

tu sais à quel point tu me fais chaud ? Je me souviens toujours de ce que j'ai vu et je veux *tellement* tellement

pour en voir plus... -Rob"

Elle laissa tomber la carte comme si elle était en feu, puis tout aussi rapidement

Elle l'a récupéré avant que sa colocataire ne puisse le trouver. Elle regarda autour d'elle,

paniqué, se demandant où cacher la carte. Elle s'est finalement cachée au fond de moi

son tiroir à chaussettes et essaya en vain de retourner étudier.





Lindsay lissa sa minijupe sur son ventre plat et la vérifia.

apparition dans le miroir. Hillary la regardait d'où elle était recroquevillée

lit. "Tu as l'air bien, Lins. Laisse tomber."

Lindsay se tourna pour regarder sa colocataire. "Tu devrais venir avec moi,

Hillary. Ce n’est pas comme si c’était grave ou quoi que ce soit. »

Hillary haussa les épaules. "Tu sais que je n'aime pas les grandes fêtes."

"Tu es timide, je sais." Lindsay soupira. "Meg, tu ne vas *jamais*

rencontrer quelqu'un si vous n'essayez pas. » Elle se dirigea vers le placard d'Hillary.

et j'ai commencé à fouiller dans les vêtements. Sortant une blouse paysanne et

jupe courte, elle les a jetés à Hillary, ajoutant une paire de bas nylon et des chaussures plates à

la pile de vêtements. "S'habiller."

Hillary leva les yeux et vit Lindsay debout devant elle, les mains sur les hanches.

une expression déterminée sur son visage. "Quoi?" Elle jeta un coup d'œil depuis sa colocataire

à la pile de vêtements sur le lit, puis de nouveau à sa colocataire. "Vous devez

je plaisante."

"Sans blague." Lindsay tendit la main pour tirer les bras d'Hillary jusqu'à ce que la jeune fille soit

debout devant elle. "Maintenant, vas-tu t'habiller ou est-ce que je dois le faire

Pour toi?"

Voyant qu’il n’y avait aucune issue à la situation, Hillary s’est rapidement déshabillée.

et rhabillé. Elle regarda la blouse paysanne que Lindsay avait choisie et

a commencé à l'échanger contre un autre haut, mais Lindsay l'a arrêtée. Hillary

rougit à l'idée de porter ce chemisier, car il était légèrement

transparent, et comme il était hors de l'épaule, un soutien-gorge ne pouvait pas être porté

dessous. "Lins, tout le monde pourra *tout voir* !"

Lindsay haussa les épaules. "Ecoute, habille-toi juste pour tuer. Alors tu n'auras pas à le faire

vous inquiétez de faire la conversation. Personne ne le remarquera si tu es bouche bée

si tu es assez bien habillé."

Hillary dut sourire à cela, et réalisant que Lindsay ne changerait pas

dans son esprit, elle finit précipitamment de s'habiller. Le haut était très bas sur elle,

découvrant le haut de ses seins. Elle avait l'impression qu'elle allait en tomber

devrait-elle faire quelque chose de trop actif, comme respirer. Et la jupe... eh bien, elle

j'ai essayé de le tirer un peu plus longtemps, mais ça n'a pas fonctionné, la couvrant à peine

cul bien formé et pas plus loin, montrant peu et laissant beaucoup à

imagination agréable.

"Parfait!" Lindsay lui a donné un « coup de pouce ». "Maintenant, allons-y."





Dès qu’ils ont franchi la porte, Hillary s’est sentie écrasée par le

corps autour d'elle. Lindsay ne resta avec elle que jusqu'au bar, puis

la laissa seule alors qu'elle se dirigeait vers la piste de danse, un mec mignon à son bras.

Hillary la regarda, impuissante, et se dirigea vers le mur, essayant

trouver un endroit où elle pourrait respirer et siroter son verre dans une relative paix.

"Dansez-vous?"

Hillary leva les yeux pour le revoir. En rougissant, elle se détourna. Il

lui tapota l'épaule, l'obligeant à lui jeter un nouveau coup d'œil.

Il sourit d'un air encourageant. "Je viens de te demander si tu *dansais*. Une danse

ça ne peut pas faire de mal, n'est-ce pas ?

Elle haussa les épaules, n'osant pas dire quoi que ce soit. Il a tendu la main et

prit doucement le verre de sa main et le posa sur une table voisine. Prise

sa main, il la conduisit sur la piste de danse, où elle pouvait entendre un lent

chanson en cours de lecture. Passant ses bras autour de sa taille, il l'attira contre lui et

a commencé à osciller.

Hillary pouvait sentir la chaleur venant de ses mains dans son dos et essaya

s'éloigner. Il la tenait dans ses bras, près de lui, et elle vit

l'amusement dans ses yeux quand elle essaya de mettre plus de distance entre eux.

corps.

Il pencha la tête près de son oreille et murmura : « Je t'ai maintenant, ma

chérie, et je n'ai pas l'intention de te laisser partir.

Elle leva les yeux vers lui et vit le sourire sur son visage, et essaya de sourire

de retour, toutes les pensées saines ayant fui sa tête. C'était pire que

étant simplement muet. Elle n'avait absolument aucune idée de ce qu'elle pensait

et peu de contrôle sur ce qu'elle ressentait. Ses mains caressaient le

le bas de son dos, et même ce simple contact lui faisait des ravages

sens. Elle leva de nouveau les yeux et vit ses yeux briller alors qu'il la regardait.

visage intensément. Il se lécha les lèvres et son attention se concentra sur cette partie.

de son visage. Il avait de si belles lèvres. Elle se demandait ce que ça ferait

s'il l'embrassait.

Rob regarda la fille dans ses bras, étonné de ce qu'elle pouvait faire.

à son corps simplement en étant près de lui. Il était déjà dur et palpitant,

et ne voulait rien faire d'autre que sortir de là pour pouvoir faire ce qui était

vraiment dans son esprit, et ce n'était certainement pas de la danse. Il lui jeta un coup d'œil pour

voyez ses yeux le regarder avec confiance alors que ses mains lui caressaient le dos. Il

se lécha les lèvres et vit son regard se recentrer sur sa bouche. Souriant

doucement, il baissa la tête pour l'embrasser.

C'était le feu ! Hillary haleta lorsque les lèvres de Rob quittèrent les siennes. Le

la musique s'arrêta et il la relâcha lentement, et elle resta simplement là, une

expression perplexe sur son visage. Dans une petite partie de son esprit, elle était

étonné... peu importe à quel point elle était muette à ce moment-là...

elle regarda autour d'elle et vit qu'une autre chanson avait commencé - rapide et

pleine d'entrain - et elle sentit automatiquement son corps commencer à bouger au rythme de

la musique. Elle jeta un coup d'œil à Rob et vit un large sourire sur son visage alors qu'il

dansait de manière suggestive, souriant seulement à elle. Hillary sentit son corps réagir et

dansé en nature, ses hanches se rapprochant des siennes de manière taquine, puis elle s'élança

loin... touchant doucement sa poitrine puis reculant... un regard taquin,

léchant ses lèvres, passant sa main dans son dos et ses jambes… Elle avait toujours

adorait danser et réalisait maintenant qu'elle n'avait pas besoin de trouver les mots pour

parler, son corps pourrait le faire à sa place.

Rob savait que s'il ne partait pas bientôt, il éclaterait ici.

Elle s'était finalement détendue et la façon dont elle bougeait son corps, le taquinant, le faisait

il faisait si chaud qu'il pouvait à peine réfléchir. À la fin de la chanson, il lui saisit les bras,

il la serra contre lui et lui couvrit la bouche de la sienne.

Le corps d'Hillary fondait contre le sien et elle pouvait le sentir chaud et dur.

contre elle. Elle avait hâte de le voir et répondit avec ferveur à son baiser :

escrimant avec sa langue, ses mains serpentant autour de sa nuque pour

jouer avec les mèches de ses cheveux à la base de son cou. Elle a gémi

contre sa bouche, et alors qu'il reculait, ses yeux le supplièrent de partir.

Placer un bras autour de son épaule (ce pour quoi Hillary était reconnaissante -- elle

n'était pas certain qu'elle aurait pu rester debout toute seule), Rob la conduisit

du bâtiment, à travers le campus jusqu'à sa chambre. Alors qu'il ouvrait la porte, Hillary

entra, soudain à nouveau incertain. Elle hésita tandis que Rob fermait le

porte.

Il pouvait voir sa nervosité dans ses yeux et savait qu'il la voulait.

se sentir bien à ce sujet. Il sourit, sachant qu'il avait pensé à

cela déjà souvent, et je me demandais si elle l'avait fait aussi. Il la regarda

regarda sa chambre.

"Belle chambre", commenta-t-elle d'une voix tremblante.

Rob haussa les épaules. "C'est petit, même pour un célibataire. Pourquoi ne t'assois-tu pas

en bas, je reviens dans une minute.

En partant, Hillary chercha autour d'elle une place pour s'asseoir et trouva une chaise.

rempli de vêtements et de livres, du lit et du sol. Regarder le lit

nerveusement, elle s'installa sur le sol, s'appuyant contre le lit.

Maintenant que son esprit était revenu à son corps, elle était à nouveau terrifiée.

Elle *savait* qu'elle le voulait, oh mon Dieu, comme elle le savait. Elle n'était tout simplement pas sûre d'être

pourrait le faire. Elle avait peur qu'on se moque de lui, qu'on se moque de lui, qu'elle fasse quelque chose de mal...

Rob poussa la porte, emportant avec lui un bol rempli de

glaçons. Ouvrant la porte de son petit réfrigérateur, il en sortit un

bouteille et l'ai déposé dans la glace. En allant dans son placard, il en sortit deux

verres à vin et les plaçai à côté de la bouteille. Puis il remarqua où

Hillary était assise. Il soupira intérieurement, sachant qu'elle était à nouveau tendue.

Il s'assit sur le lit, à côté d'elle, et lui toucha doucement les épaules.

"Hillary, si tu veux, je te ramène à la maison maintenant."

Hillary secoua la tête et leva les yeux vers lui. "Je ne veux pas rentrer à la maison"

dit-elle doucement en posant sa main sur son genou. "J'ai juste..." sa voix

» s'interrompit car elle ne parvenait pas à penser à ce qu'elle voulait dire.

"Sais-tu à quel point tu étais belle ce jour-là sur le toit ?" Rob

demanda doucement. Hillary rougit et se détourna, souhaitant ne pas lui avoir rappelé

de ce jour. Il lui attrapa le menton dans sa main et la tourna doucement vers lui.

Encore lui. "Je le pense vraiment", a-t-il dit. "J'ai rêvé de ça et de toi." Il

se pencha pour l'embrasser doucement et sentit une partie de la tension s'atténuer en elle.

"Tu as?" » dit Hillary, ne le croyant pas vraiment.

Il en riant. "Oh oui, je l'ai fait." Il commença à lui masser les épaules et

la sentit recommencer à se détendre, s'appuyant sur ses mains fortes alors qu'elles

caressé et massé ses muscles. "Si tu t'assois ici, je peux le faire

mieux."

Hillary se leva, s'étirant avec une grâce féline, les seins tendus.

contre le tissu fin de son chemisier, puis s'assit sur le lit. Rob fit signe

pour qu'elle reste sur place et se lève assez longtemps pour ouvrir la bouteille de

champagne et versez deux verres. Il rit encore. "Si je n'ai pas été

je pense à toi, alors pourquoi aurais-je eu ça ?

Hillary haussa les épaules, peu habituée à ce genre de flatterie. "Tu aurais pu avoir

c'est pour quelqu'un d'autre," dit-elle doucement.

Il la tourna pour lui faire face et posa son verre pour pouvoir la tenir dans ses bras.

correctement pendant qu'il l'embrassait. "Pas pour quelqu'un d'autre, Hillary. Seulement pour toi."

Il tira doucement sur sa chemise, la retirant de l'endroit où elle était rentrée.

sa jupe, remontant en dessous pour toucher la peau nue de son dos.

Ses lèvres bougeaient sur les siennes tandis que ses mains lui caressaient le dos, très doucement.

taquinant les gonflements de ses seins alors qu'il essayait presque, mais pas tout à fait, de

caressez-les.

Hillary sentit sa respiration trembler et son esprit s'éloigner en partant.

seule sensation derrière. Elle était reconnaissante d'être assise, pour ça

il lui sembla soudain que tous ses os s'étaient transformés en bouillie, ne supportant plus

son corps. Elle rigola légèrement, surprenant Rob, alors qu'elle pensait à un

chose qui *certainement* n'aurait pas dû se transformer en bouillie...

Il recula lorsqu'il la sentit rire et vit une expression diabolique en elle.

ses yeux. "Qu'est-ce que c'est?" Il a demandé.

Elle sourit espièglement. "Je pensais juste qu'à chaque fois que tu touches

moi, c'est comme si je n'avais plus aucun os en moi. » Elle tendit la main

une main hésitante pour toucher le renflement sous son pantalon. "Je ne peux pas dire que oui

c'est la même chose pour toi."

"Ce n'est certainement pas le cas !." Il l'a tirée contre lui alors qu'il s'allongeait

sur le lit, l'amenant à s'allonger sur lui. Elle baissa la tête alors qu'il

a passé sa chemise par-dessus sa tête d'un seul mouvement rapide. Ses mains s'élevèrent jusqu'à

toucher ses seins, d'abord un mamelon, puis l'autre, puis prendre un sein en coupe

dans chaque main. Il se pencha pour les embrasser. "Très bien", lui dit-il

avec appréciation. "Presque aussi bien que je l'avais rêvé."

"Presque!" Hillary a agi sans réfléchir et a arraché l'oreiller du

sous sa tête, le frappant violemment avec. "Ce n'est pas gentil d'insulter le

fille que tu essaies de séduire.

Il l'a distraite en mordillant un mamelon, le taquinant jusqu'à ce qu'il grandisse.

dur sous sa langue. "Aucune intention d'insulte", dit-il lentement, entre deux baisers.

Hillary a oublié ce qu'elle considérait comme une insulte et s'est livrée à

les sensations qui parcouraient son corps. Chaque fois que sa langue touchait

son mamelon, c'était comme s'il y avait une ligne menant directement entre elle

jambes, et devrait pouvoir se sentir de plus en plus mouillée à chaque instant.

Tandis qu'il la caressait et l'embrassait, Rob glissa ses mains sous le dos de

sa jupe courte et commença à lui frotter doucement les fesses. "Toi", dit-il

doucement, "aie un sacré beau cul."

Hillary s'est glissée sous son emprise pour s'allonger à côté de lui. Elle a attendu un

moment jusqu'à ce qu'elle ait à nouveau maîtrisé sa respiration et commente :

jouant avec un bouton de sa chemise, "Ce n'est pas juste, tu sais. Tu m'as

déjà à moitié déshabillé."

Rob se leva et se déshabilla rapidement, laissant Hillary regarder son

corps merveilleux. Il lui sourit. "Bien?"

Hillary se leva et, lentement, de manière séduisante, enfila la jupe et la culotte.

ses hanches. Elle s'est ensuite agenouillée devant Rob sur le lit, enroulant ses bras autour de lui.

Le corps de Rob. "Bien," murmura-t-elle en frottant sa joue contre sa poitrine.

"Très agréable." Ses mains s'enroulèrent autour de lui, jusqu'à ce qu'elle atteigne la base de

son cou et a passé ses doigts dans ses cheveux. Elle tira doucement,

approchant ses lèvres des siennes alors qu'elle se penchait en arrière, le tirant vers le haut

d'elle. Ses mains caressèrent ses fesses tandis que leurs langues se tiraient. Son

la respiration devenait irrégulière alors que Rob se retournait pour s'allonger à côté d'elle, une main

traçant paresseusement un cercle autour d’un sein.

"Tu as un très beau corps," dit-il doucement, les yeux fixés sur

Hillary est captive. Elle avait l'impression de sombrer dans la sensation, son esprit

attirée par ses yeux et par la sensation de sa main alors qu'elle taquinait son corps.

Sa main remonta pour prendre doucement son sein, son pouce effleurant légèrement

le téton. "Tu as de très beaux seins", murmura-t-il en baissant la tête.

prendre le mamelon dans sa bouche. Hillary avait l'impression que des chocs la traversaient

» alors que sa langue taquinait légèrement le mamelon jusqu'à ce qu'il soit rigide. Puis son

La langue descendait le long de ses seins et il fouilla le creux de son nez.

entre avant de passer à lécher doucement l'autre mamelon jusqu'à ce qu'il soit également dur.

Hillary avait du mal à réfléchir et savait que s'il continuait

plus longtemps, elle n'allait pas pouvoir se retenir. "Rob," murmura-t-elle,

sa voix à peine audible. C'était si difficile de penser. "Rob, si tu

ne t'arrête pas, je vais..."

"Bien," l'interrompit-il doucement. Elle pouvait presque sentir sa bouche sourire

contre sa poitrine. Sa main descendit doucement, sur son ventre plat,

sentant les muscles sauter, jusqu'à ce qu'il effleure légèrement le monticule humide et rosé de

des boucles à la jonction de ses jambes. Il pressa sa main contre elle, sentant

elle presse ses hanches contre sa paume alors qu'elle gémit. Il a glissé un doigt

dans les plis chauds, trouvant son centre de plaisir caché à l'intérieur. Il

le fit rouler doucement sous son doigt, sa langue taquinant toujours ses tétons,

jusqu'à ce qu'elle gémisse et se torde sous sa main. Il la sentait tendue, et

s'est rapidement déplacé pour capturer ses lèvres avec les siennes, la coinçant sous son dur

corps alors qu'il la sentait se libérer avec une chaleur chaude contre sa main.

Lentement, elle se détendit, ouvrant les yeux pour le voir la regarder, un

expression douce et amusée dans ses yeux.

Elle rougit. "On dirait que tu l'as fait ce jour-là sur le toit", dit-elle.

doucement.

"Toi aussi..." murmura-t-il, effleurant ses lèvres avec les siennes, puis bougeant.

glisser légèrement le long de son cou.

Elle retint son souffle et dut se concentrer pour parler. "Toi

j'ai l'air un peu différent", dit-elle, un léger rire s'échappant.

"Oh vraiment?" Il se pencha sur son coude pour la regarder. "Comment

donc?"

Elle passa sa main dans son dos, puis tendit la main pour le caresser.

dureté. "Eh bien, tu n'étais pas vraiment nu sur le toit..."

Il frissonna alors que sa main caressait le long de sa queue rigide.

" Pourtant, si vous aviez bien regardé, vous auriez pu voir à quel point j'ai apprécié

en train de te regarder."

"Oh vraiment?" Hillary lui sourit.

"J'aurai *toujours* plaisir à te regarder..." dit doucement Rob.

Hillary a remonté ses mains jusqu'à sa poitrine et l'a poussé doucement contre lui.

jusqu'à ce qu'il roule sur son dos. "Et maintenant?" il a demandé curieusement

alors qu'elle le regardait, semblant le dévorer des yeux. Il pourrait

il se sent de plus en plus chaud alors même qu'elle le regarde sans le toucher. Puis elle

les mains se tendirent pour effleurer légèrement sa poitrine, et il se sentit tendu alors que

ses mains se rapprochèrent, puis s'éloignèrent à nouveau, le taquinant alors qu'elle prudemment

évitait de toucher sa verge. Puis elle a souri et s'est penchée jusqu'à ce qu'elle embrasse légèrement

sur la pointe. Elle se retourna pour le regarder et le vit la regarder

à travers des yeux voilés de passion.

"Est-ce que tu t'amuses encore ?" » demanda-t-elle d'un ton taquin.

Rob hocha la tête, sachant que sa voix ne fonctionnerait plus. Quand il semblait

elle s'était arrêtée, il essayait de faire fonctionner ses cordes vocales. Sa voix est sortie

comme s'il n'avait pas été utilisé depuis un bon moment. "Allez-y, continuez ce que vous

faisaient."

Elle pencha la tête et lui sourit, repoussant ses cheveux derrière elle.

ses oreilles. "Continuer quoi ? Ceci ?" Elle passa légèrement sa main sur la sienne.

poitrine puis sur son pénis. "Ou ca?" En rentrant ses cheveux derrière ses oreilles,

elle se pencha et le prit dans sa bouche. Elle le sentit tendu et l'entendit gémir

alors que ses doigts s'emmêlaient dans ses cheveux, la pressant de continuer. Elle lui a caressé

couilles d'une main, tandis que sa langue explorait sa verge, la léchant de haut en bas,

puis taquiner autour de la zone sensible de la tête. Elle sentit ses hanches commencer

bouger, et sa respiration devint irrégulière, et recula rapidement avant qu'il ne puisse

orgasme.

"Euh-euh." Elle secoua la tête et lui fit signe du doigt. "Ne fais rien

jusqu'à ce que tu sois en moi.

Rob sourit. Dans toutes ses imaginations de la semaine dernière, il n'avait jamais eu

fantasmes d'Hillary comme celui-ci. Il tendit la main et la tira sur lui,

gémissant alors qu'il sentait son monticule humide frôler lui. Il lui souleva les hanches,

et se guidant d'une main, s'enfonça rapidement en elle, s'installant

elle contre lui.

Ses yeux s'écarquillèrent de surprise alors qu'elle le sentait glisser au plus profond de lui, puis

adouci dans le plaisir de la sensation. A cause de sa timidité, elle

en fait, j'avais peu d'expérience, et la plupart n'avaient pas été terriblement

agréable. Mais cette soirée s’avérait être une soirée inoubliable !

Rob attendit jusqu'à ce qu'il semble qu'Hillary se détende à nouveau, puis lentement

a commencé à bouger. Elle s'assit, ses seins poussés vers l'avant contre ceux de Rob.

paumes, pendant qu'il massait ses mamelons. Ses hanches bougèrent, s'éloignant de lui,

puis revenez près, l'enfonçant plus profondément en elle à chaque fois. Ses mains tombèrent

jusqu'à sa taille, bougeant pour lui caresser les fesses, puis glissant vers l'avant, pour

où il pouvait se sentir entrer en elle. Il a retrouvé son plaisir

bouton et massez-le doucement. Il se sentait proche du bord, mais

était déterminé à attendre Hillary.

Hillary sentit la chaleur s'accumuler entre ses jambes. Son souffle est entré

de courts halètements à chaque fois qu'elle sentait les mains de Rob la toucher. Il l'a saisie

hanches, la tirant fort contre lui, l'enfonçant de plus en plus profondément en elle,

jusqu'à ce qu'elle sente son monde exploser soudainement. Un cri lui fut arraché, et

elle se sentit s'effondrer contre la poitrine de Rob.

Alors qu'Hillary criait, Rob s'enfonça profondément en elle, sentant sa bite.

éclata, la remplissant de fluides chauds alors qu'elle s'effondrait dans ses bras.

Lorsqu'elle revint à la réalité, elle sentit les bras de Rob autour d'elle, chauds.

et réconfortant contre son dos. Ses yeux s'ouvrirent pour rencontrer ceux de Rob.

Elle vit une expression mitigée dans ses yeux, une expression d'émerveillement et de surprise et

gratitude, et elle sentait que cela se reflétait dans sa propre expression. Elle

tendit la main pour l'embrasser légèrement, doucement, jusqu'à ce que le baiser devienne plus chaud et plus profond.

Lorsqu'elle recula, il lui souriait.

"Quoi?" » demanda-t-elle, certaine qu'il pensait dire quelque chose.

"Je devrais rencontrer plus de femmes sur le toit", sourit-il.

Elle le frappa légèrement à l'épaule. « Méchant ! » Elle sourit en retour

lui. "Je suppose que ça veut dire que je vais devoir à nouveau bronzer sur le toit

parfois."

Rob passa lentement ses mains dans son dos. "Quand tu le feras, comment voudrais-tu

une entreprise ? Je connais ce joli toit à l'écart, où *personne* n'a jamais

va..."

Hillary lui sourit. "C'est un rendez-vous." Elle bâilla, se couvrant la bouche

surprendre. "Je pense que tu m'as épuisé !"

Rob la tira contre lui, la faisant glisser hors de lui jusqu'à ce qu'elle s'allonge.

recroquevillé contre son corps, au creux de son bras. Il se blottit contre elle

cou, murmurant: "Dors, Hillary. Et fais de beaux rêves. Et quand

tu te réveilles, je serai toujours là.

Il a regardé Hillary sourire et murmurer : « Je suis content. » Puis avec

un autre bâillement, elle ferma les yeux. Il s'installa à côté d'elle, la tenant dans ses bras

serré entre ses bras. Elle s'y sentait bien. Frottez-la doucement jusqu'à ce que

elle s'est endormie, il a pensé à la façon dont il serait là quand elle se réveillerait

le matin -- et ce qu'il ferait quand elle se réveillerait -- jusqu'à ce qu'il s'endorme

avec un sourire sur son visage.

Articles similaires

Juin et juillet (2ème essai)

Il était 18h30 vendredi soir quand je rentrais du travail. J'ai erré dans la maison à la recherche de July, ma femme depuis 10 ans. Il y avait une grande cocotte qui cuisait lentement sur la cuisinière. C'était bon signe. Finalement, je suis sorti à l'arrière de la maison jusqu'à notre piscine. Là, sur deux fauteuils inclinables, se trouvaient July et son amie proche June, toutes deux nues. « Que se passe-t-il ? », ai-je demandé. « June a rompu avec son petit ami. Je lui ai dit qu'elle pouvait emménager ici, avec nous. Nous avons discuté de la façon dont...

1.7K Des vues

Likes 0

Fantaisie réalisée

FANTAISIE RÉALISÉE Elle souffrait. Elle l'a mérité. Elle avait été folle, ses désirs avaient brouillé son bon sens et l'avaient amenée à agir de manière impulsive. Elle l'avait rencontré en ligne et même si dès le début son instinct lui avait dit qu'il pouvait être dangereux mais quand il a décrit comment il l'utiliserait, il a excité son désir masochiste et elle n'a pas pu résister à la tentation. Alors elle était allée là où il le lui avait dit, puis elle avait fait ce qu'il lui avait dit de faire. « Lorsque vous y arriverez, vous verrez une camionnette noire...

1.8K Des vues

Likes 0

MISE À JOUR ET EXCUSES AUX LECTEURS S'IL VOUS PLAÎT LIRE !!

Mise à jour rapide : actuellement en date du jeudi 1er août 2013 à 7h14, je voudrais informer mes lecteurs que je vais réécrire les chapitres 2 et 3. ils seront beaucoup plus détaillés et plus longs il y a aussi des scènes là-dedans qui seront importantes à l'histoire plus tard. les chapitres devraient être terminés au plus tard à la fin de la journée, mais seront probablement publiés plus tôt. le chapitre quatre sera écrit peu de temps après les mots et publié également. Je voudrais également m'excuser pour la qualité de mon travail, ils n'ont même pas été à...

1.8K Des vues

Likes 1

Rêve d'anniversaire

Bonne nuit, les enfants, et merci encore pour les super cadeaux. D'accord, maman... et nous pouvons dire que tu vieillis puisque tu vas te coucher si tôt. Je ne suis pas vieux, gamins... Je viens de passer une très longue journée et j'ai besoin de dormir. Bien sûr, maman, quoi que tu dises et vos enfants éclatent de rire alors que vous quittez le salon et retournez dans votre chambre. Vous fermez et verrouillez la porte derrière vous, puis vous vous déshabillez. Une douche rapide, pensez-vous, et vous partirez pour un sommeil bien mérité. Vous souriez à vous-même en pensant au...

1.7K Des vues

Likes 0

Sucer et avaler_(1)

Cela faisait longtemps que je pensais à ça, qu'est-ce que ça ferait de sucer un mec ? Qu'est-ce que ça ferait d'avoir une vraie bite qui glisse dans mon cul ? J'ai 39 ans et je suis marié et je n'ai jamais eu cette démangeaison correctement grattée. Bien sûr, ma femme a utilisé des sangles, mais cela ne s'est jamais senti tout à fait bien. Je devais le découvrir alors j'ai commencé mes recherches sur les branchements locaux pour les hommes. Finalement, j'ai trouvé un gars qui était Bi-Curieux et vivait sur place, pour sa vie privée, nous l'appellerons David. David...

1.6K Des vues

Likes 0

Mon esprit était gelé dans ton amour

Chapitre 1: C'était la pire chance qu'ils aient jamais eue. Un blizzard anormal les avait bloqués dans leur dernière planque et ils avaient raté leur vol prévu hors du pays. Red avait été en contact avec Dembe pour lui faire savoir qu'ils ne pourraient pas se rendre à la piste d'atterrissage où son jet privé était en attente, attendant de les emmener à l'étranger. Le retard leur coûterait sans aucun doute quelques désagréments : Red avait espéré être réuni avec Dembe maintenant, les nerfs de Lizzie étaient à bout de nerfs, et pour couronner le tout, c'était la veille de Noël...

1.8K Des vues

Likes 0

LE PRÉSIDENT ET LE PAGE

L'année était un peu dans le futur et il y avait un homme dans l'ovale Bureau qui devait baiser à peu près n'importe quelle personne avec un vagin. Et son le goût dans la chatte était affreux et peu judicieux. Ce n'était donc pas une surprise pour personne Américain au sang rouge lorsqu'il ou elle a entendu parler de l'histoire du Le président et le Page. Je sais que tu meurs d'envie de l'entendre, alors ici il est. C'était une page mignonne (mais pas vraiment jolie) de 21 ans qui lui rappelait de sa femme (avant qu'elle ne heurte le mur...

1.6K Des vues

Likes 0

Enseignants Pet_(1)

Monsieur Walker ! La voix de mon professeur d'anglais m'a pris au dépourvu. J'étais fondamentalement un gars timide, toujours pas habitué à ce truc de lycée, et j'ai essayé de rester à l'écart des projecteurs. Depuis que mes parents avaient décidé de déménager dans un nouveau quartier, j'ai dû tout recommencer à me faire des amis. J'ai dû venir dans cette école publique pour ma deuxième année après avoir été dans une école catholique pendant la majeure partie de ma vie. Maintenant, le lundi de ma deuxième semaine à l'école, cela sonnait comme si j'avais des ennuis. « M. Walker !...

1.6K Des vues

Likes 0

Rite de passage

Rite de passage Chapitre 1 Les jambes de la sœur de Jimmy Smith ont été jetées sur chacune de ses épaules alors qu'il s'enfonçait fort dans son tunnel étroit. En baissant les yeux, il pouvait voir la mousse blanche recouvrant son sexe et le doux brun duveteux de ses poils pubiens. L'air rempli des sons spongieux de sa bite martelant sa chatte humide juteuse. Ses petits seins volaient d'avant en arrière. Ses cheveux bruns mi-longs entouraient son visage en sueur. Ses yeux se fixèrent sur les siens, sa bouche s'ouvrit et un doux miaulement en sortit. Ses hanches pleines se soulevaient...

1.6K Des vues

Likes 0

Fallout Four Futanari

Fallout Four Futanari Le voilà, Jalbert Brothers Disposal, a déclaré Brand. Paige Carter, grande, mince et aux yeux gris avec des cheveux blonds courts, serrait plus fort son fusil à pipe automatique alors qu'elle regardait la colline vers les bâtiments bas délabrés et fragmentaires et les tas de ferraille. Elle regarda son équipe de pillards avec un air dubitatif. Brand se tenait avec ses jumelles fixées sur l'emplacement, son revolver .44 dans son étui à la hanche, presque caché par l'armure à pointes qu'il portait. Il était stoïque et calme, pour la plupart ; une psychodépendance l'a fait éclater de colère...

1.8K Des vues

Likes 1

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.