Le même vieil amour

862Report
Le même vieil amour

Chapitre 1:


Lizzie était bel et bien sur Tom Keen.

Elle avait maintenant la preuve de son infidélité étalée sur le lit jumeau de sa chambre de motel. La confirmation de ses mensonges lui avait fait mal, mais c'était son utilisation inutile de ses sentiments qui lui avait vraiment fait voir rouge. Quelque chose dans leur vie était-il réel ? Elle doutait qu'elle le sache un jour maintenant. Quand elle l'avait approché avec ses soupçons, Tom avait franchi la porte sans un regard, laissant Hudson bloqué sur le porche.

Pourquoi lui avait-il fallu si longtemps pour voir la vérité ? Et pourquoi lui avait-il fallu si longtemps pour faire confiance à Red lorsqu'il avait essayé de l'avertir ? Vous ne vouliez pas le voir. Elle n'avait pas voulu croire que son mariage était un mensonge. Confrontée à la dure réalité de sa duplicité sans fond, elle n'avait d'autre choix que d'accepter que Red avait eu raison depuis le début. Et, bien sûr, pourquoi ne le serait-il pas ? pensa amèrement Liz. Il avait raison sur tout le reste.

Si Tom Keen n'était pas réel, alors son mariage ne pourrait pas être réel non plus. C'était comme si elle avait été mariée à une fiction ou, mieux encore, jamais mariée du tout. Face au choix de passer au crible les souvenirs roses de sa fausse vie à la recherche de drapeaux rouges qu'elle aurait dû voir plus tôt, ou de mettre de côté toute la débâcle en faveur de passer à autre chose, elle choisirait d'oublier. Et pourquoi pas? Il ne servirait à rien d'analyser les détails d'une vie qui n'a jamais vraiment existé. Il valait mieux passer à autre chose.

Elle arpentait l'allée étroite entre son lit et le bureau, traçant un chemin dans la moquette miteuse du motel. Elle était agitée et agitée, une excitation nerveuse sautant dans ses veines, lui rappelant distinctement un type d'anticipation très différent. Son esprit se tourna vers Reddington. Un frisson familier de plaisir parcourut ses veines. Elle avait passé tellement de temps ensemble à éviter ses avances, ignorant ses ouvertures à peine voilées, convaincue que céder à ses propres désirs avec lui serait traître, gratuit, mal. Elle avait perdu tellement de temps. Liz a arrêté son pas, ses réalisations antérieures sur son ancien mari donnant vie à un plan.

Elle jeta un coup d'œil à l'horloge sur la table de chevet ; c'était juste après minuit. Trop tard pour un appel social, mais elle savait que Red dormait à peine. De plus, pour ce qu'elle avait en tête, elle était certaine que cela ne le dérangerait pas d'être tenu éveillé.


Chapitre 2:


Il n'y aurait pas de retour en arrière, Liz le savait. Elle se raidit d'un souffle, serrant sa main contre la lourde porte à panneaux, caressant l'acajou sombre, ses jointures s'enroulant dans sa paume. Elle retint son souffle, essayant de calmer la tempête en elle. Sa poitrine était serrée, que ce soit avec appréhension ou attente, elle ne le savait pas. Si elle faisait ça, il n'y aurait pas moyen de l'annuler. L'anticipation s'enroula dans son abdomen, l'incitant à agir sur le désir qui l'avait poussée à sa porte. Elle voulait plonger là-dedans. Elle le voulait lui et tout ce qui allait avec ce choix. Elle leva les yeux vers sa main, toujours appuyée contre le bois, leva hardiment le menton puis, sans crainte, elle frappa.

La porte s'ouvrit sur un Red surpris vêtu d'une chemise blanche, toujours nette comme elle l'avait été lorsqu'elle l'avait vu pour la première fois ce matin, un pantalon gris tourterelle et un gilet anthracite.

"Lizzie !" il a souri. Il semblait ravi de la trouver sur le pas de sa porte. « Que fais-tu dehors à cette heure ? Entrez !" il lui fit signe d'entrer.

A sa vue, sa bouche devint sèche. Elle n'avait aucune idée de ce qu'elle allait lui dire. Elle était soudainement incertaine de son plan. Cela la frappa brusquement, l'ampleur de ce qu'elle était en train de faire et elle hésita, immobile, son pied prêt à faire ce premier pas dans son domaine, sachant que ce pas était bien plus important que de simplement franchir le seuil de Red. Si elle faisait cela, elle entrerait dans son monde.

Red pencha la tête sur le côté, l'étudiant d'un air interrogateur, comme s'il la questionnait et comprenait secrètement sa résistance.

Se fortifiant avec une autre profonde inspiration, elle entra.

« Alors… qu'est-ce qui vous amène à ma porte ce soir ? » Red demanda convivialement en fermant la porte derrière elle et en tendant la main pour prendre son manteau.

"Oh,.....je, euh...eh bien, en fait...." balbutia Lizzie en déboutonnant son manteau. Cela allait être plus difficile qu'elle ne le pensait. Dans sa chambre de motel, quand elle avait élaboré ce plan, cela lui avait semblé simple et infaillible. Elle se présenterait à son refuge actuel, lui dirait qu'elle était amoureuse de lui et se jetterait dans ses bras. Mais maintenant qu'elle se tenait réellement devant lui, elle ne savait pas par où commencer. Avec toute la culture et la sophistication qui coulaient de chacun de ses pores, elle se sentait inexorablement petite, vulnérable et un peu idiote.

Red s'avança derrière elle, les mains sur les épaules, s'attardant juste une fraction d'instant de plus que nécessaire, retirant la veste légère de ses bras. Son visage près de son oreille, il dit doucement : « Allons, ma chère, ça ne peut pas être si horrible. Ne pourriez-vous pas dormir tout seul dans cet affreux lit de motel ? »

Lizzie frissonna à son implication subtile, tournant son visage vers lui, les yeux regardant doucement par-dessus son épaule. "En fait, non, je ne pourrais pas," souffla-t-elle, saisissant l'excuse qu'il fournissait.

"Hmmm," fredonna-t-il pensivement, même si cela sonnait pour tout le monde comme s'il ronronnait dans son oreille. "Eh bien, nous devrons voir ce que nous pouvons faire à ce sujet," murmura-t-il à côté de son oreille, avant de se retirer pour accrocher son manteau à la rampe derrière lui dans le hall.

Il se tourna vers elle, lui adressant un sourire invitant, comme s'il n'était pas du tout conscient de l'effet qu'il avait sur elle. "Boire?" il a offert brillamment.

Lizzie s'éclaircit la gorge d'un air chancelant. « Euh, oui, merci. Un verre serait parfait.

Il ouvrit la voie vers un salon, le bout des doigts guidant doucement son coude. "S'il vous plaît, asseyez-vous", invita-t-il, désignant l'un des meubles de la pièce opulente. Elle choisit plutôt de marcher plus près du manteau, feignant de s'intéresser aux petites œuvres d'art qui s'y trouvaient alors qu'il versait leurs boissons ; un verre de vin pour elle et un scotch pour lui.

Elle attendit qu'il se retourne, verres à la main, pour commenter la statuette qu'elle faisait semblant d'admirer. "Cette pièce est… évocatrice", a-t-elle proposé.

Rouge s'avança vers elle, lui tendant le verre de vin, qu'elle prit gracieusement de sa main tendue. "Ce?" demanda-t-il. "Un morceau de quartz sans valeur !"

"Vraiment?" Lizzie parut surprise. Elle tourna lentement en rond, scrutant son environnement extravagant. "Alors pourquoi….?" demanda-t-elle, se demandant pourquoi le propriétaire d'une maison aussi ostentatoire la décorerait avec un art insignifiant.

"Ah, eh bien, toutes mes habitations temporaires ne sont pas prêtées par des amis généreux avec du bon goût et le sens aigu de reconnaître la qualité. Ce domaine appartient à un dilettante insensé, actuellement sous enquête de l'IRS. Il a fui le pays il y a huit semaines et ses biens étaient soudainement disponibles à la location. L'homme dépense une somme d'argent absurde pour s'entourer de bibelots inutiles afin de paraître plus mondain. Red s'installa sur le canapé face à la cheminée.

"Cette pièce est très certainement un faux, mais l'histoire derrière la sculpture réelle est assez fascinante, bien que tragique." Red s'arrêta pour siroter son scotch, sachant qu'il la tenait en haleine pour le reste de l'histoire.

"La sculpture s'appelle "Le Baiser". Il a été créé par le sculpteur français Auguste Rodin. Il montre une femme, Francesca, dans les bras du frère cadet de son mari, Paolo, dont elle est tombée amoureuse en lisant l'histoire de Lancelot et Guenièvre. Selon l'histoire, le couple a été assassiné par le mari jaloux de Francesca lorsqu'il a appris leur amour secret.

Lizzie se tourna pour fixer Red et le trouva en train de regarder derrière elle, la statuette.

"J'ai toujours trouvé ça triste... De votre point de vue, ils semblent s'embrasser, mais si vous le regardez sous un autre angle, vous verrez que Rodin les a sculptés avec leurs lèvres qui ne se touchent pas tout à fait. Il les a capturés, gelés, au fur et à mesure qu'ils étaient découverts et détruits. La langue de Red travaillait maintenant à l'intérieur de sa bouche, sa mâchoire tremblant alors qu'il se concentrait sur l'histoire. "Ils sont morts sans jamais goûter l'haleine des autres." Il se secoua pour sortir de sa rêverie, des expressions glissant sur son visage comme des vagues sur le rivage.

Lizzie s'avança vers lui, choisissant un siège sur le canapé en brocard à quelques centimètres de lui. "C'est une histoire tragique," acquiesça-t-elle en prenant une gorgée de son vin.

"Pourquoi pensez-vous que Francesca a cédé à son désir pour Paolo?" demanda-t-elle en s'appuyant contre les oreillers moelleux derrière son dos.

Red regarda dans son verre : « Elle était probablement malheureuse dans son mariage actuel. Peut-être que son mari n'a pas pu… satisfaire ses désirs », a-t-il terminé en tournant des yeux brûlants vers elle.

Son souffle pris dans sa gorge. C'était comme s'ils avaient une conversation qui signifiait bien plus que les mots qu'ils disaient réellement. Comment pouvait-il savoir exactement ce qu'elle voulait ? Nerveusement, elle vida son verre d'une gorgée peu féminine. Comment cette conversation s'était-elle éloignée d'elle ? Elle avait un plan.

Elle ne le remarqua pas bouger, mais soudain, il avait réduit la distance entre eux, sa main tendant la main vers son verre de vin maintenant vide, son index caressant doucement le sien là où il reposait sur le pied du verre.

« C'est pour ça que tu es là, Lizzie ? grogna-t-il, sa voix comme celle d'une panthère dans sa poitrine. "Est-ce que Tom est incapable de réaliser vos…..désirs?"

Elle prit une inspiration, paralysée par la douce pression de ses doigts et la qualité hypnotique de sa voix. Elle échappait à tout contrôle. Son cerveau était embrumé et il y avait une sensation lancinante qu'elle avait oublié quelque chose d'important. Elle se sentit figée jusqu'à ce que, de son propre gré, son corps se penche vers lui, ses lèvres s'entrouvrant légèrement pour lui. Ses yeux descendirent jusqu'à ses lèvres parfaites, et elle sentit son regard comme une caresse. Ses respirations venaient dans un pantalon peu profond alors qu'elle l'attendait. Il se rapprocha, attiré comme un aimant vers sa bouche, ses lèvres s'arrêtant à un cheveu des siennes, reflétant inconsciemment la statue sur le manteau. Ses yeux se fermèrent, la tête légèrement inclinée vers la droite, respirant son odeur, si proche.

"Vous avez besoin d'une recharge", a-t-il déclaré d'un ton neutre. Rapidement, il se retira dans le bar avec son verre à la main.

Elle était ramenée à l'être, ses yeux s'ouvrirent d'un coup. Elle cligna des yeux, confuse. Qu'est-ce qui vient de se passer?
Lorsqu'il lui tourna le dos, alors qu'il préparait leurs boissons, il ferma momentanément les yeux. Qu'est-ce qu'elle lui faisait ? Il savait pourquoi elle était ici. Dembe avait livré les photos de son mari et de Jolene Parker dans la chambre d'hôtel lors de la conférence d'Orlando au motel de Lizzie et les avait laissées sous sa porte cet après-midi. Les photos étaient la preuve accablante dont elle avait besoin pour voir ce bâtard, Tom Keen, pour le traître menteur et adultère qu'il était. Elle était ici ce soir pour des réponses. Parce qu'elle était seule. Parce qu'elle voulait se venger de Tom. Elle était ici pour sentir qu'elle avait un certain contrôle. Mais il ne pouvait pas l'aider avec aucune de ces choses. Elle le détesterait s'il la laissait avoir ce qu'elle voulait et il voulait désespérément conjurer son mépris inévitable juste un peu plus longtemps. Elle le regretterait plus tard et il ne supporterait pas d'être la cause de ce genre de blessure. Elle le blâmerait. Et il était égoïste. Il savait qu'il ne pouvait pas l'avoir une fois puis l'abandonner ; et elle ne serait certainement jamais à lui.

Il secoua la tête pour lui-même, essayant d'oublier la douleur dans son aine ; mieux vaut ne pas la goûter du tout s'il ne pourrait plus jamais la goûter.

Soufflant silencieusement, il se retourna pour la trouver sur son chemin.

"Je ne veux plus de vin", dit-elle, sa voix une ondulation sensuelle sur sa peau.

Il lécha ses lèvres. « Qu'est-ce que tu veux ? » demanda-t-il, pas certain qu'il aimerait sa réponse.

"Toi." Elle entra en lui, ses mains allant vers son visage, prenant doucement sa mâchoire en coupe, et pressa doucement ses lèvres contre les siennes.

Red grogna profondément dans sa bouche, submergé par son propre désir pour elle. Il savait qu'il devait s'éloigner d'elle, qu'il devait arrêter ça, mais il ne pouvait pas la laisser partir. Il laissa tomber les verres de ses mains, indifférent aux libations ambrées et cramoisies tachant le tapis sous leurs pieds.

Ses bras s'enroulèrent autour d'elle, le bout des doigts s'enfonçant dans ses hanches, l'attirant vers lui. Elle haleta en sentant son érection contre son ventre. Lizzie enroula ses bras autour de son cou, se cambrant dans son baiser. Autant qu'il le voulait, elle savait qu'il s'éloignerait d'elle et elle n'allait pas le laisser nier l'un ou l'autre.

Lizzie ouvrit les lèvres sur l'insistance de Red. Il y avait une urgence dans son contact qu'elle correspondait. Son sang chantait dans ses veines ; sa langue balaya sa bouche, réclamant jusqu'au moindre morceau d'elle et elle s'offrit volontiers à sa conquête.

Avec un gémissement sortant de sa poitrine, il s'éloigna d'elle. Il recula, l'avertissement dans ses yeux la tenait à distance. "Lizzie," haleta-t-il. "Nous ne pouvons pas."

"Pourquoi pas, Rouge ?" elle avançait, il reculait.

« Tu ne veux pas ça. Tu ne veux pas de moi.

"Oh, mais si," souffla-t-elle, faisant un pas de plus vers lui, le calant contre le buffet, ses mains sur le marbre frais de chaque côté de ses hanches, le piégeant avec son corps. Elle se dressa sur la pointe des pieds, mordillant légèrement sa mâchoire.

Red s'est battu pour le contrôle de son corps, de sa santé mentale. Il resta immobile sous ses soins, bien que ses yeux se fermèrent et qu'il expirât de façon irrégulière. Il devrait lui faire du mal, il le savait, pour la sauver.

"Tu es contrarié par Tom" déclara-t-il d'un ton neutre, s'attendant à ce qu'elle arrête.

"Oh, Red," dit-elle calmement, comme si elle parlait à un enfant. « Je me fous de Tom ! Il n'y avait pas de Tom, pas vraiment. Il n'existait pas; c'était un mythe », a-t-elle expliqué. « Il… il ne m'aimait pas. Je ne sais pas pourquoi il était dans ma vie, mais je sais que ce n'était pas parce qu'il m'aimait. Il est parti."

"Lizzie," commença-t-il, "il y a quelque chose que tu dois savoir." Il ne pouvait pas la laisser continuer sans lui dire la vérité sur son rôle là-dedans.

"Tom est dans ta vie parce que je l'y ai mis."


Chapitre 3:


Lizzie regarda fixement la dernière révélation de Red.

« Je l'ai embauché », déclara simplement Red, « pour vous surveiller et me faire rapport. Je devais te protéger et à l'époque, cela semblait être le meilleur plan pour te garder proche.

Elle s'était légèrement éloignée de lui, mais elle ne parlait pas. Il a continué.

«Il n'était jamais censé aller aussi loin. Tu n'étais pas censée tomber amoureuse de lui. Il a outrepassé et au moment où j'ai su à quel point tu étais sérieux à son sujet, il était trop tard pour que je le retire de ta vie.

Elle resta silencieuse devant lui, l'écoutant, l'écoutant. Soudain, il ne voulait plus lui faire de mal, il voulait s'excuser ; il voulait s'expliquer.

Il continua précipitamment, conscient de cette opportunité imprévue de se décharger de cette erreur. « Tu es en danger depuis que tu es enfant ; c'est en partie ma faute. J'ai fait ce que j'ai pu pour vous protéger et vous cacher des personnes qui cherchaient des informations que vous ne saviez même pas que vous possédiez. Sam t'avait protégé aussi longtemps qu'il avait pu, mais tu avais grandi et tu avais besoin d'un nouveau protecteur. Le moment n'était pas encore venu pour moi, mais s'il vous plaît, Lizzie, croyez-moi quand je dis que j'ai toujours fait tout ce que j'estimais nécessaire pour vous protéger.

Il mourait d'envie de savoir ce qu'elle pensait, mais il se lança dans son explication.

« Je sais que tu as des questions sur ton passé, sur Sam, sur tes parents ; questions auxquelles j'ai refusé de répondre pour votre propre sécurité..."

"Je m'en fous de ça désormais," interrompit-elle, le fixant intensément dans les yeux.

"Je suis vraiment désolé…."

« Je ne veux pas vivre dans le regret. Je veux passer à autre chose. Avec toi." finit-elle fermement.

"Lizzie, tu ne sais pas ce que tu dis," Red essaya de la persuader.

« Écoutez ce que je dis, Red. Je ne me soucie plus de ce que vous savez ou de ce que vous avez fait. Vous dites que vous l'avez fait pour me protéger ; Je te crois. Tu dis qu'il y a des choses que tu ne peux pas me dire parce que tu essaies toujours de me protéger. Je suis fatigué de me battre avec toi; ne pouvez-vous pas me laisser accepter ce que vous dites? Je suis prêt à te laisser me protéger. Pendant tout ce temps, je me suis disputé avec vous et j'ai imploré des réponses sur mon passé. Je m'en fous plus ! M'accrocher au passé est ce qui m'empêche d'avoir un avenir. Avec toi », a-t-elle conclu avec force. Elle pressa à nouveau la longueur de son corps contre le sien, plaçant la paume de sa main sur son cœur. "Tom est parti," dit-elle doucement, le fixant du regard, "et je peux enfin voir ce qui était juste devant moi tout le temps."

Elle posa doucement ses lèvres sur les siennes, s'ouvrant à lui et attendant qu'il se décide.

Red pencha le haut de son corps en avant, posant son front contre le sien, épuisé par son combat pour lui résister, exalté par sa déclaration.

Il tendit la main pour écarter ses cheveux des côtés de son visage, prenant une inspiration pour se calmer avant de parler. « Il faut être sûr », dit-il. "Parce que je ne peux pas t'abandonner."

Il l'attrapa par la taille, la soulevant et la faisant pivoter rapidement, la plaquant contre la crédence, provoquant un cri de surprise de sa part. Il enroula ses jambes autour de sa taille, faisant courir son toucher brûlant le long de ses jambes et saisissant fermement ses chevilles, les enroulant autour de lui. Il se colla contre elle, forçant un halètement entre ses lèvres à son soudain changement de comportement.

"Je.ne.vais.pas.vous.abandonner." grogna-t-il, synchronisant chaque mot à ses poussées, sa voix rocailleuse cascadant sur elle. « Je ne t'aurai qu'une nuit. Si tu veux ça, je vais te ruiner pour tous les autres hommes », lui assura-t-il.

Lizzie rejeta la tête en arrière et gémit devant les images que sa voix peignait dans son esprit. Elle voulait ça.

Elle resserra ses jambes autour de la taille de Red, la rapprochant de lui. Ses mains étaient sur sa nuque, creusant sa chair. Il laissa traîner de chauds baisers dans son cou, ses dents traînant sur sa clavicule, plongeant sa langue dans le creux de sa gorge.

Ce n'était pas assez. Il voulait la sentir bouger contre lui. Rapidement, il la souleva, la portant hors de la pièce, dans les escaliers, et naviguant dans le couloir sombre jusqu'à sa chambre, ses lèvres ne quittant jamais les siennes.

Red l'allongea sur le lit, se tenant au-dessus d'elle, évaluant silencieusement sa forme délicieuse avec ses yeux. Elle tendit la main vers lui, le voulant à nouveau près d'elle. Elle attira ses lèvres vers les siennes, s'ouvrant pour lui jusqu'à ce qu'il soit niché entre ses jambes, sa langue pillant sa bouche, ses mains lui grattant l'arrière de la tête.

Liz agrippa désespérément les boutons de sa veste et de sa chemise, les arrachant de ses épaules. Il s'immobilisa au-dessus d'elle alors qu'elle posait ses mains sur les cicatrices qui marquaient son dos. Elle tira sa tête en arrière, le fixant avec émerveillement, la bouche ouverte, ses yeux remplis de larmes, sachant instantanément, comprenant instantanément. Il s'équilibra sur ses bras, les mains de chaque côté de son corps, se tenant à l'écart d'elle. Il était incroyablement au-dessus d'elle, s'arrêtant pour qu'elle choisisse de continuer ou non.

"Oh, Red," haleta-t-elle, l'attirant à elle, férocement. Ses lèvres rencontrèrent les siennes et il goûta le sel sur sa peau humide. Ses mains caressèrent la peau détruite de son dos, apaisant une douleur qui avait disparu il y a des décennies. Maintenant, elle savait. Elle savait, et elle s'en fichait. Elle traîna des baisers le long de son cou, enfouissant son visage contre son épaule pour déposer de délicats baisers contre la chair ravagée de son épaule. C'était pour moi, pensa-t-elle. Elle avait su instantanément ce que signifiaient ces cicatrices. C'était Red et non son père qui l'avait sauvée la nuit de l'incendie, la portant à travers les flammes. Et soudain, elle l'aimait encore plus.

La sensation de son sexe palpitant contre elle la ramena rapidement à la réalité et elle cessa rapidement ses tendres caresses à la chaleur dans ses mains alors qu'il tendait la main entre elles, se débarrassant rapidement du reste de ses vêtements sur mesure. Elle regarda ses mains se déplacer sur son corps, ses yeux sombres et prudents, ne quittant jamais son visage.

Il attrapa ses chevilles, la traînant jusqu'au bord du lit. Elle laissa échapper un cri de surprise lorsque son chemisier s'ouvrit avec une larme sous ses mains affamées. Il la dévora des yeux alors qu'il la dépouillait de ses vêtements, tirant brutalement son jean de ses jambes en un mouvement fluide. Comment une rencontre pouvait-elle être à la fois si tendre et si passionnée ?

Il se pencha en arrière, son regard la balayant avec avidité. "Tu es si belle, Lizzie," murmura-t-il. Il voulait la fixer toute la nuit, l'adorant de son attention, mais Lizzie avait d'autres idées.

"Viens ici," ordonna-t-elle doucement, les bras ouverts faisant signe à son retour.
Il se baissa dans ses bras, enfouissant sa tête dans ses cheveux, inhalant profondément son parfum. Elle était si belle et lui si indigne d'elle. Il voulait vénérer son corps, lui montrer à quel point sa dévotion envers elle était profonde.

Red embrassa la pente de son cou, avançant un chemin flamboyant avec sa langue jusqu'à sa clavicule et à travers les sommets arrondis de son buste. Il murmura son nom en caressant le côté de sa poitrine, ses lèvres tirant doucement sur son mamelon. Elle laissa échapper un gémissement étranglé, sa tête retombant contre le matelas. Sa main libre traçait des motifs sur sa peau lisse, déjà couverte de rosée par la chaleur que sa bouche créait, effleurant son bas-ventre, lui faisant frissonner alors qu'ils patinaient plus au sud. Il la prit en coupe, doucement, passant un doigt sur son clitoris, augmentant progressivement sa pression, découvrant ce qu'elle aimait. Elle mordit sa lèvre inférieure, gémissant son plaisir pour lui. Enhardi, il plongea un doigt dans son fourreau, puis un second, la trouvant déjà mouillée pour lui. Il enfonça ses doigts les plus profonds en elle, les courbant vers l'avant alors qu'il les retirait, aimant les sons qu'elle produisait au fond de sa gorge. Lizzie enfonça ses hanches dans sa main, suppliant avec son corps, et il obéit, enfonçant ses doigts profondément dans ses recoins chauds, les enduisant de son jus avant de les retirer et de les faire remonter doucement sur son corps. Il pressa ses doigts dans son clitoris, répandant son humidité sur sa chair la plus sensible.

Lizzie se débattit contre lui, désireuse de plus de contact. Levant la tête de l'attention sur son sein, il attrapa sa main et la fit glisser entre eux, enroulant ses doigts autour de sa hampe. Il siffla entre ses dents sous la pression ferme de sa main délicate sur son membre enflé. Elle le caressa, apprenant le rythme dont il avait envie, s'émerveillant de sa taille. Maintes et maintes fois, elle passa son pouce sur son bout velouté tandis que ses doigts continuaient à plonger en elle jusqu'à ce qu'ils respirent tous les deux avec difficulté.

Bientôt, il se tendit, attrapant son poignet. Il retira ses jolies mains de son corps, la faisant regarder son visage de travers. "Tu vas devoir arrêter ça maintenant ou je vais venir," expliqua-t-il en haussant un sourcil vers elle, "et la première fois que je fais ça, je veux être enterré à l'intérieur de toi."

"Oui," souffla-t-elle. Elle était prête pour lui, impatiente de sentir cette longueur chaude de lui glisser en elle, la remplissant complètement. Mais Red avait d'abord d'autres idées.

Brusquement, il se glissa le long de son corps, jusqu'à ce qu'il soit bercé entre ses jambes. Il plaça des baisers rapides et chauds le long de l'intérieur de sa cuisse, rampant jusqu'à ce qu'il atteigne sa destination. Sa langue s'élança pour toucher brièvement son clitoris, la faisant sursauter. Il lapait ses pétales, alternant entre de longs coups sensuels et des touchers rapides et légers jusqu'à ce que son corps commence à trembler et que ses gémissements s'entassent les uns sur les autres, se construisant jusqu'à ce qu'il ne puisse plus distinguer où ses acclamations commençaient et se terminaient.
Ses mains agrippaient l'arrière de sa tête, ses ongles s'enfonçant dans son cuir chevelu. Il pouvait sentir qu'elle était proche. Red ajouta deux doigts profondément en elle, la caressant de l'intérieur. C'était tout ce qu'il fallait pour qu'elle se brise autour de lui. Il accéléra le rythme au fur et à mesure que son apogée grandissait, concentrant ses efforts sur le petit nœud de bonheur palpitant contre sa langue. Ses cuisses se resserrèrent autour de sa tête alors qu'elle sanglotait son orgasme pour lui. Il buvait ses cris, se plongeant dans son plaisir alors qu'elle explosait.

Finalement, Red immobilisa ses doigts pressés, les retirant doucement de son corps alors qu'elle tremblait avec des répliques sous lui. Il pencha légèrement la tête en arrière et souffla doucement sur son clitoris, la faisant convulser à nouveau. Lizzie attrapa sa main désespérément alors qu'elle descendait de son sommet. Elle chancelait. Il sourit dans le baiser qu'il pressa sur sa peau alors qu'il posait sa tête contre sa cuisse.

Après un moment, il rampa jusqu'à son corps et la prit dans ses bras. Elle enfouit son visage dans sa poitrine en soupirant son nom. Elle s'agrippa à lui, se décomposant dans ses bras. Elle ne pensait pas avoir jamais été aussi rassasiée.

Il passa ses mains le long des côtés de ses jambes, traçant ses genoux, atteignant derrière lui pour attraper ses chevilles. Il plia ses jambes au niveau du genou, poussant ses jambes vers l'avant puis les redressant devant lui. Red croisa les jambes au niveau des chevilles et se pencha en avant, glissant ses pieds délicats sous son menton. Se penchant vers le bas, il guida son arbre jusqu'à son entrée et d'une poussée rapide, il frappa à l'intérieur de son noyau incroyablement serré. Il s'immobilisa au-dessus d'elle, respirant difficilement, alors que ses muscles s'agrippaient à lui. Sa position lui offrait une vue dégagée sur elle, et ses yeux parcouraient son corps parfait avant de commencer lentement, douloureusement, à bouger.

Lizzie a ressenti une plénitude comme elle n'en avait jamais ressentie auparavant. Il touchait tous les bons endroits, caressant chaque centimètre d'elle de l'intérieur vers l'extérieur. Elle bougea contre lui, gémissant, et c'était tout l'encouragement dont il avait besoin pour augmenter son rythme et bouger comme son corps le lui demandait. Il plongea en elle sans relâche, jusqu'à ce qu'il sente son bâton commencer à se raidir et il bondit en avant, répandant sa semence dans sa chaleur, son nom tombant de ses lèvres comme une pluie.

Ils se tordaient ensemble dans la foule de la passion jusqu'à ce qu'ils soient tous les deux épuisés et tremblants dans les bras l'un de l'autre. À regret, il se retira de son corps, disparaissant dans la salle de bain attenante et revenant quelques instants plus tard avec une serviette chaude et humide. Doucement, il nettoya sa semence d'entre ses jambes. tirant respectueusement le tissu le long de ses cuisses, ses yeux ne quittant jamais son visage.

Sa tâche terminée, il l'attira dans ses bras, serrée contre sa poitrine, les mains caressant son dos, et l'apaisa pour qu'elle s'endorme. Juste avant qu'elle ne ferme les yeux, il crut l'entendre murmurer : « Raymond, je t'aime. Son cœur se serra et il la serra encore plus contre lui.

Comment pouvait-elle l'aimer, se demanda-t-il ? Il la méritait tellement à tous points de vue et pourtant, la sentir dans ses bras était un baume pour son âme dont son cœur avait désespérément besoin. Il savait qu'il ne devait pas la garder simplement parce qu'elle l'avait guéri ; c'était mal, égoïste. Mais il savait aussi qu'il n'y avait aucun moyen sur terre qu'il puisse jamais la laisser partir maintenant.


Chapitre 4:

Quelques heures plus tard, il la réveilla, effleurant son corps de ses lèvres, s'attardant sur la nuque. Il l'embrassa partout, ses mains douces suivant ses lèvres brûlantes alors qu'il poursuivait son plaisir. Il n'y avait aucune partie d'elle laissée intacte. Il embrassa le creux de son genou, le creux de sa clavicule, le bord doux de sa taille. Il caressa la minuscule fente de sa cheville, l'intérieur de son coude, la montée de sa poitrine. Il passa sa langue le long de son cou-de-pied, mordant doucement le dessous de sa voûte plantaire. Elle gémit, accélérant ses soins, son cœur se serrant alors qu'il magnifiait son plaisir. Il l'adorait comme si elle était quelque chose de saint ; comme son corps était le sanctuaire auquel il priait ses adulations.

Quand elle a été si serrée qu'elle a cru qu'elle allait se briser, il l'a roulée sur lui, les mains sur les hanches, la positionnant sur son épaisse virilité, en chuchotant : « Monte-moi, Lizzie », dans le noir.

Elle se laissa tomber sur sa hampe avec un cri d'émerveillement, s'étirant pour prendre tout en lui dans son cœur. Après avoir été pressée aussi étroitement que possible contre lui, elle enfonça ses hanches encore plus profondément en lui, forçant un gémissement de sa bouche. Il haleta alors qu'elle commençait à bouger, se balançant sur ses talons pour contrôler son mouvement. Elle plaça ses mains sur sa poitrine et s'étira sur lui, taquinant ses lèvres avec les siennes, approfondissant le baiser quand elle le sentit se raidir en elle. Sa langue jouait avec la sienne alors que ses doigts s'emmêlaient dans le peu de gris sur sa large poitrine.

Grognant, il se leva du lit jusqu'à ce qu'elle soit assise sur ses genoux, enroulant ses bras autour de son dos. Ses genoux pliés de chaque côté de sa taille, il la tenait à califourchon sur sa queue, la tirant vers lui. Il tendit une main entre eux pour caresser son clitoris, amplifiant les sensations qui se construisaient au plus profond d'elle. Lizzie laissa tomber sa tête sur son épaule, la peau plissée rugueuse sous sa joue. Elle tourna son visage vers son cou et planta ses dents dans sa chair.

« Ah ! » cria-t-il, saisissant ses hanches avec force, contrôlant les mouvements de ses poussées à son intensité.

Avec sa main se déplaçant sur elle, il la sentit se resserrer autour de sa queue, déclenchant son propre orgasme. Lizzie a crié son plaisir au calme de la nuit alors que Red explosait en elle.

Ils retombèrent sur le lit, enroulés l'un contre l'autre, bouches et mains explorant partout dans la foulée. Dieu, n'en aurait-il jamais assez d'elle ?


Chapitre 5:

Elle se réveilla pour le trouver appuyé sur un bras de son côté, la regardant, la lumière du soleil passant à travers les hautes fenêtres à travers la pièce.

Elle s'étira et bâilla, tendant une main pour toucher sa poitrine.

"Salut," dit-il prudemment.

"Salut," sourit-elle doucement, d'une manière rassurante. « Depuis combien de temps êtes-vous éveillé ? demanda-t-elle en roulant sur le côté pour lui faire face.

« Un moment, » il haussa une épaule, « je ne dors jamais vraiment, tu sais. Bien que… la nuit dernière a été épuisante.

Elle lui sourit, traçant des motifs dans les poils de sa poitrine. "Je voudrais vous épuiser à nouveau", proposa-t-elle de manière suggestive, faisant courir le bord de son pied le long de sa jambe sous le drap.

Red leva un sourcil vers elle, attrapant son genou et le remontant jusqu'à sa taille, accrochant sa jambe sur son corps et poussant ses hanches vers l'avant pour qu'elle puisse sentir à quel point il aimait son offre.

Lizzie se mordit la lèvre et laissa échapper un petit cri d'excitation, ses doigts grattant sa poitrine alors qu'elle se rapprochait.

Il laissa tomber son front contre le sien, les yeux fermés alors qu'il la serrait contre lui, "Nous devrions parler."

Pour ne pas être détournée, Lizzie fit pivoter ses hanches, ondulant en petits cercles contre son érection, "Tu es sûr de ça?" elle a demandé.

Il gémit, le son pulsant profondément dans son aine, l'encourageant à bouger plus vite contre lui, cherchant à se libérer.

"S'il te plait, Lizzie..." haleta-t-il, "Je ne peux pas penser quand tu fais ça."

"Mmmmm, je sais," soupira-t-elle. "C'est un peu le but." Elle fit courir ses doigts sur son ventre, peignant ses poils fins jusqu'à ce qu'elle puisse enrouler sa main autour de sa longueur raide. "Je ne veux pas que tu penses."
« Tu ne penses pas… » haleta-t-il, luttant pour reconstituer des mots pour former une phrase avec sa main chaude le serrant fermement. « … nous devrions en parler… de nous ? À propos de ce que cela signifie ? »

She stroked her hand up and down the length of his cock, root to crown, her palm smoothing over the tip of him again and again as she came to the top.

He was losing control. He desperately clung to the edges of his sanity, attempting to sway her unsuccessfully into a conversation that he knew needed to happen.

She slid down beneath the sheet, her hot breath on his thigh. Her tongue darted out to lick the tip of him, swirling around the head once before sucking him deep into her mouth.

“Sweetheart, this could be disastrous for you…...for your career……”

Her hand cupped his sack, squeezing gently, massaging with her fingers, as her mouth worked tortuously on his cock.

When she slid so far down on him that he felt his tip touch the back of her throat, Red gave up on trying to talk to her and began to focus instead on remembering how to breathe. She swallowed him down again and again, her mouth a hot, tight sheath; she took away all his control. His hands were on the back of her head, tangling in her dark hair, gently keeping her in place.

Lizzie’s free hand crept down to fondle her clit while she went down on him. She could feel the moistness slicking her folds and her own desire spurred her passion to make him come. She moaned against him, the vibrations shooting like electricity through his body. The glorious sounds he was making above her urged her on, her fingers rubbing furiously against her clit.

When she felt him tense and she knew he was about to come, she stopped abruptly, pulling her mouth wetly from his body. He made a strangled sound in the back of his throat.

Swiftly she dropped her lower body off the edge of the bed, laying herself out across the vast expanse. She grabbed his hand, tugging her towards her side. “Fuck me, Raymond” she demanded.

Red wasted no time in vaulting over her, feet landing on the floor, turning swiftly to admire the masterpiece spread out in front of him. He parted her legs slightly and covered her body with his, sinking into her from behind.

Lizzie pressed her face into the mattress, stifling her own screams of pleasure as he swiftly began to move inside her, impossibly tight, unimaginably fast.

He gripped her hips tightly, dragging her back against him again and again, forcing cries from her lips.

He thrust into her deeply, setting a punishing rhythm with his hips, almost hurting, so deep each time that it was almost painful but she didn’t want him to stop. She matched him, thrust for thrust until she felt him stiffen, plunging into her one finally time before spilling his seed deep within her womb. She smiled against the linens when he cried out her name, rasping the syllables over her skin, sending shivers skittering across her flesh.

Red was trembling above her. He raked his nails down her spine, kneading the tight muscles that had stiffened during his grueling assault on her body. Lizzie arched her back like a cat, tendrils of pleasure cascading over her.

When she had all but melted beneath him, he withdrew from her, leaning further over her body, taking a handful of her hair in his grip and pulling her back toward him, admiring the shapely slope of her arched neck. “Come here,” he growled in her ear.

He would not take his pleasure from her and leave her wanting.

Lizzie rolled over beneath him. He slid down between her legs, releasing his hold on her hair, burying his tongue in her wet folds, giving her no time to brace for his invasion. He tasted himself on her body and had to close his eyes at what it did to him. There would never be another for him. She was it; she was the only one he wanted this way. But, he had to wonder, how long could he keep her?

He had to shut out the demons that threatened in his head then and focused instead on the delightful task of making her come.

Lizzie writhed beneath his lips, her back arching off the bed as he sucked her into his mouth, his tongue thrusting as deeply into her core as he was able, licking his own seed from deep within her body. He placed his hands beneath her bottom, holding her up to his mouth, one thumb perfectly poised to plunder her slick entrance when he turned the attention of his tongue to her tiny kernel of pleasure. She was moaning now, his name falling endlessly from her lips like a prayer, her hands clutching his head to keep him in place where she wanted him, where she needed him. He trilled his tongue against the delicate cluster of nerves, forcing a keening cry from her throat.

She was begging. The words had ceased to matter, her beseeching tone the only thing that registered in his ears. Smiling against her flesh, he put all his effort into driving her towards that joyous rapture. He pulled her clit into his mouth and hummed, sending her sailing over the edge of the abyss.

“Oh, my god, Raymond!”

She screamed his name to the heavens, her body coming apart beneath him, seizing off the bed with the force of her orgasm. She continued to pulse uncontrollably, long after he had released her body from the imprisonment of his lips.

Lizzie felt like she was flying, her mind floating above her body as she slowly settled down to earth. She was still trembling with the potency of her orgasm and her own loss of control when she surfaced enough to look at him, the intensity of his stare causing her to burn again even as she smoldered from the embers of his touch.

She was so beautiful. Her body shimmering with the dew of their lovemaking in the early-morning sunlight, her glassy eyes, shielded by long lashes, peering at him adoringly, her soft whimpers and her panting breaths. He would never get enough of this, of her, of watching her come apart below him, of making her surrender up her control to his body and forcing her to accept his pleasure in the only way her body was designed to accept it. He craved her in a way that was at once possessive and abdication, yielding control of his heart to her even as he sought dominance over her body. He would readily submit to her authority, he would gladly acquiesce to her control if only he could keep her beside him. He couldn’t take his eyes off her.

Lizzie watched him from the hazy aftermath of her climax. He watched her so seriously; she wondered at the intensity in his gaze. He had been trying to talk to her before. Surely he wasn’t having second thoughts about them now?

With effort, she reached a hand out to him, gently sweeping her palm over his head where it rested against her thigh, his eyes softening as she pulled him out of his reverie. “You ok?” She asked softly.

“I honestly can’t remember a time when I was better,” he smiled at her.

“You look worried,” she pressed, her fingertips gently massaging the tender space behind his ear.

“That feels divine,” he murmured, nuzzling her thigh like a contented cat. “Keep that up and I won’t be able to worry about anything.”

Lizzie chuckled at the illusion he allowed her that suggested she had the ability to distract him from his purpose. She had never met a man with such single-minded determination to a task.

“So,” she ventured, “you were saying something earlier about my career?”

“Hmmm? Oh, yes,” he reluctantly rejoined the conversation. “I don’t think this diversion, however pleasurable, is going to be looked on favorably by your superiors at the FBI.”

Her fingers stilled on his head. “Is that what you think this is?” she countered, her tone heated, “A pleasant distraction from reality?”
“Well, I wouldn’t want to presume…...I mean, you can’t seriously be considering making this a regular recurrence?” he replied incredulously. “Amazing as this is, how do you think your co-workers would respond?”

“When did our private relationship become the business of the FBI?” she withdrew her fingers from his ear entirely, pushing herself up into a sitting position. He kept his head on her leg, avoiding her eyes.

“I’m only thinking of your career, Lizzie. I’m trying to protect you.”

She pushed him from her, climbing off the bed, reaching for his silk bathrobe and drawing it around her so she could pace around the room, her frustration seeking an outlet.

“I don’t need you to protect me!” she exclaimed, exasperated.

Red rolled to one side, watching her carefully. “I think you do,” he volleyed back pointedly.

“What I need is a partner! What I need is for you to trust me, trust my judgement. Trust me when I say that this,” she gestured between them, “isn’t about the FBI or the Blacklist, it isn’t about Tom leaving me.” She stepped closer the the bed. “This is about you and me. This is about us finally having a chance to figure out what we are together, what we could be,” she told him emphatically; her eyes shining, she choked on her words.

She climbed back onto the bed; she couldn’t stay away from him. She needed to touch him like she needed to breathe, he was vital to her survival in the universe. He was her gravity, grounding her, a touchstone.

Lizzie took his hands, drawing him up so that he was sitting, facing her, his hands wrapped around hers.

“This is about us,” she whispered passionately, her face close to his, tears slipping down her cheeks. “Don’t we deserve a chance?” She waited, her gaze pinning him, his impassive “That is, unless you don’t want me?” she held her breath, afraid to even consider that alternative.

He crushed her to him then, appalled at himself that he could even let her think that.

“You must know that’s not true,” he whispered into her hair. He was torn; he had never wanted to endanger her. He had coveted her, but only ever in the most abstract way; he had never in his wildest dreams believed she would come to him, that she would want him, that he could have her.

He held her slender body as her tears slipped down his neck, quieting her, and thought to himself that he would have to find a way to make this relationship work for them. Because he knew he would die before letting her go.

Chapter 6

“Don’t we deserve a chance?” She waited, her gaze pinning him, his impassive “That is, unless you don’t want me?” she held her breath, afraid to even consider that alternative.

He crushed her to him then, appalled at himself that he could even let her think that.

“You must know that’s not true,” he whispered into her hair. He knew he would die before letting her go.


They were going to start with dinner.

Both Lizzie and Red had agreed that it would be a safe place to begin. For all the undercover operations, all the time spent on his jet, all the conversations in busy coffee shops, the had never actually sat down and completed a meal together. For Lizzie’s part, she had usually been too keyed up about their assignment, too anxious to relax enough to enjoy a meal with him. And as for Red, well, he had already spent a fair amount of time trying to convince her to sit and eat, enjoy a cocktail, try the baklava, eat the pecan pie.

She hadn’t been able to decide on something fancy enough for wherever he was taking her, so she had eventually decided on something that would be passable for most occasions, a navy shift dress and a charcoal wrap paired with stilettos and a delicate silver chain with a small teardrop diamond that had been a graduation gift from Sam; wearing it always reminded her of his steady presence, calming her. She definitely needed calming tonight, she thought to herself.

Lizzie was acutely aware of his closeness on the seat next to her, of the rich scent of his cologne enveloping her like a warm breeze. She wanted to reach out and touch him, but she resisted; he looked so pensive as he stared out the window of the town car in his suit.

Red peered out the window, desperately fighting the urge to rest his palm on the bare skin of her thigh, exposed by the lift of her dress when she had slid onto the seat next to him. It had taken him over an hour to choose his clothing for the evening, he was so nervous about their dinner. He wanted this with her, wanted it with every cell in his body. An equally powerful and opposing urge to run away strangled him, as it had every moment since they had concluded their passionate coupling. Everything about their situation screamed out at him “Danger!” He knew continuing this relationship would expose her to the perils of his life and he needed to protect her. The warring emotions battled in his head, vying for conquest.

“Red?” her uncertain voice pulled him from his musings.

He turned his head to look at her.

“Are you…...is everything ok?” she asked hesitantly.

“Certainly, my dear. Everything is fine.” He smiled at her.

“You seem,” she paused, dropping her gaze to her lap where her fingers were twisting together nervously, “If this is too much for you, if you don’t want to….we don’t have to do this,” she finished finally, eyes still on her hands.

“No!” he replied automatically. “I mean, I do want to have dinner with you. I want to….date you.” He stumbled over the word; it was so pedestrian, far too insubstantial a term for what was between them.

His reassurances calmed her marginally, but she still felt unsure. Her uncertainty must have showed on her face, because he continued, his jaw working nervously between his words as he struggled to give voice to his own doubts.

“Lizzie, you must understand, that for the better part of your life, my primary concern has been your safety. To do something which puts you in peril is a direct contravention of everything I believe. Every fiber of my being is crying out, urging me to walk away from you, to run as far and as fast as I can in the opposite direction because not doing so puts your life in immediate, incontrovertible danger.” His eyes never left hers during his speech, boring into her with the intensity of his words.

“Red, I--” she began.

He stopped her, holding up a hand as he cut her off, his voice insistent, “Do you understand that the people who want me dead will stop at nothing, nothing, to see that a reality? That includes kidnapping, harming, even killing people close to me, even a young, beautiful FBI agent.” His voice faltered and he broke eye contact with her for a moment, returning to stare out his window before he gathered himself and continued, quieter.

“There is nothing I wouldn’t do to protect you, Elizabeth. Except the one thing I should do, which is walk away from you now. And….trying to come to terms with that, with the realization that I cannot do the one thing that would protect you best, because of my own failing, my own lack of self-control, is proving….difficult for me. So, please, just try to bear with me while I reason this out with myself.” He finished his rant, and turned his eyes once again to study the passing scenery in the fading light.

Lizzie sat in stunned silence in the impending darkness, mouth agape, staring at him. In slow motion, she turned her eyes forward. She felt like a weight was pressing down on her chest, like she couldn’t breath. “Stop the car.”

Red turned to her, “Lizzie--”

“I said, stop the car!” she exclaimed.

Their driver pulled over, braking against the curb. Before the car had completely halted, Lizzie had already pulled open the door and bolted out. She stomped quickly away from the car, pulling her wrap tighter around herself protectively.

“Lizzie!” he called after her. She ignored him, her pace increasing as she furiously swiped at the tears threatening to fall from her eyes.

“Lizzie, wait!” he shouted as he grabbed her elbow, spinning her around to face him.

“No!” she screamed at him. “No, Red! I can’t do this right now.” She pushed his arms away and walked away from him.

“I don’t get close to people,” he called after her. She stopped, but didn’t turn around. “I don’t…..have people in my life. Not for years. Not until you.”

She turned around, her face stricken.

“What about Dembe? What about Kate?” she flung at him angrily.

“They can protect themselves.”

“You don’t think I can protect myself?” she shrieked at him incredulously.

“I don’t think you will protect yourself,” he explained. “Can you honestly say that you would do whatever was necessary to save your own life? Would you kill? Would you break the law? Would you give up everything to save yourself?”

“I managed to survive for thirty years without you looking over my shoulder!”

“You gave up your gun, you came back to the King’s auction, you stood by Tom,” he listed her failings. “Your sense of self-preservation is less than absolute, Lizzie, and it can’t be.” He shook his head. “I can’t lose you, don’t you understand that? It’s better for me to see you alone than to lose you.”

“That’s weak, Reddington, and you know it,” she hurled the words at him. “I think we both know the real reason you think this shouldn’t happen. Are you too much of a coward to say it out loud?”

“I don’t deserve you!” He shouted across the night, finally angry enough with her to raise his voice. “I am not good enough, not by half. What we did...It never should have happened. I should never have let it happen,” he corrected himself.

“You deserve so much more than I have to offer, Lizzie, you deserve everything. And I….I’m broken, damaged, evil….wrong. You are the light. But you can’t shine here with me. My darkness eats away all the light it’s near….and I won’t do that to you. I won’t darken you any more than I already have.”

He hung his head, fedora twitching against his leg. There it was, the truth, finally on the table in front of them both.

Liz raised her head to the sky, searching for answers in the stars, searching for….something. With a deep breath, she brought her eyes back to his forlorn figure.

She ran to him, crashing into his body, crushing her lips to his. He made a raw, primitive sound as he opened to her, all of his carefully constructed walls crumbling down around the two of them as he held her in his arms.

The pulled apart infinitesimally, resting their foreheads together, eyes closed, breathing heavy.

“Lizzie,” he whispered.

“Shhhh, don’t,” she said, choking on her tears. “I don’t care. I don’t care,” she repeated furiously. “It doesn’t matter, Red! Can’t you see that? Without you, my whole world is dark anyway.”

His brows knit together, his jaw clenching fiercely as he fought off his own tears. “You--,” he began, but she shut him up by pressing her lips to his again.

He returned her kiss with the same intensity as that first night, arms tightening around her. She backed away from him when she was sure she’d silenced every argument.

He looked at her questioningly. “We’re done talking about this,” she stated with finality. She took his hand in hers. “Now, let’s go. You’re taking me to dinner.”

His resolve shattered, he followed her back to the car.

TheBlacklist-TheBlacklist-TheBlacklist

Their dinner date was less awkward than either of them had anticipated after their legendary fight. Red managed to keep the conversation light and Lizzie let him order for her. They laughed over cocktails and stories of her childhood, expanding on the things Sam had told him, allowing him a deeper look into her memories, fleshing out the meager glimpses he had been afforded throughout her life.

He regaled her with fantastic fables of his travels over a shared appetizer, weaving pictures with his words. She leaned into her hand propped on the table, hanging on his every word as he told story after story of adventure and chaos, mayhem and redemption, falling more in love with him with each far-flung tale.

They discussed their plans for concealing their relationship from the FBI, absorbing one another’s ideas as they consumed their entrees. They both agreed, to Red’s surprise, that no mention should be made of their relationship to Harold Cooper or the taskforce. It would mean the unnecessary end of Lizzie’s career. Red would keep the inner workings of his business from her for the time being, both to provide her with plausible deniability if it was ever required as well as for her protection, but he hoped one day to share with her every facet of his life. She was warmed by the admission that he wanted her to know everything about him; it was more than she had thought he would be able to give.

By the time dessert arrived, they had lapsed into a companionable silence that was fraught with suggestive glances and the gradual caress of Lizzie’s bare foot sliding along the inside of Red’s thigh. He hastily ordered their check without finishing his tiramisu, which prompted a sly chuckle from Liz’s sultry lips.

The mood on ride back to his safe house was electric, sexual tension crackling between them as they sat close together, her hand gripped tightly in his own, resting against his thigh. Occasionally, she stoked his craving by leaning into him and whispering a suggestion, her breath hot against his ear. He was uncomfortably hard by the time they arrived at their destination.

They were no more than two steps inside the front door when Red whirled her around and pressed her into a fiery kiss. Her hands fisted in the fabric of his shirt over his chest, clutching him to her as fervently as he did her. There was an intensity to their passion that transcended time and reason. She ached for his possession in a way that embarrassed her, and yet, he responded to her urgency with a demand that was as fearsome as her own.

Even before their kiss ended, they were hurriedly undressing each other, buttons pinging off of surfaces, garment fragments falling from nimble fingers, the hasty, uncontrolled frustration of desire making them clumsy in their eagerness.

Lizzie succeeded in untying Red’s Half Windsor knot and pulled him along by the ends of his tie, still draped around his neck. She backed up toward the stairs leading to his bedroom, but Red had other ideas.

Swiftly, he lifted her, both hands sliding beneath her derriere, and settled her onto his hips, her legs immediately wrapping around him. He crossed to his desk against the far wall, freeing one hand to sweep the ledgers from its surface. He sat her on the edge, leaning into her kiss and rocking his hips against her. The remainder of their clothing joined the pieces littering the floor around them as they answered a powerful yearning for each other.

He read the insistence in the signals of her body and responded. They were both too impatient for finesse. He spread her legs, stepping between them, filling his hands with her breasts. She gripped his hot length in her hand while she latched her mouth onto his neck, sucking the smooth skin of his scar against her tongue. Red groaned against her mouth, dropping his hand to her fevered flesh, her hips surging up to meet his hand.

He dipped two fingers into her cleft at her invitation, finding her already damp with her arousal. Twisting them inside her, he coated them with her wetness before raising his hand between them and slipping one finger between her lips and the other between his own. Her eyes widened in surprise, then relaxed as she sucked his finger harder into her mouth, tasting herself on his hand.

Red shuddered against her at her willingness to let him lead. She continued to stroke him firmly in her hand. He wanted to feel her smooth, satiny heat enveloping him once more. He pulled his fingers from their mouths, hers letting go with a wet pop. He brought both hands to her hips, letting her position him at her entrance. Without further preparation, he thrust into her, her cry of pleasure echoing in the quiet of the house.

She was tight and already clenching around him as he plunged into her, rocking her back on the smooth surface. Lizzie dug her heels into his buttocks, encouraging him as he worked into her with his powerful thrusts. She kept her hands on his shoulders for balance, her nails digging into his skin, leaving tiny half-moon scratches behind.

He could feel himself stiffening inside her. He reached up to his shoulder, grasping one of her wrists in his hand. He brought her hand down between them, pressing her fingers against her clit. Lizzie stroked herself as Red plunged harder, pinching and rolling the sensitive flesh with her fingertips until she was writhing and panting with him.

“Lizzie…..please,” he gasped.

“Go, baby, let go,” she emboldened him with a whisper and he lost his rhythm, spilling his seed haphazardly inside her.

Her fingers pulsed frantically against the tiny bud, and she followed while he was still pumping into her body, her head dropping onto his shoulder with a scream, closing her teeth over his flesh to contain her cry of pleasure.

The house swallowed the sounds of their frantic breathing while they remained, locked together, chests heaving, sweat cooling on fevered flesh.

Red lowered his head to bury it in the curve of her neck as he caught his breath. He pressed a kiss to her smooth skin after a long minute. He turned his face to the side and whispered against her heated skin, “I’m sorry about earlier.”

“Shhhh,” she quieted him, her cheek resting on the melted surface of his shoulder. She nuzzled him affectionately, “It’s over. It’s ok now; we don’t have to go back there.”

He sighed against her, the weight of their earlier conversation, the rapid evolution of their evening, the frenzied pace of their lovemaking suddenly crashed down on him, overwhelming his senses in a way that was most unfamiliar to his normally controlled self.

Eventually, he wrapped his arms around her again and carried her to his bedroom, tucking them both beneath the blankets. They lay together quietly for a long time before Lizzie spoke.

“Really though, where did all that come from?” she questioned him. “That business about you not being good enough, you know that’s nonsense, right?”

“I see how other men view you, darling. Ressler, Aram….they’re much younger than me, certainly more appropriate for you for any number of reasons,” he answered regretfully.

“Raymond Reddington! Are you…..insecure?” Liz exclaimed in amazement.

“Don’t be ridiculous!” Red bristled. “I am merely stating the obvious fact that you are used to a more robust man, a relationship with fewer complications. You had someone from your own generation, with whom you shared interests and hobbies.”

“I don’t want what I had with Tom. It wasn’t real. I am so tired of the same old thing; it makes me sick to think about all the time I wasted with him on a life that wasn’t even true.” She was impassioned in her denial, sitting up emphatically.

“You could never compare yourself to Tom, because you are a world away from him,” she spoke quieter now, leaning close to his face. “There is no one like you in this world, Red.”

She lowered her lips to his and his arms came up, fingers weaving through the locks of her hair. With a growl, he rolled her beneath him, deepening their kiss, his hand angling her jaw up t

Articles similaires

Mon incroyable voyage à Sydney

C'est ma première histoire - j'en ai lu quelques-unes mais c'est un peu différent de les écrire, donc les commentaires seraient bons. En particulier sur la quantité d'introduction que les gens aiment. J'aime un peu planter le décor, mais pas tellement que ça prend du temps, je ne sais pas si j'ai bien compris ou non. Je m'appelle Matt, j'ai 22 ans et j'étudie à l'université d'Adélaïde. J'ai une petite amie qui s'appelle Kate, c'est une petite blonde de 20 ans qui est super dans le sac, mais malheureusement elle m'aime plus que je ne l'aime. Kate a une amie à...

599 Des vues

Likes 0

C'est dans notre sang

C'est dans le sang Je suis arrière-grand-père, grand-père et père d'une lignée de descendants. Vous avez entendu la chanson I'm My Own Grandpa? Ma chanson thème devrait parler de Je suis mon pire ennemi. Je suis un vieil homme maintenant et je repense à la tempête de merde génétique que j'ai créée et je me demande pourquoi mes filles, petites-filles et arrière-petites-filles me laissent vivre sans au moins me castrer. La dernière fois que j'ai été accusée d'un crime sexuel, d'un viol statutaire, j'avais soixante-douze ans. C'était il y a trois ans et je ne pourrai plus jamais utiliser cette défense...

612 Des vues

Likes 0

Crête de cristal 2

Je me suis réveillé tôt, avant le soleil. Laura s'était retournée au cours de la nuit et me faisait face. Je pouvais sentir le froid sur mon visage et, dans la pénombre, je pouvais distinguer mon souffle tellement il faisait froid. J'ai posé mes pieds sur le sol froid de la cabine, j'ai mis mon peignoir sur mon dos et je me suis dirigé vers le salon pour rallumer le feu. Quelques bâtons de petit bois, un morceau de journal froissé et un petit souffle sur les braises firent bientôt rugir et crépiter le feu. Je me suis dirigé vers la...

404 Des vues

Likes 0

Surprise à 3 voies

J'étais déjà au lit depuis quelques heures lorsque les draps étaient mélangés et que le matelas bougeait un peu. Je me suis suffisamment réveillé pour me déplacer et faire de la place lorsque j'ai senti ses cheveux tomber sur mon épaule nue et son souffle se rapprocher de mon oreille. Elle se blottit contre mon cou alors qu'elle s'installait dans le lit derrière moi. Sa main douce et chaude commença sur mon épaule et caressa un chemin sinueux le long de mon bras, autour de ma poitrine et sur mon ventre. Il ne faisait aucun doute qu’elle voulait commencer quelque chose...

164 Des vues

Likes 0

MISE À JOUR ET EXCUSES AUX LECTEURS S'IL VOUS PLAÎT LIRE !!

Mise à jour rapide : actuellement en date du jeudi 1er août 2013 à 7h14, je voudrais informer mes lecteurs que je vais réécrire les chapitres 2 et 3. ils seront beaucoup plus détaillés et plus longs il y a aussi des scènes là-dedans qui seront importantes à l'histoire plus tard. les chapitres devraient être terminés au plus tard à la fin de la journée, mais seront probablement publiés plus tôt. le chapitre quatre sera écrit peu de temps après les mots et publié également. Je voudrais également m'excuser pour la qualité de mon travail, ils n'ont même pas été à...

1.9K Des vues

Likes 1

Rêve d'anniversaire

Bonne nuit, les enfants, et merci encore pour les super cadeaux. D'accord, maman... et nous pouvons dire que tu vieillis puisque tu vas te coucher si tôt. Je ne suis pas vieux, gamins... Je viens de passer une très longue journée et j'ai besoin de dormir. Bien sûr, maman, quoi que tu dises et vos enfants éclatent de rire alors que vous quittez le salon et retournez dans votre chambre. Vous fermez et verrouillez la porte derrière vous, puis vous vous déshabillez. Une douche rapide, pensez-vous, et vous partirez pour un sommeil bien mérité. Vous souriez à vous-même en pensant au...

1.8K Des vues

Likes 0

Les sales secrets de Lindsay

Ohhhhh ! Ohhhh ! Ohhhh ! Lindsay est toujours au paradis quand elle a son long gode en verre préféré avec le bord tourbillonnant qui entre et sort de sa petite chatte rose serrée. Elle rentre à la maison tous les jours et en a immédiatement besoin après une longue journée de travail. Son patron, M. Franklin, la rend folle tous les jours là où elle rentre à la maison et sort ce gode en gémissant son nom en souhaitant que ce soit sa bite et son bureau au lieu de ce gode et de cet oreiller. Elle adore frotter son petit clitoris alors...

1.4K Des vues

Likes 0

Le rêve de John devient réalité

John: John s'est réveillé vers cinq heures et demie du matin avec une érection encore une fois. Il baissa les yeux, prit sa main, la glissa dans son pantalon et commença à se frotter. La raison pour laquelle il s'est réveillé était à cause d'elle. Alexandria, bien qu'il n'ait que 15 ans et qu'il soit un étudiant de première année au lycée, il savait qu'il l'aimait. Tout en elle l'excitait ; L'odeur de son shampoing à la fraise dans ses riches cheveux brun foncé qui dépassaient juste ses épaules, ses seins en bonnet C, son cul merveilleusement serré et ses longues...

1.4K Des vues

Likes 0

Mom's Friend Dot, épisode 17

Mike, le deuxième mari de Jamie, a sorti la voiture de l'allée. Il sourit et fit un signe de la main en s'éloignant. Lui et leurs deux fils, Brandon et John, seraient partis pendant le long week-end de vacances. Jamie rentra dans la maison, un peu triste parce qu'elle serait loin de son homme pendant les deux prochains jours. Mais, elle savait qu'il n'y avait aucun moyen qu'elle puisse aller avec lui à la maison de ses parents. Alors, elle a pris une profonde inspiration et s'est convaincue que trois jours sans mari lui laisseraient le temps de faire son travail...

933 Des vues

Likes 0

Jolie petite baby-sitter

Tammy Lovett est entrée chez moi et j'ai eu du mal à regarder son petit cul. Elle a un magnifique cul bombé de 13 ans et des seins étrangement gros pour son âge, un bon bonnet D. Elle est entrée dans ma maison vêtue d'une minuscule minijupe qui montrait le bas de ses jolies fesses, et une chemise si serrée que ses mésanges gaies en faisaient presque éclater les boutons. 'Salut papa!' s'exclama-t-elle. Elle m'appelle toujours papa, comme la plupart des gens, et je l'ai toujours appelée ma petite fille. 'Hé petite fille, Aimee s'est couchée tôt, elle dort dans sa...

834 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.