Juste pour s'en sortir II

99Report
Juste pour s'en sortir II

La lumière du soleil qui passe par la fenêtre de la chambre me réveille. C'est directement sur mes yeux. En gémissant, je me retourne dans mon sac de couchage et fourre ma tête sous mon oreiller. Une main secoue brutalement mon épaule et Tyler m'enlève l'oreiller.
« Lève-toi, Nathalie ! Ne m'oblige plus à te conduire à l'école ! Tyler se plaint exaspéré. Il secoue toujours mon épaule. J'ouvre les yeux et le fixe. Il me fixe et n'arrête pas de me secouer l'épaule.
"Laisse-moi!" je claque, irrité. Il secoue la tête et disparaît dans la pièce principale. Tyler est mon grand frère. Il a 20 ans et nous vivons ensemble dans un appartement. Il n'a qu'une pièce principale qui est assez grande pour être une cuisine, une salle à manger et un salon en un, une chambre simple et une salle de bain complète. Ty prend le lit, alors je dors dans mon sac par terre. C'est comme ça depuis que j'ai 10 ans, donc j'ai l'habitude. En fait, c'est chez moi maintenant. À contrecœur, je sors de mon dos endormi et frissonne dans le froid. Je remplace mon « lit personnel » comme je l'appelle et lisse mon oreiller. Tous nos vêtements sont combinés dans un petit placard, donc je dois fouiller dans les vêtements de Ty pour trouver les miens. Je sors un t-shirt noir uni et un jean skinny en denim foncé.
La porte de la salle de bain est fermée et je frappe dessus avec impatience.
« Qu'est-ce que tu fais Ty ? Il faut que j'y entre !" Je crie à travers la porte. Je dois prendre une douche rapidement avant l'école.
"Détendez-vous, le monde ne se termine pas!" crie-t-il en retour.
"Contrairement à CERTAINES personnes, j'ai une école où aller ! VOUS NE LE FAITES PAS !" je craque. La porte s'ouvre et Ty passe devant moi, apparemment irrité. Je me dépêche d'entrer, verrouille la porte et me précipite dans une douche. Je sors et suis surpris d'entendre la voix de Tyler très élevée. Je n'entends pas ce qu'il dit parce que la porte l'étouffe et que l'eau me bouche l'oreille, mais j'attrape des petits bouts.
"... pas avoir... pourquoi... un autre gars... tu... comment as-tu pu..." était tout ce que j'obtenais. Pourrait-il parler à une petite amie ? Ou un ex plus probablement. Tyler est un gars tellement incroyable et il est tellement gentil, mais il rentre à la maison avec les pires copines les plus trash du coin. Ils traînent généralement assez longtemps pour baiser avec lui, puis c'est fini. Sa dernière en date était Rosa, une rousse salope et geignarde qui ne m'a même pas dit bonjour lorsqu'elle m'a été présentée. Personnellement, j'aurais aimé qu'il sorte avec Miley Rowen, une terminale de mon école. Elle est si gentille, drôle et extravertie. Autant que je sache, elle est même encore vierge, donc elle n'est pas après le sexe ou quoi que ce soit. Je pense qu'elle ferait la petite amie parfaite et sincère pour mon frère, mais mon opinion ne compte pas.
Je m'habille et sors de la salle de bain en suspendant ma serviette. Je mets mes vêtements dans le panier juste à l'intérieur de notre chambre et me dirige vers le… eh bien, je suppose que c'est juste la pièce centrale ou quelque chose comme ça. Je ne sais pas. Tyler vient juste de raccrocher le téléphone. Il me fait face, donc je ne peux pas voir son visage, mais il est appuyé sur le comptoir et regarde par la fenêtre. Je vois qu'il est très tendu et bouleversé.
« Tyler, qui était-ce ? » je demande cordialement. Il ne répond pas, se contente d'agiter sa main en l'air comme pour me chasser. Eh bien, peu importe avec lui. Je dois aller à l'école. J'enfile mon sweat-shirt préféré et me dépêche de porter un toast. L'école commence à 8h30 et il est 8h00 maintenant, donc je n'ai pas longtemps pour manger et courir jusqu'à l'arrêt de bus.
Je finis mon petit-déjeuner et attrape mon sac à dos sur mes épaules. Tyler a changé de position, mais il regarde toujours par la fenêtre. De ma position à la porte, je peux juste voir le côté de son visage. Il fronce les sourcils et marmonne doucement pour lui-même. J'espère qu'il n'est pas trop blessé si c'était Rosa. Je m'éclipse et m'arrête sur le pas de la porte. Nous louons un appartement, ce qui est bizarre car il s'agit d'une maison individuelle au rez-de-chaussée non reliée à d'autres appartements. Nous vivons dans le sud d'Atlanta, en Géorgie, dans une sorte de petit développement. Mais c'est un tas de petites maisons d'appartements appartenant à un type riche nommé Richard Blanc. Il a eu l'idée d'immeubles d'appartements dans un petit développement et il est surprenant de voir combien de personnes ont réellement loué ici. L'ensemble du lotissement est toujours rempli, que ce soit des gens qui habitent ici, ou des gens de passage.
Je cours dans la rue sinueuse entre les maisons, puis je décide de visser cela et de couper à travers les arrière-cours. Je ralentis pour marcher une fois que j'ai atteint le bas du développement et que j'ai frappé le trottoir de Main Street. L'air du matin est vif et frais, ce que je déteste. Il est censé être chaud ici en Géorgie, mais récemment il ne l'a pas été. Probablement à cause des récents ouragans qui sont passés le long de la côte et ont agité un drôle de temps. Je fourrai mes mains dans mes poches, sentant un morceau de papier soudain familier. En le sortant, je reconnais le numéro de téléphone de Jay Royce. Bien sûr, heureusement que je ne l'ai pas perdu… même si ça n'aurait vraiment pas été ma perte. Je ne comprends toujours pas pourquoi le bad boy senior Jay serait si intéressé par moi. S'il pensait qu'il m'aimait bien, cela n'aurait aucun sens car il pourrait avoir n'importe quel senior à l'école. Je ne suis qu'en deuxième année.
Je vois l'arrêt de bus devant moi et j'y cours légèrement. Un petit groupe d'étudiants de première année discute à côté du panneau, alors je m'assieds sur le banc et me détends. C'est la première fois depuis longtemps que je peux atteindre l'arrêt de bus aussi tôt et me détendre. Je suis généralement pressé ou je devrai demander à Ty de m'emmener à l'école. J'espère vraiment que tout ce truc de casier vide et de tête vide s'est estompé maintenant. J'étais tellement en retard hier et pour couronner le tout j'avais oublié mon sac à dos. Pas un seul étudiant, pas même mon ancienne amie Mia Williams, ne m'a laissé l'oublier toute la journée. J'aurais aimé avoir un téléphone portable ou même une montre pour voir l'heure qu'il était, mais malheureusement, je suis privé de ces choses. Ce n'est pas une nécessité, je peux m'en passer, mais c'est pratique. Tyler gagne tout l'argent (ce qui n'est pas beaucoup) et nous nous limitons au nécessaire. Bien que d'une manière ou d'une autre, il s'octroie un iPhone et des conversations/textes illimités.
« Besoin d'une entreprise ? » Je reconnais instantanément la voix de Jay. Je lève les yeux pour voir le beau senior qui me sourit. Il me dépasse et s'assied sur le banc à côté de moi. "Vous êtes ici tôt", ajoute-t-il.
"Ouais, j'ai le temps de me détendre pour une fois," répondis-je en me déplaçant sur le banc.
"Eh bien, c'est agréable de voir un joli visage traîner de temps en temps." Je souris involontairement et détourne les yeux vers la rue, espérant que le bus arrive bientôt. J'essaie de ne pas le sentir, mais mon estomac s'emballe. C'est un senior, Natalie, et il fait ça à toutes les filles. Mais la réprimande dans mon esprit n'aide guère. Soudain, je vois Jay se rapprocher de moi.
"Au fait, d'une manière ou d'une autre, j'ai réussi à ne jamais retenir ton nom", rit-il pour lui-même. À contrecœur, mais en même temps, je tourne volontiers mon attention vers Jay.
"Natalie Kosher." Je réponds. Il sourit et se rassoit.
« Je me présenterais bien, mais vous me connaissez. Ou mon nom du moins », déclare-t-il avec une certaine arrogance.
« Qui ne le fait pas ? » Je commente, pour voir si je peux obtenir une réaction comme lui. Il me regarde réellement, son expression semblant quelque peu surprise. "Quoi?" je demande, me demandant pourquoi je viens de dire ça. Il me regarde juste, littéralement, dans mes yeux et il est sans expression autre que le même regard surpris. "Quoi?" je demande à nouveau.
"Je ne sais pas." Et il est assis tranquillement, regardant de l'autre côté de la route. Génial, Nat, tout simplement génial. Maintenant, vous avez offensé le gars ou quelque chose comme ça. Pourquoi avez-vous dû dire cela? Je lève les yeux vers la route, soulagée de voir enfin le bus approcher. Puis je sens une main autour de mes épaules. Surpris, je fais à nouveau face à Jay et il me regarde à nouveau et se penche légèrement.
"Tu sais, Natalie Kosher, tu es différente de la plupart des filles à qui j'ai parlé. On devrait sortir un jour, peut-être que tu es quelque chose de spécial », sourit-il en me regardant droit dans les yeux. Et je fond. Cela ne ressemble à rien de ce que j'ai jamais ressenti auparavant, je me perds complètement et avant que je ne m'en rende compte, il se lève et marche jusqu'au bord du trottoir. Spécial? Ah bon? Un espoir palpitant monte dans mon ventre, mais malgré mes efforts, je ne peux pas le réprimer. Le bus s'arrête et Jay est le premier à entrer. Puis les étudiants de première année et moi nous sommes précipités vers la porte. J'hésite avant d'entrer. Puis-je vraiment faire face aux élèves ? Ils continueront sûrement de m'appeler par des noms et des trucs. Je devrais peut-être appeler Tyler pour qu'il me conduise à l'école.
"Entrez, ma fille !" crie le chauffeur du bus. Frank est un homme très lourd avec une voix méchante et bourrue qui correspond à son attitude. Je jure qu'il déteste les enfants et pourtant il est assis ici. Me forçant à monter dans le bus, je descends lentement l'allée. Je regarde les enfants et remarque immédiatement les regards indifférents et dégradants et les chuchotements. Puis le commentaire redouté rompt le silence.
"Essayer de vivre avec cette tête de pont, blondie?" quelqu'un appelle. Je ferme les yeux et prends une profonde inspiration. Maintenant, les commentaires et les rires fusent de partout dans le bus et il n'y a pas d'échappatoire. Merde, j'aurais dû appeler Tyler ! Je me précipite vers le seul siège libre près du fond. Alors que je m'approche, je vois Jay me regarder, notant les offenses. Sa tête est penchée sur le côté, les bras croisés comme s'il étudiait. Je m'assieds inconfortablement et me glisse vers la fenêtre où j'appuie ma tête contre la classe et regarde dehors. C'est ma seule échappatoire. Je rêve. Dans le bus, en classe, dans le couloir, partout où je peux pour m'évader. Mais il y a 50/50 de chances que cela fonctionne un jour. Et aujourd'hui, rien n'est noyé. Chaque menace et chaque insulte me parviennent, commençant ma journée d'école dans un état dépressif. Je peux juste voir l'arrière de la tête de Sammy quelques rangées devant moi. Elle baisse les yeux en secouant la tête. Et à côté d'elle se trouve Mia Williams, se joignant aux abus et aux rires. Aujourd'hui ça va être super.

………………………………………………………………………………

Au déjeuner, je ne mange pas. Je ne suis pas assis non plus. Je reste seul dans le couloir, espérant qu'on me laisse seul. J'ai réussi à mettre mes livres dans mon casier et j'ai décidé que je les y garderais désormais. Une autre bosse a été trouvée au centre de mon casier et une note avait été glissée à l'intérieur.

Si jamais vous arrivez ici plus tôt, assurez-vous de venir avec une armure, salope.
~Alicia et Candy

Super, les menaces physiques aussi. Je sais qu'ils n'ont rien contre moi, je suis juste une cible très facile et les enfants populaires trouvent apparemment du plaisir à battre ceux qui ne sont pas sûrs d'eux. Puis une idée me trotte dans la tête. Je pourrais parier de l'argent et gagner que ces enfants plus âgés sont maintenant derrière ces bâtiments, en train de se défoncer et d'être heureux. Je sais que ce qu'ils font est mauvais, horrible en fait. Mais en ce moment, l'idée d'être heureux avec insouciance est incroyablement attrayante. Et ça me dessine physiquement. Je me suis levé maintenant et je regarde dans le couloir en direction de la sortie arrière. Tout ce que j'aurais à faire, c'est m'éclipser et voir ce qui se passe. Les effets peuvent éventuellement montrer en classe? Soudain, je me rends compte que je suis presque au bout du couloir. J'ai marché involontairement vers la sortie et je ne peux pas m'arrêter.
Je me glisse au fond du couloir et m'arrête à la sortie de derrière. Les doubles portes sont la seule chose entre moi et une heure de bonheur et de contentement absolu. Je glisse dehors et m'arrête dans l'herbe. L'air frais me frappe et une vague de nerfs. Effectivement, la bande d'enfants est derrière le bâtiment. Ils sont blottis l'un contre l'autre, rigolant et s'appuyant l'un sur l'autre. Ils s'amusent tellement et ils se foutent du monde. Le même senior qui m'a vu la dernière fois regarde et me fait signe de la tête de le rejoindre. Il sait pourquoi je suis ici.
Timidement, je m'approche. Je me sens presque gêné d'être venu participer à de telles crises de nerfs. Immédiatement, le senior me rencontre à mi-chemin et m'accueille dans le groupe.
« Je suis Dylan », me salue-t-il en secouant doucement mon épaule et en me souriant dans les yeux. Je baisse les yeux, mais il relève mon menton et me fait entrer dans le groupe. "Tout le monde, nous avons un nouvel ami." Je suis sur le point de protester, mais tout le monde dans le groupe me sourit. La petite rousse à côté de moi passe son bras autour de mon épaule.
"Je suis Lonny ! Pourquoi ne nous rejoindriez-vous pas ? » présente-t-elle en pointant autour du cercle. "Vous avez rencontré Dylan et moi, puis il y a Tanya, Alex, Sasha, Mike et Austin." Je souris nerveusement à chacun d'eux. "Tu es?"
« Natalie », je réponds tranquillement. Dylan attrape ma main et me regarde dans les yeux.
"Ne soyez pas timide, nous avons tous la même histoire, n'est-ce pas ?" il lève les yeux autour du groupe et tout le monde est d'accord avec lui. Je m'intègre parfaitement. Tout le monde ici le sait et le comprend, sinon pourquoi resteraient-ils ensemble pour la même raison ? Puis Lonny me passe un peu baggy. Et du coup, impossible de revenir en arrière.

……………………………………………………………….

Le groupe se dissout, se séparant, et je me précipite dans la salle pour récupérer mon ancien poste. Je l'avais traversé et j'étais si content de l'avoir fait. Peu de temps après, les effets de la drogue se sont manifestés. Je suis devenu complètement détendu, le monde a ralenti, littéralement, et je me suis senti incroyablement léger. J'étais complètement heureux et content d'être exactement là où j'étais et de ne rien faire. Je m'en foutais si Candy me menaçait, elle ne porterait jamais ses menaces contre moi. Je m'en foutais si Jay me draguait, je m'en foutais des mecs en ce moment. Je me fichais de vivre avec mon frère dans un appartement, parce qu'à ce moment-là, je vivais avec Dylan et Lonny et le reste de la bande.
Mais maintenant, je pouvais sentir les effets commencer à s'estomper. Je me sentais fatigué, lourd et instable. J'avais même un tout petit peu le mal des transports si je bougeais trop vite. Je m'assis contre mon casier et appuyai ma tête sur mes genoux, prenant de profondes inspirations. La dépression s'installait rapidement. Je ne me sentais plus heureux ou satisfait. Je ne me sentais pas défoncé et détendu, je me sentais énervé, effrayé et triste. Je débordais d'émotions qui me donnaient un mal de tête fulgurant et me donnaient l'impression que je voulais juste dormir et être laissé seul pour ma vie. J'ignorais vaguement que des étudiants affluaient dans les couloirs. Personne n'a remarqué l'état dans lequel j'étais, ils ont simplement remarqué que j'étais dans le chemin, donc ils n'ont eu aucun scrupule à me donner des coups de pied et à me marcher dessus. Mais je ne pouvais pas me lever.
La cloche du cours a sonné et j'ai dû me lever lentement. Les couloirs se vidaient et le bruit accablant s'était calmé. J'ai tâtonné avec mon code de casier, puis j'ai eu du mal à me rappeler quelle classe était la suivante. J'ai attrapé mes livres de maths et j'ai claqué mon casier. Un autre mal de tête s'est installé et je me suis penché en arrière pour respirer. Il est parti si vite et j'ai pu éclaircir mon esprit du mieux que j'ai pu. J'avais de nouveau le contrôle de mon corps et mon esprit se concentrait. Je me suis dépêché d'aller en cours… cours d'anglais. Et il était trop tard pour résoudre mon nouveau dilemme.
Ouais, mes nouveaux surnoms étaient "Blondie", "airhead", et le dernier, "math geek". Se présenter en anglais avec un livre de mathématiques a été la plus grosse erreur du siècle et je n'ai eu aucun relâchement. Le cours de mathématiques s'est bien passé étant donné que M. Edwards ne tolère aucune connerie en classe. Je suis parti précipitamment, remettant mes livres dans mon casier et rentrant chez moi en courant, sautant le bus. Tyler était introuvable, alors je me suis escorté jusqu'à la chambre et je me suis endormi.

………………………………………………………………………………..

La semaine suivante se passa ainsi. Chaque heure du déjeuner, je me glissais dehors et rejoignais mon gang où nous prenions une heure pour être heureux et défoncés. J'ai appris à gérer les séquelles de la drogue et j'ai rapidement été capable de gérer les effets secondaires de l'usure et de me vider la tête deux fois plus vite. J'ai pris mon abus des étudiants sans représailles ou obsédé par cela et j'ai simplement évité mon casier si j'arrivais tôt. Inutile de dire que mon casier a subi pas mal de dégâts, mais la serrure a tenu bon. J'ai même commencé à traîner avec le gang après l'école pendant un petit moment puisque j'étais toujours absent du bus. Le seul inconvénient était le questionnement constant de Sammy. Elle pouvait dire que quelque chose était différent et je devais trouver des excuses tous les jours. J'ai même commencé à écrire des idées le matin. Je me suis assuré d'être à l'arrêt de bus tôt pour parler à Jay, qui était étrangement intéressé par tout ce qui me concernait et nous avons beaucoup traîné dans le hall ces derniers temps. Aujourd'hui, j'étais particulièrement joyeux, sachant que j'allais réussir à m'en sortir.
Mais dès que j'ai atteint mon casier, cette gaieté a disparu. Là se tenaient Alicia et Candy, qui m'attendaient. Je ralentis ma marche, mais il était trop tard. Ils m'avaient vu.
« Tu es coincée, salope ! » Alicia se déchaîne. Je me dirige vers mon casier et lui fais face, espérant pouvoir laisser passer cet abus comme je le fais tous les jours.
"Qu'est-ce que j'ai fait?" je demande froidement.
« Vous vous promenez comme si vous flottiez à travers les nuages. Je sais que tu te drogue, c'est pourquoi tu disparais si souvent ! elle claque. Je deviens froid, la peur me traverse.
"Je vais te faire confisquer ton laissez-passer", grogne-t-elle. Puis j'ai failli éclater de rire. J'aurais voulu que Candy n'ait pas été là.
"Tu penses que je renifle dans les toilettes ?" je lâchai, luttant pour ne pas rire.
"Elle est trop blonde pour savoir comment ça marche, il n'y a aucune preuve, Alicia." Candy ricane, ne se souciant pas de m'accuser de consommation de drogue. Mais ce commentaire blond pour une raison quelconque m'irrite. D'habitude, j'écarte ces commentaires, mais ces derniers temps, toute cette merde de blonde m'atteignait.
"Qu'est-ce que vous avez dit?" je demande, parlant par irritation. Malheureusement, j'ai besoin de régner dans mon nouveau tempérament retrouvé. Candy me plaque contre le casier, provoquant un fort fracas dans les couloirs.
"Je peux dire ce que je veux, salope !" elle claque. "Où est ton petit ami pour te sauver maintenant?" Tout le monde avait remarqué comment je traînais avec Jay Royce. Ils m'avaient vu lui parler à l'arrêt de bus et parfois dans le hall. Et pour ma chance, personne ne m'a jamais harcelé quand il était là. Mais jusqu'à présent, personne n'avait jamais rien dit. Mais pour une raison quelconque, je ne peux pas laisser passer ça. Je lève mon bras et me balance, frappant mon poing sur le visage de Candy. Elle trébuche en arrière et crie de surprise. Personne ne s'attendait à quelque chose comme ça de ma part et une peur froide me traverse parce que je sais ce que je viens de faire. Je vois Dylan me regarder par-dessus l'épaule de Candy. Il hoche la tête, me regardant dans les yeux avec compréhension. Qu'est-ce que cela signifiait ? Mais ensuite il était parti, prédisant apparemment ce qui allait se passer ensuite. Parce que Candy me regarde et n'hésite pas. Elle vole en moi, claquant ses poings dans mon ventre des centaines de fois. Je ne peux pas respirer, la douleur me parcourt et je me replie. Candy me donne plusieurs coups directement sur la tête, me jetant au sol. Je souffle, mais aucun air ne vient. Je me recroqueville sur le sol, criant mais aucun son ne sort. Candy me donne plusieurs coups de pied dans le dos et puis c'est fini. Le monde tourne et s'assombrit jusqu'à ce que je sois aveuglé par ma douleur. Je ne peux pas respirer et je sens que je vais étouffer. Je m'évanouirais sûrement et je mourrais par manque d'oxygène. C'est aussi mauvais que de se mettre la tête dans un sac en plastique. Ce que vous avez en vous est tout ce que vous obtenez. Et je sors froid.

………………………………………………………..

J'ouvre les yeux pour voir Dylan fouiller mon visage. Ses yeux bruns sont assombris par l'inquiétude. Je suis assis contre les casiers, Lonny est là aussi.
« Nath ? Nat, réveille-toi », encourage Dylan. Je suis pleinement éveillé et pleinement conscient de tout. Y compris la douleur paralysante qui tremble encore dans mon corps. J'ai un mal de tête fulgurant et j'ai l'impression que je vais être malade. Je regarde dans ses yeux avec la question que je n'arrive pas à sortir.
« C'est la drogue qui a fustigé », m'explique-t-il.
"Mais je n'ai même pas..." je m'interromps alors qu'une autre vague de nausée me submerge.
"Tu n'es pas obligé. C'est un effet secondaire dont nous avons tous souffert. Vous devez être particulièrement vigilant avec celui-là », répond Lonny. Je soupire et ferme les yeux. Les mains de Dylan sont toujours sur mes épaules, frottant doucement la tension. Je suis reconnaissant pour cela.
« Ne va pas à tes cours. Du moins pas avant le déjeuner. Nous resterons avec vous si vous le souhaitez », m'ordonne Dylan. J'essaie encore de reprendre un peu le contrôle de moi-même. J'ouvre à nouveau les yeux et laisse ma tête s'éclaircir lentement.
« Lonny, je vais rester. Vous allez à vos cours. Vous n'avez pas besoin d'une autre citation », ordonne-t-il. Lonny me fait un sourire compatissant et se précipite dans le couloir. Dylan s'assoit à côté de moi, ses épaules contre les miennes, et soupire. "Ça va alors ?" il demande. J'acquiesce, regrettant immédiatement le mouvement alors qu'un lourd étourdissement fait tourner le monde autour de moi. Je pose ma tête sur son épaule et ferme les yeux. Puis quelque chose me vient à l'esprit.
"Ça ne te dérange pas que je fasse ça, n'est-ce pas ?" je lui demande en espérant qu'il ne trouve pas ça bizarre.
"Non bien sûr que non. Tu n'es pas le premier à avoir besoin de soutien », répond-il. « Lonny et moi avons tous les deux été battus à cause de coups de fouet. C'est le seul effet secondaire qui reste avec vous même lorsque vous ne le prenez pas. Je suppose que c'est juste parce que cela a fonctionné dans votre système. Mais ne nous rejoignez pas aujourd'hui, peu importe à quel point vous vous sentez mal. Tu vas te rendre violemment malade… » et Dylan est parti parler avec des conseils et les histoires de chacun des membres du gang. Je pense que je me suis endormi à un moment donné, parce que la prochaine fois que j'ouvre les yeux, il dort aussi et je me sens beaucoup mieux. Ma tête est plus claire et la douleur s'est réduite à un faible pulsation.
Dylan se réveille et me regarde, me demandant comment je me sens. À l'heure du déjeuner, ma tête est complètement dégagée et je peux me lever et marcher tant que je suis lent et prudent. Dylan s'assied même avec moi au déjeuner, mais je peux dire qu'il ressent les effets de manquer le gang. Nous nous noyons tous les deux dans la dépression, incapables de manger à peine quoi que ce soit, mais nous le forçons parce que notre corps en a besoin. Puis nous partons en classe, marchant comme dans un rêve éveillé de dépression.

…………………………………………………………………………………………

J'hésite à l'arrêt de bus. Il n'y a aucun moyen que je rentre chez moi à pied, pas dans l'état où je suis. Mais il n'y a pas moyen de prendre le bus avec la façon dont mon humeur est hors de contrôle. Pourtant, je n'ai pas d'autres options. Soudain, j'ai conscience de Jay à côté de moi. Il passe un bras autour de mes épaules et sourit. En regardant dans ses yeux, je me sens un peu plus en sécurité.
"Je sais ce que tu penses. Je peux vous proposer de vous raccompagner ? dit-il de sa voix profonde et sexy, tenant ses clés de voiture. Le soulagement me submerge, tout jugement est parti parce que je sais que c'est la meilleure option. Je suis Jay jusqu'à sa voiture, une ancienne Dodge Charger. La peinture bleue est rayée et certaines sont grattées, mais à l'intérieur, les sièges en cuir sont incroyablement doux et accueillants. Jay tourne le contact et sort du parking de l'école.
"L'école ne s'est pas si bien passée?" demande Jay. Il connaît l'histoire, mais il veut faire la conversation.
"Non." je réponds simplement. Je ne veux pas y penser. Je ne veux pas du tout penser. Nous restons un peu silencieux.
"Écoutez, euh... peut-être... je ne sais pas si vous avez un emploi du temps et tout..." commence Jay. Je le regarde avec incertitude. Il est concentré sur la route, les deux mains agrippant le volant. Il me regarde puis revient à la route. «Je pensais que nous pourrions peut-être sortir un jour. Tu sais, pas à l'école ? Il suggère. Mon cœur bondit à cette pensée, mais je me rappelle qu'il ne m'a pas demandé de rendez-vous. C'était juste une sortie. Probablement avec d'autres amis.
"Eh bien, je reste généralement à la maison après l'école. Je n'ai jamais vraiment rien fait le week-end, sauf avec Sammy. Soudain, Sam saute dans ma tête et je me rends compte que je ne lui ai jamais demandé comment s'est passé l'anniversaire de sa mère. Je me sens mal. Je n'ai pas vraiment passé de temps avec Sam récemment.
"Eh bien, nous devrons faire quelque chose alors", déclare Jay, interrompant mes pensées. "Vous avez toujours mon numéro?"
"Ouais, je le fais." Involontairement ma main se glisse dans la poche de mon pull pour le papier. Trop tôt, je vois notre développement arriver. Jay balance le Challenger sur la route et je le dirige vers l'appartement. Il arrête la voiture au bord du trottoir et s'assied là. Nous sommes silencieux. Je regarde par la fenêtre, je ne regarde rien. Puis je sens une main sur ma cuisse. Surpris, je regarde rapidement Jay. Il me regarde profondément dans les yeux, pensif.
"Natalie, quand je dis "traîner", je suppose que je voulais vraiment dire que j'aimerais te sortir un jour," dit-il doucement. Mon pouls s'accélère et j'espère qu'il ne ressent pas le petit frisson qui parcourt mon corps. S'il l'a fait, il n'a donné aucun signe.
"Je ne sais pas, je veux dire..." Je m'interromps, ne sachant pas quoi dire.
« Écoute, je n'ai jamais rencontré une fille comme toi et… ce serait juste comme un film ou quelque chose comme ça. Je n’ai pas vraiment tout planifié. Il attend ma réponse. C'est l'une des fois où j'aimerais avoir mon propre téléphone portable. Alors je n'aurais pas à utiliser la stupide ligne fixe pour des trucs comme ça. Je ne contrôle pas quand je réponds.
« Bien sûr, j'adorerais », dis-je sans réfléchir. Je n'ai même pas fait sortir les mots et immédiatement je ressens une montée de nerfs. Je ne sais pas si c'est bon ou mauvais. Jay sourit et serre doucement ma cuisse. Puis il descend de la voiture et ouvre la portière pour moi. Je sors et le remercie de m'avoir ramené à la maison. Puis, serrant le papier avec son numéro, je me précipite dans la maison.

…………………………………………………………..

La partie III arrive bientôt !!!

Articles similaires

Eddie, la mère de son ami et Betty

June Cleaver était maman de deux jeunes hommes bien élevés, Waldo, 20 ans, et Theo, 19 ans. Elle était votre femme au foyer de banlieue américaine typique qui aimait son mari Ward et était mariée avec lui depuis plus de 32 ans maintenant. June, 53 ans, était empilée avec des seins de 40dd, un gros cul rond et elle était sinueuse. À 5 pieds 9, elle était un grand verre d'eau et c'est pourquoi le jeune Eddie Haskell, convoitait la mère de son meilleur ami. Eddie, 20 ans, avait récemment découvert l'hypnotisme, et il s'est rendu compte qu'il était vraiment bon...

122 Des vues

Likes 0

Les Garçons reviennent !

Les garçons reviennent ! Il a fallu une semaine pour organiser un moment mutuellement acceptable pour que Brad et Mike reviennent pour une autre réunion avec ma femme Beth. La dernière fois que les garçons étaient là, Beth a passé un moment fantastique et avait vraiment hâte de répéter sa performance. Elle m'avait même dit qu'elle allait les emmener directement dans la chambre où ils pourraient vraiment s'y mettre. J'ai été un peu surpris quand je suis allé répondre à la porte. Il y avait Brad, Mike et deux autres beaux mecs. Brad m'a amené à Chad et Dan qui avaient...

245 Des vues

Likes 0

La fabrication d'une salope Sissy Boy Partie 3

L'initiation et la dégradation de Michael, un collégien de seize ans, se poursuivent. Michael avait déjà été séduit par son directeur mais n'avait pas été en mesure de le satisfaire pleinement, ce qui a conduit à un cours de formation par son enseignante, Mlle Bolton. Cet épisode décrit la deuxième session de formation et une rencontre embarrassante dans son magasin du coin avec un sombre inconnu. -------------------------------------------------- -------------------------------------------------- --- Réveillé tôt le matin, j'effectuai mon rituel d'ablutions et de douches, en accordant une attention particulière au nettoyage de mes fesses et couilles endolories, encore alourdies par l'anneau d'acier qui entourait mon...

184 Des vues

Likes 0

Betty aux gros seins

Fbailey numéro d'histoire 489 Betty aux gros seins Je n'avais rencontré Betty que récemment. Les deux premières fois ont été relativement courtes et précipitées. Cependant, la troisième fois était un charme. Nous n'étions pas seuls mais nous avons réussi à passer environ une heure dans la même pièce. Ma femme était là avec moi ainsi qu'un ami commun. Son mari et ses deux enfants étaient dans une autre pièce mais entraient parfois dans la cuisine pendant un moment ou deux, puis se retiraient vers des choses plus grandes et meilleures comme les jeux vidéo et la télévision. Betty est ce qu'Internet...

179 Des vues

Likes 0

Un été avec ma demi-soeur Mary, partie 2

Il semblait que ma belle-mère avait mis une éternité à partir, mais quand elle l'a finalement fait, nous nous sommes tous les deux regardés et Mary m'a fait le sourire le plus mignon, me demandant si j'étais prêt à finir de mettre cette lotion. Nous sommes sortis et elle a enlevé son haut lentement, timidement, comme si elle était gênée par la petite taille de ses seins. Pour moi, ils ressemblaient à la perfection, petits, pointus, avec de minuscules mamelons roses qui dépassaient. Je lui ai dit qu'elles étaient belles, ce à quoi elle a souri d'un grand sourire et s'est...

433 Des vues

Likes 0

Photos de l'équipe 10 : Lauren

Introduction : Désolé pour l'attente, mais la vie m'a envahi et je n'ai pas pu écrire autant que je le voulais. Ce chapitre a fonctionné différemment que prévu, ça allait être tout le week-end, à la place c'est juste vendredi soir. Je vais continuer à travailler dessus cette semaine et j'espère en avoir d'autres bientôt. Partie 10 : Laurens présente Le reste de la semaine passa dans le flou, les choses semblaient assez bizarres et j'avais l'impression d'être tirée dans toutes les directions à la fois. Caitlyn et moi avons développé une petite routine, chaque matin je la regardais s'habiller et...

223 Des vues

Likes 0

Le maître sait toujours : deuxième partie

La deuxième partie de ma série Master Always Knows. Veuillez d'abord lire Master Always Knows: Part One, afin de comprendre ce qui se passe. Merci d'avoir lu. ~~~~~~~~~~~~~~~ Katy avait du mal à se réveiller. Ses paupières étaient lourdes. Elle ne pouvait tout simplement pas les soulever. Mais elle était glaciale. Où était sa couverture ? Et elle mourait d'envie d'un verre d'eau, sa gorge était si sèche. Elle essaya de bouger un bras mais il ne bougeait pas. Était-il enchaîné en place? Ses yeux s'ouvrirent. Ce n'était pas son appartement. C'était une pièce en béton qu'elle n'avait jamais vue auparavant...

161 Des vues

Likes 0

Rêve d'anniversaire

Bonne nuit, les enfants, et merci encore pour les super cadeaux. D'accord, maman... et nous pouvons dire que tu vieillis puisque tu vas te coucher si tôt. Je ne suis pas vieux, gamins... Je viens de passer une très longue journée et j'ai besoin de dormir. Bien sûr, maman, quoi que tu dises et vos enfants éclatent de rire alors que vous quittez le salon et retournez dans votre chambre. Vous fermez et verrouillez la porte derrière vous, puis vous vous déshabillez. Une douche rapide, pensez-vous, et vous partirez pour un sommeil bien mérité. Vous souriez à vous-même en pensant au...

469 Des vues

Likes 0

La rencontre sexy

Vous êtes assis dans un bar d'hôtel vêtu d'une belle robe bleue maquillée et portant une belle perruque brune aux cheveux longs sachant que vous portez un bas avec une culotte noire à froufrous sous votre robe, vous sentez un porte-jarretelles sexy tenant des bas résille soyeux et doux tout en lissant votre robe pendant que vous vous installez confortablement sur votre tabouret de bar haut en cuir. Vous me remarquez de l'autre côté du bar, vous souriez, je souris en retour et je demande au barman de vous envoyer un verre avec une carte-clé dans la chambre 6969 avec une...

207 Des vues

Likes 0

Trouver le maître

Trouver le maître Partie un Nous nous sommes rencontrés en ligne, comme tant de gens le font de nos jours. C'était un site social pour adultes, et c'est là que j'ai défini ma personnalité en ligne et que je me suis enfin libéré de la dissimulation de mes préférences sexuelles. Cela m'a étonné qu'il y ait autant d'hommes à la recherche d'une femme comme moi, mais j'ai également été stupéfait de constater, en parlant avec beaucoup d'entre eux, qu'ils n'avaient aucune idée de la manière de me traiter correctement. L'homme nommé Wolf, avec de longs cheveux noirs, une barbe pleine et...

476 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.